Avertir le modérateur

15/09/2006

Nicolas Et Pimprenelle

medium_hp_scanDS_691420422356.jpg

Hier, je me suis fait engueuler.
Ici même.
Sur ce blog.
Chez moi, bon sang de bois.
Sur le thème: tu fais chier, avec ton "amalgame Royal=Sarkozy répété de post en post", et non seulement tu fais chier mais tu dessers la gauche, et "quelque part" tu fais le jeu de Sarkozy.
Bon.
Alors voilà.

Oui!
OUI, je suis persuadé que Nicolas et Pimprenelle disent peu ou prou la même chose.
Persuadé que ces deux-là sont les deux faces d'une même couverture du "Point". (Ou de "Challenges").

J'en suis, même, tellement persuadé, que je me suis ouvert à mon éditeur préféré de ma furieuse envie de rédiger là-dessus un petit bouquin d'une centaine de pages.
Titre (provisoire): "Sarko Blanc Et Blanche Ségo". (Ou l'inverse, éventuellement. Je ne crains pas le débat).

Aux Etats-Unis, vous le savez, il n'y guère que l'épaisseur d'une arme irakienne de destruction massive, entre les discours démocrate et républicain, et ce nivellement se retrouve dans le "match" Royal-Sarkozy - avec, c'est vrai, comme le relevait si joliment Denis Sieffert l'autre semaine dans "Politis", quelques "divergences d'intensité dans l'application d'un programme libéral".

Tenez, un exemple.
Tout chaud.

Hier soir, un titre du "Monde" me saute aux yeux: "Mme Royal se démarque de M. Sarkozy sur l'Europe".
Dans le corps du papier, cette "information" devient: "(Ségolène Royal) a marqué discrètement sa différence, mercredi, avec Nicolas Sarkozy".
Le mot important?
"Discrètement".

Concrètement, Pimprenelle n'a, tenez-vous bien, je vous préviens que c'est assez hardcore, "pas repris à son compte l'idée avancée par le président de l'UMP de disposer d'un "mini-traité" d'ici à 2008 afin d'améliorer le fonctionnement de l'Union".
Motif: "Pour l'éventuelle candidate socialiste, "c'est une erreur de mettre la réforme des institutions comme préalable à la définition d'un avenir pour l'Europe"". (De la même façon qu'il est généralement déconseillé de mettre la charrue avant les boeufs).
Donc, si je comprends bien, Sarko veut une réforme des institutions, alors que Ségo penche plutôt pour une réforme des institutions, mais pas avant d'avoir défini un avenir pour l'Europe.
Elle mâche pas ses mots, hein?

D'ailleurs c'est pas fini: "Sans fermer la porte à un éventuel "partenariat" avec Ankara, elle s'est par ailleurs gardée de "toute déclaration brutale" quant à l'adhésion de la Turquie, en référence aux propos du président de l'UMP, qui répète que ce pays n'a pas sa place au sein de l'Union".
Alors là, c'est la guerre.
Totale.
Sarko trouve que la Turquie n'a pas sa place dans l'UE?
Ségo lui balance illico qu'elle ne ferme pas la porte à un "partenariat" avec Ankara - sans pour autant proposer une place dans l'UE à la Turquie.
Si je comprends bien.
On a beau savoir que tout les sépare, on est toujours un peu soufflé, quand on découvre la profondeur abyssale du gouffre qui ne cesse de se creuser entre la droite et la "gauche".

Plus sérieusement, vous voyez un peu mieux de quoi je parle, quand j'estime que Nicolas et Pimprenelle disent globalement la même chose?

Alors je reconnais que, d'une certaine manière, ce constat est plus emmerdant pour les "socialistes" que pour l'UMP, parce que dans ce nivellement dont je parlais tout à l'heure, ce n'est généralement pas la droite qui fait des concessions: bien au contraire, elle se décomplexe comme une folle, et se lève chaque matin avec la ferme intention de briser quelques tabous (sur les reins, il va de soi, des salariés).
La droite, en somme, reste la droite, pendant que la "gauche" verse quotidiennement quelques centaines d'hectolitres de libéralisme dans son vin rouge - sans jamais assumer, cependant, ses perpétuels reniements.

La conversion au libéralisme devient alors, dans la bouche des "socialistes", un "réalisme" qui ne prévoit nulle part de réclamer l'impossible, et la presse peut tranquillement organiser un combat des chefs où n'importe quelle banalité, si affligeante soit-elle, vaut finalement démarcage - avec ce résultat que "Le Monde" peut désormais consacrer une pleine page (au demeurant hilarante) à ces gens qui "ont voté jusque-là à droite et envisagent de choisir Ségolène Royal", ou qui "se pensaient à gauche et pourraient voter pour Nicolas Sarkozy".

Mais dans tout ça, qui fait le jeu de qui?

Commentaires

Preeeeeeems
pour une fois :)
Je vais me répéter mais je suis encore une fois bien d'accord avec toi.

Écrit par : Mathieu | 15/09/2006

Assez d'accord avec ce constat, malheureusement. Il est d'autant plus visible que par un effet médiatique (mais je me fais peut-être des idées) on a l'impression que dès que l'un des deux aborde un sujet, l'autre se sent obligé de renchérir ou de "marquer sa différence", qui est parfois bien ténue...
J'ai quand même l'impression désagréable que c'est Sarko qui mène la danse conernant les thématiques abordées, et Ségo se contente souvent de "réagir" pour avoir l'impression de ne pas se laisser distancier. Stratégiquement, c'est nul : elle donne l'impression de courir après Naboléon. On a vu ce que ce genre de tactique pouvait donner dans d'autres élections (les présidentielles de 2004 aux USA)
Non seulement elle ne gagnera pas à sa cause les électeurs de droite qui préféreront l'original à la copie, mais en plus, les électeurs de gauche, ça ne leur donne pas envie de voter Pimprenelle...

Écrit par : veig | 15/09/2006

Tellement d'accord, et pourtant je devrais pas ... Putain de moi, que fous-je donc au PS :-(

Allez, merci SF, tu me fais déprimer, c'est malin !!!! T'es fier de toi j'espère ????

Bon, pour vous réconforter, un petit tour sur mon blog ;-)

Hein, Seb ?
(t'as vu la pub, comment je me demmerde, tout ça avec un QI de 49,375)

(Promis, je vais au lit)

Écrit par : Lancelot | 15/09/2006

@SF
Pas d'accord. On a tendance à oublier que Pimprenelle n'est pas seule au PS. Et que jusqu'à preuve du contraire, si elle est élue, elle sera bien obligée de former un gouvernement avec au moins un gens de gauche dedans (on compte toujours le porte-parole de madame parmi les gens de gauche? c'est juste pour savoir). A contrario, j'imagine mal Roger Karoutchi (ça me fait toujours kiffer d'écrire ce nom là) ou François Fillon modérer les velléités ultra-libérales et droitières de leur chef de file. Donc pardon de le lire, mais à moi (qui ne suis pas un pro-pimprenelle loin s'en faut) ça ne paraît pas exactement la même chose. Basiquement.

Écrit par : Emmanuel | 15/09/2006

Ton anlyse elle est terrible, oui mais, c'est bien sur! Sarkoroyal sont ? Tous deux dans une situation de rupture d'avec leur parti respectif, et réceptacle de tous les relégués en deuxième '''division'' avec permis de traitrise. Sego récupère tous les décus, reclus et perclus du PS traditionnel. Ségo c'est l'autre socialisme (de droite). Sarko tout pareil les mêmes jetés, récupérés, je t"ai! Affligeant! Pour rien!

Écrit par : martingrall | 15/09/2006

@Emmanuel
C'est-à-dire que des gens de gauche, au PS, j'en cherche vainement, à qui penses-tu?

Écrit par : Mathieu | 15/09/2006

Bon ok, admettons que je retire ce que j'ai dit...

Écrit par : Emmanuel | 15/09/2006

Non mais c'est une véritable question :)

Écrit par : Mathieu | 15/09/2006

Ben c'est aussi une vraie réponse, je crois!
:-D

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

Ben j'ai cherché une vraie réponse :)

Écrit par : Emmanuel | 15/09/2006

Je peux hasarder... Jean Glavany? Non? Bon ben alors je m'en tiens à ma réponse précédente.

Écrit par : Emmanuel | 15/09/2006

Jean Glavany?
Celui qui a fait le mannequin pour les Galeries Lafayettes?
Non.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

Ok, j'insiste pas. C'était juste pour ne pas totalement perdre la face.

Écrit par : Emmanuel | 15/09/2006

:)))))))))))))))))))

A +, tout le monde.
Soyez sages.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

@Mathieu
j'me vengerai :-)

Écrit par : Emmanuel | 15/09/2006

La "conversion" au libéralisme... enfin Séb, on en est plus à la "conversion". On en est à l'évangélisation de masse. D'ailleurs, Benoît XVI est lui aussi appelé à la rescousse, ça tombe bien.

J'espère que si (PAR MALHEUR) Primprenelle est investie par son parti évangéliste le 23 novembre prochain, j'aurais le plaisir de lire "Sarko Blanc et Blanche Ségo" quelques semaines plus tard. Histoire que Le Pen se retrouve au second tour face à Besancenot, que les "Alliés" débarquent et que la Révolution puisse ENFIN commencer.

Merci d'avance. Je m'impatiente. Et mes voisins trouvent encombrant le petit stock de pavés que j'ai constitué près du local poubelle. Au prochain Primprenelliste qui vient t'engueuler sur TON blog, fais moi signe.

Écrit par : Pyrom-Anne | 15/09/2006

Quelle autre alternative en réalité que de se plier aux exigences d'un peuple qui vote résolument à droite, en gardant de plus sous le coude l'éventualité d'un vote extrêmiste comme menace ultime?
Quel est donc l'alternative d'une gauche désorienté que celle de se plier aux exigences d'une partie de son electorat traditionnel qui je vous le rappelle à donné son vote à l'extrême-droite lors des dernières elections. Vous vous souvenez de ces interviews d'anciens communistes (pour ne citer qu'eux) décidés à donner leur vote à l'extreme-droite à la suite de trop de déceptions?
Les socialistes sont coincés par leur aile prolétaire qui elle elle ne leur donnera plus la main aux socialistes, c'est certain, et encore moins son vote!
Donc quoi faire d'autre que de se ranger à l'avis du plus grand nombre si l'on veut être réelu et retrouver une possibilité d'agir ( ce qui n'est plus le cas depuis longtemps) et l'avis du plus grand nombre pour ceux qui ne l'aurait pas entendu va à la droite.
Proposer autrechose, une alternative voire une alter-native, ne sera ni suivi ni entendu et encore moins promu par le vote!!!
Donc "ségo" navigue à vue, dans le brouillard certes mais dans "l'à peu-prés" qui est son seul champs de manoeuvre.
Pas simple d'être à la tête d'un parti qui se délite sous les coups de colère du populo! La droite n'est pas arrivée au pouvoir par hasard... La tourmente est grande.

Écrit par : strand | 15/09/2006

La gauche ne reste la gauche qu'au prix d'utopies criminelles.

Écrit par : Anouchka | 15/09/2006

@Seb
"tu fais chier, avec ton "amalgame Royal=Sarkozy répété de post en post", et non seulement tu fais chier mais tu dessers la gauche, et "quelque part" tu fais le jeu de Sarkozy."
et de Le Pen aussi...évidemment.

""Sarko Blanc Et Blanche Ségo". (Ou l'inverse, éventuellement. Je ne crains pas le débat)"
;0)

De toute façon dans cette course vers la droite, Ségolène sera forcement battue (sarko étant plus "décomplexé" qu'elle): la présidentielle se gagnera sur la gauche DONC pas avec Ségolène!

Écrit par : Le Moralisateur Masqué | 15/09/2006

"La gauche ne reste la gauche qu'au prix d'utopies criminelles".
Ah le fait est qu'entre Ségolène Royal et Pol Pot le choix est vite fait, hein?
J'adore.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

"La gauche ne reste la gauche qu'au prix d'utopies criminelles".

C'est d'ailleurs ce qui la différencie de la droite, qui préserve son essence, son bon teint et son pouvoir grace à un humanisme échevelé...

Écrit par : leopold trepper | 15/09/2006

Comme ils modulent tous les deux leurs déclarations en fonction des résultats des mêmes sondages, il ne faut pas s'attendre à autre cxhose qu'à ce constat.

On va attendre les marronniers journalistiques pour qu'ils se prononcent sur le salaire des cadres, l'évolution des prix de l'immobilier, le mal de dos ou le stress au bureau.

Écrit par : Claudius | 15/09/2006

Quel talent. chapeau. Il n'y a que les fans de Royal pour ne pas admettre ton constat.
Mais quand tu parles de la gauche, cela serait plus juste de parler de la majorité du PS, car heureusement au PS et à sa gauche, il y a encore des gens qui luttent pour ne pas être de simples suiveurs du libéralisme.

Écrit par : enzo d'aviolo | 15/09/2006

le plus pénible dans tout ça, c'est de voir que bayrou se réapproprie les thèmes que la gauche n'ose plus aborder (médias notamment). et ça c'est vraiment rageant.

Écrit par : yann | 15/09/2006

Sur la "réforme des retraites".
Exemple n°2.
Sarko: "En cas de victoire à la présidentielle en 2007 je demanderai au Conseil d'orientation des retraites de tracer des pistes".
Ségo: "Il y a un chantier d'harmonisation à conduire dans le système de réforme des retraites" (sic).
La bataille fait rage.

@ leopold trepper
:-))))))))))))))))))

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

Pour ceux qui cherche des gens de gauche au PS je leur propose:
beaucoup d'adhérents RM (plus leur chef!! snif) ou le courant ultra minoritaire du PS "Forces militantes pour la démocratie et le socialisme" http://www.democratie-socialisme.org/ de Filoche et Dolez

Écrit par : enzo d'aviolo | 15/09/2006

@ Seb,
"(...) La droite, en somme, reste la droite, pendant que la "gauche" verse quotidiennement quelques centaines d'hectolitres de libéralisme dans son vin rouge - sans jamais assumer, cependant, ses perpétuels reniements."
Libéralisme-réalisme ?
Sarko-Royal, Royal-Sarko.
Le duo alimente la presse sur ses désACCORDS avec l'autre par une surenchère, des explications du genre "C'est mon idée. Ce n'est pas la sienne ! La mienne est meilleure".
Qui fait le jeu de qui ?
Et si les deux se trompaient complètement sur leur élection à la présidence de la République ?
Les jeux sont loin d'êtres faits.
Tout ce tapage médiatico-politique ne change rien aux incertitudes des électeurs.
En ce moment, la question qui revient dans toutes les occasions de se retrouver ) plusieurs : "Alors ? Tu as choisi ton président ?"
Vu les réponses, le non l'emporte sur le oui.
Un miracle, une révélation ?
Ce n'est plus le temps d'y croire.

Écrit par : corinne | 15/09/2006

Merveilleux test comparatif sur une pleine page, ce matin dans "Le Parisien".
Titre: "Ce qu'ils ont en commun".
Extrait: "Ce n'est peut être pas par hasard que Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal se retrouvent en tête dans tous les sondages, à sept mois de la présidentielle. Car au-delà de leur opposition droite-gauche, ils présentent aux Français un profil, un discours et une posture où les points communs sont plus nombreux qu'on pourrait le croire".
Ben voilà.
Il suffit de l'écrire, et tout devient tellement plus simple.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

@ sebastien

je fais un copié collé de NRV

on s'en fout de ces mauvaises nouvelles
moi je préfére acheter "GALA" cette semaine
il y a MONTEBOURG dedans, c'est tellement mieux !!!!

merveilleuses photos d'arnaud dans le parc de sa maison , en veste bleue, sans cravate.

il y a aussi arnaud à la gare, arnaud à l'assemblée...

manque juste une photo : arnaud, la gueule décomposée le soir de l'élection présidentielle, au 1er tour bien sur. ;)

Écrit par : jeanmarc | 15/09/2006

@ jeanmarc
Je fais aussi un copier/coller:

La photo d'Arnaud en veste bleue a été prise AVANT son ralliement à Pimprenelle.
Sur les photos prises APRES ce retournement on ne voit que la doublure blanc cassé de sa veste.
Ca ressort assez mal, à cause de la lumière des flashes.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

très juste jean marc! quelle honte! il ne doit plus avoir assez de vestes pour les retourner!

Écrit par : enzo d'aviolo | 15/09/2006

Ce qui les oppose : jusqu'à plus ample informé, l'alignement de Sarko sur la politique moyen-orientale US. Rupture avec l'indépendance gaulliste, rejet du volontarisme européen de Giscard sur le plan économique et de celui de Mitterrand sur le plan géopolitique.
Jusqu'à plus ample informé... car pour l'instant Pimprenelle manque d'inspiration : elle attend l'Europe "par la preuve" pour se décider !
Paradoxalement je pense que le plus européen de tous les candidats c'est Fabius.

Écrit par : Trésor de bienfaits | 15/09/2006

"Trésor de bienfaits" vient de faire son entrée sur la liste (confidentielle) des pseudos-qui-tuent.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

ca vous rappelle pas la belle photo de Nico et François souriants, dans Paris-Match, à la veille de la victoire du "oui" au référendum?

C'est pas d'aujourd'hui qu'il y a une feuille rizla* entre les deux programmes...

* Si je veux je leur fais de la pub!

Écrit par : bert | 15/09/2006

@Emmanuel @Mathieu

Un socialiste ou des gens de gauche : Mélenchon ? Emmanuelli ?

Écrit par : malu | 15/09/2006

Je sais bien que les militants du PS sont des gens sympas, mais sociologiquement ce sont des profs et des cadres (http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=11739). Je ne sais pas pour les profs, mais nous les cadres, si on vote a gauche, c'est juste par charité pour le bon peuple. Ce n'est pas parce que l'on a besoin d'une augmentation de salaire. Ce que l'on veut, c'est juste l'étiquette et la forme, le fond n'est pas grave.

Résultat: un partie qui n'a plus que le nom de socialiste.

Écrit par : Olivier | 15/09/2006

DDDDRRRRRRRRRRRRRRIIIIIIIIIIIINNNNNNNNGGGGGGGGGGGGGG!!!!
DRRRRRRRRRRRIIIIIIIIIIIIIIINNNNNNNNNNNNNGGGGGGGGGGGGG!!!!
DDDDRRRRRRRRRRRRRRIIIIIIIIINNNNNNNNNNGGGGGGGGGGGGGG!!!

Ah merde...
Attendez...
Je débranche...
Ayé.
Ouf.

C'est chiant, hein?
Ca casse les oreilles.

C'est l'alarme de VLF!
Elle se déclenche quand on dit: "Mélenchon".

Suffit de le savoir.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

@Malu
mouais...

@Pyrom-Anne
j'espère que je suis complètement parano: la phrase "Au prochain Primprenelliste qui vient t'engueuler sur TON blog, fais moi signe" ne fait pas à mon commentaire d'hier soir quand-même ?!!??

Écrit par : Emmanuel | 15/09/2006

"Ce qui les oppose : jusqu'à plus ample informé, l'alignement de Sarko sur la politique moyen-orientale US. Rupture avec l'indépendance gaulliste, rejet du volontarisme européen de Giscard sur le plan économique et de celui de Mitterrand sur le plan géopolitique."

non, ils ne s'opposent pas sur ces thèmes, puisque SR ne s'est pas prononcée, elle les a meme soigneusement évités.
"rejet du volontarisme européen " : on ne doute pas du volontarisme libéral de NS.

Écrit par : dumont | 15/09/2006

Ce billet est très intéressant. Ce qui m'interpelle, c'est le contexte global, la bipolarisation politique portée par des "courants" toutefois conservateurs se dessine partout dans le monde et pas uniquement en France... Sauf peut-être dans des pays pas "politiquement correct" !!! Les politiques n'ont peut-être plus rien à offrir que le spectacle de lutte pour le pouvoir et qui ont recours aux médias pour relayer le show et les "débats". Les médias, de leur côté, continuent à perdurer l'illusion que "le jeu" politique bouge et ce pour le meilleur. Concernant les médias toujours cette belle réflexion de Boris Vian "Les articles de fond ne remontent jamais à la surface", il en va ainsi, je le crains, pour les projets politiques.

Écrit par : younes | 15/09/2006

MélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchonMélenchon

Écrit par : Emmanuel | 15/09/2006

@ dumont
Absolument.

A tout à l'heure, soyez sages.
Mettez pas la musique trop fort.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

PS: Empêchez Emmanuel de jouer avec l'alarme, après c'est moi qui me fade les réclamations des voisins.
:)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

:)

Écrit par : Emmanuel | 15/09/2006

@ Seb
je savais pas pour l'alarme.

Écrit par : malu | 15/09/2006

Dumont,
D'abord il faut lire les messages jusqu'au bout avant de critiquer.
Ensuite je ne mets pas en doute le libéralisme de Sarko, mais sa volonté de faire de l'Europe une puissance économique. Il se pourrait, ça reste à voir, qu'il se satisfasse de sa dilution dans l'économie mondiale.

Écrit par : Trésor de bienfaits | 15/09/2006

Globalement d'accord avec ce papier (quoiqu'avec un peu d'habileté on puisse sûrement démontrer presque l'inverse, faute d'un vrai programme du PS)

toujours aussi bien écrit en tout cas, bravo pour le blog.

Mais alors il faut allez jusqu'au bout : appelez à voter pour la gauche, comme la LCR, le parti "100 % à gauche" !! Qui créera le parti 200% à gauche?

Le problème n'est pas de s'aligner sur Ssaarkozy, c'est d'être de droite.

Au fond, on en reviens toujours à se demander ce que c'est aujourd'hui que la gauche non marxiste, un mirage sûrement...

Écrit par : Stef | 15/09/2006

Trésor de bienfaits,
D'abord, rassurez vous je ne vous "critiquais" pas particulièrement...
Ensuite, je vous rejoins sur Fabius et NS et la diluiton de l'Europe dans le libéralisme. Ca vous va ?

Écrit par : dumont | 15/09/2006

Un Marc Bloch ressuscité évoquera l'étrange défaite de 2007, avec des journalistes engagés aussi piètres tacticiens et stratèges que le général Chauvigeau.

Un portait de militaire se transpose-t-il aux journalistes ? Belle question, délicieusement remplie d'équivoque et de sous-entendus, Seb va adorer !



Le livre peu connu envers lequel Bloch veut nous introduire fut écrit par le général Chauvineau. Le fait qu’il ait été généreusement préfacé par Pétain ne peut que nous interpeller. Comme le souligne Bloch, ce livre dévoile l’état d’esprit des élites militaires françaises (pas toutes certes) avant la défaite de 1940. Il montre quelles furent les conceptions techniques en matière de défense. L’esprit était orienté à la défensive, au repliement, à la constitution militaire d’une forteresse réfléchie elle-même dans une politique de non ouverture, de repli, de fermeture, de clôture d’une Nation sur elle-même. Bref, une attitude anti-éthique, motivée par une sclérose spirituelle, un égoïsme national, et agrémenté d’une intelligence limitée pour gérer une situation critique. Bloch est très convaincant dans son analyse. Il va à l’essentiel, pointe l’obsession de l’école tactique pétainiste basée avant toute chose sur la puissance de feu, et opposée à l ‘école stratégique basée sur la mobilité (qui opposera De Gaule et Pétain). En réalité, seule la mobilité est stratégique, car la puissance de feu n’est que tactique. Les évaluation des tacticiens sur le rôle des chars et de l’aviation traduit une incompétence flagrante. Les événements de 1940 ont largement montré l’ampleur des erreurs commise par une vieille garde militaire repliée par ailleurs sur un nationalisme étriqué. La peur et la défiance ont pris le pas sur la générosité et la confiance. On mesure les limites de l’intelligence et de la raison qui constituent des armes à double face, ouvrant des portes lorsqu’elles sont subordonnées à des esprits éthiques, et sclérosant les possibles lorsqu’elles sont subordonnées à des esprits frileux et égoïstes. Ainsi naît le statu quo, la dictature des situations acquises. Chacun tire son profit personnel et refuse de se soumettre à la règle de l’ouverture par laquelle tout individu possède le droit d’agir, de travailler, de partager, d’échanger et de se faire une place dans le monde matériel. Tel fut l’esprit d’une société moisie, gouvernée par des élites peu regardantes sur l’éthique. Et donc, là où l’éthique s’estompe, prend place la technique. Faute de stratégie, on se contente de tactique.

Tactique, du grec taktikê, signifie l’art de ranger. La tactique est donc du genre espace, et participe au mode de l’ajustement. En ajustant comme il faut, en disposant les éléments dans un bon ordre, en orientant la puissance dans la bonne direction, on garantit une efficacité certaine dans le résultat, et notamment dans une bataille. La tactique est une expression de la technique mise en oeuvre par l’homme afin d’obtenir un résultat avec la meilleure efficacité possible. Lorsque l’on met l’accent sur la tactique au détriment de la stratégie, c’est qu’on est pris d’une exaltation pour la technique, une étrange exaltation pour la puissance de feu, comme le dit si bien Bloch. Ceci traduit, par-delà un choix de moyens, le trait infantile du caractère humain qui est fasciné par ces jouets meurtriers que sont les armes de guerre, et qui sclérose son esprit au point qu’il n’ait plus la capacité de prise de distance, cette faculté de l’intelligence et de l’imagination sans laquelle il n’est point de stratégie. Si la tactique est du genre espace, la stratégie est du genre temps. Pour un stratège, la séquence des actions est réfléchie dans l’agilité de l’esprit qui plane au-dessus des contingences, autant que de l’arraisonnement technique. Pour un tacticien, l’exaltation se traduit en terme de finalité défensive, occultant par la même occasion les options offensives.

Écrit par : Fulcanelli | 15/09/2006

Les deux chassent sur le même terrain électoral, soigneusement déterminé par bon nombre d'études et autres statistiques; c'est vrai qu'on a l'impression qu'ils veulent séduire les mêmes électeurs.
c'est bien ça séduire!

mais la séduction est un art et peut-être, je rejoins Corinne, que toutes ces parades sont vaines.

car il faut encore que l'électeur ait envie d'être séduit

Écrit par : céleste | 15/09/2006

Bonjour,
Je vais vous raconter un petit truc :
J’étais en train de faire mon ménage et ma fille de 9 mois était en train de tester la solidité des oreilles de son lapin en peluche sur le canapé à l’aide de sa technique spéciale « Je machouille et je tire et je recommence ». La télé était en fond, LCI je crois. (Oui bon ça va .. tout le monde ne peut pas se payer un week-end Kite-surf à Biarritz et boîte de nuit à Ibiza ;)).
François Bayrou apparaît à l’écran, il me semble que c’était un reportage consacré à l’université d’été de l’UDF. Et là … je surprends mon bébé captivée par le discours de François B. Elle attrape à bras le corps son lapin (Quenotte le lapin). Et littéralement hypnotisée par le discours du politicien, elle s’endort assise, la tête posée sur le rongeur synthétique, un sourire aux lèvres. Et là, intérieurement je me dis qu’un type qui est capable de faire s’endormir de la sorte un bébé de 9 mois, ne peut pas être foncièrement mauvais, hop, c’est pour lui que je vais voter.
Raisonnement stupide et dangereux me direz-vous ? Tout-à-fait d’accord !
Le problème est que j’ai pu constater que bien souvent le choix porté sur un candidat ou un autre à une élection présidentielle ne dépendait que trop souvent de facteurs qui n’avaient absolument aucun rapport avec le programme des candidats. Il suffit de faire un test tout simple, demander à son entourage de citer 2 points précis des programmes de Nico, Ségo, François, Jean-Marie, ... Je pense qu’il sera difficile d’avoir un exposé précis de 2 propositions de chacun des éventuels candidats, la démonstration risque fort de tourner court et de donner des réponses assez caricaturales du genre « Ben au moins avec Nico ça va chier » ou bien « Moi je vote Olivier parce que mon facteur est sympa ». Mais il est vrai que j’ai peu de journalistes ou d’experts en politique dans mon entourage.
Tout ça pour dire que je me demande vraiment si le fameux amalgame Nico/Ségo peut véritablement faire tourner le vent dans un sens ou dans l’autre. Je trouve que ça ressemble un peu à une bataille d’expert. Le commun français la fait lui la différence entre les deux. Et assez souvent ça n’aura absolument aucun rapport avec le programme des candidats.
Je me rappelle être allée voter à reculons au second tour en 2002. Et dans ma tête je me disais « Et si tu te faisais piquer ton sac là … pour qui voterais-tu ? ». Putain plus jamais ça!

Écrit par : Cécile | 15/09/2006

@Cécile
"Raisonnement stupide et dangereux me direz-vous ? Tout-à-fait d’accord !" Pourquoi le suis-tu alors?... Parce que d'autres le font aussi?

Écrit par : Mathieu | 15/09/2006

C'est tellement ténu la différence entre démocrates et Républicains aux Etats - Unis
Le Protocole de Kyoto
La Guerre en Irak
La nomination de juges Conservateurs et anti avortement à la cour supréme.

Allez, votons Le Pen, aprés tout la différence est si tenu avec Sarko, et que elle est si fine avec Ségoléne, que c'est comme si on vote Socialiste en votant FN.

En plus, en votant FN, on vote comme la vrai gauche, anti-europe, anti US , pro saddam, tout ça que c'est vraiment bien vu de mon copain de la LCR

Écrit par : borneo | 15/09/2006

La LCR est anti-europe, anti-US, pro saddam? Première nouvelle..

Écrit par : Mathieu | 15/09/2006

Pompidou, reviens !

Écrit par : Olivier Bonnet | 15/09/2006

J'amalgame en gros !
C'est pas le blog de l'amalgame ici, non ?


Et dire qu'il ya des cons chez les consommateurs pour tester les produits
le café de Colombie contre le café du Brésil. Stop
arrétez, c'est que de la merde, tout ça, comme direz JP Kopf, visitez le blog de Fontenelle, lui il vous le dit bien
c'est rien que des fachos désguisés, tout ça

Écrit par : borneo | 15/09/2006

ce matin sur France Inter la peste, c'était Umbetro Eco et il disait kif kif sur la non différence entre les partis en France, aux Etatsunis...
Il disait : c'est comme avant en URSS.
La laisse d'or de pousser un cri : Mais nous on vote !
Et tout le monde de rire.

Écrit par : titi | 15/09/2006

Alle, pour rire et chanter un peu : http://www.zedess.com/Sarkozy.swf

Écrit par : Lancelot | 15/09/2006

curieuse cette une de challenge. j'ai cru avoir la berlue, mais non. A vue de nez c'est le même modèle d'avion renifleur :)

Écrit par : Mathusalem | 15/09/2006

@Mathieu
Je sais que mon raisonnement est stupide je ne vais donc pas le suivre et essayer davantage de m'informer sur les éventuelles conséquences de mon vote. J'ose ainsi espérer que je ne vais pas faire mon choix sur un coup de tête (Putain on m'a crevé les pneus de ma bagnolle!), une simple émotion (Ho la loulotte elle fait dodo), un préjugé (Je ne vote pas pour les gonzesses ça a ses ragnagnas tous le mois).
Je me suis mise dans ma démonstration car je ne voulais pas sortir une formule toute faite du style "Le français moyen" que je trouve un peu trop péjorative. Je suis revenue écoeurée de mon été dans ma famille (de français moyen) où décidément le lavage de cerveau a fait des ravages. Se ne sont pourtant pas des boeufs moyens, mais là, impossible de leur faire entendre raison car ils ont tous une raison bien personnelle de vouloir Nico et c'est ce qui me fait le plus peur. Il a réussi à faire croire qu'il allait pouvoir règler les problèmes de chacun, et apparement ça fonctionne. C'est un peu une startégie de comm "microchirurgicale", il rentre chez vous par la télé, il regarde votre évier qui fuit et il vous explique que si vous votez pour lui, votre évier se tiendra à carreau;)

Écrit par : Cécile | 15/09/2006

Ah, mon commentaire d'hier a donc déplu à l'hôte de ces lieux... chouette...
(désolé j'ai autre chose à faire que de lire tous les commentaires précedents) Et ça l'a tellemnt énervé qu'il y consacre un billet... j'ai dont tapé un point sensible...

Déjà je reste perplexe quant je lis " [la droite] elle se décomplexe comme une folle, et se lève chaque matin avec la ferme intention de briser quelques tabous (sur les reins, il va de soi, des salariés). La droite, en somme, reste la droite, pendant que la "gauche" verse quotidiennement quelques centaines d'hectolitres de libéralisme dans son vin rouge"
Et donc selon S. Fontenelle la démarcation gauche-droite ne se sentirait pas alors que la droite "se décomplexe comme une folle"... Y a comme un bug.... Ou alors S. Fontenelle est "tellement" d'extrème gauche que de son point de vue tout ce qui est à droite de la LCR est à mettre dans le même panier... possible... On en vient alors à dire il n'y a plus de gens de gauche au PS... ben oui, si on considère que la gauche c'est la LCR, c'est sur...

Et puis j'"adore" la sentence "la presse peut tranquillement organiser un combat des chefs où n'importe quelle banalité, si affligeante soit-elle, vaut finalement démarcage"
Oh oui, quant Royal dit sur l'Europe "Il s'agit notamment d'"affirmer un contre-modèle social opposé au libéralisme sauvage qui fait qu'aujourd'hui les citoyens d'Europe se sentent menacés par rapport à la mondialisation". C'est sur qu'il est imossible de la démarquer du discours Sarkozyste...
Reuters cité par Boursier.com (et je ne suis pas un lecteur de ce site ;-) Google actualité a ses raisons que... etc....)
http://www.boursier.com/vals/all/royal-s-oppose-a-sarkozy-sur-l-union-europeenne-feed-15696.htm

Un "contre-modèle social opposé au libéralisme sauvage" saloperie d'idée de droite ça, hein !!!

Sachez-le, quant je me livre à la masturbation intellectuelle je suis plus proche d'Attac que de Royal. Mais quant je me sors de mes rêves éveillés et que je compare le discours de Sarkozy et de Royal moi les différences elles me sautent à la gueule.

Quant à ceux qui comme S. Fontenelle utilsent des formules comme "La conversion au libéralisme devient alors, dans la bouche des "socialistes", un "réalisme" qui ne prévoit nulle part de réclamer l'impossible", je dirais tous d'abord qu'il y a bien des visages différents du libéralisme dont certains, très clairement, sont plus insupportables que d'autres. Et ensuite je dis ceci à tous les "anti-capitalistes"... bravo les mecs et les meufs... super... maiis prouvez moi que c'est possible... commencez à mettre ne place une économie alternative en constituant par exemple un premier réseau de coopératives de productions autogérées avec des sociétés comportant plus de 250 travailleurs. Montrez-nous que demain, au pouvoir, vous sauriez faire la transition vers un modèle non-capitaliste... parce que là... à part se prélasser sur une plage lors des univ d'été de la LCR...

Mais continuez, S. Fontenelle. Vous allez surement réussi à dégoûter des gens d'aller voter pour les socialistes. Des gens qui resteront chez eux au deuxième tour en se disant "tous les même"... Continuez S. Fontenelle. Sarkozy vous délivrera peut-être le mérite agricole pour avois si bien labouré dans le début de prise de décision des hésitants....

Continuez S. Fontenelle, la droite vous remercie...

Note : sur mon site dédié aux USA j'ai fait une page "S. Royal et Nicolas Sarkozy face à Bush"... si vous voulez voir une différence de plus, vous la verrez là... car S. Rooyal s'est exprimée sur les USA de Bush et ce dès le 20 août... bien avant les propos pro-us de Sarkozy
http://membres.lycos.fr/returnliberty/royal-sarkozy-bush.htm

Écrit par : Jacques Adam | 15/09/2006

"J'en suis, même, tellement persuadé, que je me suis ouvert à mon éditeur préféré de ma furieuse envie de rédiger là-dessus un petit bouquin d'une centaine de pages."

Tu as prévu de rendre le précédent avant ou après ? Moi j'dis ça j'dis rien...

Écrit par : Marion | 15/09/2006

@ Marion, la Marion que j'ai eu au téléphone (Marie-Ange)

Écrit par : Lancelot | 15/09/2006

"Sachez-le, quant je me livre à la masturbation intellectuelle je suis plus proche d'Attac que de Royal. Mais quant je me sors de mes rêves éveillés et que je compare le discours de Sarkozy et de Royal moi les différences elles me sautent à la gueule."
Vous devriez peut-être simplement arrêter les psychodysleptiques...

Écrit par : leopold trepper | 15/09/2006

@ Lancelot
La même !!!

Écrit par : Marion | 15/09/2006

@ Marion :
le monde est petit ... Alors les nouveaux bureaux ?

Écrit par : Lancelot | 15/09/2006

Très intéressant billet, une fois de plus (j'en profite d'ailleurs, comme commentateur occasionel, pour faire preuve de lèche-bottisme débridé et féliciter son auteur, Sébastien, comme le brillant hérault de l'analyse politique qu'il est. La lecture de tes humeurs est toujours un plaisir, et parmi les blogs francophones, on en trouve peu qui jonglent, mêlant malice et maîtrise, avec la langue française en faisant preuve d'une telle habileté - fermeture de la parenthèse:-).

Alors c'est vrai qu'avec le peu qu'elle avoue, on peut considérer Ségolène Royal comme le clône de S.Sarkozy sans trop de difficulté. Mais plus généralement d'ailleurs, il est assez rageant, et dans ce cas précis, les USA connaissent une situation similaire, de voir les représentants de la "gauche" obligés de s'excuser quasi-quotidiennement pour les valeurs qu'ils sont supposés défendre. Irréalistes, utopiques, engoncés dans leurs "acquis" (à de petites choses anodines comme le droit du travail,...), et forcés d'amorcer un "recentrage", quand ce n'est pas un reniement (sans parler de l'enthousiasme avec laquelle certains s'y complaise, voir DSK, et Fabius hors des échéances électorales). La réalité/le progrès/la société s'orienterait inéluctablement vers un monde de droite (ou éventuellement de centre droit, voire même socio-démocrate) et refuser tous les corollaires qui l'accompagnent serait faire preuve de passéisme/refus/deni, ridicule et inutile, puisque cette évolution s'impose d'elle-même. Les résultats de cette pression sont le plus souvent désastreux, comme T.Blair (et dans une moindre mesure B.Clinton) a pû amplement le démontrer, avec des gens, de "gôche" virant complètement à droite, coupant même l'herbe sous le pieds de leurs adversaires en adoptant leurs tactiques et surtout leurs thèmes. Comme certains ici je finis par me demander si il existe encore des progressistes dans le monde politique.

Écrit par : David A. | 15/09/2006

"commencez à mettre ne place une économie alternative en constituant par exemple un premier réseau de coopératives de productions autogérées avec des sociétés comportant plus de 250 travailleurs."
C'est un grand écart. ça veut plutôt rien dire.
En fait :
une vraie défense des services publiques et
surtout
plus de cette politique asservie à la Loi du Marché que L'On Ne Peut Arrêter Sans Arrêter Du Même Coup Le Progrés.
Et ça (pardon) mais yapas chez les deux peoplitiques.

Écrit par : titi | 15/09/2006

Euhhhhhhhhh....arghhhhhhhhhhhhhhhhh....

Juste pour dire que je suis plus ou moins vivante...

Nan.
... je blague.

D'accord sur tout.
Sinon, j'aurais fermé ma boîte à clapets mais, là, c'était trop tentant de dire à quel point je suis d'accord avec ton billet...

Et je ne fais pas partie des MJS, hein !!!!!!!!!

Je ne voudrais pas plomber l'ambiance plus qu'elle ne l'est mais je sens très très très mal ces présidentielles...
Pas d'idées, pas de ligne de force, pas de souffle.... du paraître, du marketing, de l'attrape-gogo.... et le premier qui me dit que je mésestime le "bon sens" des électeurs, je lui balance mes rangers dans la face !
Faut pas rêver !
Des générations élevées à la real-TV, au Tf1 et aux pubs Carrefour, ça ne fera jamais un peuple conscient et adulte.

A voir les grilles de rentrées de Tf1 ou de France 2, avec des Cauet et des Bern triomphants, je ne vois pas comment on s'en sort.
On peut toujours espérer qu'un Lefait, qu'un Taddéi pourraient changer la donne mais il faut bien admettre qu'ils ne sont que des pansements sur une jambe de bois et que ce sont les Pujadas, les Star Académy et autres Arthur qui vous distribueront les cartes.

Les jeux sont faits.

Merde.... tu m'as foutu le bourdon, Seb !

Écrit par : Grabuge | 15/09/2006

Coucou.
Me revoilà.
J'ai pas encore tout lu, mais:
1) GRABUGE is back (in town), et c'est probablement l'info la plus émoustillante de la semaine.
2) Y en a chez "Privé", éditeur à Paris, qui font preuve d'une HALLUCINANTE MESQUINERIE, mais je ne citerai pas de noms, n'étant pas comme eux. Ou elle. Marion, tu es touuuuuuuuute petite.
3) Jacques Adam raconte un peu n'importe quoi, mais leopold trepper, toujours number one sur la liste (confidentielle) des pseudos qui arrachent leur mère, l'a, comme d'hab, convenablement calmé.
Bon et maintenant, je vais tout lire.
AVANT DE ME REMETTRE A MON PROCHAIN LIVRE POUR LES EDITIONS "PRIVE".

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

Yep !
Alive and back...
Quoique.... life is hard and then you die...


A part ça, personne n'a flippé sur la réintégration de l'abbé Labeyrie par cet enfoiré de Ratzinger.... je sens bien le billet sanglant quand j'aurai fini de remettre à flots mon PC-qu'a-clamsé...

Mais il faut bien dire que ce ne sont pas les sujets qui fâchent...

Non, non,.... je ne parlais pas des éliminations de la Star'Ac....
Oui, oui... je sais bien qu'il n'y a que ça qui intéresse la majorité des lobotomisés de notre douce France....

Les mêmes qui voteront dans 8 mois.

Ça fait peur ?
Oui.
Définitivement oui.

Écrit par : Grabuge | 15/09/2006

Et toi Grabuge, tu vas voter pour qui?

Écrit par : Mathieu | 15/09/2006

@Seb,
Pour arrêter l'alarme tu lui hurles SARKOZY !!!
Ca lui fout tellement les jetons, qu'elle arrête net.
Essaye, tu vas voir, c'est radical.

Écrit par : corinne | 15/09/2006

@ Younes
"Ce qui m'interpelle, c'est le contexte global, la bipolarisation politique portée par des "courants" toutefois conservateurs se dessine partout dans le monde et pas uniquement en France...
Les politiques n'ont peut-être plus rien à offrir que le spectacle de lutte pour le pouvoir et qui ont recours aux médias pour relayer le show et les "débats". "

Comme je suis une grosse faignasse en ce moment, je suis allée copier un post que j'avais balancé sur le blog d'à côté fin avril. Tout est assez clair, je crois.

En septembre 1995, - sous l’égide de la fondation Gorbatchev - « cinq cents hommes politiques, leaders économiques et scientifiques de premier plan », constituant l'élite mondiale se réunirent à l’Hôtel Fairmont de San Francisco pour confronter leurs vues pour un futur projet de civilisation.

Le principal problème politique mis en débat fut formulé de la façon suivante : comment l’élite mondiale pourra t-elle maintenir la gouvernabilité des quatre-vingts pour cent d’humanité surnuméraire, dont l’inutilité - et donc le chômage - a été programmée par la logique libérale.

La solution qui, au terme du débat, s’imposa, comme la plus raisonnable, fut celle proposée par Zbigniew Brzezinski sous le nom de "tittytainment" (titty signifiant les seins, dans le sens ici de "mamelle nourricière", et pas dans un sens "plastique" ; "tainment" signifiant "divertissement") . Par ce mot-valise il s’agissait tout simplement de définir un « cocktail de divertissement abrutissant et d’alimentation suffisante permettant de maintenir de bonne humeur la population frustrée de la planète. »

Les médias français ont-ils eux aussi majoritairement opté pour le "tittytainment" au détriment d'une information démocratique, indépendante, pluraliste et - si cela est encore possible d'y croire - parfois un peu irrévérencieuse voire même subversive pour le pouvoir en place ? Une presse libre, utile, et audacieuse, tout simplement.

Ce récit entendu et rapporté par des journalistes qui étaient présents à l'Hôtel Fairmont en 1995 n'est hélas pas de l'intox, tout est dans ce très bon livre :
"Le piège de la mondialisation", Hans-Peter Martin et Harald Schumann, Solin Actes Sud, 1996 (plus de 10 ans déjà !).

D’autres infos sur le meilleur des mondes de la société oisive, téléphage et neurophobe, dite "société des 2/10e" :
http://www.acrimed.org/article785.html?var_recherche=mich%E9a

Cette triste "anecdote" est par ailleurs reprise dans « L’enseignement de l’ignorance et ses conditions modernes », Jean-Claude Michéa, éditions Climats.

Écrit par : Pyrom-Anne | 15/09/2006

@ Mathieu

Pour qui je vais voter aux présidentielles ?
Faudrait-il encore que je vote....

La dernière fois, conditionnée par la vague de sentimalatisme à la con, j'ai voté Chirac... moi qui pourtant savais très bien à quoi m'en tenir puisque j'ai monté Ras l'Front dans mon coin... n'empêche que j'ai craqué devant la vague scélérate de culpabilisation... non pas que je n'ai pas pas voté au premier tour mais il semblerait que j'ai "mal"voté et que ce soit tout de ma faute si Yoyo se soit fait éjecter dans les graviers comme Alesi...

Localement, je n'ai jamais eu ce genre de problèmes, dotée d'un sénateur maire élu royalement au premier tour à chaque élection (sans moi ! Dédé ! Je t'emmerde ! Même mort !).... mais comme il vient de clamser, ça risque de devenir chaud par chez moi....

Depuis, je tâche de ne plus me faire avoir.
Non au TCE et sans culpabilité aucune.
Je dirais même avec une forme d'allégresse.

Pour ce qui est des présidentielles, les candidats n'étant pas tous déclarés, j'attend de voir ce qui se passe.
Quand je vois le bintz au niveau du mouvement des candidatures unitaires de gauche non-libérale, j'ai bien peur de m'enfouir sous ma couette...
Avant de voter Buffet, il m'en faudrait tout de même beaucoup. Et ne parlons même pas de cette potiche sectaire d'Arlette pour laquelle je n'ai aucun sentimentalisme à la Souchon...
Qui il reste ? Ben pas grand-monde...

Alors, au pire, je veux bien faire comme en 81 et voter contre la peine de mort et pas pour Mitterrand mais j'en ai marre des choix par élimination...

Je suis claire, là ?

Candidat suivant ? ;)))

Écrit par : Grabuge | 15/09/2006

Après l'épisode Elkkabach, voici venu le temps de l'affaire Schönberg. Rien ne nous sera épargné dans le concours de mauvaise foi et de foutage de gueule. Rien.

Le congé de Béatrice Schönberg inquiète des députés

PARIS (Reuters) - Une cinquantaine de députés UMP protestent contre le fait que la journaliste Béatrice Schönberg, épouse du ministre Jean-Louis Borloo, se mette prochainement "en congé" du journal de France 2 pour la durée de la campagne électorale.

Dans une lettre adressée vendredi au P-DG du groupe France Télévisions, Patrick de Carolis, ils écrivent que "cette annonce sans précédent est le résultat d'une campagne menée depuis un an par l'un des syndicats de la chaîne dans la grande tradition stalinienne des procès politiques de l'après-guerre".

Écrit par : Pyrom-Anne | 15/09/2006

@ Grabuge

contente de te revoir et entièrement d'accord avec toi
ça fait plaisir

Écrit par : céleste | 15/09/2006

Bonjour Grabuge

Écrit par : martingrall | 15/09/2006

Tiens c'est catwoman qui présente le journal de tf1 ce soir

Écrit par : Mathieu | 15/09/2006

et la fête de l'huma dans tout ça, hein?

Écrit par : F ront A rmé B olivien | 15/09/2006

Ben quoi, la Fête de L'Huma?
On va tous y aller, non?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

@ Seb

C'est pas pour dire mais le fait de coller la date du commentaire sans l'heure, ça le fait pas...
Mais pas du tout...

Je t'ai déjà proposé mon expertise, comme dirait cet enfoiré d'enculé de fils de sa mère de loiclemeur.com (vous l'avez vu cet empaffé sur canal+ dans l'aparté de Pascale Clark qui est décidemment bien peu regardante sur ses intervenants ?)...
J'ai pas la voix sublimissimement sexy de la Pascale, mais je sais corriger une feuille de style en cascade ou un index.php, contrairement à elle !

PS : J'irai pas à la fête de l'Huma.
Mes montagnes se couvrent de feu et c'est tout ce qui compte.
Je penserai à vous autres, mes pauvres, en arpentant les forêts de hêtres, en me couchant sur l'herbe rase des bords du lac de Gaube, en rêvassant devant les cimes du Balaïtous...
Vous dire si la bite à Nico ou les tétons de Ségo occupent ma pensée !!!!

Écrit par : Grabuge | 15/09/2006

Je vais te dire une chose Sébastien Fontenelle.
Malgré la grossièreté de ton analyse, peut-être qu’au fond tu as raison, qu’il n’y a plus de droite et de gauche, mais comme aux Etats-Unis deux partis, deux machines électorales qui, au fond, ne remettent pas en cause le système, mais apportent seulement des modalités différentes quant à son entretien. Comme tu le vois, je ne trace pas un trait d’égalité seulement entre Sarkozy et Royal mais plus généralement entre UMP et le PS.
Je sais une telle thèse est encore aujourd’hui difficile à admettre, pour la gauche surtout. Moi même… Mais passons, il ne s’agit pas de moi, mais de toi.
Si telle est ta thèse, et je la respecte, l’UDF tiendrait la place des Libéraux au Royaume-Uni. Pourquoi pas. Resteraient donc à gauche, LO, la LCR et le PC ; le PC ayant encore cependant beaucoup de difficulté à admettre cette évidence.
Evidemment, une telle thèse n’arrange pas les affaires du PS. Passe encore, pour eux, que Royal ait franchie le pas, mais tous les autres y tiennent encore à leur différence. Du moins, je le suppose (ça doit être dans leur tête) car il y a bien longtemps que l’on a gommé dans la bouche de tous ces « socialistes » une quelconque référence au SOCIALISME justement. Certes on entend encore, quelque fois, très prudemment, de plus en plus rarement, des mots comme social-démocratie, comme si c’était dans leur bouche quelque chose de gênant, qu’ils n’arriveraient pas encore à avaler, puis à digérer. En Allemagne, au Royaume-Uni, il y a bien longtemps qu’ils ne sont plus embarrassés par de telles précautions.
Cette thèse, j’en conviens, est séduisante. Elle a le mérite d’être claire. Plus besoin de se poser le problème du second tour. Si j’étais américain, il y a longtemps que je ne voterais plus. Je n’aurais pas le choix.
Je ne plaisante pas. Je suis très sérieux. Mon courant politique en 2002 a pratiquement défendu une telle thèse, pour au final appeler à voter Chirac. Cocasse, n’est-il pas ? Comme si nous étions en 1933 en Allemagne. Foutaise. Il aurait fallu appeler à l’abstention pour être cohérent. Le Pen n’aurait pas gagner, mais Chirac n’aurait pas eu un score à la Ceausescu. Non, non , je ne plaisante pas.
Mais revenons à ta thèse. En sommes nous vraiment là ? Je me trompe peut-être, mais j’ai comme l’impression que tu ne souhaites pas aller au fond de ta logique. Fabius = DSK = Villepin = Sarkozy = Royal = Chirac = Bayrou = Lang. Oui, pourquoi t’arrêter en si bon chemin ?

Caroll

Écrit par : Impitoyable | 16/09/2006

@ Caroll
Et donc?
Je ne comprends pas la question?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 16/09/2006

Tu dis Royal = Sarkozy,
Or Royal = DSK = Jospin = Fabius = etc.
Donc PS = UMP.
Plus de droite et de gauche mais deux partis d’accord pour entretenir le système, avec certes des programmes différents dans le détail, mais pas sur le fond, comme aux Etats-Unis, en Allemagne, au Royaume-Uni, etc.
C’est ta logique, mais pourquoi ne le dis tu pas aussi clairement ? Pourquoi t’arrêtes-tu en si bon chemin ?

Écrit par : Impitoyable | 16/09/2006

Euhhhhh... Impitoyable..... mais c'est très exactement ce qu'il dit !

De deux choses l'une, ou tu n'apprécies pas l'écriture alambiquée, imagée, tourneboulée.... et là, t'es mal....
Ou, si tu veux de l'écriture au cordeau, tu vas chercher du côté de D'Ormesson !

Sébastien, que je sache, n'a jamais caché ses dégoûts comme ses goûts.
On ne peut pas en dire autant de 90% des "faiseurs de pluie" de notre presse soit-disant nationale !

Ohla !
Qu'on se calme !
Je ne défends pas l'oison parce que c'est l'oison !
C'est juste que j'en ai un poil marre de voir demander des comptes à qui n'a jamais postulé, voire même émargé dans ce qui nous sert de "media", contrairement à la volière de perroquets que l'on voit pérorer dans nos grands PQN ou sur nos chaînes les plus courrues !

Si le must consiste à exibher son bronzage chez "Vol de nuit" de PPDA, le Voici de la littérature, ou la dernière émission de Bern.... ben on va pas aller loin !

Royal ou Sarkozy et leurs lévriers, je suis bien certaine qu'ils suceraient pour paraître chez Cauet et d'autres....
Et c'est là où, comme Seb, je m'octroie le droit de leur dire MERDE.
Voire plus et dévellopé sur deux paragraphes plus fleuris les uns que les autres, au risque de m'attirer les foudres de la bienséance qui n'a de bien que tout sauf le séant.

T'es mignon tout plein, Impitoyable, mais dis-moi pour voir ce qu'est la gauche et la droite.... allez.... des couilles, nom de Zeus ! :)))))))

Écrit par : Grabuge | 16/09/2006

Se ne sont pourtant pas des boeufs moyens, mais là, impossible de leur faire entendre raison car ils ont tous une raison bien personnelle de vouloir Nico et c'est ce qui me fait le plus peur. Il a réussi à faire croire qu'il allait pouvoir règler les problèmes de chacun, et apparement ça fonctionne. C'est un peu une startégie de comm "microchirurgicale", il rentre chez vous par la télé, il regarde votre évier qui fuit et il vous explique que si vous votez pour lui, votre évier se tiendra à carreau;)

Bravo pour cette analyse. Car c'est exactement le fond de la stratégie de communication de Sarkosy et de son équipe. C'était celle avant lui de tous les charlatans ( genre le produit miracle à la foire "machin-chose" qui lave le sol, les vitres, et que vous pouvez en plus utilisez comme dentifrice...;)) de touts les marabouts ( tu le connais Mr Djembé qui te ramène ta femme tellement amoureuse que c'est limite si elle est pas devenue nymphomane!) bref c'est l'affaire de ce que l'on nomme le " populisme" qui consiste non seulement à donner au peuple ce qui va satisfaire ses instincts primesautiers mais surtout d'emporter son adhésion par la croyance quasi-magique ( ce que l'on nomme accessoirement un "fort charisme" ) que le sauveur- bienfaiteur- héro bref le messie est arrivé!

C'est lui qui va nous sauver!

Séduire les foules c'est emporter leur adhésion en les rassurant et en leur promettant la lune.
Pire que le "je vous ai compris de de gaule" voici le "je vous ai compris oh tellement compris ( sous entendu " j'ai reçu vos voeux secrets" ceux que la morale et la décence vous interdisent de prononcer tels que : on en a marre de payer pour des fainéants qui font des gosses qui cassent nos voitures et qui piquent le taff de nos enfants!) donc je vous ai compris et avec moi ça va changer je vais accéder à tous ces désirs que personne ne veut prendre en compte, je suis là, voilà, vous êtes rassurés? Ca va mieux? Bon maintenant, il va falloir y aller, va falloir voter et faire voter parce que c'est pas gagné hein?! On a du boulot pour remettre de l'ordre! Grand sourire. Applaudissement. La foule est conquise on l'a flattée, rassurée, remise dans le droit chemin. "Ca va aller mieux avec ce monsieur là. Oui le type au grand sourire avec les yeux bleus et la chemise coordonnée. T'auras plus peur mémé et jean-jean il va trouver du boulot..."

Voilà la recette secrète employée par tous les gourous du monde : RASSURER! Et accessoirement s'il vous fait les pôches ben vous le saurez pas parce que vous serez occupés à gagater devant son " fort charisme"!

J'ai mis longtemps à comprendre ce qui se cachait derrière le mot : "populisme". J'ai cherché, j'ai pas mal lu. Je me suis écorchée les neurones. Aie, aie. Et puis un jour j'ai regardé le marabout que je croisais régulièrement à colonel fabien, je l'ai bien regardé et je me suis dit ( j'avais quand même l'air un peu con, toutes ces lectures pour en arriver au marabout de la sortie de métro) mais bon sang mais c'est bien sûr :
C'est ça, un sarkosy!

C'est un mec qui te promet la lune en souriant et qui te met profond avec le même sourire.

Un escroc. Pis celui-là il a le look bonne famille. C'est encore plus dangereux, plus toxique.

Pour ce qui est de ta famille ne t'inquiètes pas ça nous arrive à tous et toutes. On a toutes et tous dans nos entourages des gens qui nous semblaient jusque_là relativement normaux, assez intelligents pas le genre à se faire berner justement par des discours populistes et qui se révèlent assez bizarrement prés à "gober" comme des mouches affamées la moindre ânerie "sarkozienne".

Bref : alarme cramoisie. Le peuple se laisse emporter par ces vieux démons et nous sommes en Europe en danger de voir les élections se remporter par des gens de moins en moins critiques et sérieux, des gens qui auront gagnés le cadeau bonux et qui risqueraient comme c'est déjà le cas de conduire nos démocraties vers des gouvernements de moins en moins acceptables, des lois de moins en moins justes....bref, bref, des emmerdes en perspectives comme on dit chez les gens!

Écrit par : strand | 16/09/2006

C'est aussi (surtout?) un problème d'éducation...

L'histoire n'est plus vraiment enseignée, qui pourtant montre bien ce que donne la quête de l'"homme(ou femme) providentiel".

L'idéologie aujourd'hui refuse toute vision critique du passé: le nazisme est "réduit" à l'anti-sémitisme, alors même qu'il est aussi un système nationaliste, démagogue, basé sur le pouvoir absolu d'un homme, le mensonge, la propagande, le militarisme, l'ultra-sécurtitaire et la démonstration systématique de l'existence d'un ennemi, à l'intérieur, et/ou à l'extérieur...
Le franquisme est honteusement oublié, car la passivité, sinon la complicité des soi-disants démocraties avec cette dictature fasciste et rétrograde a duré jusqu'en 1975! Pourtant, ce système absurde reposait sur les deux grandes bases du spectre qui revient: pouvoir personnel et religion.
Pire, la France a eu De Gaulle, qui se trouve être, plus par la médiocrité des autres que par ses personnels mérites, le "moins mauvais" des présidents...Encore une fois, l'homme providentiel...

Alors en 2006, 21ème siècle, un peuple peu éduqué, gavé de télévision et de consumérisme, mais néanmoins sensiblement conscient de la vacuité du système, espère t'il de nouveau un sauveur, qu'il soit divin ou en chair et en os...
Hitler disait un truc du genre que le 20ème siècle serait celui de la réaction...On en est toujours pas sorti...Les grand bouleversements du début du siècle (récurrents, depuis si longtemps...), dans lesquels on entre à peine permettront-ils d'en sortir?

Dans tous les cas, il n'y a rien de surprenant dans le "phénomène Sarkozy", bien au contraire. Rien non plus dans la deliquescence du PS, patente depuis 20 ans au moins! Que l'on se souvienne tout simplement que Bernard Tapie(TM) a été ministre...

Heureusement, ce que montre aussi l'histoire, c'est qu'il faut avoir foi en l'homme.
Il faut espérer que l'on revienne rapidement à cet enseignement, celui qui veut que l'homme est en général capable de bien faire, s'il ne se laisse pas diriger et abrutir par quelques dégénérés...Ils sont toujours là, à l'affut, à l'UMP comme au PS, ou en périphérie...

Écrit par : bert | 16/09/2006

Ouf, j'ai tout lu.

Je lis beaucoup, ce qui ne me donne que peut de temps pour m'abrutir devant la téloche, ou en écoutant (F)rance-inter.

Ce qui ne fait pas de ma pomme quelqu'un de très différent de l'immense majorité "silencieuse", sauf que je suis juste un tout petit peu moins abruti par toute cette propagande.

Déja, en 1930, aux USA, face aux importants mouvements de grève des ouvriers, les financiers (Rockfeller et d'autres) ont mis au point la stratégie de dénonciation des syndicalistes, en usant de l'arme des médias (aux ordres), des "prêcheurs"...

Rien de neuf dans cette histoire, sauf que le degré est plus important maintenant.

La "résistible" ascension face à laquelle nous n'allons peut-être pas avoir assez d'énergie pour résister est en marche depuis très longtemps.

Les financiers qui clamaient en 1938 "plutot Hitler que le Front populaire" sont de retour. La tête tournée vers Bush.

Et le premier qui fait semblant de ne pas comprende cela, en m'assénant que je compare les 2, voici ma réponse : OUI, je compare les 2.

Et ceux qui se plient devant Bush ne méritent pas mieux que ceux qui se sont pliés devant Hitler. Voilà, comme ça, c'est très clair.

Les moutons qui ont fait Hitler sont exactement les mêmes que ceux qui ont fait Bush, et que ceux qui feront demain notre guide à nous.

Bon, faut pas que je m'énerve tout seul, ça ne mène qu'à un afflux de tension peu profitable. Je ne voudrais surtout pas être dans un quelconque livre des Records, comme le premier mort devant son clavier en raison d'un énervement face aux salonnards qui penchent vers Bush.

Plus simplement, même si je ne porte pas en moi la farce Ségolène Royal, j'y vois une différence d'avec l'apprenti-guide adulé par les médias, et en phase ascendante.

Je ne sais pas qui écrivais ci-dessus que Mme Royale n'a que peu de champ d'intervention possible, mais c'est vrai.
Le système actuel écrase tout.
Voyez comment les "têtes de gondoles" du PS vont se faire laminer par les médias, juste après le funeste débat entre les prétendants, organisé par la téloche (et peu importe laquelle, que ce soit la Chabot-te ou celui qui prend directement ses ordres chez l'éculé à l'Intérieur pour proposer un nom de journaliste...).

Voilà encore une deuxième différence d'avec Ségolène.
Je n'ose imaginer une telle reptation chez les valets des médais envers le PS.

Il y a des différences, et il y a aussi des gens de gauche au PS. Ce n'est pas un scoop. Regardez la réalité du résultat sur le referendum de l'an dernier.

Pour avoir assisté à des débats, y être aussi intervenu, ça swinguait terrible, par moment, et durement. J'ai même cru que le PS allait imploser.

Il y a un mince espoir fragile et presque invisible. C'est à nous de le renforcer. Je n'ai aucune confiance en Ségolène Royale, mais je pense que si c'est elle qui est désignée par le PS, je n'aurait pas d'état d'âme.

Faudra juste que je trouve l'énergie pour ne pas abdiquer, mais continuer à renforcer ce tissu sacrément déchiré, en lambaux, depuis.... (je vous laisse mettre la date qui vous convient, pour ma part, c'est 1983).

@+ (oui, mais quand ?)

Écrit par : Edmond K | 16/09/2006

@bert trés bon sujet à faire plancher à des éleves ça! Décrire la quête de "l'homme providentiel, repérer dans l'histoire ce qui déclenche ce besoin populaire, citer des exemples précis et faire apparaitre les points communs..!
Plus sérieusement je pense effectivement que ce que vous dîtes est trés juste mais aussi qu'une question apparait trés clairement quand donc les peuples cesseront-ils de se référer à un système qui privilégie le pouvoir d'un seul homme?

@edmond k
C'est moi qui écrivait que la marge de manoeuvre de royale est réduite comme le fut celle dans le passé récent d'un jospin et de son équipe. Il y a un sérieux problème avec le PS non seulement il ne rassemble plus la base et le haut mais pire que cela il implose de toutes parts.
Cette fois c'est moi qui ne sais plus qui écrivait (plus haut) que plus personne au ps n'ose se référer au véritable socialisme qui est semble t-il bien loin derrière lui. Pourtant moi je pense que les idées "socialistes" du début du Siècle sont toujours et plus que jamais dirais-je d'une actualité "brûlante"!
Eduquer sans relâche, instruire donner les clés de la compréhension de la société à ceux qui viennent des endroits les plus difficiles ( la campagne par exemple je ne parle pas des banlieues là ) leur donner accés à une évolution sociale par le travail et " l'ascenseur sociale" que représente la réussite scolaire. Là intervention d'un problème de taille : qui pour moi est la clé de voute des ennuis que nous connaissons.. Car on dit souvent que l'ascenseur sociale est bloqué mais d'aprés ce que j'ai pu observer, il n'est pas grippé pour rien cet ascenseur.
Je pense que dans notre société il y a des gens qui sciemment et depuis des années font en sorte que cet ascenseur ne fonctionne plus.
Pour quels motifs? Eh bien pour pouvoir profiter d'avantages auquels leur médiocrité et leur bassesse ne leur donne normalement pas accés ce qui désavantage sérieusement des gens qui ont travaillé et qui finalement se retrouvent sans travail parce que les places sont prises par les enfants des enfants et des copains de ceci-cela!

Cette promotion-copinage fait partie de tout un système qui privilégie les relations personnelles plutôt que les compétences avérées. Et là on atteint des sommets de mauvaise foi quand il s'agit de défendre le boulot médiocre de celui ou celle-ci!

Je ne parle ni de gauche ni de droite là il semblerait que pour ce qui concerne ce genre de sujet chacun y mette véritablement du sien...en dehors de tout clivage politique.

C'est aussi un sujet à donner à des éléves, un excellent sujet d'ailleurs ( je ne dis pas ça pour me flatter mais plutôt parce que je le trouve extrêmement instructif!) repérer dans l'histoire de la République à quelle moment le pourrissement ( inévitable dit-on) des institutions provoque une grave remise en cause de ces institutions et une crise morale!!!

Écrit par : strand | 16/09/2006

@Grabuge

Etre de gauche, c'est le socialisme, des soviets et l'électricité.... T'es content !

Écrit par : Impitoyable | 16/09/2006

@ strand

"Eduquer sans relâche, instruire donner les clés de la compréhension de la société " écrivez-vous.

Je ne vois qu'une solution : reprendre l'offensive contre l'abrutissement généralisé qui ravage des millions de personnes, à domicile : la télévision.

L'école est perdante, face à cet instrument, toute tentative de nourrir intellectuellement un pays entier est vouée à l'échec. Seuls s'en sortent une infime minorité, que l'on retrouve ensuite (pas tous fort heureusement) aux postes clés.

Les maisons de la Culture, les centres Léo Lagrange, le formidable pari de Jean Vilar pour le festival d'Avignon (un peu oublié maintenant), et plus près de nous, en dépit des problèmes réels de pouvoir (mais uniquement confinés dans la direction), tous les comités locaux Attac, voilà quelques pistes pour éduquer, c'est à dire élever à la dignité humaine des gens dont (on) se moque (à) la télévision.

Comment faire ? Décerner des "labels" d'utilités publiques à des associations qui pourraient ainsi utiliser librement des moments de télé et de radio. Ce modèle existe déja, dans les radios associatives. Et la présence d'un secteur "privé" n'est en aucun cas un frein à un secteur public qui endosse alors son rôle, et ne se complait pas à singer le privé, comme c'est le cas aujourd'hui.

Rien que les propos sur les "cerveaux vacants" d'un dirigeant de la chaîne privatisée valent rupture de contrat, et retrait immédiat de la chaîne privatisée à ce groupe financier. Le "mieux-disant" culturel promis / juré / avancé comme argument pour emporter le gâteau n'est que poussière et affirmation de cette cupidité dont les conséquences pour tout un pays sont terribles.

Qui pourrait délivrer ces "labels" ? Vaste question. Des élus ? Des professionnels ? Des spécialistes ? J'avoue ne pas très bien savoir, car je me méfie même de moi (et ce n'est pas une boutade) : le pouvoir est ravageur.

Ce qui est certain, c'est qu'il est essentiel de ne pas installer dans la durée des responsables qui n'apportent pas de réponses.

Je me demande s'il ne faut pas chercher des "responsables" dans les milieux réellement culturels. Voilà une piste. A voir l'acharnement (depuis 2003) contre les funambules, plasticiens, poètes, musiciens,... à voir aussi le verrouillage insensé et barbare contre internet.

A force de détruire toute culture, la société ne sera que violence. Mais cette violence est provoquée, volontaire, voulue, attendue, espérée par quelques barbares irresponsables.

Écrit par : Edmond K | 16/09/2006

@edmond k. Toute la première partie de votre message ne serait rien sans cette dernière phrase :
_"A force de détruire toute culture, la société ne sera que violence. Mais cette violence est provoquée, volontaire, voulue, attendue, espérée par quelques barbares irresponsables".

Voilà où nous en sommes aprés 15 ans de combat pour faire de cette société autrechose qu'une pyramide embourgeoisée...
Vous citez Vilard, Léo Lagrange, les divers ministres de la culture et leur actions concrètes de quadrillage sur le territoire français, eh bien tout est à reprendre et à reconstruire...Si je veux être plus claire et m'expliquer je dirais que cette exigence culturelle est à nouveau à porter sur le devant bien qu'elle ait fait ces preuves! Il faut à nouveau convaincre de son indispensable présence dans notre société.
Bien sûr il est long et fastidieux de faire reculer ceux que votre dernière phrase arrangent et qui en sont les instigateurs! Long et difficile car l'âne est rebelle (;). Faire comprendre à certains que la culture est là pour faire naître la reflexion ( peut-être est-ce là que la bât de l'âne blesse) et non abrutir et asséner des vérités toutes prêtes relève du travail de force.

Si le potentiel electeur réfléchissait un peu trop sait-on jamais il serait capable de remettre en cause ses élites (?!).
J'avoue que justement c'est déjà un peu le cas et on peut voir là une relation de cause à effet et se demander justement si les milieux culturels ne seraient pas un peu écrasés à cause de la liberté qu'ils ont appris à revendiquer et à dispenser largement...
On ne peut s'empêcher de penser que l'ignorance et la violence facilite la mise en place de la répression et arrange le pouvoir en lui laissant les mains libres d'emprisonner et de détruire.

Car un être humain qui pense c'est déjà quelqu'un qui réfléchit à deux fois avant de s'engager dans une lutte balisée par des barbelés et des miradors....

Écrit par : strand | 16/09/2006

Une simple question... En Quoi être opposé au GOUVERNEMENT des USA revient il à dire que l'on opposé au PEUPLE des USA. 40% de la population américaine n'est pas d'accord avec le gouvernement de Bush et commence à se rendre compte, à travers des mouvements citoyens qui prennent de l'ampleur chaque jour, qu'ils ont étés les "victimes" d'un bel enfilage. L'ANTI AMERICANISME n'est qu'un amalgame grossier, et je trouve tout aussi grossier la manière dont vous le présentez, ou dénoncez.

Écrit par : David | 19/09/2006

Le combat titanesque à venir entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy n’existe que dans la tête des journalistes.....!
je pronostique un second tour entre le Front national et ???????

Écrit par : rhou | 24/09/2006

Je conteste un point. PS et UMP ne sont pas proches ou éloignés par les microdéclarations de Royal et Sarkozy, mais bien par tout ce qu'ils ne disent pas, par leur manière de médiatiser bêtement, par le style et l'absence de pensée - car les slogans de la droite ne sont pas non plus porteurs d'une pensée, même condamnable. Donc aller lire ce qu'ils disent, comme si ça avait la moindre importance, y compris pour eux, c'est passer à côté de l'essentiel, Sébastien.
Et aussi à côté d'autre chose: IL Y A TOUS LES AUTRES PARTIS QUE L'UMP ET LE PS. En se focalisant systématiquement sur ces deux-là, comme on le fait souvent ici, on oublie l'essentiel qui est ailleurs.
Moi je préfère Bayrou et à mon avis c'est lui le ??????, rhou. Mais j'ai cru comprendre que j'étais un peu isolé sur ce point ici. En attendant, je constate que tout ce qu'on reproche à Sarkozy et Royal n'est pas valable pour lui; pas plus que pour Voynet, quoi qu'on en pense, ou Taubira, etc.
Prenez le temps d'aller regarder ailleurs, un peu.

Écrit par : Cratyle | 24/09/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu