Avertir le modérateur

13/06/2006

A Voté

medium_hp_scands_6613052419.jpg

Cette fois vous ne direz pas que je fais trop long.
Cette fois je fais court, direct, informatif.
Faut bien se reposer.
Avant de ne pas aller voter.

PS qui n'a rien à voir: Allée 2B. Spéciale dédicace pour ta face!

Commentaires

..."je ne suis qu'un bulletin qu'on intoxique,et qu'on glisse dans une urne."
si les elections avait le pouvoir de changer les choses,on les auraient supprimées depuis belle lurette...
Mais bon,si ca aide a faire passer la pilule...
bonnes continuations a tous les agt...(et aux nrv aussi)

Écrit par : yoman | 13/06/2006

C'est une note, ça ? Y'aurait pas comme de la fumisterie, là ? Pourquoi écris-tu ça CE SOIR ? Anything special ?
Bon, ma copine me demande d'aller me coucher. A demain les AJT.

Écrit par : Olivier Bonnet | 13/06/2006

@ Olivier.
Oui, c'est ma note du 13 juin 2006.
Non, y a pas de fumisterie. Fin pas trop ;-)
Je l'écris tôt ce matin. Comme je fais souvent. Stoire de pas être pris au dépourvu plus tard.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 13/06/2006

@ Sébastien

Le vote est un artifice du pouvoir au service du pouvoir. Mais, comme pour tous les artifices, je pense qu’il est possible de le détourner à l’occasion pour un « prends ça dans ta gueule ! ». Comme ce fut le cas lors du référendum du 29 mai, et comme ce sera le cas - en ce qui me concerne – le 22 juin prochain lors du vote sur le projet - digne d’une mauvaise copie du bac - du PS. Un détournement du vote qui ne devrait plus seulement être optionnel, mais obligatoire (notre petite « liberté des vanités », qui ne nous est pas donnée, mais qu’il faut savoir prendre).


Extraits d’un communiqué de Démocratie et Socialisme (le courant de Filoche et Dolez) :

« Ce projet ne permet pas de construire avec les autres forces de Gauche l’alternative anti-libérale à laquelle une majorité de français aspire, comme l’a montré le vote du 29 mai 2005. Il nous conduit tout droit à une faible mobilisation et à une dispersion de notre électorat, ce qui multiplie les risques d’un nouveau 21 avril 2002.

En somme, on peut parler d’une plate forme minimum contenant suffisamment d’ambiguïtés pour permettre à chaque présidentiable de bâtir sa propre interprétation du projet et son propre programme. Il est sans souffle et ne débouche que sur des dynamiques de renoncement. Par chance, Forces Militantes n’a pas de candidat à présenter ; nous sommes donc libres d’exprimer notre déception sans risquer de représailles, et donc de voter clairement contre ce texte.

Le Parti Socialiste appartient à ses militants. Sa politique ne devrait pas être dictée par les médias. Il faut faire entendre notre voix, celle des socialistes conscients des enjeux et de leurs responsabilités. Et si vous voulez prendre connaissance de ce que devrait être un Projet vraiment socialiste, lisez donc le nôtre. Mais vous ne le trouverez pas dans l’Hebdo, puisque cela nous a été refusé, alors, demandez le nous en nous contactant. »

Ils ne présentent pas de candidat à la candidature, ils sont anti-libéraux, ils critiquent clairement le rôle des médias, ils ont tiré les conclusions qui s’imposaient d’elles-mêmes suite au 21 avril, ils s’inquiètent des questionnements et des décisions de la base, ils ont un vrai programme de gauche...
Je ne m’en lasse, aussi je repose la question : « Que font Filoche et Dolez – des socialistes ! – au PS ? »

http://www .democratie-socialisme.org (très bien sauf pour draguer du – de 65 ans)

Bref, tout ça pour dire que voter NON ou voter CONTRE, c’est bon parfois, Sébastien, crois-moi. D'ailleurs même les Bérus votent, ils votent n'importe quoi - Chevénement, l'hallu - mais c'est sûrement leur façon d'être subversifs (le n'importe quoi). Et puis, ils se sont sûrement rattrapés en s'abstenant au 2nd tour... enfin, j'espère, parce que les Bérus qui votent Chirac comme tue l'amour...ça se pose là.

Une problématique que je trouve intéressante - également par rapport à la question de la limite évidente des blogs comme espace d’expression : (allez, je vous la tourne
« sujet de bac philo ») "Le journalisme aura toujours sa plume pour s’exprimer…mais où l’illettré pourra t-il donner de la voix ?" (une vraie question bourdivienne. Attention, plusieurs thèses possibles, y compris : cerner l’Elysée le 14 juillet et huer le Président et sa cour pendant qu’il daigne accorder une interview – exercice hallucinant d’allégeance courbée qu’on nous impose chaque année comme la « cerise sur le gâteau » post-défilé... du pain et du cirque comme toujours …)


Vous avez 3H (ou 4… j'sais plus, c'est loin le bac… moi c’était Kant et l’altérité...)

@ Olivier Bonnet

Assez d'accord sur la fumisterie - ou plutôt la grosse flemme - de Séb sur ce coup-là. Mais, je me doute que c'est parce qu'il travaille déjà sur un sujet ENORME que tous les AJT (et même tous les NRV... et tous les...) rêveraient de lire...

Écrit par : Pyrom-Anne | 13/06/2006

Pfff.
J'avoue.
Je me tire une flemme.
Et pas que.
Des restes de mon passage par l'escalier de la semaine dernière.
Disons une petite forme.
Passagère. Mais petite.
Mais passagère.
Et je ne vote pas.
Na.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 13/06/2006

OK, OK, no souçaï !
And now for something completely different : sur les 15 000 postes de fonctionnaires qui vont être supprimés, 8700 dans l'éducation nationale. Si, je vous jure. Dans l'éducation nationale ! Problème de violence à l'école, baisse du niveau des élèves, classes surchargées ? Oui, oui. Mais c'est pas grave. 8700 postes supprimés quand même.
Moi, je crois que je vais voter. Je sais pas encore pour qui, mais, comme dit Pyrom-Anne, je sais contre qui.

Écrit par : Olivier Bonnet | 13/06/2006

Ah la déprime post-bouclage... un passage obligé pour tout journaliste, je me demande si les écrivains ressentent la même chose lorqu'ils rendent un manuscrit ? Christian !!? (Personnellement mon problème est que ma rédaction est en bouclage constant donc je suis en déprime post-bouclage depuis quelques mois, mais ça touche seulement le professionnel. Vivement que je puisse démissionner, oui ça devrait arriver bientôt).
Je ne peux pas me résigner à ne pas mettre ma petite enveloppe dans l'urne, quelque soit le résultat ensuite. Voter pour ou voter contre, ou même ne pas voter, l'important c'est de ne jamais le regretter ensuite. J'ai fait un peu de chemin quand même : je suis sûr que si un deuxième tour Sarkozy-Le Pen se déroule, et ben je laisse les gens de droite se démerder entre-eux.

@ Anne
La pique de Peillon sur les candidats à la candidature tu crois qu'elle vise Arnaud M. ?

Écrit par : carole | 13/06/2006

En 2001 pour la première fois de ma carrière d'électrice je n'ai pas voté au premier tour, j'étais en Italie, j'avais la flemme, j'avais du mal à déterminer qui était mon candidat, je me disais, je voterai Yoyo au deuxième tour, sans enthousiasme, juste histoire de bloquer le Chichi.
2 semaines plus tard j'ai dû me précipiter à Nice pour déposer dans l'urne un bulletin sur lequel était écrit Jacques Chirac (hou la honte!), je n'avais jamais imaginé en arriver à cette extrémité.

Aujourd'hui, perplexe, j'ai un vieux slogan qui me trotte dans la tête, et que je pèse et soupèse:" Elections, pièges à cons!"

D'un autre côté, ne pas voter, vis à vis de tous ceux de par le monde qui n'ont pas la possibilité de choisir démocratiquement par qui ils aimeraient être gouvernés, ça me donne, comment dire, une impression de gaspillage.

Et je pense, tiens par exemple, à Aung San Suu Kyi.

Écrit par : Céleste | 13/06/2006

J'sais pô lire les images, c'est con quand même. 8000 postes en moins dans l'éducation. C'ets sur on va pas avancer peut être remonter le temps!
Donc au premier tour c'est entre Mao et staline? ou l'inverse haaaaa t'es fatiqué Seb parce que l'année prochaine c'est soit nicolas royal soit ségolène sarkozy donc pout la première fois en démocratie un seul bulletin (moi&moi) c'ets ceux qui dépuillent les bulletins qui vont être contents! une seule liste
moi&moi oane point
moi&moi tou point
moi&moi tri point
moi&moi for point
moi&moi five point
moi&moi six point

Écrit par : martingrall | 13/06/2006

Le peuple *********convaincu que l'oubli et le mépris des droits naturels de l'homme sont les seules causes des malheurs du monde, a résolu d'exposer dans une Déclaration solennelle ces droits sacrés et inaliénables, afin que tous les citoyens, pouvant comparer sans cesse les actes du gouvernement avec le but de toute institution sociale, ne se laissent jamais opprimer et avilir par la tyrannie; afin que le peuple ait toujours devant les yeux les bases de sa liberté, de son bonheur, le magistrat la règle de ses devoirs, le législateur l'objet de sa mission.
En conséquence, il proclame en présence de l'Être suprême, la déclaration suivante des droits de l'homme et du citoyen.

Article premier. - Le but de la société est le bonheur commun. Le gouvernement est institué pour garantir à l'homme la jouissance de ses droits naturels et imprescriptibles.
Art. 2. - Ces droits sont l'égalité, la liberté, la sûreté, la propriété.
Art. 3. - Tous les hommes sont égaux par la nature et devant la loi.
Art. 4. - La loi est l'expression libre et solennelle de la volonté générale, elle est la même pour tous; soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse; elle ne peut ordonner que ce qui est juste et utile à la société; elle ne peut défendre que ce qui lui est nuisible.
Art. 5. - Tous les citoyens sont également admissibles aux emplois publics, les peuples libres ne connaissent d'autres motifs de préférence dans leurs élections que les vertus et les talents.
Art. 6. - La liberté est le pouvoir qui appartient à l'homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d'autrui: elle a pour principe, la nature; pour règle: la justice; pour sauvegarde: la loi; sa limite morale est dans cette maxime: Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait.
Art. 7. - Le droit de manifester sa pensée et ses opinions, soit par la voie de la presse, soit de toute autre manière, le droit de s'assembler paisiblement, le libre exercice des cultes ne peuvent être interdits. La nécessité d'énoncer ces droits suppose ou la présence, ou le souvenir récent du despotisme.
Art. 8. - La sûreté consiste dans la protection accordée par la société à chacun de ses membres, pour la conservation de sa personne, de ses droits et de ses propriétés.
Art. 9. - La loi doit protéger la liberté publique et individuelle contre l'oppression de ceux qui gouvernent.
Art. 10. - Nul ne doit être accusé, arrêté, ni détenu, que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes qu'elle a prescrites, tout citoyen appelé ou saisi par l'autorité de la loi doit obéir à l'instant; il se rend coupable par la résistance.
Art. 11. - Tout acte exercé contre un homme hors des cas et sans les formes que la loi détermine, est arbitraire et tyrannique: celui contre lequel on voudrait l'exécuter par la violence a le droit de le repousser par la force.
Art. 12. - Ceux qui solliciteraient, expédieraient, signeraient, exécuteraient ou feraient exécuter des actes arbitraires, sont coupables et doivent être punis.
Art. 13. - Tout homme jugé étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.
Art. 14. - Nul ne doit être jugé et puni, qu'après avoir été entendu ou légalement appelé, et qu'en vertu d'une loi promulguée antérieurement au délit. La loi qui punirait des délits commis avant qu'elle existât, serait une tyrannie: l'effet rétroactif donné à la loi serait un crime.
Art. 15. - La loi ne doit décerner que des peines strictement et évidemment nécessaires: les peines doivent être proportionnées au délit et utiles à la société.
Art. 16. - Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie.
Art. 17. - Nul genre de travail, de culture, de commerce, ne peut être interdit à l'industrie des citoyens.
Art. 18. - Tout homme peut engager ses services, son temps, mais il ne peut se vendre ni être vendu. Sa personne n'est pas une propriété aliénable. La loi ne reconnaît point de domesticité; il ne peut exister qu'un engagement de soins et de reconnaissance entre l'homme qui travaille et celui qui l'emploie.
Art. 19. - Nul ne peut être privé de la moindre portion de sa propriété, sans son consentement, si ce n'est lorsque la nécessité publique légalement constatée l'exige et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.
Art. 20. - Nulle contribution ne peut être établie que pour l'utilité générale. Tous les citoyens ont le droit de concourir à l'établissement des contributions, d'en surveiller l'emploi, et de s'en faire rendre compte.
Art. 21. - Les secours publics sont une dette sacrée. La société doit la subsistance aux citoyens malheureux soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d'exister à ceux qui sont hors d'état de travailler.
Art. 22. - L'instruction est le besoin de tous. La société doit favori-
ser de tout son pouvoir les progrès de la raison publique et mettre l'instruction à la portée de tous les citoyens.
Art. 23. - La garantie sociale consiste dans l'action de tous pour assurer à chacun la jouissance et conservation de ses droits: cette garantie repose sur la souveraineté nationale.
Art. 24. - Elle ne peut exister, si les limites des fonctions publiques ne sont pas clairement déterminées par la loi, et si la responsabilité de tous les fonctionnaires n'est pas assurée.
Art. 25. - La souveraineté réside dans le peuple. Elle est une et indivisible, imprescriptible et inaliénable.
Art. 26. - Aucune portion du peuple ne peut exercer la puissance du peuple entier; mais chaque section du souverain assemblée doit jouir du droit d'exprimer sa volonté avec une entière liberté.
Art. 27. - Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l'instant mis à mort par les hommes libres.
Art. 28. - Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures.
Art. 29. - Chaque citoyen a un droit égal de concourir à la formation de la loi et à la nomination de ses mandataires ou de ses agents.
Art. 30. - Les fonctions publiques sont essentiellement temporaires ; elles ne peuvent être considérées comme des distinctions, ni comme des récompenses, mais comme des devoirs.
Art. 31. - Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis. Nul n'a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens.
Art. 32. - Le droit de présenter des pétitions aux dépositaires de l'autorité publique ne peut, en aucun cas, être interdit, suspendu, ni limité.
Art. 33. - La résistance à l'oppression est la conséquence des autres droits de l'homme.
Art. 34. - Il y a oppression contre le corps social lorsqu'un seul de ses membres est opprimé. Il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé.
Art. 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

hein qu'il est bien mon articke 35 et il est pour tout le monde toutes et tous!

De quel pays est cette constitution vous avez deux heures! et je ne veux pas entendre une mouche voler!! Heu voler qui Madame!


Martingrall

Écrit par : martingrall | 13/06/2006

De chez nous ! An I !
Merci pour la piqûre de rappel, Martin !

Écrit par : Grabuge | 13/06/2006

N'oublions pas de défendre la cause du rock progressif qui lorsqu'il mourra signifiera la mort de l'humanité

Écrit par : Fulcanelli | 13/06/2006

Sébastien, pourquoi tu ne vote pas pour le facteur?

Écrit par : Mathieu | 13/06/2006

@ Mathieu

Parce que le facteur déconne toujours deux fois.

OK... Je sors....

Écrit par : Grabuge | 13/06/2006

Serge July quitte Libération

NOUVELOBS.COM | 13.06.06 | 11:09

Écrit par : Fulcanelli | 13/06/2006

FULCANELLI
Je voudrais VRAIMENT que tu arrêtes, avec le rock progressif.
Ca me déprime.
:-)))))))))

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 13/06/2006

Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1793.

ha ça hira ça hira ça hira
tous les politiques à la lanterne!
Pour y voir plus clair!

Écrit par : martingrall | 13/06/2006

Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen 26 août 1789

Les représentants du peuple µµµµµµµ, constitués en Assemblée nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d'exposer dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'homme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du Pouvoir législatif et ceux du Pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous. En conséquence, l'Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l'Être suprême, les droits suivants de l'homme et du citoyen.

Article premier. - Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.
Art. 2. - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression.
Art. 3. - Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n en émane expressément.
Art. 4. - La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui: ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.
Art. 5. - La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.
Art. 6. - La loi est l'expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.
Art. 7. - Nul homme ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la loi, et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis; mais tout citoyen, appelé ou saisi en vertu de la loi, doit obéir à l'instant: il se rend coupable par la résistance.
Art. 8. - La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.
Art. 9. - Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est jugé indispensable pour l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.
Art. 10. - Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.
Art. 11. - La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.
Art. 12. - La garantie des droits de l'homme et du citoyen nécessite une force publique; cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.
Art. 13. - Pour l'entretien de la force publique et pour les dépenses de l'administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.
Art. 14. - Tous les citoyens ont le droit de constater, par eux mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.
Art. 15. - La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.
Art. 16. - Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de constitution.
Art. 17. - La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous condition d'une juste et préalable indemnité.

Alors là elle est encore plus courte, normal sans l’école (normale) toujours deux heures !

Martingrall

Écrit par : martingrall | 13/06/2006

vous pouvez passer votre chemin c'est que pour Seb dans sa très longue période amoureuse d'avec E-U


Constitution des *****-**** 17 septembre 1787

Nous, le peuple des ***** **** , en vue de former une union plus parfaite, d'établir la justice, d'assurer la tranquillité intérieure, de pourvoir à la défense commune, de développer le bien-être général et d'assurer des bienfaits de la liberté à nous-mêmes et à nos descendants, ordonnons et établissons la présente Constitution pour les *****-**** d'Amérique.


Amendements à la Constitution des *****- ****

1er amendement (1791). - Le Congrès ne pourra faire aucune loi concernant l'établissement d'une religion ou interdisant son libre exercice, restreignant la liberté de parole ou de la presse ou touchant au droit des citoyens de s'assembler paisiblement et d'adresser des pétitions au Gouvernement pour le redressement de leurs griefs.

2e amendement (1791). - Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d'un État libre, il ne pourra être porté atteinte au droit du peuple de détenir et de porter des armes.

3e amendement (1791). - En temps de paix aucun soldat ne pourra être logé dans une maison quelconque sans le consentement du propriétaire et en temps de guerre il ne pourra être logé que selon les règles prescrites par la loi.

4e amendement (1791). - Le droit des citoyens d'être protégés dans leurs personnes, leurs maisons, leurs papiers et leurs effets et d'être mis à l'abri de toutes perquisitions et saisies déraisonnables, ne pourra être violé, et il ne pourra être lancé de mandats de perquisition ou de saisie que pour une cause plausible, appuyée par le serment ou l'affirmation des plaignants; le mandat devra toujours contenir la description du lieu où doit se faire la perquisition, ainsi que celle des personnes ou des choses qui doivent être saisies.

5e amendement (1791). - Nul ne sera tenu de répondre à l'accusation de crime capital ou autrement infamant, si ce n'est sur la dénonciation ou la poursuite émanant d'un grand jury, à moins qu'il ne s'agisse de cas survenus dans les armées de terre et de mer ou dans la milice, quand elle est appelée au service actif en temps de guerre ou de danger public; nul ne pourra être exposé deux fois pour le même crime au risque de perdre la vie ou d'être molesté dans son corps; dans aucune affaire criminelle, nul ne pourra être contraint de témoigner contre lui-même, ni être privé de sa vie, de sa liberté ou de ses biens, sans une procédure légale. Nulle propriété privée ne sera prise pour un usage public sans une juste indemnité.

6" amendement (1791). - Dans toutes les poursuites criminelles l'accusé jouira du droit d'être jugé promptement et publiquement par un jury impartial de l'État et du district où le crime aura été commis, lequel district aura été auparavant déterminé par la loi, et d'être informé de la nature et de la cause de l'accusation, d'être confronté avec les témoins à charge, de faire citer par toutes voies légales des témoins à décharge et d'avoir l'assistance d'un avocat pour sa défense.

7" amendement (1791). - Dans les procès de common law où la valeur en litige excédera vingt dollars, le droit à un jugement par jury sera maintenu et aucun fait jugé par un jury ne pourra être soumis au nouvel examen d'une Cour quelconque des *****-**** que conformément aux règles de la common law.

8" amendement (1791). - Il ne pourra être exigé de cautionnement exagéré ni imposé d'amendes excessives, ni infligé de peines cruelles et d'un genre inaccoutumé.

9" amendement (1791). - L'énumération de certains droits dans la Constitution ne devra être interprétée comme annulant ou restreignant d'autres droits conservés par le peuple.

10" amendement (1791). - Les pouvoirs qui ne sont pas délégués aux *****-**** par la Constitution ou qui ne sont pas refusés par elle aux États, sont réservés aux États respectivement ou au peuple.


Tu as deux minutes après chom pour le rappel.

martingrall

Écrit par : martingrall | 13/06/2006

Ce matin j'ai vu un truc qui m'a fait penser à vous tous ( et ce avant même d'avoir vu le sujet SF du jour) :
Une poubelle sur laquelle un citoyen motivé avait écrit "urne 2007". (je ne présume pas que tous, ici, etes abstentionniste mais le sujet du ras le bol du système actuel, des politiques ect...est un sujet récurrents ici et chez GB).


Et concernant le vote : non, je ne crois pas en nos politiques ; non, je n'est jamais eu de grands espoirs (toujours pour le moins pire, jamais pour le meilleur) mais oui, je voterai en 2007 et après parce que, de mon point de vue, le droit de vote est un droit civique mais un devoir moral. Je comprends les "votes blancs" mais j'avoue avoir un peu plus de mal avec les "abstentionnistes je-m'en-fout".

Écrit par : sève | 13/06/2006

Sève il est difficile dans un vote blanc de faire la différence entre le j'm'enfout et je ne cautionne pas ces politiques.

Écrit par : martingrall | 13/06/2006

à Martingrall :
J'appelle "vote blanc", celui qui ne cautionne pas les politiques. Certains peuvent se déplacer voter mais invalider leur bulletin (en le gribouillant ou en ne mettant rien dans l'envelppe..) . D'autres ne se déplacent pas voter mais te parlent de politique dès qu'ils le peuvent et t'expliquent sans difficultés les raisons de leur non-vote.
Genre, "oui je m'interresse à la politique, j'ai des idées sur le sujet mais je refuse de cautionner ces politique et/ou ce système".

Et pour moi, un "abstentionniste je-m'en-fout", c'est quelqu'un qui ne va pas voter par désintérêt, pcq il ne trouve pas ça important... C'est généralement celui qui te dit "la politique je m'en tape, de toute façon je comprend rien ", "Qu'est-ce qui nous font chier avec leurs trucs politiques, on s'en fout" ou "à quoi ça sert d'aller voter, y'a mieux à faire" (Bon ils ne parlent pas tous aussi cruement, ça c'est moi qui rajoute...).
Il est vrai que j'ai énormément de mal avec les "j'comprend rien à la politique". Que les ressorts etc... soient obscures certes mais comprendre qui est qui et qui dit quoi, y'a quand même pas besoin d'avoir fait noral sup' et l'ena, suffit de tendre une oreille un peu interréssée.

Voilà, en fait je fais la distinction dans les 2 expressions mais je me suis probablement mal exprimée.

Écrit par : sève | 13/06/2006

De toute façon, les gens, on leur dit :

"eh, les gens, faut voter !"

Et là, les gens, y disent "bouhh, que des escrocs, que des salauds, on va pas voter, na !"

Et si, les gens, on leur dit :

"ah non, là, les gens, vous z'allez pas voter !"

Eh beh, les gens, y disent "bouhh, que des escrocs, que des salauds, y veulent meme pas qu'on vote, y veulent faire leurs petites affaires en douce ! on veut voter ! on veut voter !"

Plutot que de tomber là-dedans, faudrait plutot réfléchir à un système qui comptabilise les blancs ou les nuls (au moins les blancs) et qui fasse qu'une éléction est validée lorsque qu'une candidature obtient une majorité par rapport aux bulletins exprimés et valides.

Dans ce cas, les peuple votant aurait la possibilité de mettre de virtuels bons coups de pied aux fesses aux indésirables.

Vox populi, vox dei

Écrit par : xolotl pichuan | 13/06/2006

exprimés et valides, donc blancs inclus, bien sur

Écrit par : xolotl pichuan | 13/06/2006

Hey Seb ! Caroll vient de poster en face, chez le Boss, une interview de Lallemend à propos de la succession de July et tu sais quoi ? ah ah ah ah ah ah ah ! Va voir, tu vas rire aussi.

Écrit par : Olivier Bonnet | 13/06/2006

@ Anne
Pour Filoche et Dolez et leur courant : ils pensent peut-être que c'est possible à force d'insister de changer les choses de l'intérieur. Moi je te retourne la question : qu'est-ce que toi tu fais au PS ?

Écrit par : carole | 13/06/2006

carole , ben alors ! cependant t'as pas tout à fait tort, mais Montebourg il a les yeux en velours!

Écrit par : martingrall | 13/06/2006

Filoche, il croyait dur comme fer, en août 2005 à l'université d'été du PS que Fabius allait devenir 1er secrétaire. Il est comme ça Filoche, après plus de trente ans dans les rangs de la 4ème internationale, il n’a toujours pas compris. Il a cru au raccourci, c’est une impasse. Maintenant il a l'air de quoi avec son projet qui n'est pas anti-libéral, Hollande au commande, le NPS qui ne lui parle plus, et sa mini-troupe d’ex ??

Écrit par : Caroll | 13/06/2006

xolotl pichuan, il devient évident qu'il faile comptabliser tous les votes.

Écrit par : martingrall | 13/06/2006

Un lien qui intéressera Olivier et surtout Sébastien (;''((((--;)))(((=;

http://www.progresiste.com/fr/

Écrit par : Fulcanelli | 13/06/2006

http://www.liberation.fr/page.php?Article=388744

Vous l'entendez?








Le silence,







Le silence du Parti "Socialiste" face à ça.

Écrit par : Mathieu | 13/06/2006

@ Carole

"Anne, moi je te retourne la question : qu'est-ce que toi tu fais au PS ?"

Je m'égare... la vie est une série d'épreuves... aussi affligeantes que drôles...

En fait, pour te répondre sincèrement, ma démarche d'adhésion au PS est à la fois expérimentale (vive l'observation participative) et politique (tiens, si je foutais un peu le souk au PS, histoire de leur rappeler que la gauche bouge encore...).

La vraie question, c'est : "combien de temps vais-je tenir ?"

Écrit par : Pyrom-Anne | 13/06/2006

Moi aujourd'hui j'ai vu trois des contributeurs(trices) du blog, et pas vous.

Écrit par : La canicule ne réussit pas aux docteurs | 13/06/2006

@ Les docteurs non plus ne réussissent pas toujours à la canicule (quand on y réfléchit un peu sérieusement au lieu de se goberger dans une brasserie de Montparnasse en exhibant des ouvrages durablement subversifs).
Fais pas TROP le cake non plus.
Moi aussi j'ai vu des gens du blog.
@ Fulcanelli
Atroce, ton lien. Atroce...
@ Anne
"Tiens si je foutais un peu le souk au PS": tiens, et si tu réalisais que tu vaux bien mieux que ces baltringues?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 13/06/2006

@ Sébastien

Attention, tu vas perdre un ami, Olivier

Écrit par : Fulcanelli | 13/06/2006

@ Sébastien

Tu oublies un peu vite que je suis grande Madone de la Loge "J'me la pète !"

@ Frère Christian Lehmann

Vous serez bientôt approché par l'un de nos membres. Nous sommes très sélectifs, mais votre dernier post - qui fut salué d'un éclat de rire unanime - sera votre sésame.

Écrit par : Pyrom-Anne | 13/06/2006

Il est sympa ce dessin. Vous l'avez découpé avec vos ciseaux à bouts ronds? Parce qu'il ne faudrait pas vous blesser en exprimant des vérités aussi dérangeantes!

Écrit par : Eric | 13/06/2006

Sur France 2 c'est HA LLU CI NANT là ce qui passe.

Écrit par : Mathieu | 13/06/2006

@ Sébastien

Y'a du nouveau sur ton lien préféré sur Primprenelle du Poitou (qui est méchante). Un bel édito comme on les aime, tellement décomplexé qu'il en devient finalement assez proche de la vérité.

Écrit par : Pyrom-Anne | 13/06/2006

@ Sébastien
J'espère que lorsque tu parles d'ouvrages durablement subversifs tu ne parles pas des magazines que j'ai laissé au bons soins du docteur (si c'est oui stp ne les nomme pas je risque d'être répérée par des gens de ma rédac).
Et tu me dois toujours une dédicace ;o)))

@ Christian
Ce fut un plaisir et en plus très intéressant. Je t'envoei un mail pour la suite.

@ Pyrom-Anne
Et alors tu en tires déjà queqlues conclusions ?

Écrit par : carole | 13/06/2006

Ah ben zut, moi j'ai même pas droit à un mail de Carole,

Je n'en vais pleurer dans ma chaudemière

Écrit par : Fulcanelli | 13/06/2006

@ Carole
Voui. Je te dois une dédicace.
@ Fulcanelli
Atroce...
@ Anne
Ben si tu trouves que tu te la pètes, attends de voir mon billet d'demain. GRAND MOMENT d'autosatisfaction/promotion.
@ Mathieu
Qu'est-ce qui s'est passé, sur France 2?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 13/06/2006

Une ôde à la gloire de "papa" Bernard Tapie et de sa fille depuis sa naissance jusqu'à aujourd'hui. Une émission entière consacrée aux "papas stars et à leurs enfants stars" avec un commentaire hagiographique comme je n'en avais pas entendu depuis un bail.

Écrit par : Mathieu | 13/06/2006

tiens, pour en revenir au sujet du jour
PAS DE CHOIX, PAS DE VOTE !



Parce que démocratie signifie " pouvoir du peuple ", parce que la démocratie parlementaire est par essence une oligarchie donc sûrement pas un régime démocratique, parce que nous ne voulons plus " subir " les décisions d'une élite au pouvoir mais bien être acteurs de nos vies, parce que le principe représentatif tel qu'il a toujours été proposé dans nos belles démocraties fausse et faussera obligatoirement ce même principe démocratique, enfin, parce que nous refusons de cautionner un système inégalitaire, absurde, hypocrite, répressif, et surtout aussi abject que tout autre régime anti-démocratique, nous prônons l'abstention active !
Nous refusons le vote qui est hypocritement appelé " démocratique ", car celui-ci ne sert qu'à légitimer le pouvoir en place : " j'ai eu la majorité des voix, c'est donc moi que le peuple veut pour tête de con numéro 1 " (ou numéro 2,3,4… selon le type d'élections proposée). Est-il besoin de rappeler que la démocratie de type représentatif ne sert que les intérêts d'une minorité au pouvoir, laissant apparaître des allures d'oligarchie ("pouvoir de quelques-uns") à peine camouflées derrière un discours populiste démago: "la France pense que... les Français disent... le peuple est satisfait de ..." NOUS REFUSONS DE LAISSER CROIRE A QUELQUE PARTI QUE CE SOIT QUE NOUS LEGITIMONS SA PRESENCE! Nous refusons la logique du "moins pire" qui fait le jeu des autres partis tout aussi pourris -" Votez pour moi et le FN ne passera pas... hin, hin! ". Aucun compromis avec une force autoritaire et répressive aussi abjecte qu'un Etat! Sus à tous ces "partis citoyens" démagogues qui se targuent de vouloir penser la politique autrement (comprenez sans programme défini à l'avance), de donner la parole au populo -quelle blague lorsque l'on voit comment ceux-ci réagissent une fois élus- enfin, d'être "différents": qu'entendent-ils par là? Seraient-ils "moins pourris", "moins corrompus", "moins hypocrites"?

C'est une vérité générale, indéniable et incontrôlable (en un mot: humaine) que la relation suivante:
le pouvoir pourrit.

L'histoire le démontre depuis la nuit des temps, tout homme qui se voit confié sans contrôle les décisions concernant toute une communauté durant un temps plus ou moins long finit par ne servir que ses intérêts propres, par s'arroger le droit de réprimer les dissidences au nom de sa prétendu science, intelligence ou expérience, à contrôle finalement le sort d'autres individus qui s'en remettent aveuglément à ce [futur] tyran dans leur ignorance, leur manque d'expérience et leurs croyances entretenues par certains intéressés(comprenez la classe dominante quelle qu'elle soit).
Nous refusons donc de faire le jeu du système en donnant notre "voix" à un inconnu qui ne sait ni ne peut connaître nos envies, nos désirs, nos goûts, nos choix personnels. nous refusons de tolérer la domination exercée sur des millions d'individus par un des candidats qui aura mieux réussi que les autres à faire pencher la balance en sa faveur à coup de promesses électorales, de poignées de main ou de grâces précédant comme par hasard les élections. Nous refusons de donner à ses hommes la légitimité dont ils ont besoin, celle qu'ils obtiennent par notre vote. Cela signifie que nous ne recherchons pas à "améliorer le système de l'intérieur" car il n'y a pas de capitalisme à visage humain. Nous ne présentons pas de candidats car nous avons compris que nul ne peut résister à la tentation du pouvoir. Il n'existe pas de sage infaillible en qui nous pourrions avoir une foi et une confiance inébranlable : pas de leaders, pas de représentants fixes, pas de pouvoir de certains sur d'autres.
Seulement une Assemblée Générale souveraine (au niveau du quartier, du l'école, de l'usine, l'entreprise, au niveau local … voire au niveau national pour les décisions, très rares, qui nécessiteraient une si grande concertation) qui décide seule des mesures à prendre pour gérer au mieux la " vie de la cité " (définition de la " citoyenneté " tant prônée par les dirigeants de tous poils).
Ce que nous prônons, c'est l'autogestion de la vie quotidienne à travers la démocratie directe: ce système propose en effet de décider réellement à la base, c'est-à-dire que c'est la population qui décide et non un groupe de privilégiés disposant de prérogatives insensées (celles de disposer d'un pouvoir de décision sur la vie d'autres individus, et ceci même sans aucun contrôle, ni limite!...). En effet, il ne s'agit pas d'élire un représentant qui pourrait choisir à son gré les mesures à prendre mais bien de:
· décider souverainement à la base (la population des quartiers, des entreprises…) lors d'AG et réunions essentiellement,
· d'établir un compte-rendu de l'AG (donc de mettre au clair le bilan de cette AG: " qu'est-ce que nous avons finalement décidé? "),
· puis ensuite d'élire un ou deux délégués chargés de faire appliquer les décisions ou de transmettre aux autres AG les positions du quartier, de l'entreprises…
En aucun cas les délégués n'ont de pouvoir décisionnel, ils ne disposent en effet que d'un pouvoir exécutif… Cette pratique d'une véritable démocratie ne pourra être mis en place que si nous cessons de nous laisser diriger passivement, dont le vote est un des symbole les plus flagrant : " Laissez-nous faire, on s'occupe de tout loin des regards indiscrets ; quand on aura besoin de vos voix pour légitimer notre présence en haut de la hiérarchie, on vous rappellera… ". C'est par la prise en main de sa vie, par l'habitude de gérer soi-même ses affaires et par une pratique autogestionnaire permanente qu'on prépare le changement… D'où la signification de l'abstention active.

" Pas de choix, pas de vote ": je n'ai pas a choisir mon maître quel qu'il soit… pourquoi donc devrais-je voter, nom de Dieu?!

En clair, pour gérer la ville comme l'usine: il faut agir au lieu d'élire!

Ni Dieu, ni Maitre!



Paru dans le numero 25 du journal des JL "Il était une fois la révolution, con!"
"
http://jeuneslibertaires.free.fr

"

Écrit par : rep ban | 13/06/2006

@ rep ban
Merci. Bravo.
Clap-clap-clap-clap-clap.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 13/06/2006

Ils commencent par dire qu'ils sont contre le principe de la représentativité. Cependant, ils admettent eux-mêmes par la suite l'idée qu'il faudra bien "élire un ou deux délégués chargés de faire appliquer les décisions ou de transmettre aux autres AG les positions du quartier, de l'entreprises…"

Ils admettent que le pouvoir tend à corrompre celui qui l'exerce, mais ils excluent "le peuple", la "population" de cette rétroactivité du pouvoir sur celui qui l'exerce.

"c'est la population qui décide" "lors d'AG et réunions essentiellement". Comme si ça allait empêcher une grande partie de "la population" de subir une politique décidée par la majorité, ou même par une minorité. Ils pensent un régime politique sans se poser une seule seconde la question de son évolution dans le temps, comme s'il allait rester tel quel éternellement une fois instauré. C'est littéralement une utopie.

"Seulement une Assemblée Générale souveraine (au niveau du quartier, du l'école, de l'usine, l'entreprise, au niveau local … voire au niveau national pour les décisions, très rares, (très rares? je n'en suis pas aussi certain) qui nécessiteraient une si grande concertation) qui décide seule des mesures à prendre pour gérer au mieux la " vie de la cité "".
Comme si "l'assemblée générale" évitait nécessairement a priori tous les tractations qui accompagnent nécessairement l'exercice du pouvoir, les alliances, la nécessité qu'une majorité se dégage et ce que ça implique au niveau de l'exercice du pouvoir qu'elle se dégage, etc.

Et puis concrètement, ils croient que même si, demain, plus personne n'allait voter (et ça n'est vraiment pas prêt d'arriver), on aboutirait à ce qu'ils proposent? Ca ne me semble pas crédible.

Écrit par : Mathieu | 13/06/2006

PS: Je vous balance quand même demain à l'aube pour patienter un montage qui me fait marrer.
Merci Christian Lehmann.
Tu es un bon camarade, Christian Lehmann.
Je te revaudrai ça, Christian Lehmann.
Il est temps que tu intègres la P. Team, Christian Lehmann.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 13/06/2006

@ Mathieu
En même temps, tout ça a quand même été un peu plus "pensé" que ça.
Faudra qu'un jour tu viennes faire un tour du côté de ma bibli! ;-)
Demain, billet un peu tardif: j'attends quelques dernières précisions sur le mauvais procédé/sort fait au gendarme Roussel. Encore une histoire énervante.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 13/06/2006

@Sébastien
Oui toute leur pensée ne doit pas se résumer dans ce texte. Je ne suis pas d'accord avec un certain nombre de choses de base qu'ils avancent (par exemple "Nos dirigeants n’ont que le pouvoir que nous leur accordons") mais je ne connais pas assez leur pensée pour pouvoir en discuter vraiment. Sûr que faire un tour dans ta bibliothèque serait très intéressant :)

Écrit par : Mathieu | 13/06/2006

@ Mathieu

Tu trouves déjà pas mal de choses sympathiques sur le net.
Genre...

http://ml.federation-anarchiste.org/
http://bibliolib.net/
http://kropot.free.fr/



Ventilateur à fond.
Pas le moral (mais pas du tout !)... donc, pour les dépressifs ou les insomniaques, les grands moyens : la traduction intégrale de l'époustouflant numéro de dézingage en plein vol effectué par le très satirique Stephen Colbert devant le parterre médusé du dîner annuel des correspondants de la Maison Blanche, en présence de Georges Bretzel Bush et sa dame...

Promis.
Vous allez rêver qu'un truc pareil puisse exploser à la tête d'un certain Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa...

Écrit par : Grabuge | 14/06/2006

@Grabuge

Entièrement d'accord avec toi. Le dézingage de GWBush par Colbert est un grand moment. Surtout qu'il dézingue en même temps tout l'establishment médiatique. Et c'est bien pourquoi le sujet a littéralement été escamoté dans les médias le lendemain. En revanche, gros succès "dans la blogosphère", et un site hallucinant qui en dit long sur les attentes d'une partie de la population de ce pays :
http://thankyoustephencolbert.org/

Déjà 61000 visiteurs ont déposé un etxte de remerciemnt. Je disbien 61000 posts, dans lesquels les deux mots qiu reviennent le plkus souvent sont "hero" et "balls". "Vous êtes notre héro, vous au moins vous avez des couilles" pourrait être le résumé super dense de ces étonnants courriers de sympathie.

Écrit par : Citoyen | 14/06/2006

@ Sébastien
Alors quand est-ce qu'il arrive ce prochain billet ? ;o))
Sinon j'aimerais bien qu'un jour tu me donnes ton avis sur les ouvrages durablement subversifs d'hier (par mail plutôt).

Écrit par : carole | 14/06/2006

@ Carole

Les Evangiles, c'est subversif,

Ne me remercie pas pour le mail, un clic auprès du Père et il envoie ça par le Saint Esprit

Écrit par : Jésus | 14/06/2006

à Sebastien Fontenelle :
Il est 16h36 et rien ... ni billet, ni montage ( pourtant promis pour l'aube de ce nouveau jour) alors on fait quoi ???
D'accord, on est mercredi, jour des fruits et légumes mais quand même ... je vais finir par m'inquiéter.

Écrit par : sève | 14/06/2006

@sève

Faudrait peut-être que tu te réveilles, là... ;)
Le "montage" promis vient de sauter probablement parce que Seb concocte autre chose mais il était là depuis cette nuit et on pouvait commenter à foison...
Quand au billet, Sébastien a déjà dit hier qu'il lui manquait certaines infos pour le peaufiner...

Youhou ? Allo la Lune, ici la Terre !

Écrit par : Grabuge | 14/06/2006

@ Grabuge
Entre un "billet un peu tardif" et un billet du soir, il y a des différences non ? :o)

Écrit par : carole | 14/06/2006

@carole

Ben oui : la même différence qu'entre un blog et une pointeuse... :)

Écrit par : Grabuge | 14/06/2006

Carole

Je ne comprends pas que tu n'aies pas plus confianssssssssssssssssse en moi.
Tu sais bien que je ne divulguerais rien à l'extérieur, de tes activités au service du grand capital pharmaceutique en Bolivie.
Il s'agit donc de toute autre chose. Des livres que j'ai montré à Sébastien, et qu'il a tenu à lire, bien que j'ai tenté de l'en empêcher.
"Révélations de Glaaki" et "King in Yellow"
Depuis, il n'est plus le même.

Écrit par : Ia Shub Niggurath! La Chèvre aux Mille Chevraux! | 14/06/2006

@ Christian
On voit la différence entre l'écrivain et le (la) journaliste : l'inventivité dans les pseudos.
Bon, je me suis juste un peu pris le melon ;o)))) Mais je dégonfle vite ;o)

Écrit par : carole | 14/06/2006

à Grabuge :
Quand on arrive et qu'il n'y a rien, on fait comment pour savoir qu'il y AVAIT qqchose ???? Vous qui savez tout, vous n'aurez sans doute aucun à me répondre.

Écrit par : sève | 14/06/2006

Schub Niggurath est aussi le nom d'un group de progressif

@ Docteur, tu vas déprimer notre Seb

Écrit par : Fulcanelli | 14/06/2006

Je suis en train de finir le Necronomicon, prêté par notre ami Lehmann...
Brrr...

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 14/06/2006

@sève

Et ben et ben... c'est la pleine lune ou quoi ?
Pas la peine de s'énerver ! Zen !
Je vous disais simplement (et courtoisement) que Seb avait mis son montage en ligne un peu avant minuit et qu'il était resté là jusqu'en toute fin d'après-midi...
Pas de quoi monter sur ses grands chevaux !

Le Sachem, il n'est pas aux pièces et, en ce qui me concerne, autant je suis ravie d'avoir un billet à me mettre sous la dent, autant je lui laisse toute latitude pour poster quand il veut, au gré de ses humeurs, de ses disponibilités, de ses envies.
Sinon, c'est plus un blog, c'est un bagne.
En bref, je considère qu'il ne me doit rien et je m'estime bien contente quand il a eu le temps de penser à nous...
Voilà tout !

Vous avez un blog, chère sève ? :)))))))

Nota : non, je ne sais pas tout et vu que je brûle des neurones jour après jour comme tout un chacun, ça ne risque pas de s'arranger...

Écrit par : Grabuge | 14/06/2006

@ Christian
Une preuve que j'ai vraiment placé toute ma confiance en toi (je suis longue à connecter mes neurones en ce moment, vive la pluie), ça n'est pas mon activité professionnelle que je veux cacher du blog mais l'inverse et tu as toutes les coordonnées de ma rédac pour me griller ;o)

Écrit par : carole | 14/06/2006

@ Grabuge (et à tou(te)s)
Merci, camarade.
Alors voilà, je vous le dis franco.
Depuis quelques jours, ça ne va pas super-fort.
Soucis perso, que je vais gentiment garder pour moi.
Le genre de période où on se dit qu'on n'adore décidément pas ce genre de période.
Où on se dit, aussi, qu'elles finissent par finir - et ça, c'est la bonne nouvelle.
Résultat, j'ai un peu de mal à rédiger mon billet quotidien. Disons, un peu beaucoup. Pas vraiment l'esprit à la franche déconnade. Ni même à la moins franche.
Alors voilà.
Je crois que je vais encore me donner deux trois jours, avant de reprendre. Inutile de biaiser, de balancer des trucs trop faciles juste pour occuper le terrain, comme j'ai fait ce matin. J'aime pas ça.
Jusque là, restons sur ce billet. Je viens régulièrement faire un tour, parce que vous savez quoi? J'adore ce blog. Je ne vais pas faire du sentimentalisme à deux balles. Mais j'adore ce qui se passe ici. Et j'adore les gens qu'on rencontre ici. Marrant comme on apprend à se connaître sans se connaître. Marrant comme on passe pas mal de temps et de bons moments, tous ensemble. Et je le répète: je trouve ça vachement bien.
Alors merci. Du fond du coeur.
A n'a pas fini de se marrer, croyez-moi.
N'oubliez jamais: Ensemble, Nous Sommes De La Dynamite.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 14/06/2006

@ Christian et Carole
Si ça ne vous embêtait pas de ne plus faire vos cochonneries devant tout le monde?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 14/06/2006

je sais pas trop quoi dire...

bon courage!

et merci.

Écrit par : rep ban | 14/06/2006

"Des trucs trop faciles pour occuper le terrain."


VOILA comment MONSIEUR Fontenelle traite mon amitié désintéressée.


( désintéressée...dans la mesure où il semble en relative bonne santé)


( car sinon son crâne est tout bonnement fascinant)

Je reprends.

J'envoie à ce MONSIEUR Fontenelle un petit montage photo un peu con, mais marrant. mais con. mais marrant quand même. et après l'avoir mis sur son blog, il l'enlève. et en fin d'après-midi je sens comme un filet d'urine tombant du ciel sur ma tête.

LA HAUT SUR SON NUAGE, MONSIEUR Fontenelle estime que finalement... il ne va pas balancer des trucs trop faciles pour occuper le terrain.

La honte pour moi. Heureusement que je signe tout ici avec un pseudo, n'est-ce pas Carole?

;-)))


Bon, fatigué de dire des conneries.... C'est tuant de nourrir un blog quotidiennement, et c'est PRESQUE aussi dangereux que d'être ALAIN DUHAMEL
( ah ah, je savais qu'il y en aurait qui flipperaient sévère, voire même auraient un subit problème d'incontinence, en découvrant le nom de l'ubiquiste penseur mol en majuscules)
C'est comme tenir une chronique hebdo ou journalière, etc... Il y a des jours où on n'a rien à dire et on s'oblige et c'est pas bien. On ne respecte pas l'auditeur ou le lecteur en remplissant quand même, mais on le fait, car le système le veut. Il faut changer le système, mais chacun étant accroché à ses feuillets... c'est pas demain.

Bon, ce jour dans Libé, l'homme qu'a pas vu venir LPDP(qem):

Que venait-elle faire subitement dans la cour des grands où elle n'avait pas été invitée ? Elle ne pouvait faire valoir aucune légitimité personnelle, elle n'avait aucun titre d'aucune sorte à mettre en avant. Laurent Fabius a occupé toutes les fonctions qui préparent à un destin national, Dominique Strauss-Kahn a été le plus brillant et le plus moderne ministre des Finances que la gauche ait jamais eu (Jacques Delors ayant dû consacrer la moitié de son temps à neutraliser les pulsions malavisées de ses collègues du gouvernement), Jack Lang incarne le pouvoir heureux, François Hollande accumule l'expérience et le statut d'un premier secrétaire en place depuis neuf ans et dont l'habileté comme le talent ne sont plus à démontrer. Sur son Aventin, Lionel Jospin est regardé par tous comme un homme d'Etat. Ségolène Royal, qui n'a occupé que des fonctions ministérielles de second rang, n'a rien de tel à faire valoir.


Vous voulez jouer? Relisez bien ce texte. Il contient une perle.


Allez.















Allez, jouez, quoi.....

















Ca y est, c'est lu?







"Jack Lang incarne le pouvoir heureux."

Ben ma couille, c'est tout ce que tu trouves à dire? Fafa a une envergure nationale, DSK faisait danser le Cac 40, Jospin a la stature que confère le poussiéreux passé, François Hollande le talent de Mr Loyal ( pas Royal, Loyal), et Jack Lang...... Putain, tu le vois, le Duhamel remontant sa mèche fébrilement avant d'écrire ça en espérant que ca ne se verra pas.

Allez, même une horloge arrêtée donne l'heure deux fois par jour. Faut l'écrire plus gros, Duhamel:
"Jack Lang c'est du vent, avec des poils autour".

Écrit par : Sedotta et Abandonnata | 14/06/2006

@ Sedotta et Abandonnata
Nenni. En fait d'urine, il s'agissait de cette chose qui, tombant du ciel, prend souvent le nom, je croyais bêtement que ça s'enseignait aussi dans les écoles de médecine, de pluie de printemps.
Ou d'automne.
De pluie, quoi.
Je voulais juste dire, ami, que je ne me sentais pas de trop balancer, comme déjà ci-dessus, un crobard assorti de trois lignes de commentaire à vingt centimes en guise de billet quotidien.
On vaut tout(te)s mieux que ça - et t'es pas le dernier.
Personnellement je te trouve sympa avec Duhamel, quand tu ne relèves QU'UNE énormité dans sa prose.
Je te signale aussi qu'Alain Duhamel m'a prié d'informer les gens d'ici qu'il n'était, je cite, "absolument pas ta couille".
Pffff... Il est sympa Christian Lehmann, on pourrait même assez vite le considérer comme un ami de vingt ans. Mais ce qu'il y a, c'est qu'il faut TOUT LE TEMPS s'occuper de lui. Tout le temps. Et c'est épuisant.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 14/06/2006

@Sébastien
:-/

Bon courage Sébastien, je ne sais pas si c'est un problème d'escalier du genre de celui de Balasko dans Le Père Noël est une ordure ;), mais j'espère sincèrement que ça va s'arranger...
Je trouve que tu a raison sur la pause dans les posts.

Écrit par : Mathieu | 14/06/2006

Hep ! Seb !
Je t'ai collé une bande-son répulsive anti-blues...
Tu n'as plus qu'à te la passer en boucle jusqu'à ce que ça aille mieux. ;)))))

Écrit par : Grabuge | 14/06/2006

@ Mathieu
Merci.
Oui, ça va s'arranger.
Et la pause me gonfle, vu que je voulais vous parler, en vrac, de ce qui vient d'arriver au gendarme Roussel, de la "guerre asymétrique" des prisonniers de Guantanamo contre l'Oncle Sam (sommet d'obscénité), du RIDICULE message de soutien à July à la Une de Libé ce matin, des "socialistes", de Clearstream en librairie, etc.
Ce n'est que partie remise.
Deux-trois jours maxi.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 14/06/2006

@ Grabuge
;-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 14/06/2006

:D Grabuge, excellente hé hé hé héhé

@Sébastien
J'aimerais faire plus.
Sinon y'a Dubosc sur la 6

Écrit par : Mathieu | 14/06/2006

@ Sébastien
J'essayerais de ne pas trop faire sentir mon impatience de te lire. Il faut pas toujours te sentir obliger de suivre le ryhtme effréné du Boss ;o))) C'est en partie pour cela que pour l'instant je n'ai pas de blog :)

Écrit par : carole | 14/06/2006

@ Christian
Si ça t'avait échappé pour un bon fou rire vant de dormir
http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39- href="mailto:27497690@7">27497690@7-37,0.html

Médecin traitant: Bertrand d'accord pour simplifier tâches administratives

Écrit par : carole | 14/06/2006

J'ai bossé comme un âne le matin, puis baignade avec les enfants, puis rebossé comme un âne, et j'arrive à pas d'heure (si : 3 h 24 en fait), je lis tout et voilà : ça va pas très fort pour le Sachem, qui parvient quand même à me faire hurler de rire avec son "Je te signale aussi qu'Alain Duhamel m'a prié d'informer les gens d'ici qu'il n'était, je cite, "absolument pas ta couille". C'est un grand. Définitivement.
Reviens vite. Mais quand tu peux. Mais vite.

Écrit par : Olivier Bonnet | 15/06/2006

@ sébastien

"Marrant comme on apprend à se connaître sans se connaître. Marrant comme on passe pas mal de temps et de bons moments, tous ensemble. "

Même chose.

"A n'a pas fini de se marrer, croyez-moi.
N'oubliez jamais: Ensemble, Nous Sommes De La Dynamite."

T'as raison, de la dynamite, et on va pas les lâcher tous les empêcheurs de boire son café tranquille le matin, tous les retors méprisants et tous les magouilleurs cyniques.


On a des bons et des mauvais mauvais moments, mais si il y a bien une chose dont je suis sûre, c'est que le temps passe et efface.

Avec toi.

Écrit par : Céleste | 15/06/2006

j'reviens et ce que j'ai pas écris hier est déjà plus là! Déjà 29° il va faire chaud.

Écrit par : martingrall | 15/06/2006

Pas envie de déconner non plus! Rien de perso cependant, j'vais bien retrouver kekcoze!
Je te souhaite tout ce dont tu as besoin.
Martin

Écrit par : martingrall | 15/06/2006

Allez.
On continue la mission.
On va pas se laisser abattre.
Actualisez.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/06/2006

Christian Lehman est médecin, et ça se voit :

sa citation "Jack Lang c'est du vent, avec des poils autour" est l'expression d'un vrai réalisme médical. :o))

Écrit par : xolotl pichuan | 15/06/2006

à Grabuge :
..."et courtoisement"..., si vous le dites (z'etes mieux placée que moi pour savoir ce que vous aviez en tête mais à la lecture ça sautait pas aux yeux.).
Mais dites moi le montage, il était bien ?

Écrit par : sève | 15/06/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu