Avertir le modérateur

19/07/2006

Police Story

medium_hp_scanDS_671823375449.4.jpg

Certain(e)s l'ont un peu oublié, avec l'aide, il est vrai, de la presse (qui ment): la "révolte des banlieues", en novembre 2005, n'est pas née de rien, ni même de la somme de toutes les peurs accumulées au fil des années par la "racaille", mais de la mort atroce de deux gamins, Bouna Traoré, Zyed Benna, "à l'issue d'une course-poursuite avec des policiers". (Y a que dans les HLM qu'ils ont toujours des problèmes...)
On savait déjà que sur ce qui s'est passé à Clichy-sous-Bois ce jour-là, où deux gosses, je le répète, ont finalement perdu la vie, la version de la police différait quelque peu de celle du reste du monde.
La Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS), présidée par Pierre Truche, qui n'a pas exactement (c'est important de le préciser dès maintenant) le profil d'un bolchevique échevelé, affirme aujourd'hui qu'une exquise délicatesse policière aura été de mise jusqu'au bout, dans cette affaire.
(Par parenthèse, je m'esbaudis, à chaque fois que je pense que notre chère patrie, où l'on prise tant l'Homme et ses Droits, s'est finalement dotée de cette CNDS qui n'est jamais, au bout du compte, qu'une espèce de Bureau Des Bavures. Comment se fait-ce? De telles choses existent donc, en France, en 2006? Mais c'est à n'y pas croire!)
Or donc, la CNDS en question, si j'en crois "Le Monde", critique assez férocement, dans un avis récent, "les conditions d'audition du rescapé de l'accident du transformateur EDF" qui a coûté la vie à Zyed Benna et Bouna Traoré.
Ce rescapé, Muhittin Altun, n'a été, lui, "que" gravement brûlé, dans cet "accident".
Admis à l'hôpital Beaujon de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine) dans la nuit du 27 au 28 octobre 2005, il est interrogé dès le 28 par deux policiers.
Il était alors "alité, dans la salle de réveil" de l'hôpital, "salle collective, réservée aux polytraumatisés graves", observe, dans son avis, la CNDS.
Drôle d'endroit pour une rencontre, fût-ce avec deux officiers de police judiciaire...
Entre autres détails, la commission note aussi que "l'identité (du blessé) a été relevée selon le principe réservé aux personnes mises en cause", et non comme victime, comme la justice l'avait, semble-t-il, demandé. Son audition s'est en outre "déroulée sans avis préalable aux parents", et "la tonalité de l'interrogatoire n'était pas celle que l'on attend du recueil de témoignage d'une victime".
La CNDS dénonce, posément, "une absence totale d'égards et de prise en compte minimum de l'état physique, psychologique et moral dans lequel se trouvait ce mineur", gravement brûlé, qui venait de perdre deux de ses amis.
Et de conclure à "un manquement à la déontologie".
Interrogé hier sur le site du Nouvel Obs, un syndicaliste policier a contesté l'avis de la commission en ces termes: "C'est véritablement de la politique politicienne".
Je trouve ça intéressant, dans la mesure où, la droite étant au pouvoir, notamment place Beauvau, il est permis de supposer qu'il voulait parler de "politique politicienne de gauche". Je trouve intéressante cette réaction première d'un syndicaliste policier, pour ce qu'elle révèle, justement, du syndicalisme policier...
J'espère, sur un tel sujet, qui me semble tout de même autrement plus préoccupant que ceux dont il a, me dit-on, fait la matière de son livre de plage, j'espère, disais-je, que nous entendrons vite le "témoignage" de Nicolas Sarkozy.
(J'espère d'ailleurs que sur tout cela, nous entendrons aussi l'excellente Ségolène Royal - qui, sur le modèle blairiste, se tient ces jours-ci coite: nous en reparlerons demain.)

PS: J'ai piqué l'illustration de ce billet sur un autocollant de la Fédération Anarchiste, dont chacun(e) sait qu'elle se trouve au 145 rue Amelot, à Paris 11ème.

Commentaires

Prem's !
Dodo, trop d'émotions pour aujourd'hui...

Écrit par : Olivier Bonnet | 19/07/2006

L'avocat de la victime Muhittin Altun, Maître Mignard, est un très proche de Ségolène Royal. J'dis ça, j'dis rien.

Écrit par : carole | 19/07/2006

Mais dis, Carole? Où t'étais passée???

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

Je boudais parce que je me rends compte que je suis la seule à qui tu n'as pas donné ton e-mail.
Nan je rigole, pas très inspirée pour intervenir de manière pertinente depuis lundi.

Écrit par : carole | 19/07/2006

C'est sebastien.fontenelle@desirsdavenirs.org ou alors ajt@lump.org :)

Écrit par : Mathieu | 19/07/2006

En fait, des tas de gens récupèrent mon adresse mail sans que je la leur donne!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

Concrètement, la CNDS à autorité pour décréter les médecins incompétents pour savoir si le blessé pouvait répondre à des questions ou pas ?

Plus généralement, comment transforme t-on une contestation des formes d'un interrogatoire conséquent à l'affaire polémique en partie de cette affaire ?

Par ailleurs, il est bon de se souvenir que les deux défunts ne sont pas simplement mort « à l'issue d'une course poursuite » (en terme légal, ça s'appelle un refus d'obtempérer, réprimé pénalement dans un État de droit) mais surtout à la suite de leur entrée illégale délibérée dans des locaux estampillés partout « danger de mort ».

Finalement, vous dites que la « révolte des banlieues » est née de ce fait-divers. Comment expliquez que vous que les faits qui se sont produit à grande fréquence ce mois de novembre là se produisaient régulièrement auparavant. Vous croyez sincèrement que tout ce qui se passe est causé par la police ? Vous croyez que ceux qui volent des voitures, lancent des frigos sur des sapeurs-pompiers, agressent des chauffeurs de bus ou des enseignants, deviendraient des citoyens modèles si la police disparaissait ?

Écrit par : Marcel Patoulatchi | 19/07/2006

Pertinent, intéressant, nouveau.
Mais La Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS), moi je trouve que cet organisme et ce nom, c'est à faire peur... depùis quand a-t-on besoin d'une déontologie de la sécurité ?
Ca fait un peu blague à la Desproges :
. mais que fait la police ?
- elle participe à une sous comission de La Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) !
Si c'est pour dire "c'est pas bien du tout ce que vous avez fait là"... moi je trouve que c'est à pleurer de devoir en arriver là pour demander un peu d'humanité entre les gens qu'ils soient flics ou charcutiers-volaillers...

Écrit par : bertrand | 19/07/2006

@ Marcel Patoulatchi
Je ne suis pas sûr - mais il est tard - d'aimer la tonalité générale de votre commentaire.
Ca me rappelle Pandraud après la mort de Malik Oussekine, crachant un truc du genre ben ouais il avait qu'à pas faire le con dehors.
Surajoutant de l'obscénité à l'obscénité.
Je ne peux que vous répéter que deux GAMINS sont MORTS.
Je crois que ce "fait divers", comme vous l'appelez, a été l'étincelle qui a mis le feu à toute la plaine.
Maintenant venez me dire que ces mecs des BAC sont des gens toujours délicats, jamais un mot plus haut que l'autre.
Puis revenez dans le monde réel.
Je crois que les gamins rebelles qui brûlent des poubelles aimeraient surtout devenir des citoyens, tout court - perso, je n'ai rien à f... des citoyens-modèles.
PS: D'après vous, quand des GAMINS en sont réduits à se réfugier dans un transfo estampillé "danger de mort" parce que des keufs les poursuivent, qu'est-ce que ça révèle de nous TOUS?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

10 éme
Dans cette société ou la force se substitue à la loi et ou le cynisme et l'impunité règnent, il est réconfortant de constater que quelques voix, faiblardes certes, s'élévent.
Bien entendu cette "révélation" nous étonne à peine et les sanctions sont encores bien loin....si loin...

Écrit par : Olivier de Melgueil | 19/07/2006

La suppression de la CNDS sera sans doute une mesure de "sécurité nationale" que prendra rapidement Nicolas devenu président.
Pour ce qui est du DANGER DE MORT écrit devant eux, les poursuivis ont passé outre parce que les mêmes mots étaient aussi écrits et criés DERRIERE eux...

Écrit par : Berlol | 19/07/2006

Ce sujet a été abordé dans ORLM hier.

Perso, si j'avais eu Ted Stanger (qui écrit en ce moment un livre sur... les... fonctionnaires !!!) en face de moi, je pense qu'il aurait pas volé son coup de boule, ou en cas de petite forme, au minimum un vrai beau coup de gueule. Entre Hommes, on peut bien se le permettre...

Il fallait effectivement être d'une MODESTIE TOTALE pour laisser passer presque une à une toutes les inepties éhontées alignées par Ted prêt à tout pour justifier la moindre dérive policière qui faisait alors débat. Genre : aux E-U, interrogatoire = agression, donc de quoi osez-vous vous plaindre au pays des Droits de l'Homme ? Ba, vas-y, Ted, et pourquoi pas, pendant que tu y es, carrément : "les suicides dans les prisons françaises, pourquoi diable en parler ? De la petite bière à côté des morts par tortures de Guantanamo ! " Mais, le pire, c'est que non seulement ses arguments étaient délirants, mais en plus, il ont squatté l'antenne de très très... trop...longues minutes... Je ne suis pas pour la censure mais je suis pour qu'on la lui boucle rapidos. Vu la teneur insensée de ses propos, c'eût été facile, je pense.
Tout le monde aura bien compris que Ted a choisi la France comme terre d'accueil parce qu'aux Etats-Unis, il se serait manger des baffes dans "We are rebuilding the world". Il suffirait juste de lui donner 2/3 contre-arguments-coups-de-poing pour qu'il ait finalement... envie de repartir.

Ted Stanger a-t-il programmé quelques ménages à l'Université d'Eté de l'UMP dans les semaines qui viennent ? A moins qu'il ne soit finalement payé pour les faire directement sur RTL ?...

Ted Stanger pourrait-il rendre son pantalon au ministre de l'Intérieur ?

Écrit par : Pyrom-Anne | 19/07/2006

Dans un pré-pensé d'une prise de pouvoir absolu d'un ministre de notre intérieur, il est de bon ton pour rassurer quelques indécis, futurs lecteurs de plage, de démontrer une petite sobriété démocratique et une grande introspection sur des excès. Pur effet de campagne de promotion à la fois publicitaire et électoral. Tiens un genre de commentaire possible de notre écrivain : "Comment voulez vous que nous acceptions des fautes, des manquements aux procédures policières ? Nos électeurs ne nous le pardonneraient pas." Je remarque que souvent les politiques de droites nomment toujours leurs électeurs pas les français.

Écrit par : Philippe68 | 19/07/2006

A ORLM, hier soir, nous n'avons pas laissé Stanger dire ses conneries sans réagir fortement à ses inepties.

Écrit par : guy birenbaumendessousdetout | 19/07/2006

"C'est du cynisme, Ted ? (...) On parle d'un faux témoignage, de la falsification de sa date de naissance, etc. Je te rappelle quand même qu'il y a eu deux morts juste avant..."

Écrit par : Olivier Bonnet | 19/07/2006

Il est à noter aussi que, la veille de la reconstitution prévue (et finalement reportée) de l'"accident" du transformateur, et alors que de nouvelles "violences" avaient lieu à Montfermeil où, rappelons-nous, le maire Xavier Lemoine, digne successeur et émule de Pierre Bernard, célèbre pour ses condamnations pour diffamation et discrimination raciales et décoré cette année d'une belle médaille de chevalier du mérite ou quelque chose comme ça, avait, entre moultes joyeusetés, interdit aux jeunes Arabes, Noirs et autres racailles des quartiers de relégation de se balader à plus de trois dans le centre ville, le jeune Muhittin Altun a été accusé par les flics d'avoir caillassé leur voiture et placé en garde à vue. Il devrait comparaître le 31 août.

Écrit par : Christine | 19/07/2006

@ Guy
Précipitation, sans doute. Peut-être serait-il utile de revenir à votre signature initiale. Celle-ci, si elle était amusante chez vous, est hilarante ici et Monsieur Fontenelle n'appréciera sans doute pas qu'on s'esclaffe chez lui sur pareil sujet. Ce dont je me garderai bien. On ne rit pas, ce matin!
@Sébastien
Procédure pour arranger ça: aller dans notes, puis tous les commentaires. Repérer celui qui commence par "A ORLM, ..." Cliquer sur modifier. Sélectionner "dessousdetout" dans la signature, effacer, puis en bas cliquer sur "enregistrer vos modifications".
Faire ça lentement et prendre le temps de voir que l'adresse mail se trouve tout en bas. C'est ainsi que la récupèrent ceux à qui vous ne la donnez pas ;-)
Ensuite, même procédure pour faire disparaître ce commentaire qui ne se justifiera plus. Faîtes ça vite. Quelques "on" mal intentionnés pourraient vous trouver léger en informatique, ce qui n'est évidemment pas le cas.

Écrit par : Fleuryval | 19/07/2006

Hier Olivier a perturbé, Fulcanelli n’en parlons pas, alors j’ai comme un grand vide !
Je reviens plus tard

Écrit par : martingrall | 19/07/2006

@Sébastien
"D'après vous, quand des GAMINS en sont réduits à se réfugier dans un transfo estampillé "danger de mort" parce que des keufs les poursuivent, qu'est-ce que ça révèle de nous TOUS?"
Il est vrai que l'on s'enfui toujours devant quelque chose, et que cette fuite doit nous inciter à poser la question de savoir devant quoi elle a fui. Il n'est donc pas question d'écarter a priori l'attitude de la police de cette question.
Il ne devrait pas non plus être question, sur ce sujet également, de faire de ces "gamins" de pures victimes en leur déniant toute part de responsabilité en laissant entendre qu'ils étaient forcés à se réfugier dans un transformateur, qu'ils ne pouvaient pas faire autrement, qu'ils "n'avaient pas le choix", eux aussi. Ca n'est pas parce que les responsabilités sont inégales qu'elles ne sont pas partagées.

Écrit par : Mathieu | 19/07/2006

Très bien Sébastien de rappeller les faits du débuts de ces "évènements".
De rappeler aussi la fluctuation des déclarations policières.

Quant au syndicaliste policier, il récite la pensée automatique du corporatisme, ici policier : "C'est pas de la faute de mon collègue qui a toujours très bien fait son travail et qui est bien noté donc qui ne peut absolument pas avoir fait les bêtises dont vous parlez qui ne sont qu'affabulations de la part de ceux qui ne veulent qu'attaquer et affaiblir la position de nos collègues qui travaillent dans des conditions difficiles et pour un salaire vraiment pas à la hauteur des missions qu'il effectuent de façon remarquable ... etc. etc."

Mais souvent "les faits sont tétus" comme disait l'autre bolchévique !
Et le corporatisme ne devient alors que le paravent du mensonge.
Et de l'injustice.

Vivement le procès.
Si procès il y a.
Sinon ?
Vavaboom !

Zgur

Écrit par : Zgur | 19/07/2006

Comment dire Sarkozy est franquiste sans le dire.
ce n'est pas une insulte puisque
Franco etait un homme du centre droit chrétien. donc il n'y a rien de mal.

Écrit par : martingrall | 19/07/2006

@ PyromAnne
"Faut-il rappeler que, chaque année depuis 2002, le Comité européen de prévention contre la torture (CEPT) dépendant de l'ONU, fustige la France pour le comportement de sa police et pour l'absence de contrôle réel des magistrats sur l'activité policière?
Cette organisation (...) a qualifié d'"inacceptables" les condtitions de détention des personnes dans les locaux de rétention de police, de gendarmerie, ou pénitentiaires. Constatant en 2005 que les problèmes qu'il dénonce depuis cinq ans ne font qu'empirer, le commissaire européen du CEPT, Gil Robles, s'est écrié, en parlant des locaux de garde à vue dans les commissariats parisiens: "Sauf en Moldavie, je n'avais jamais vu ça!""
("Mortels contrôles d'identité", par Evelyne Sire-Marin, in "Nalieue, lendemains de révolte", éd. La Dispute. Ce texte est également dispo en ligne sur le site de la LDH de Toulon.)

@ Mathieu
Décidément ça fait deux fois en trois jours que je ne suis pas d'accord avec toi.
"De toutes ces informations diffusées dans la pesse en novembre et décembre 2005, il semble donc ressortir que les trois adolescents ont été pris malgré eux dans une opération de police qui ne les concernait pas, qu'ils ont fui en même temps que d'autres jeunes bel et bien responsables d'un vol et qu'ils ont été aperçus entrant dans le transformateur par au moins un policier dont la hiérarchie a apparemment jugé que ses collègues et lui avaient mieux à faire que de s'occuper de ces jeunes..."
QUI est responsable?
Ce que je voulais dire en demandant ce que cette saloperie révèle de nous tous, mais je me suis mal exprimé, c'est: Que penser d'un pays où la police est telle que des gamins préfèrent, plutôt que de subir un contrôle, se réfugier dans une zone mortelle?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

@ Mathieu
Le passage entre guillemets dans mon dernier commentaire est extrait de: "Quand les banlieues brûlent... Retour sur les émeutes de novembre 2005", éd. La Découverte. Dont je recommande CHAUDEMENT la lecture. CHAUDEMENT.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

"Décidément ça fait deux fois en trois jours que je ne suis pas d'accord avec toi." Oui, et pour la même raison il me semble. C'est que dans les deux cas il me semble que tu exonère une moitié des protagonistes d'une situation en ne portant la critique que sur l'autre moitié. Ce qui me gêne c'est que tu taise volontairement une partie de la critique ou de la question, et toujours la même dans les deux cas, celle des victimes. Ca n'est pas parce que le contraire de "coupables" est "innoncents" que les victimes sont innocentes de tout.

"QUI est responsable?"
Là encore tu pose la question comme s'il n'y avait qu'un seul responsable et qu'une seule chose dont on doive trouver le responsable. Responsable DE QUOI? Responsable de les avoir fait fuir? La police. Responsable de s'être enfui? Ceux qui se sont enfui. La police est responsable de son comportement, les autres du leur. On ne peut pas faire de la police le responsable de tout et déresponsabiliser les autres.

J'entends ta bien ta question "Que penser d'un pays où la police est telle que des gamins préfèrent, plutôt que de subir un contrôle, se réfugier dans une zone mortelle?" Elle est tout à fait légitime est importante. Ce que j'ai voulu dire c'est qu'il est aussi légitime et important de s'interroger sur des gens qui se sont réfugiés dans une zone mortelle pour éviter de devoir subir un contrôle de police. On peut faire les deux, l'un n'est pas exclusif de l'autre. On ne peut pas réduire toute réaction face à la police à l'attitude de la police. Ce sont deux choses qui sont liées mais ce sont deux choses, pas une seule. Et je dirais exactement la même chose à quelqu'un qui ferait la même lecture que toi de cette histoire mais dans le sens inverse en exonérant la police de toute responsabilité pour faire porter toute la responsabilité sur l'attitude de ceux qui se sont enfuis. Mais justement si on peut critiquer cette lecture de cette histoire ça n'est pas pour tomber dans l'excès inverse puisque c'est justement au nom de cette partialité qu'elle est contestable.

Écrit par : Mathieu | 19/07/2006

D'ailleurs, dans la série, j'ai une certaine réticence face à l'image "Police partout, Justice nulle part". Ce qui est en cause ça n'est pas la Police, ce sont, notamment, des policiers et des comportements de policiers. Et puis le slogan a l'air de conclure à l'inverse que "Justice partout" ça serait "Police nulle part", ce qui se passe de commentaire.

Écrit par : Mathieu | 19/07/2006

@ Anne
J'ai écouté cette partie de l'émission ce matin, et je te trouve dure. Stanger a le droit de penser ce qu'il veut, même si c'est des conneries en ce qui me concerne, et surtout il est à l'émission pour dire ce qu'il pense. Je trouve que les deux autres en face ont bien réagi.
J'espère surtout que ce rapport ou avis aura des suites. Et qu'un jour on saura ce qui s'est passé ce jour-là.

@ Mathieu
Je trouve que la question de Sébastien contient bien tous les éléments que tu exprimes dans ton dernier poste, c'est à dire évaluer les responsabilités de chacun.

Écrit par : carole | 19/07/2006

@ Seb, bonne nouvelle












Sarkozy repasse en tête des intentions de vote à la présidentielle selon un sondage
LEMONDE.FR | 19.07.06 | 08h27 • Mis à jour le 19.07.06 | 09h29

Écrit par : Fulcanelli | 19/07/2006

@ Mathieu
Je comprends ce que tu veux dire (je te rassure), mais je trouve ce coupage de cheveux en quatre un peu gonflant.
Les responsabilités de la police NE PEUVENT PAS être mises en équation avec celles des gamins des cités, citoyens de seconde (troisième, quatrième, etc) zone.
Ces gens dont NOUS payons les salaires (il me plaît de me le rappeler) N'ONT PAS à se comporter comme des cow-boys - à entrer, à la limite, dans le jeu des indiens d'en face. (Géronimo!)
Exemple minuscule: le tutoiement. Insupportable.
Exemple affligeant: les violences policières débridées.
Laurent Mucchielli, qui n'est pas exactement le premier venu, sur ces questions, observe, dans le formidable "petit" bouquin dont je te recommandais CHAUDEMENT la lecture ce matin: "S'il est une priorité aujourd'hui, elle est (...) de sortir du cercle vicieux dans lequel se sont enfermés les policiers eux-mêmes, de remettre à plat en connaissance de cause la question de la réforme qui s'impose pour faire enfin de la police nationale un véritable service public. Un service capable d'assumer aussi bien la répression de la délinquance que la prévention et la dissuasion auprès des publics en difficulté, le tout dans la transparence et le dialogue avec les citoyens, dans le partenariat avec les autres services publics, et DANS LE RESPECT ABSOLU DE TOUS LES PRINCIPES DEONTOLOGIQUES (c'est moi qui souligne) SANS LESQUELS LA NATURE DEMOCRATIQUE D'UN REGIME POLITIQUE EST MENACEE. Il y va de l'intérêt de tous, y compris de celui des policiers."
J'ai l'impression qu'il reste pas mal de chemin à parcourir.
J'ai l'impression, pour tout dire, que tes histoires de responsabilité partagée, c'est vachement bien sur le papier, mais que dans la vraie vie, les flics "baveurs" passent moins souvent en comparution immédiate que la "racaille". J'ai même l'impression qu'il y aurait comme une certaine impunité dans l'air, d'temps en temps. Ou si je me trompe?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

@ Fulca
Dis.
Fulcanelli.
Ca nous arrive à tous, comme tu sais, de lâcher de temps en temps de GROSSES CONNERIES.
Dans ces moments-là on se grandit à reconnaître qu'on a "un peu" fondu le boulard.
Surtout quand on bénéficie d'un vrai capital de sympathie.
J'dis ça, j'dis rien.
Si tu vois de quoi je veux parler...

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

tout à fait Seb, d'ailleurs je me suis grandi à environ 1m90 ou un peu plus (fait combien le Galouzeu ?) en déclarant retirer mes propos s'ils ont heurté la sensibilité de quelques-uns

Écrit par : Fulcanelli | 19/07/2006

@ Fulca
Temps pour moi, j'avais pas vu tes derniers commentaires sur le DEL.
Comme je disais, les conneries, ça nous arrive à tous.
Trop humains...

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

Eh oui, suis humain, comme Villepin

cela dit, le monde tourne et la guerre se poursuis dans le silence de la communauté internationale et de l'Europe. Seule la Suisse évoque les crimes de guerre de l'Etat d'Israël à Gaza. Curieux, la Suisse qui n'est pas neutre

Écrit par : Fulcanelli | 19/07/2006

@Seb : "Je comprends ce que tu veux dire (je te rassure), mais je trouve ce coupage de cheveux en quatre un peu gonflant.
Les responsabilités de la police NE PEUVENT PAS être mises en équation avec celles des gamins des cités, citoyens de seconde (troisième, quatrième, etc) zone.
Ces gens dont NOUS payons les salaires (il me plaît de me le rappeler) N'ONT PAS à se comporter comme des cow-boys - à entrer, à la limite, dans le jeu des indiens d'en face. (Géronimo !)"

Total accord. Non seulement on les paie, mais ils représentent le droit, la justice, la République et sont donc tenus à un comportement exemplaire.

Écrit par : Bernard Langlois | 19/07/2006

Je voulais juste vous dire, pas que ça soit VRAIMENT important, notez, que "Police Story" est le titre d'une chanson de The Partisans.
Y avait aussi "Police Oppression" (Angelic Upstarts). J'ai un peu hésité.
(Puis bien sûr y avait "ACAB"... Mais tout de suite, l'exagération... Mwârf...)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

À mes yeux c'est loin d'être du coupage de cheveux en quatre. Tout ce que tu dis est absolument vrai. Le problème c'est que jamais tu ne porte la moindre critique ni même la moindre question sur les responsabilités des "gamins des cités, citoyens de seconde (troisième, quatrième, etc) zone" dont tu ne parle qu'à l'aune des injustices, des bavures, du harcèlement, des discriminations dont ils sont victimes. Pas un mot sur la délinquance dont ils sont aussi les auteurs, pas une question sur ce qui, dans leurs comportements, pose question. Tu les réduis à n'être que de pures et simples victimes irresponsables d'absolument tout ce qu'ils font puisqu'au fond tout ce qu'ils font trouve sa raison d'être et sa nécessité dans les dimensions sociales dans lesquelles ils vivent et dont ils sont ne sont que les victimes irresponsables. Victimes non seulement de ce qu'ils subissent mais même de ce qu'ils font, et même de ce qu'ils sont. On n'est absolument pas d'accord sur ce point là, sur cette manière de d'exonérer certains d'absolument tout en disant qu'au fond "ils n'ont pas le choix" lorsqu'ils enfreignent la loi. Sauf quand ce sont des policiers bien sûr, eux ils ont toujours le choix d'enfreindre la loi ou pas.

Écrit par : Mathieu | 19/07/2006

@Bernard
Et ceux qui ne sont pas policiers, ils ne sont tenus à RIEN eux au motif qu'ils ne représentent pas le droit, la justice et la République? Ils ne sont pas tenus de respecter la loi? Lorsqu'on vit en banlieue on est fondé à faire n'importe quoi? Lorsqu'on fait n'importe quoi on est fondé à dire que c'est totalement et uniquement de "la faute à la société" au motif qu'on vit dans certaines conditions subies? C'est étrange, lorsqu'une fille se fait brûler vive dans une cave, là, on n'a pas la même vision de la chose (et encore heureux), là on n'exonère pas les "gamins des cités" au motif qu'ils sont des citoyens de seconde, troisième ou quatrième zone, au motif qu'ils subissent le tutoiement et les violences policières débridées, au motif qu'ils sont des "gamins des cités".

Écrit par : Mathieu | 19/07/2006

@ Mathieu
Là, quand même...
Dès que tu trouves sur ce blog la moindre ligne de moi expliquant qu'"ils n'ont pas le choix", tu me préviens.
Et, OUI, je crois qu'ils sont EFFECTIVEMENT "victimes non seulement de ce qu'ils subissent mais même de ce qu'ils font, et même de ce qu'ils sont". ABSOLUMENT.
Et, OUI, je crois que "tout ce qu'ils font trouve sa raison d'être" (pour la "nécessité" je suis moins catégorique ;)) dans les dimensions sociales dans lesquelles ils vivent et dont ils ne sont que les victimes".
Je te laisse le "irresponsables", en t'invitant derechef à effectuer une minuscule visite dans la vraie vie, histoire de mesurer dans les commissariats et les tribunaux que tout le monde ne les juge pas "irresponsables".
Oh non.
Je vais te dire. Essayons de sortir d'une appréhension purement binaire de cette réalité-là. Tu veux me faire dire qu'il y a des gros paquets de petits cons dans les cités? Ben j'te le dis. Tu veux me faire dire qu'il y a des EXPLICATIONS à ça? Je te le confirme. Tu veux me faire dire que je ne supporte plus que ces mecs, si cons soient-ils parfois, restent du "gibier à info-spectacle" (la formule est de Mona Chollet)? ET COMMENT, nom de Dieu!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

Sur le "ils n'ont pas le choix", ce sont tes propres mots de l'autre jour à propos des palestiniens qui font péter des bombes dans des bus pleins de civils isréaliens.
Merci pour l'invitation à effectuer une visite dans la vraie vie. Tu me la faxe ou tu me la fais parvenir sous enveloppe timbrée? :)
Le mot "irresponsables" te gêne, mais tu ne peux pas dire qu'ils sont victimes de tout, qu'ils ne sont que des victimes, qu'ils ne sont pour rien, ou pour une infime part (tellement infime que ça ne vaut même pas la peine d'en causer), dans ce qu'ils font ou ce qu'ils sont tout en disant qu'ils en sont aussi pour une part qui n'est pas négligeable (et ce qui me gêne c'est que tu la néglige en la passant entièrement sous silence justement) responsables.
C'est assez ironique que tu me dise qu'il faille sortir d'une appréhension binaire de cette réalité-là alors que ce qui me gonfle c'est précisément l'appréhension binaire du type "méchants policiers responsables de toutes les injustes/gentils gamins des cités irresponsables de tout puisqu'ils sont des citoyens de troisième zones". Tout ce que tu dénonce m'énerve autant que toi (enfin, si tu veux avoir le monopole de la dénonciation des infractions policiers et des injustices sociales libre à toi). Simplement il y a aussi ce que tu ne dénonce pas qui me gonfle.

Écrit par : Mathieu | 19/07/2006

@ Mathieu
Cessons-là ce dialogue de sourds?
;-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

Oui :)

Écrit par : Mathieu | 19/07/2006

@ Mathieu
Cessons-là ce dialogue de sourds?
;-)
Ecrit par : Sébastien Fontenelle | 19.07.2006

Oui :)
Ecrit par : Mathieu | 19.07.2006

Oui, oui, oui …
;-)
;-)

Écrit par : Bernard Langlois | 19/07/2006

bonjour

Concernant les "dimensions sociales dont ils sont les victimes", cela mériterait d'être développé... j'ai travaillé comme emploi jeunes dans une école primaire pendant cinq ans. Cet endroit était devenu un véritable ghetto : les élèves "français de souche" se comptaient sur les doigts d'une main dans un établissement qui en comportait environ 200 !!! Le niveau et l'ambiance étaient connus pour être les pires de toute la ville, avec notamment des problèmes graves de violence et de racisme entre élèves... et avec les professeurs ! (en CM2, quand même !)

Je ne travaille plus dans cet établissement depuis bientôt 5 ans, mais au moment de partir, la seule chose que je peux dire est que les conditions s'étaient notoirement améliorés, pour une raison très simple : le corps des professeurs avait réussi à se mettre d'accord, sur un ensemble de sanctions qu'ils appliquaient tous sans faillir, mais aussi un certain nombre de mesures pour rendre notre cour de récréation ridiculement petite la plus attractive possible et ouvrir d'autres espaces pour les jeux et la lecture...

Ce que je veux dire, c'est qu'il y avait des sensibilités politiques et des convictions pédagogiques très différentes, mais que l'urgence de la situation obligeait à établir un vrai consensus, et surtout à s'y tenir.

C'est ainsi qu'un comportement inadmissible était sanctionné rigoureusement de la même manière par tout le monde et que les élèves ne pouvaient plus faire jouer les désaccords entre des adultes divisés.

Le processus a été lent, les professeurs devant faire la preuve de leur autorité chaque jour, mais, en tant que simple observateur, je sais une chose : quand je suis arrivé, lorsqu'une bagarre se déclenchait, on pouvait être sûr que cela allait créer un attroupement d'enfants excités. Quand je suis parti, cela n'avait plus cours : en revanche, il y avait souvent au moins un élève pour s'interposer.

Je crois donc, pour résumer, d'avantage au pragmatisme qu'à l'idéologie pour résoudre la violence, parce qu'on n'a peut-être pas le temps de se mettre d'accord sur les causes qui ont conduit à un tel malaise, mais qu'en revanche, on peut tous travailler sur les conséquences... en tout cas, c'est possible à l'échelle d'une école primaire

Écrit par : john marguerite | 19/07/2006

En substance, Mathieu à Sébastien : "j'entends ce que tu dis, mais j'entends aussi ce que tu ne dis pas". Tiens, ça me rappelle quelque chose !

Sinon, tant qu'on est dans les chansons, y'avait aussi Trust et son fameux "Police, milice".

Écrit par : Olivier Bonnet | 19/07/2006

Comme je suis limité, très limité sur les groupes rock je dirais
the police en st(r)ing.

Écrit par : martingrall | 19/07/2006

@ Olivier Bonnet
Et tant qu'à parler de Trust y avait surtout "Fatalité". ("Y a qu'dans les HLM qu'ils ont toujours des problèmes", c'est de là que ça vient...)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

the cops tout bridé

警察庁によるセキュリティ情報提供サイト。セキュリティ最新動向の他、子供向け、一般 ユーザ向け、サーバ管理者向けに、各種講座や被害事例等を紹介.

Écrit par : tiennes chaou ping | 19/07/2006

HHHHHHHuuuuummmmm il est beau le policier tout bronzé et bien huilé sur la plage, soudain il me vient une idée.

Écrit par : martingrall | 19/07/2006

אתר המשטרה
הנחיית פיקוד העורף לתושבי הצפון ולמרחב שמדרום לחיפה. לאור ירי הרקטות המתמשך על צפון הארץ, פיקוד העורף חוזר ומודיע: תושבי קו העימות מתבקשים להמשיך ולשהות ..

il faut dire la plage est bien exposée, un peu bruyante, mais on peu pas tout avoir

Écrit par : Sur la plage abandonnée | 19/07/2006

je trouve que vive le feu est tout indiqué

Déclaration de M. Jacques CHIRAC, Président de la République, sur la situation au Liban.

Palais de l'Élysée - Paris le mercredi 19 juillet 2006.


Mesdames, Messieurs, je viens de réunir les principaux ministres concernés, à l'issue du Conseil des Ministres, pour faire le point, ce que nous faisons régulièrement, de la situation au Liban qui est une situation dramatique et qui nous préoccupe énormément.

Je rappelle d'abord que, dans le cadre et dans l'esprit de ce qui a été décidé, notamment à l'initiative de la France, à l'occasion du G8 de Saint-Pétersbourg, il nous paraît essentiel de faire les gestes indispensables au retour à la paix.

Ces gestes sont clairs. C'est, d'une part, la libération de soldats israéliens retenus prisonniers actuellement, soit par le Hamas, soit par le Hezbollah, et l'arrêt du lancement de roquettes, notamment de roquettes Qassam, sur Israël. C'est, d'autre part, l'arrêt des bombardements qui détruisent des équipements indispensables à la vie du Liban et qui font, hélas, des victimes, morts et blessés

Dans ce contexte, il est indispensable, s'agissant de la Palestine, de reprendre le dialogue avec le Président de l'Autorité palestinienne, Monsieur Mahmoud ABBAS. Et s'agissant du Liban, d'appliquer réellement la résolution 1559 de l'ONU, en comprenant bien -et tous les Libanais doivent comprendre cela, et admettre cela- qu'il ne peut pas y avoir de Liban stable politiquement, de Liban assumant ses responsabilités et son développement, de Liban démocratique, si une partie de son territoire est occupée par des milices qui n'obéissent pas au gouvernement central libanais.

Il faut rétablir l'autorité, la stabilité, la souveraineté du Liban. C'est l'intérêt de tous les Libanais quels qu'ils soient. C'est aussi l'intérêt de la démocratie et l'intérêt de la morale.

Dans ce contexte, la situation humanitaire nous préoccupe énormément. C'était l'objet de la réunion de ministres que je viens de tenir. C'est une situation humanitaire grave en raison des morts, des blessés, des personnes déplacées en grand nombre, de l'insécurité totale qui règne sur le Liban, des destructions à la fois des infrastructures indispensables à la vie, mais aussi, aujourd'hui compris, d'usines fabriquant de l'alimentation ou du lait pour les enfants. Il y a là un problème qui justifie, je dirais, l'appel à l'aide du gouvernement libanais que nous soutenons. Cet appel à l'aide concerne des besoins immédiats auxquels la France a bien l'intention de répondre.

C'est dans cet esprit que nous avons décidé d'affréter dès aujourd'hui un avion gros porteur qui partira dans les heures qui viennent et qui apportera ce que le gouvernement libanais nous a demandé, c'est-à-dire des moyens, en particulier pour ce qui concerne l'eau potable, des groupes électrogènes nécessaires pour le fonctionnement normal des hôpitaux, des médicaments en grand nombre qui sont devenus indispensables, notamment pour la survie des blessés, pour les enfants, pour l'ensemble de celles et de ceux qui ont besoin de cela.

Cet avion partira dans les heures qui viennent. Il arrivera à Larnaca où ce qu'il transporte prendra le bateau pour rejoindre Beyrouth. C'est le bateau qui, par ailleurs, rapatrie un certain nombre de Français ou franco-libanais ou étrangers, qui veulent rentrer en France.

Nous avons aussi décidé de mobiliser des moyens de transports militaires français qui sont en train d'arriver sur zone pour permettre d'avoir un transport facilité entre Larnaca, à Chypre, et Beyrouth d'une part, d'autres endroits du Liban, si cela s'avère nécessaire.

J'ajoute qu'il y a deux urgences auxquelles il faut immédiatement répondre. C'est d'une part une trêve humanitaire. On ne peut pas laisser la situation se développer comme elle se développe actuellement. Il faut une trêve humanitaire et chacun doit apporter son concours à l'élaboration de cette trêve. C'est dans cet esprit que nous avons mobilisé la communauté internationale, que nous avons mobilisé l'Europe.

Il faut également établir des corridors humanitaires à l'intérieur du Liban pour permettre le déplacement des populations qui ont besoin de bouger au Liban et qui doivent pouvoir le faire dans une certaine sécurité. Et il faut des corridors humanitaires également entre le Liban et l'extérieur, c'est-à-dire essentiellement pour le moment entre le Liban et Chypre.

Voilà les dispositions que nous avons décidé de prendre. Nous le faisons en liaison étroite avec le gouvernement libanais. Et je peux vous dire que nous y mettons à la fois tous nos moyens et tout notre cœur.

Je vous remercie.

Écrit par : martingrall | 19/07/2006

Pour ma part, ce qui me révolte le plus est l'emploi constant de cet euphémisme : "bavure", pour désigner la mort d'un d'un type sous les coups de la police. Et en général, il s'agit d'un "issu de l'immigration", autre euphémisme détestable pour désigner un non-blanc, Français ou non.
Le rapport d'Amnesty dénonçant, en mai dernier, l'impunité des forces de police est hélas raccord avec la liste de ces violences et de ces meurtres : "les mauvais traitements et les homicides racistes imputables à la police depuis 10 ans ne sont pas des cas isolés […] le racisme des policiers et d'autres agents de l'Etat vise les personnes de confession musulmane ou issues d'une minorité ethnique, principalement originaires du Maghreb ou d'Afrique subsaharienne […] les auteurs présumés de tels actes ne sont toujours pas amenés à rendre des comptes de leurs actes devant la justice."
Pas bien sorcier de comprendre pourquoi les gamins de Clichy ont cherché à fuir le plus loin possible.
D'autant qu'à chaque fois qu'il y a eu "émeute" dans les quartiers populaires depuis vingt ans, le détonateur est toujours le même : un jeune qui décède "dans des circonstances troubles" sous les coups ou l'arme d'un policier.

La réactivation d'une loi coloniale pour "mater" les quartiers donne aussi le signal politique aux policiers qu'ils seront amplement couverts.

Comme en écho, la conclusion de la justice britannique sur la mort du jeune Brésilien, Jean-Charles de Menezes, abattu par les cow-boys de Scotland Yard (Shoot to kill) pour cause de faciès suspect : "pas de preuves suffisantes" pour obtenir une condamnation, juste une amende adressée collectivement aux forces de polices pour n'avoir pas "assuré la santé, la sécurité et le bien-être de Jean-Charles de Menezes le 22 juillet 2005".


@Sébastien : pourrais-tu me passer STP, par retour de mail, une @dresse où te joindre pour quelques précisions ?

Écrit par : Pescade | 19/07/2006

Chirac est reconnu pour être l'un des meilleurs dans ces situations internationales. Est-ce que cela ne va pas un peu sauver son mandat ? Il faut quand même que les actes suivent bien.

Écrit par : carole | 19/07/2006

Beau discours de Chirac, toujours plus à l'aise à 'internationnal qu'a la maison.
Pourvu qu'il soit entendu.
C'est Sarkozy qui va pleurer de voir tous ces gens vouloir (re)venir en France...
Valeur d'un passport libanais ?
Le Libanais parle-t-il francais ?
Ces Francais du Liban sont-ils sarkozistes et auront-ils le droit de voter ?
Bon, je rigole...
C'Est jsute pour faire le lien entre le texte ici et l'actu internationnale !

Écrit par : Bertrand | 19/07/2006

Une trève… le temps de mettre à l'abri tous ceux qui peuvent se prévaloir d'une nationalité occidentale, et puis après, zou, c'est le mois d'août, tout le monde en vacance et les missiles pourront détruire de plus belle le Liban et la Palestine.

"Une trahison française"
http://tokborni.blogspot.com/2006/07/une-trahison-franaise.html

Écrit par : Pescade | 19/07/2006

@Carole un autre très très bon pout l'inter c'est Vedrine!

Écrit par : martingrall | 19/07/2006

"Police partout, justice nulle part". Allons, il faut se reprendre là. C'est un slogan pour boutonneux, ça. Une harangue pour cours de lycée. "Police nulle part, justice partout", faut vraiment être naïf pour y croire...

Écrit par : bandini | 19/07/2006

@ bandini
Ouais j'ai une GROSSE collection de slogans pour boutonneux.
Genre: "Vous voulez qu'on vous débarrasse de la racaille on va vous en débarrasser ma p'tite dame, au Kärcher".
Genre: "La France, tu l'aimes ou tu la quittes".
Je te signale quand même que contrairement à ce que vous avez l'air de penser tous, vous n'êtes pas forcés de voir un lien de cause à effet entre ces deux propositions: Police partout et Justice nulle part.
Ca peut AUSSI être vu comme une double réalité.
C'est comme ça que je le vois en tout cas.
Police nulle part, justice partout? QUEL BEAU PROGRAMME! On commence quand?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

Sur les comportements de notre belle police, il serait nécessaire que certains lisent les écrits de Maurice Rasjfus (et de l'Observatoire des libertés publiques qu'il dirige):
http://www.agora-international.com/boutique/librairie/reference/EF068.html
et en forum sur l'obs :
http://forum.nouvelobs.com/archives/forum_86.html
http://forum.nouvelobs.com/archives/forum_504.html

Ça les renseignera un peu.

La question qui reste est "Comment avoir une police digne des principes de notre république et de la démocratie qu'elle est censée représenter ?"

NE JAMAIS couvrir les bavures, JAMAIS !
me semble un MINIMUM.

Mais le corporatisme est là pour protéger TOUS les flics, même les indéfendables. Lire M. Rasjfus et comparer les condamnations "light" des fauteurs de bavure avec celle des "voleurs de mobylettes" ou avec celles des condamnés du CPE est éclairant. Vraiment éclairant.

Quant au slogan entre Police et Justice, je préférerai
" Police quelque part (là où on en a vraiment besoin), et Justice partout (même à Toulouse !)"
Joli programme de gouvernement qui a peu de chance de remuer les foules, hélas!

Zgur

Écrit par : Zgur | 19/07/2006

@ Zgur
Merci d'avoir mentionné Rajsfus, j'aurais du le faire.
Oubli impardonnable.
Tu es décidément un plaisant compagnon de blog, Zgur.
Si je peux me permettre.
D'accord avec ton dernier commentaire du début à la fin.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

FLEURYVAL SI TU POUVAIS RELEVER TES MAILS?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

@ Sébastien

Merci.
Permet-toi !

Ce n'est pas pour rien que je viens ici (et à coté, et ailleurs encore).
Nous ne sommes peut-être pas toujours d'accord mais partageons sans doute aucun une communauté d'idée sur l'essentiel !

Ça vaut bien un café un matin "au point d'eau de la brousse citadine !", non ? ;0)

Zgur

Écrit par : Zgur | 19/07/2006

Très bon article!

Et ce qui est instructif, c'est de voir comment TF1 a traité l'information. Harry Roselmack l'a expédié en 23 secondes (j'ai chronométré _ mais c'est là qu'on voit que ce n'est que le remplaçant: PPDA aurait compressé le truc en 12 secondes). Et c'était dit pas fort, en baffouillant un peu. Et il ne dit pas que la police a mal fait son boulot. Il dit que c'est les avocats et le député socialiste qui demande l'ouverture d'une enquête. Et, enfin, il ne dit pas "policiers" mais "enquêteurs".

De cette façon, si un seul spectateur de TF1 sur 100 000 a compris de quoi il s'agissait, c'est qu'il avait lu l'article du Monde avant.

Écrit par : Eric | 19/07/2006

@ Eric
Je n'ai pas regardé ce soir le journal de TF1, mais je confirme tes impressions sur Harry R., qui était très bon sur Canal + mais le journal de TF1 reste le journal de TF1 malgré Harry. Ce denrier n'est pas enocre tout à fait à l'aise. Et pourquoi est-ce qu'il est cadré en si gros-plan ? Je n'ai pas l'impression que PPDA est cadré de si près.

Écrit par : carole | 19/07/2006

Allez, je vais être partageuse.

Après avoir déposé un soupçon d'obscénité sur le DEL, je vais déverser une brouette d'ignominie sur Vive Le Feu.

http://www.liberation.fr/actualite/societe/194167.FR.php

Je sais, c'est dégueulasse, mais je trouve que "dégueulasse" est un adjectif dans l'air du temps. Le temps est lourd, on étouffe, le climat est pesant... De la "pluie d'été" au coup de kärscher sur les SDF, tout est de plus en plus dégueulasse... et le loft de la branlette (voir le DEL) devient une catharsis comme une autre, évidemment...

Écrit par : Pyrom-Anne | 19/07/2006

@ Zgur
Ouaip.
Absolument.
Dès que j'ai fini cette affaire Finkie.
PyromAnne pourrait te dire (et Fleuryval) que ça fout la merde dans mes RV.
@ Anne, justement.
Ouais j'avais vu ce papier, et une bien jolie photo dans "Le Canard", et je comptais bien en faire un petit quelque chose ici-même sous peu.
Faut que je me rappelle aussi Royal et Blair.
Et Philippe Val.
Pfff... Quelle vie...

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

@ Séb

On a tout l'été... et plus je le crains... tu sais comme moi que les branleurs de la planète sont ultra entraînés et ne s'arrêtent jamais.

Un ennemi après l'autre... On ne va pas bacler la contre-offensive, oh que non !

Compte sur nous pour monter la garde...

Tes veilleurs de camp te saluent.

Écrit par : Anne | 19/07/2006

Prochain billet ici-même dans une heure et quart. (Il est 22.50, ce 19 juillet.)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

Je viens de découvrir ça : http://mazenkerblog.blogspot.com/
Un type de 20 ans, qui raconte Beyrouth sous les bombes. En mots et en dessins.


Son premier post:

“bang? blog!
2 years of lazyness before starting this blog.
i'll begin then by thanking israel who burned in one night two years of efforts to avoid getting myself trapped in this adventure. good job guys! especially the airport party. and the bridges. no way to leave the country. nothing else to do than this blog.
after all, we all need sometimes a valid reason to start to work, and a good old war soundscape is ok as a starting point."

Sa vision du "Baby Boom"
1. http://photos1.blogger.com/blogger/8040/3351/1600/13.jpg
2. http://photos1.blogger.com/blogger/8040/3351/1600/14.jpg

Quel média occidental si prompt à défendre la liberté d'expression, en particulier de caricature, publiera ce genre de dessins ?

Écrit par : Pescade | 19/07/2006

@ Pescade
Je t'oublie pas je t'enverrai mon adresse mail ce qu'il y a c'est que là chuis un peu à la bourre dans le boulot.
;)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/07/2006

Ok, thanks, you're welcome 8-)

Écrit par : Pescade | 19/07/2006

@ pescade

Merci pour le lien sur le blog beyrouthin

LE TALENT !

Ça ne se définit que difficilement.
Mais quand on est face à lui, on le reconnait au premier regard.

Ce type en a, du TALENT.

Comme il dit, c'est con qu'il faille des bombes pour le découvrir.

Mais une fois découvert, il faut en profiter et en faire profiter les autres. Faites suivre le lien.

Zgur

Écrit par : Zgur | 20/07/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu