Avertir le modérateur

26/06/2006

Et En Effet, René Bousquet N'Etait Pas "Forcément Comique"

medium_hp_scanDS_66252374034.jpg

Les conneries insanes qu'on lit dans la presse. On devrait avoir l'habitude. Mais il y en a qui, vraiment, ne passent pas.
Hier, dans le "Journal du Dimanche", je lis, page 33, un article annonçant qu'Arte prépare un téléfilm sur Bousquet. René Bousquet. LE René Bousquet. Le déporteur. C'est Daniel Prévost qui interprète le déporteur. "C'est toujours les salauds qui font les bonnes histoires", explique Daniel Prévost. Je trouve ça complètement con, comme assertion, mais après tout vaut mieux lire ça que d'être aveugle.
L'auteur de l'article présente la chose en ces termes: "Devant la caméra de Laurent Heynemann, le comique cynique Daniel Prévost, redonne vie à ce cynique pas forcément comique accusé de crime contre l'humanité, assassiné le 8 juin 1993, à la veille de son procès".
Quand j'ai lu ça, je me suis dit qu'en effet, René Bousquet, le déporteur, n'était pas FORCEMENT comique.
Et je me suis posé la question. Quelle espèce de journaliste peut écrire quelque chose d'aussi insupportable que: "René Bousquet n'était pas forcément comique"?
Et à mon avis, il ne peut s'agir que d'un journaliste qui, sans FORCEMENT penser à mal, a voulu faire un jeu de mot à deux balles en jouant sur une opposition "comique cynique" / "cynique pas forcément comique", sans même réaliser l'obscénité de son propos.
Voilà.
Vous allez me dire que je coupe les cheveux en quatre. Mais ça m'a ulcéré qu'on puisse écrire une telle ineptie.
La productrice du film considère, certes, que "le risque principal serait de tomber dans le pathos, ou de chercher à désigner les bons et les mauvais".
Mais vous savez quoi? Je crois que c'est exactement le risque qu'elle DEVRAIT prendre. Je crois que le sujet s'y prête. Forcément.

Commentaires

Dans ce donmaine (celui de la capilliculture quadrilatère), tout est histoire de ressenti.
Toi, le jeu de mots vaseux te saute aux yeux.
Moi aussi.
D'autres non... mais ça ne veut pas dire pour autant qu'ils approuvent. Juste que ça leur reste à la surface de l'épiderme, comme les pluies d'orage qui ne pénètrent pas la terre.
Ou alors, ni toi ni moi n'avons d'épiderme.

Sur la fin de ton billet, je suis beaucoup plus choquée et je trouve la phrase de la productrice bien plus grave.
Parce que ce n'est pas de l'ordre du jeu de mots mais bien du discours pensé.
Et ce qu'elle pense, là, ben c'est pas joli-joli...
Entre le coup du "pathos" (elle considère quoi ? Que "émouvoir", c'est juste bon pour les sagas de l'été ?) et celui de "chercher à désigner les bons et les mauvais" (je ne savais pas que la question se posait encore... en dehors des cours de Gollnisch et des arrières-cuisines de Dieudonné), elle est bonne pour la baffe !

Écrit par : Grabuge | 26/06/2006

@ Grabuge
Moi aussi je trouve la phrase de la productrice plus choquante.
Je la trouve même limite scandaleuse.
(T'es souvent prems, toi, hein?)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

Je suis prem's en rien de rien !
Je suis juste oiseau de nuit et tu postes vers les minuit.
CQFD.

Écrit par : Grabuge | 26/06/2006

Voui.
C'est bien ce que je pensais.
Je poste à 00.05.
Par exemple, demain, ici, à 00.05, y aura un grand cours de déontologie journalistique.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

Bon, ben j'vais me coucher en attendant demain 00.05, pasque ce sujet-là sur Bousquet m'inspire moyen, rien en fait, à part te donner raison.
Bonne nuit les petits

Écrit par : Delphine Peras | 26/06/2006

Bonne nuit la petite :-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

A tous...

C'est pas trop mon habitude (à vrai dire c'est bien la première fois...) mais comme c'est pas de moi, je n'ai aucun scrupule à vous dire d'aller voir ce dernier billet :

http://grabuge.20minutes-blogs.fr/archive/2006/06/26/le-sport-c-est-de-la-merde.html

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !
Ça fait autant de bien que l'impérissable Desproges tout défuncté qu'il soit...
"La démocratie, c'est la victoire de Belmondo sur Fellini. C'est aussi l'obligation, pour ceux qui n'aiment pas ça, de subir à longueur d'antenne le football et les embrassades poilues de ces cro-magnons décérébrés qu'on a vu s'éclater de rire sur le charnier de leurs supporters. (…)
Quand les hommes font autre chose que de la musique en bande, ça se termine toujours au Heysel."

Sur ce... 1:41... je m'en va finir Tigane et attaquer Richard Matheson...

Bonne nuit les petits !
*c'était bien entendu la voix de Nounours et pas celle de l'autre pimbêche de Nelly Olson poitevine !*

Écrit par : Grabuge | 26/06/2006

un petit mot au oiseaux de nuit,dont je suis.
@seb,juste un conseil:arrêtes de lire les journaux quelques jours,parce que ca te reussi pas ...ca te demoli a chaques coups vu la concentrations de conn.....ies par exmplaires;vu que t'es un as de la tetra-capilloctomie,essaie de ne frequenter que des chauves, exclusivement...Menages ton ulcére.C 'est pas parce que t'as un bon pote medecin(pas bolivien) qu'y faut t'laisser aller...
Allez,prend un bol d'oxygene!www.ecoledemusiquejuffure.africa-web.org
yoman,depuis la gambie,hôte du sommet de l'union africaine pendant une semaine....Mais qui s'en soucie?????
yoman

Écrit par : yoman | 26/06/2006

1. Entre l'information et la propagande, il y a au moins une différence de degré et d'intention. L'information se veut information, c'est-à-dire communication de données dont l'informé fera ce qu'il veut. Elle s'adresse à la seule intelligence qu'elle entend meubler de connaissances. L'intelligence jugera. La propagande se veut propagande, c'est-à-dire influence sur celui à qui elle s'adresse. Elle veut convaincre.
SALLERON, Comment informer, 1965, p.37.

Écrit par : Olivier de Melgueil | 26/06/2006

L'article est signé par Jonathan Boulet-Petersen.
Et la productrice dit aussi : "René Bousquet n'était pas un monstre à la différence de Maurice Papon. Un salaud sûrement". Avant que l'article ne chute sur : "Il était un préfet de gauche qui a eu la légion d'honneur pour avoir sauvé 25 personnes de la noyade. Il aurait pu devenir Jean Moulin mais il a choisi une autre voie. Il ne s'est jamais considéré comme un collabo, juste comme un haut fonctionnaire qui a bien fait son boulot".
"Il aurait pu devenir Jean Moulin"... ose madame Nelly Kafsky : la gerbe !

Écrit par : guy birenbaum | 26/06/2006

Ouaip.
La gerbe.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

Sébastien bonjour , je reviens sur le blog de samedi et suis surprise de ne plus trouver de commentaires !! que se passe -t -il ?

Écrit par : justicepourtous | 26/06/2006

@ justicepourtous
Voir les commentaires du billet d'hier ("Intrusion").
;-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

Seb, J’ai touvé mes zhéros

Le héros Fantômiton ©
La herosse Petry deboncense©
La judje Miss Aïcépocible
XXXXXXXXXX c'est Edroit turprobante

Martingrall

Écrit par : martingrall | 26/06/2006

merci séb pour ta réponse je viens de lire et j'ai plus ou moins pigé ; mais je trouve ce genre de dérapage révoltant lorsqu'il s'agit de sujets dignes de respect ! je ne peux pas imaginer ce que peuvent ressentir les familles de victimes lorsqu'elles apprennent de telles choses ! mais jusqu'où vont-ils aller ?

Écrit par : justicepourtous | 26/06/2006

Bousquet le vrai film c'est le mensonge de François à sa science Attali. lui aussi Jacques du sapin. Mais l'autre Jacques c'est du Cèdre.
- Je lui ai demandé, s'il le connaissait ! Il m'avait juré craché ! Non je n'ai jamais vu!
Craché oui dans le truc qui est juste au-dessus du col de ta chemise yeeye.

Martingrall
Ptitniko, Je ne suis pas sur, pas encore sûr, avé l’accent un ministre de Beauvau, un ancien de la première traîtrise, le vrai Vichy premier, que dis-je le Maître !le seul l’unique ! Je sais, de temps à autre je suis électron de lampe de nuit, Ptitniko il a lu tous les livres sur Bousquet en croyant qu’il s’appelait Mandel dans sa vie d’après. C’est con les français c’est pas des fourmis et je lui conseille à ptitniko, d’allez voir du côté de chez Besson qui n’est pas ton pote depuis novembre 2005, mais dont et pour cause, j’ai toutes les œuvres en collector, y compris les ptites bêtes et leur sorcier, enrichissant.
Et pendant ce temps avec mon pote Blumendfeld on repeint sa troisième boutique à Vichy.
Riez pas je suis tout en petits pois rose et celui qui m’appelle Moreno j’le tape !!!!
D’un euro ! Ca c’est blum.

Écrit par : martingrall | 26/06/2006

@justicepourtous, traduit parce que moi j'ai pas, j'ai rien compris en vrai!

Écrit par : martingrall | 26/06/2006

martingrall,
je crois comprendre peut-être que vs seriez à l'origine du dérapage du blog de samedi ; si cela est le cas , je vs le redis sans vouloir vs choquer , mais il est vrai que certaines fois , les dérives ne st pas belles à voir ou entendre (je me mets du côté des victimes ) et ne peuvent que desservir la bonne cause ! puissiez-vous l'entendre ! dommage !

Écrit par : justicepourtous | 26/06/2006

@ justicepourtous,

je n'ai fait que du copié collé d'un site ou quatre, je pense mais je ne suis pas tout a fait certain, que les disparues ne sont pas disparues que les suicidés ne sont pas tout à fait suicidé(e)s. Pour ce que j’en ai lu, sur les quotidiens, livres, on a du mal à suivre le fil comme dans toutes les affaires judiciaires actuellement.

La zhéroïne Pettry Deboncense posait les questions bêtement, comme n’importe qui. Comme n’importe lequel d’entre-nous. Comment se suicider d’une balle dans la nuque les deux mains liées dans le dos !
Pour un enfant ce n’est même pas une devinette ! c’est bête (irréalisable) Que le 31 reprenne un dossier de 1980, même pas dans les BBBBBB feuilletons américains !

Écrit par : martingrall | 26/06/2006

@ Martin
Je viens de te remettre des petites croix.
J'en ai ras-le-bol des petites croix.
Tu m'obliges décidément à faire ce que je déteste le plus au monde.
Alors
De grâce, mon bon.
Laissons-là je vous prie le sujet qui vous occupe encore ce matin.
Nous y reviendrons lorsque nécessaire, ainsi que nous l'avons toujours fait.
Mais à certaines conditions, que je n'ai pas encore bien définies.
Merci de votre compréhension :-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

Ô_x
arg
:)

Écrit par : Mathieu | 26/06/2006

@ martingrall
Va te prendre un café à la terrasse du bar de la Mairie, fais un tour sous ton arbre au Frioul ou pousse jusqu'à l'Estaque pour un chichifréchi, mais de grâce calme-toi. Il n'y a pas une jolie fille qui passe, là, devant toi ? Si ? Suis-là! Dis-lui qu'elle est jolie. Ca te remettra à l'heure.
Ce n'est ni en vitupérant ni en insultant que tu avanceras les causes. Ceux que tu attaques ont des armes juridiques (entre autres) contre toi, contre nous. Ils n'hésiteront pas à s'en servir. Et Sébastien en a marre de distribuer des croix. Tu vois, à cause de toi, on dirait Benoit XVI ;-) Tu vas le fâcher vraiment...

Écrit par : Fleuryval | 26/06/2006

"""Le déporteur. C'est Daniel Prévost qui interprète le déporteur"""





@ Sébastien, t'es sûr que ce n'est pas un remake du triporteur qu'Arte prépare.

Écrit par : Darry Cawl | 26/06/2006

Bon dites, ça me démangeait trop.
Si vous actualisez ("refresh", comme dit le Boss d'à côté), vous allez trouver un nouveau billet.
Deux pour le prix d'un.
Le même jour.
Incroyable.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

Bon, mon bon Sébastien... A défaut de virus ou de CMU, ceci, qui date un peu, mais...


Le temps des assassins

L'assassinat de René Bousquet, ancien chef de la police de Vichy, par un «illuminé», nous a valu une agitation médiatique inespérée en ces temps de disette économique et de baisse des ressources publicitaires. A lui seul, le meurtrier semblait vouloir redresser momentanément les comptes déficitaires de quelques quotidiens au bord de l'asphyxie. Restait encore à trouver du sens à cet acte bizarre, à l'inscrire dans une réflexion historique. Tout a été
dit sur l'assassin, sur son passé psychiatrique, sa «psychose narcissique», sa fragilité, ses talents médiocres d'écrivain publié à compte d'auteur, son goût des provocations médiatiques. L'homme était «fou», «déséquilibré», etc…Avec cette diction difficile, hachée, de celui-ci qui se croit passage entre un ailleurs mystique et la basse réalité, Christian Didier cherchait maladroitement lors de son interview à expliquer que son acte s'inscrivait dans l'éternel combat du Bien contre le Mal. Et le Bien qu'il croyait personnifier était ici si pitoyable, si pathétique, que cette pauvre analyse fut aussitôt reléguée au rang des accessoires, tandis que tous les commentateurs expliquaient avec une conviction rageuse que, décidément, la France ratait à cause de cet énergumène une occasion inespérée de revenir sur une période sombre de son histoire.
Le procès Bousquet, qu'on nous annonçait soudain imminent au moment où nous en étions dépossédés, aurait été, à entendre ce concert unanime, un grand moment de réconciliation nationale et un acte de pédagogie magistral. Permettez-moi d'en douter.
René Bousquet, malgré son passé de collaborateur, et malgré les 20 000 humains qu'il avait contribué à envoyer dans les camps, avait atteint l'âge de 84 ans sans avoir été sérieusement inquiété par la justice, au point d'avoir pu exercer pendant des années de très hautes fonctions dans des conseils d'administration divers et variés et de dîner
en ami personnel avec le chef de l'Etat. Tout laisse à penser que ce gros gibier aurait fini sa vie dans le calme et l'affection des siens.
On nous assure du contraire... mais j'attends de voir aboutir les plaintes contre Paul Touvier (dans un registre mineur d'infâme exécutant) et contre Maurice Papon avant de me ranger à cette vérité révélée...
En attendant, un pauvre type, armé d'une arme à poudre noire, de maniement difficile et de dangerosité très illusoire, a abattu René Bousquet. Comme il le dit lui-même, il lui fallut quatre balles, dont une urée en pleine
tête, pour achever sa victime. Ce crime aurait-il été perpétré par quelque survivant des camps, par un fils de déporté, que la communauté médiatique l'aurait jugé très différemment. Mais, obnubilé par la personnalité de l'assassin, par sa marginalité pseudo-mystique, personne n'a voulu imaginer qu'au bout du compte René Bousquet, qui avait si longtemps échappé à la justice des tribunaux, avait peut-être finalement trouvé sur son chemin un pitoyable avatar, raté, ridicule, du Bien dont, sous d'autres dénominations, on nous assure que les voies sont impénétrables.

Écrit par : christian lehmann | 26/06/2006

Merci, mon bon Christian.
Tu écris, Dieu me damne, de bien belles choses.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

fleuryval j'insulte qui?

Écrit par : martingrall | 26/06/2006

@ Martin / Fleuryval
Vous n'allez quand même pas vous prendre la tête entre vous???
L'incident est clos, vous dis-je.
CLOS.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

Seb il n'y a pas d'incident, je travaille sur trois metres linéiares sur trente centimetres de dossiers et je n'avais pas compris! en plus samedi soir j'étais sorti juste'après avoir inséré l'article, j'suis revenu vers 1h00 et pus rien!!!!!!!
Je comprends rarement les choses simples et limpides!

Écrit par : martingrall | 26/06/2006

@ Martin
Cool.
On fera un point sur Toulouse quand les esprits seront apaisés.
En attendant, actualise, camarade.
Nouveau billet, nouvelle vie, comme disait un faux facturier chiraquien.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

"Je comprends rarement les choses simples et limpides!"

Mon premier fou-rire de la journée...

Merci Martin ! :)

Écrit par : Grabuge | 26/06/2006

Une petite anecdote

J'ai entendu l'annonce de l'assassinat de Bousque alors que j'étais entrain de relire une BD de Tardi et Benjamin Legrand "Tueur de cafards".
Histoire d'un exterminateur de cafards newyorkais, Walter Eisenhower, appelé dans un immeuble de Wall street au 12 e étage, mais qui appuie sur le bouton du 13e dans l'ascenceur. Or il n'existe pas de 13e étage à New York. Et Walter est embringué dans une histoire où il se fera manipuler et accuser d'un meurtre qui arrange beaucoup de monde.

La lecture de cette BD à forte tendance conspirationniste le jour même de l'assassinat de Bousquet m'a laissé vraiment un drôle de sentiment. Christian D., l'assassin de Bousquet nous a privé d'un bien intéressant procès et ce, fort opportunément pour certains dont F. Mittérrand.
Une contre-enquête, Guy ?

Zgur

Écrit par : Zgur | 26/06/2006

Très joli texte, toubib.
La phrase avec "pas forcément comique" me fait penser au sketch de Desproges où il disait, de mémoire, qu'on ne lui ôterait pas l'idée que certains juifs avaient manifesté de l'hostilité envers le régime nazi. Mais Desproges, lui, il pouvait tout.

Écrit par : Olivier Bonnet | 26/06/2006

Je propose Danyboon dans le rôle d'Himmler, Vincent Lagaf' dans le rôle de Mussolini, et Bigard incarnerait bien Maurice Papon. Pour Paul Touvier, pourquoi pas Alain Chabat ?

Si ça c'est pas de la super-production qui déchire !

Enfin moi, c'est juste pour donner des idées hein...

Écrit par : Monsieur X | 26/06/2006

Mais vous avez oublié un comique tout indiqué...

Écrit par : guy birenbaum | 26/06/2006

@ Guy
Ouais ;)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

Il a fallu que je repasse par ici pour lire que Monsieur Fontenelle me faisait les gros yeux et m'assénait un "Vous dis-je" suivi d'un "Clos" qui m'expédiait au coin parce que j'avais tenté de calmer martingrall qui, soit dit en passant, faisait passer le maître pour un vrai Ratzinger distribuant de la coix.
Monsieur Fontenelle voudra bien m'indiquer combien de fois il me faudra copier "Je n'enverrai plus martingrall se calmer à l'Estaque avec un chichifréchi" et si je dois faire signer les lignes par ma mère. Mon père, hélas, ne le peut plus.
J'attends Monsieur Fontenelle, que je remercie infiniment de me renvoyer si loin dans mes souvenirs d'enfance, sitôt qu'il aura refermé son bréviaire, à me rejoindre devant la fosse à purin. J'ai pulvérisé un peu d'Airwick lavande pour gommer le côté "ferme". Venez en bottes quand même, Monsieur Fontenelle. Ca pue moins, mais c'est toujours extrèmement glissant.

Écrit par : Fleuryval | 26/06/2006

Distribuant de la croix! CROIX. De la croix de censure. De la croix juridique. DE-LA-CROIX! Pas le peintre. Le martyr...
On ne se relit jamais assez

Écrit par : Fleuryval | 26/06/2006

Distribuant de la croix! CROIX. De la croix de censure. De la croix juridique. DE-LA-CROIX! Pas le peintre. Le martyr...
On ne se relit jamais assez

Écrit par : Fleuryval | 26/06/2006

@ Fleuryval
à l'Estaque on trouve des panisses pas chichifréchi

Écrit par : carole | 26/06/2006

@ Carole
Vraiment ? Que me dîtes-vous là ? Ce pan de culture gastronomique locale aurait disparu aussi ? Seuls les panisses demeurent ? Mais que fait l'Unesco ?
Evidemment, calmer martingrall avec des panisses, c'est beaucoup moins facile...

Écrit par : Fleuryval | 26/06/2006

@ Fleuryval
Ben au moins je hurle de rire.
Et ça ne m'arrive pas si souvent, ces temps-ci, que je puisse bouder ce plaisir!
;-)))))))))))))))))))))))))))))))))))

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

Ne boudez pas, Monsieur Fontenelle. Vous bouderez tout à l'heure, en sortant de la fosse. Dîtes-moi, pour le savon, vous préférez la pomme ? J'ai là, près du jet d'eau, tout un assortiment pour vous refaire un air avant d'aller au Flore...

Écrit par : Fleuryval | 26/06/2006

@ Fleuryval
Mais mon bon... Mon bon... Mais que vous êtes PETIT parfois...
Et... MonDieumonDieumonDieu, est-ce que je ne sens pas alentour une forte odeur de... Comment dire... De...
;-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

Les merles se sont tus sitôt la nuit tombée. Le troupeau de mes dettes est dans la bergerie. J'ai laissé porte ouverte et fait rentrer les chiens, des fois qu'un loup attaque. Il m'en tuerait bien deux, trois si la dent lui dit...
Un ours s'en mèlerait, ça irait mieux demain.
J'ai tendu une ficelle vers la fosse à purin. Un grelot est au bout. Venez quand bon vous semble. Quand vous ferez sonner, il réveillera les chiens, qui me réveilleront.
Un baton est posé juste contre l'abreuvoir. Au cas où vous viendriez les mains vides.
De nuit, terrain glissant, personne n'irait penser que vous vous défilez.
Demain, le jour levé, il en serait autrement.
Bonne nuit, Monsieur Fontenelle. A demain. Pour la pomme ?

Écrit par : Fleuryval | 26/06/2006

@ Fleuryval
Je suis chez vous.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

@ Fleuryval
DRELINDRELINDRELIN???
Y a quelqu'un???
Jette un oeil à tes commentaires, petit.
:-))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 26/06/2006

@ Olivier, hélas c'était déjà un autre temps, dommage. Il reste Popek!

Écrit par : martingrall | 27/06/2006

« Dieudo est le plus grand humoriste actuel » s’exclame Prévost sur la scène du Zenith, à la fin du spectacle "Mes excuses ...dans le c. du peuple élu".

Le même humoriste que l'on retrouve aujourd'hui chez Ratier...
http://reflexes.samizdat.net/article.php3?id_article=260

Ca ouvre des horizons nouveaux comme dirait l'autre...

Écrit par : Klim | 29/06/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu