Avertir le modérateur

06/06/2006

La Fin Et Les Moyens

medium_hp_scands_6621938327.3.jpg

Mine de rien, ça fait des jours et des jours que ça me turlupine. Que ça me tarabuste.
Cette histoire de Renaud Van Ruymbeke, juge, recueillant les confidences de Jean-Louis Gergorin, corbeau, dans le secret feutré d'un cabinet d'avocat. Rien qu'eux trois. Un juge, un corbeau, un avocat. Et pas le moindre greffier à l'horizon, pour noter ce qui se dit, entre ces trois-là. Pas l'ombre d'un.
Alors je sais que c'est probablement "plus compliqué que ça".
Mais je vous le dis comme je le pense: ça me gêne. Et plus j'y pense, plus ça me gêne.
J'ai lu tout ce qui s'est écrit, là-dessus, depuis trois semaines. J'ai lu la "motion de soutien" du Syndicat de la Magistrature. (Allez faire un tour sur le site du Syndicat de la Magistrature, www.syndicat-magistrature.org. Ce n'est de toute façon pas du temps perdu.) J'ai lu des choses plutôt convaincantes.
Et pourtant. Nonobstant. Cette histoire continue à me gêner aux entournures.
Il faut peut-être, pour bien comprendre ce qui me tracasse, et me dérange, faire un détour par Nice.
Il y avait là-bas, au palais de justice, un juge d'instruction, Jean-Paul Renard, dont le comportement curieux a fini par attirer l'attention du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Ca ne s'est pas fait comme ça, du jour au lendemain. Il a fallu "un peu" de temps, pour que le CSM réagisse. Passons. Retenez seulement qu'un jour, le CSM s'est dit, tiens, c'est quand même curieux, ce comportement curieux du juge Renard.
Du coup, le CSM a fini par enquêter sur le curieux comportement de ce magistrat. Et là, le CSM a découvert, je vous la fais (très) courte, "un relâchement grave dans les pratiques professionnelles du juge Renard". Il est vrai que celui-ci avait fini par incarner, presque à lui seul, la presque totalité des (tristement) fameux "dysfonctionnements" de la justice niçoise, dans les années 1990.
Résultat? Le 29 octobre 2004, le CSM a prononcé "à l'encontre de M. Jean-Paul Renard la sanction de mise à la retraite d'office".
Pourquoi je vous reparle de ça? Parce que le CSM reprochait notamment à Renard d'avoir, dans une affaire sensible, entendu un prévenu en tête-à-tête, sans le moindre témoin, sans le moindre greffier pour consigner l'échange sur un procès-verbal.
Et je suppose que vous commencez à voir où je veux en venir.
Et je devine que certains de mes potes commencent à hurler au scandale, genre, comment oses-tu comparer ce qui n'est pas comparable?
Je m'empresse donc de préciser que BIEN SUR, Renaud Van Ruymbeke N'EST PAS le juge Renard. Aucun rapport. Chacun de nous sait très exactement QUI est Van Ruymbeke, et POURQUOI les crapules du gouvernement se sont fait un plaisir, dans l'affaire Clearstream, de lui tomber sur le coin de la gueule - trop contents de se payer l'un de ces (rares) magistrats qui pensent encore que la justice doit être la même pour tout le monde, ministres compris.
Mais une fois que j'ai dit ça, vous savez quoi? Nous restons avec ce problème, chiant, sur les bras. Ce minuscule dénominateur commun, entre deux magistrats, Renard et Van Ruymbeke, que tout sépare a priori, mais qui ont tout de même, à la fin des fins, et quoi qu'on en pense, tous les deux mené des entretiens sans témoins, sans greffiers.
Et je me pose la question.
Est-ce que nous pouvons accepter chez l'un ce qui, chez l'autre, nous scandalise?
Je ne crois pas, non. Je n'ai pas l'impression.
Je crois que Van Ruymbeke, quand il a recueilli les confidences de Jean-Louis Gergorin, s'est dit, exactement comme jadis Jean-Paul Renard, que la fin justifiait les moyens. Leurs fins, à l'un et à l'autre, n'étaient certainement pas les mêmes. Mais la justification des moyens par la fin, elle, était la même, chez l'un comme chez l'autre.
Je crois que Van Ruymbeke s'est dit quelque chose comme, bon, s'il faut en passer par là pour obtenir ENFIN quelques tuyaux sur ces affaires où l'on m'oppose à tout bout de champ le secret défense, ma foi, pourquoi pas?
Sauf que non.
La fin ne justifie pas les moyens.
Jamais.
Parce que, "la fin justifie les moyens"? C'est précisément la devise de toutes les crapules qui se sont retrouvées un jour dans le bureau de Van Ruymbeke, pour s'entendre notifier une mise en examen pour corruption. C'est la devise de l'élu UMP des Hauts-de-Seine (suivez mon regard) qui vole hardiment le pognon de ses administrés. C'est la devise du marchand d'armes qui, pour fourguer ses machines de guerre, se fend, dures lois du commerce éthique, d'un pot-de-vin, d'une commission, d'une rétrocommission.
La fin justifie les moyens? C'est la sale devise des méchants.
Alors je trouve dommage que Van Ruymbeke, qui incarne à mes yeux l'archétype du gentil, la leur ait piquée.
Pas vous?

Commentaires

"Est-ce que nous pouvons accepter chez l'un ce qui, chez l'autre, nous scandalise?" Quelles raisons Renaud Van Ruymbeke a-t-il donné, précisément, pour rendre cela acceptable?

Écrit par : Mathieu | 06/06/2006

vive renaud lt la voiture à sego

Écrit par : martingrall | 06/06/2006

Pour ma part pas de réponse dans l'immédiat à ta question très intéressante, Sébastien. Je propose que nous continuions à creuser tous ensemble ce sujet et bien d'autres ce mardi à l'occasion d'une soirée-débat sur la justice (et forcément l'injustice et l'impunité) où vous êtes amicalement conviés.


La Convention pour la 6e République de Paris (C6R-Paris)
a le plaisir de vous inviter à une soirée-débat :

"Quelle justice pour la 6e République ?"

MARDI 6 JUIN

19H30 : rencontres avec les auteurs - dédicaces
20H15/22H30 : débat

Avec :

Eric HALPHEN, magistrat en disponibilité, auteur de " Le bal des outrés. Propositions en réponse à ceux qui veulent tuer le juge d'instruction." (Ed. Privé)

Sébastien FONTENELLE, journaliste, auteur de "Impunités françaises." (Ed. Privé)

Séverine TESSIER, présidente de l'association Anticor ("Elus contre la corruption"), auteur de "Polynésie, les copains d'abord. L'autre système Chirac ? " (Ed. Le Bord de l'eau)

Thomas CLAY, professeur de droit privé, co-auteur de "Reconstruire la justice." (Ed. Odile Jacob, collection "La 6ème République")


Rendez-vous à l'AGECA
177 rue de Charonne
75 011 Paris.
Métro : Alexandre Dumas

Écrit par : Anne | 06/06/2006

"Sauf que non. La fin ne justifie pas les moyens. Jamais."

Donc, si je comprends bien, tu dis que JAMAIS AUCUNE fin ne justifie TOUS les moyens.

Ca me semble être vrai. Pour les fins injustes, il est évident qu'elles ne justifient pas tous les moyens. Et pour les fins justes, il est évident que certains moyens injustes contredirait directement à sa fin, dont l'utilisation même détruirait la fin que l'on vise.

Ceci dit, en ce qui concerne le cas dont tu parle, ça n'est pas tout à fait la même question. Là il ne s'agit pas d'utiliser "tous" les moyens. Renaud Van Ruymbeke n'a pas utilisé TOUS les moyens, il a utilisé UN moyen. Le fait qu'on s'accorde à dire qu'aucune fin ne justifie tous les moyens ne nous permet donc pas de décider si, en l'occurence, LE moyen qu'il a utilisé était justifié par sa fin. Il pourrait très bien se faire que LE moyen qu'il a utilisé fasse parti de ces moyens qui sont justifiés par la fin.

La question est donc: qu'est-ce qui te semble inacceptable dans le fait qu'un juge recueille le témoignage d'un témoin accompagné de son avocat sans greffier? Qu'est-ce qui te gêne exactement là-dedans, (dans ce cas précis, pas "en général")? Qu'est-ce qui te semble injustifié ou injustifiable dans l'utilisation, là, de ce moyen là, de cette manière là?

Écrit par : Mathieu | 06/06/2006

Mais t'es pas fou de poster une question pareille alors que la canicule approche ?

C'est trop énorme.
Et on en débat depuis les débuts de la philosophie.

En l'espèce, il me semble qu'il y a un paramètre supplémentaire qui est celui du pouvoir.
Je veux dire par là qu'avoir un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, probablement plus que pour le citoyen lambda ou pour l'opprimé, par exemple.
Là, c'est un juge, avec un pouvoir certain (moral, même !) que tout le monde ne détient pas ou n'a pas à représenter.
Les moyens qu'il emploie sont donc à la mesure de ce pouvoir.
C'est peut-être pour ça que c'est plus gênant de trouver une réponse qui soit à la fois éthique et juste.

Écrit par : Grabuge | 06/06/2006

La responsabilité du juge c'est d'établir la vérité ou la fausseté d'infractions à la loi. On est tous d'accord qu'établir la vérité ne justifie pas tous les moyens. D'ailleurs, le pouvoir du juge n'est pas absolu, il ne peut pas utiliser tous les moyens. Il peut en utiliser certains. Là il a utilisé un moyen qu'il n'a, juridiquement, pas le droit d'utiliser. Ca c'est une chose. On peut comprendre pourquoi le droit n'autorise pas le juge à recueillir un témoignage sans greffier. Parce que le greffier c'est un contrôle, un facteur qui est censé pouvoir apporter une confirmation ou une infirmation sur ce qui s'est passé durant l'audition du témoin, sur ce que le témoin a vraiment dit et sur la manière dont le juge l'a interrogé.
Après, ça n'est pas parce que ça n'est pas autorisé juridiquement que ça n'est pas pour autant justifié.

Écrit par : Mathieu | 06/06/2006

Anne,
je suis très triste et je ne ris pas !mais alors pas du tout ! Je me peux venir ce soir à Paris j'ai bien le billet de train il part dans les huit heures de st Raphaël. Deux RV très sensibles sont tombés cette nuit. D'autant plus dommage que je t'avais amené ton ode encore en vrac.
Désolé vraiment.
Martin,

Écrit par : martingrall | 06/06/2006

En parlant de ces enflures de marchands d'armes....

Un petit clic ci-dessous:

Écrit par : ICI | 06/06/2006

Enflures... Tout de suite: les grands mots. :o)
Un petit clic informatif, en effet.
Allez faire cette petite balade informative.
Mais énervante.
Mais informative.
La dame sur la photo n'a pas l'air d'être une marchande d'armes? ;-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/06/2006

La différence peut être que dans un cas, un juge fait acte de ses recherches, les utilise dans une procédure qu'il dirige, alors que dans l'autre cas, nous le savons seulement parce qu'il a était entendu dans une procédure judiciaire à son encontre. On ne peux reprocher ces défrichages sans huissier, ou alors l'huissier devrait avoir aussi connaissance de ses lectures, de l'encephalogramme du juge, de ses analyses urinaires et tout ce qui peut engendrer son état d'esprit qui est son outil de travail.

Écrit par : Philippe68 | 06/06/2006

@ Sébastien
Je comprends ton malaise. Par contre j'ai deux bémols : Van Ruymbeke a essayé de convaincre Gergorin à déposer normalement, et pour que le juge accepte les entrevues en face à face, Gergorin à évoquer des menaces sur sa vie, et dans l'affaire des frégates il y a déjà eu des morts.

Écrit par : carole | 06/06/2006

Sébastien tu as raison la fin, aucune fin, ne doit jamais justifier aucun moyen. Dans une république ! Or nous sommes en monarchie même pas constitutionnelle ! Cette monarchie use de moyens de pression, de camisoles spécialement orientées juges, de menaces sur leur vie voir Joly Eva, Pour faire court Renaud a raison, cinq fois raison. Et tellement raison ! Que la monarchie l’a inquiété très puissamment, report de la médaille, ce qui pour nous est un camouflet ( médaille pour faire le métier pour lequel on est payé), mais, cette médaille lui ouvre des portes qui lui permettent de ne plus tout faire sans huissier, et on ne parle pas assez des huissiers menacés, cf, l’autre juge aux affaires financières. Donc Renaud peut avoir pensé à la protection de son huissier, cela lui ressemble plutôt. Parce qu’avant le bien instruire, il y a les mises au secret. C’est aussi pour cela que je n’admets pas un seul juge d’instruction. Ce que dit Eric Alphen est vrai , le juge doit être seul à instruire et à décider mais accompagné d’un stagiaire cela règle pas mal de chose d’abord ce qui nous occupe aujourd’hui, ce qui nous a occupé il n’y a pas longtemps, le procès d’Outreau en est un exemple ! Ensuite la technologie nous permet d’écrire directement sur un ordinateur. Mais !!!
C’est bien sur le manque de moyens voir la journée porte ouverte de la magistrature pour nous faire constater les faibles moyens de la justice qui ne peut se rendre pas par le manque de juges d’instruction sensiblement le même qu’au 19° siècle, mais par manque de papier ! et un huissier sans papier cela relève du ministre de l’intérieur. Comme quoi il fait bien notre Renaud.
Je me souviens , j’aime cette introduction ça fait respectable, que la première fois que l’on a entendu le juge Renaud Van Ryumbecke c’était à Roubaix pour avoir ouvert une instruction à la presse, un viol collectif ! A l’époque d’une France moins , enfin plus républicaine.
Martingrall.

Écrit par : martingrall | 06/06/2006

@ Sébastien

La dame de la photo te remercie d'avoir noté qu'elle ne ressemble pas à Olivier Dassault.

Le contraire l'aurait profondément vexée.

Écrit par : Célestissima | 06/06/2006

zut alors je m'étais déjà engagé a l'UMP celeste n'est olivière D, bon!

Écrit par : martingrall | 06/06/2006

@ Célestissima
Aaaaaaah (voix de faux-cul). C'était donc toi! ;-)

@ Martin
Martin. Du calme.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/06/2006

La fin justifie les moyens certes, mais comme le dit ce cher Woody, les méchants ont compris quelque chose que les bons ignorent,

donc les méchants sont intelligent au point de trouver les moyens pour parvenir à leur fin

Et les bons ? Sans doute moins intelligents ils ne trouvent pas les moyens

Écrit par : Fulcanelli | 06/06/2006

@ Fulcanelli

Les bons ne sont pas moins intelligents, ils s'appliquent à utiliser leur intelligence dans d'autres domaines.

Mais il vrai que si les bons veulent clouer le bec aux méchants ils doivent comprendre les techniques d'attaque des méchants (donc ne pas les ignorer)

"Battre, sans violence, l'ennemi à son propre jeu"
Gandhi

Écrit par : Célestissima | 06/06/2006

Céleste,

j'avoue que c'est la réplique que j'attendais sur l'intelligence au service de causes nobles, et cette éthique, ça manque cruellement dans nos sociétés. Déterminer des fins relève de la plus haute inteligence, surtout quand celles-ci sont inédites, alors que parfois, il suffit de déterminer des fins quand on a des moyens prêts à être utiliser et faire sienne cette devise de Miller, je résiste à tout sauf à la tentation

Pour le reste, évidemment, pour mener un combat il faut des instruments de même puissance.

Écrit par : Fulcanelli | 06/06/2006

Mais qu'est-ce qui arrive à Martingrall?
Qui a kidnappé le VRAI martingrall, la psylocibine qui parle? ;-)

Écrit par : Ton Préfet qui t'aime | 06/06/2006

Le préfet aurait-il interdit la côte de cachalot à la psylocibine ?

Oui, ça se passait à Bègles, sous l'égide de Mamère, passage obligé à la fête de la morue

Écrit par : Fulcanelli | 06/06/2006

D'accord avec Matthieu, Van Ruymbeke n'a pas utilisé tous les moyens, juste un. Je te trouve un peu exigeant avec ce juge-là... J'aimerais que tu le sois autant (plus !)avec ceux de l'affaire Alègre dont j'apprends aujourd'hui grâce au Parisien qu'il est blanchi dans trois affaires non élucidées (les meurtres de Marie Lombrassa et d'Hélène Rodes, ainsi que la mort dans une incendie de quatre travestis).
Question à Eric Halphen: quand et comment se prononcent les non-lieux dans ce genre de cas, autrement dit le temps presse-t-il ? Patrice Alègre étant en prison ne peut-on attendre jusqu'au dernier moment, enquêter encore, avant de déclarer le non-lieu ?
Merci de m'éclairer sur ce point.

Écrit par : delphine peras | 06/06/2006

Je ne vais voir ma AAAAAAAAAANNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNEEEEEEEEE ce soir, cela m'a sévré tout d'un coup! j'en suis tout chaviré!

Écrit par : martingrall | 06/06/2006

@ Delphine Peras
Saluuuuuut :-)
Alègre: aucun rapport, de mon point de vue. Aucun. Trois non-lieux, FAUTE DE PREUVES. Ca arrive tous les jours. Mieux vaut un coupable en liberté qu'un innocent en prison. Grande leçon de la mascarade parlementaire post-Outreau. Les juges toulousains sont toujours saisis de nombre d'autres cas. Attendre et voir.
Je ne suis pas "sévère" avec "ce juge-là". Je me demande si je peux adhérer à ce que fait "ce juge-là" quand ça ressemble un peu, malgré tout, à ce qui me scandalisait chez un autre.
Et je maintiens, en réponse, que la fin ne justifie pas les moyens.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/06/2006

Nouvel épisode dans la série "froid dans le dos"


un petit clic?

Écrit par : C'EST ICI | 06/06/2006

Ma che c... ci dici, tu?
La dame sur la photo n'a pas du tout l'air d'être du genre à balancer des missiles nucléaires.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/06/2006

Pourquoi d'après vous le méchant Coyote n'attrape jamais le gentil Bip-Bip ?

Est-ce simplement parce qu'il est bête ?

Il en faut pourtant de l'ingéniosité pour imaginer tout ces de pièges...

Écrit par : cartoon | 06/06/2006

Mais où vit-on ? Je vous le demande L’ex–futur Premier ministre Jean-Louis Boorlo vient de faire passer un texte pour redonner du pepssssss à la loi de son pote De Robien mais en plus DROITE. Si c’est possible et là la bergère poitevine ( la très très méchante) elle peut en attraper une Angevine de poitrine. Donc pour la construction de logements privés collectifs sociaux publics de la loi de programmation. Sic On va pouvoir se la couler douce sur le dos des soutiers, c’est vrai qu’il faut les entretenir ceux-la les soutiers ? Parce qu’ils vont me faire encore plus riche, je ne savais pas cela posssiiiiiiiible avant JLB !!!!! Très bonne marque au demeurant légèrement tourbé sur une eau saline mais pas trop un très bon écossais single mat, parce que c’est 65% d’allègement fiscal sur mes acquisitions immobilières si je les réserve pour les pauvre, soutiers. Et là je vais me gêner ! Parce que paiement est assuré par les allocs fam, donc tous les mois payé rubis sur l’ongle, d’un côté par prélèvements obligatoires leurs impôts à eux, pas du tout dégrevés, non mais des fois, puis par l’augmentation de la participation aux prélèvements obligatoires parce que si je paye moins eux ils payent plus ! Hein qu’il est beau mon grenat tirant vraiment noir. Mais alors vraiment très très très très noir Même celui-la il me l’a mis dans l’anneau. C’est vrai moi je voulais faire des coopératives immobilières, mais y veut pas. Ha rendre les soutiers propriétaires, Mais !!. Tiens à une époque épique j’avais comme quelque chose sur le feu, mais encore plus fort que la location des terrains HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! HA ! et ha !! Parce que là c’est moi qui te l’ai mise bien profond cela reste virtuel. Parce que la pour la loc des terrains tu t’es fait fortement hameçonner ! pishinger cela se dit maintenant et alors de notre mors entre les dents. Mais tu as un bon fond JLB, à voir plus près, encore clair ambré mais clair, mais j’dis çà. Hivanoé, Hivanoé, Hivanoé, Hivanoé, tagagagataga
martingrall

Écrit par : martingrall | 06/06/2006

@ Sébastien


La dame sur la photo te félicite de ta remarquable perspicacité.



"Occhio per occhio é il mondo diventa cieco"

Écrit par : Céleste | 06/06/2006

En français ? en japonais ?

Écrit par : martingrall | 06/06/2006

@ tou(te)s
J'ai pour vous deux informations d'égale (et très exceptionnelle, comme de juste) importance.
1/ Je vous laisse un petit moment.
2/ ICI, A 14 HEURES GMT précises. Nouveau post. Encore un moment de franche rigolade, grâce à Libération. Réglez vos montres. Actualisez dès que vous verrez le petit signal rouge. Aàààà plus.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/06/2006

@]

en japonais: " muchi muchi nagasaki hiroshima plu jamessa ikalideska"
je ne suis pas sûre de l'othographe

en français: "oeil pour oeil et le monde devient aveugle"

C'est inspiré d'une phrase de Gandhi et beaucoup utilisé par les jeunes Italiens sur les pancartes dans les manifs italiennes.

Écrit par : Céleste | 06/06/2006

Céleste, merci.

Écrit par : martingrall | 06/06/2006

Rodolphe Albert, auteur de "Les secrets du PSG, la danseuse de Canal Plus" (Privé), sera l'invité des Grandes Gueules, aujourd'hui, de 13h à 14h sur RMC Info.

Écrit par : Mathieu | 06/06/2006

@ Sébastien,

serais-tu l'inventeur d'un nouveau quizz consistant à deviner quel article de Libé fera l'objet de ta franche rigolade. Zut alors, moi qui n'achète pas Libé, je ne peux jouer, sauf si l'article est sur le Net. Les paris sont lancés

Écrit par : Fulcanelli | 06/06/2006

@ Martin
"je suis très triste et je ne ris pas !mais alors pas du tout ! Je me peux venir ce soir à Paris j'ai bien le billet de train il part dans les huit heures de st Raphaël."

C'est pas grave, Martin, je promets ici devant tout ce blog - donc devant des millions d'insurgés -, que je referai quelque chose - et nous prendrons la rue la prochaine fois - car la lutte continue, et elle va s'amplifier, crois moi.

Primprenelle du Poitou (qui est très très très méchante) m'a trop chauffé, elle m'a pulvarisé grave, et l'homme qui s'aimait trop va lui aussi pas tarder à me faire passer la 6e (comme toujours) vitesse.

Donc, t'inquiète, on va pas se gêner, on va réitérer ce colloque du cri primal assourdissant contre la pensée droitière la plus abjecte qui progresse, mais contre laquelle nous gagnerons car les méchants ne font jamais que de la simple figuration dans les films de Jacques Demy ;-)

Anne, qui tolère que tu l'appelles "mon Anne" même si elle déteste ça, car elle a un petit problème avec le droit de propriété sur sa personne... en général.

T'habite à Saint-Raph ?...OK, ba disons que je compâtis... ;-)

Écrit par : Pyrom-Anne | 06/06/2006

Anne très chère Anne, Pour st Raph tu as raison c'est une ville de cons. Ici le con bas c'est seulement contre les cons. Cependant tu es agaçante je n'arrive pas à t'enlaidir dans le pont de l'heptagyne, mais je m’applique ce jour une vrai poitevine, je vais m’appliquer encore.

Écrit par : martingrall | 06/06/2006

la fin ne justifie jamais les moyens même si c'est bien embètant ; à moins de révolution ce qui est exclus. Salut à l'AGECA

Écrit par : brigetoun | 06/06/2006

Puisqu'on en est à discuter des moyens et des fins. Je vais te poser une question qui fâche Sébastien :)

Est-ce que tu pense que nous avons les moyens de nos fins (transformation des médias, du politique et de l'économie)?

Écrit par : Mathieu | 06/06/2006

Mathieu, ta question est abrupte et semble, telle qu'elle est posée, appeler une réponse négative. Mais j'ai envie d'y répondre de façon plus nuancée : ce que nous pratiquons, par la dénonciation des travers qui nous occupent, c'est l'éveil des consciences. Et de cette fin-là, nous avons les moyens. Je veux dire ne serait-ce qu'à une petite échelle. Et suivant l'adage que les petits ruisseaux font les grandes rivières... Alors "transformation des médias, du politique et de l'économie" ? Certes pas ici. Mais y contribuer, tant que nous avons accès à ce média, ainsi qu'à d'autres médias pour ceux qui publient ou s'expriment ailleurs, ou encore simplement en discutant avec les gens, autour de soi, au sein du tissu associatif... La base du militantisme, en fait. Pas sûr que les fins soient atteintes, mais on peut essayer !

Écrit par : Olivier Bonnet | 06/06/2006

@ olivier

Très bien dit, tout à fait d'accord, avec Internet, entre autres, nous avons la possibilité de nous exprimer, de dénoncer, et d'une certaine manière de lutter.

Comme vous le dites, c'est la base du militantisme.

C'est aussi vrai que l'on peut aussi colporter les pires horreurs.

Écrit par : Celestissima | 06/06/2006

Apres avoir lu toutes ces lignes, je pense que cette affaire n'est venue dans la presse que pour cacher autre chose de bien plus important.

Pourquoi ne pas laisser faire les journalistes d'investigation, qui je suppose sont libre?

La galère pour citoyens et les protections des élus et autres profiteurs ne sont pas seulement parisien, mais quel journaliste viendra dans nos régions pour soutenir les citoyens qui se battes pour la république et la justice.

Venez à Nice, le procureur à une réputation de chevalier blanc, mais quelle affaire sérieuse as t ' il menée au bout avec une peine de prison pour les soit disant profiteurs élus.

Moi, j'affirme que cette personne n'a servi que de paravent à la gauche et la droite pour camouffler cetaines possible mise en cause d'élus important de la cote d'azur.

A force de classer sans suite des plaintes de citoyens contre des élus plus que pourris, nous arrivons à croire que la république ce meurt de notre justice et de l'indifférence du troisièmes pouvoirs ( la presse) plus intérréssé par les pages de publicités des collectivités que de faire leurs métiers d'information.

alors cette affaire parisienne nous déçois mais nous étonnent pas, quand on met un procureur XXXXXXXXX

J'affirme que Monsieur de Mongolfier XXXXXX XXXXXXX XXXXXXX XXXXXXX XXXXXXX Je souhaiterai qu'il m'attaque en diffamation pour prouver mes dires?
Si vous êtes intéréssés.

Écrit par : Claude | 11/06/2006

@ Claude
Je viens de supprimer plusieurs lignes purement diffamatoires et SCANDALEUSES de votre commentaire.
Boum.
Il se trouve que vous êtes juste au bon endroit: j'ai, vous le savez peut-être, consacré deux livres, depuis trois ans, aux affaires niçoises. "La Baie des affaires" (Denoël) et "Un Juge au-dessus des lois" (Privé).
Alors je suis désolé, mais je ne vous laisserai pas balancer, sur ce blog, des propos diffamatoires sur le "proc", ni sur personne d'ailleurs, mais surtout pas sur lui. Je fais partie du fan-club, je l'assume et le revendique. Vous pouvez dire à peu près tout ce que vous voulez. Mais laissez-moi, moi, vous affirmer ceci: quelques magistrats comme lui de plus, et tout irait déjà beaucoup mieux.
Je ne comprends pas que vous osiez même poser des questions sur son bilan. Vous ouvrez les yeux quand vous voulez.
J'ai parlé.
Je suis fâché.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 11/06/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu