Avertir le modérateur

08/10/2006

Fuck Off

medium_hp_scanDS_61072083757.jpg

"Le Monde" publie, dans son édition d'aujourd'hui, un papier ravissant - pour ce qu'il révèle des moeurs et coutumes des journalistes.

Le titre et le sous-titre, déjà, font ma joie: "Quand les journalistes font blog à part. Dévoiler les coulisses, relater les petites phrases... Internet permet-il de s'affranchir en douce des règles de l'art?"

Ces deux phrases nous apprennent:
1) Que le journalisme est un "art".
2) Qu'il a ses "règles".
3) Que ces règles ne prévoient nulle part que le journalisme puisse (ou doive) "dévoiler" des "coulisses".

C'est, déjà, roboratif.
Mais la suite n'est pas mal non plus.

L'article commence par une (folle) aventure de Jean-Michel Aphatie:
"Le 10 mai 2006, Jean-Michal Aphatie, chroniqueur politique sur RTL, reçoit le sénateur socialiste Michel Charasse dans le cadre de son interview quotidienne. L'échange terminé, le journaliste quitte le micro et s'attelle à la rédaction de son blog (blog.rtl.fr/rtl-aphatie). Il écrit: "Certains jours, Michel Charasse est unique: au micro ou loin du micro, le propos est le même. D'autres jours, Michel Charasse est double: il a, hors du micro, des mots très éloignés de ceux qu'il choisit devant le micro. Ce matin, dans les locaux de RTL, il y avait deux Michel Charasse".
Et de livrer aux internautes les propos du sénateur que les auditeurs n'ont pas entendus. "Ségolène Royal, c'est une cossarde, elle ne travaille pas. Je la connais, j'étais là quand elle était à l'Elysée..." Autre amabilité: "De toute façon, les militants socialistes ne veulent pas gagner l'élection présidentielle... Ce qu'ils veulent, c'est que leurs copains dirigent la mairie, ou le conseil régional, pour que leur fils puisse avoir un poste de balayeur, ou alors qu'il puisse obtenir une affectation ici ou là pour être avec sa copine." Ambiance..."

Alors évidemment, on lit ça, on se demande aussitôt pourquoi Jean-Michel Aphatie, quand il a Michel Charasse en face de lui, se croit obligé, à l'antenne, de faire comme si de rien n'était, au lieu de lui poser des questions un peu décalées, du genre: "Mais attendez Michel Charasse, vous venez de me dire, "hors du micro", que Ségolène Royal était, je vous cite, une "cossarde", qui n'en foutait pas une. Vous pouvez préciser?"

Mais ces questions-là, Jean-Michel Aphatie ne les pose pas, et "Le Monde" ne le questionne pas sur cette pusillanimité.

"Le Monde" préfère observer que Jean-Michel Aphatie "utilise le blog pour décrire l'envers du décor".

Il y a donc, c'est goûtu, un "décor" pour les auditeurs de RTL, et son "envers", sur Internet.

En somme, et si je comprends bien, notre journaliste justifie ses petits arrangements avec le double discours d'un Michel Charasse par la description après coup de ce double discours - mais n'a pas la moindre intention, au fond, de brûler ce "décor" où un Michel Charasse peut tranquillement débiter ses "mots" en châtaignier massif (des Cévennes) sans qu'un intervieweur malpoli vienne lui broutiller les bottines.

C'est un peu comme s'il nous disait: "Entre nous, ce qui se passe dans l'arrière-cuisine est pas joli, joli, je vous raconterai ça, mais là faut que je vous laisse: on m'attend dans l'arrière-cuisine".

Pour autant, "les invités de ces chroniqueurs "à double détente", eux, n'ignorent plus désormais qu'un mot hors antenne, une confidence loin des micros, peut se retrouver sur le blog de leur hôte", nous explique "Le Monde" - qui présente presque ça comme une véritable révolution.

Mais est-ce vraiment de nature à inquiéter ces "invités"?

Absolument pas.

Car "la ligne jaune du "off" n'est jamais franchie", assure M. Aphatie" (...) "La seule consigne est de ne pas s'affranchir de la règle du "off"", confirme Frédéric Filloux, directeur de la rédaction de "20 Minutes"".

Or, on le sait: le "off", cette infinie fumisterie, est le degré ultime de la connivence entre journalistes et politiques.

Le "off", c'est le ministre qui lâche au journaleux, sur le ton de la confidence: "Machin est un gros enculé, mais tu gardes ça pour toi, hein? C'est "off"!" Ou: "Ségolène Royal est une cossarde, mais c'est off!"

Le journaleux, servile, s'exécute: dans ces moments là il pense réellement, le pauvre, que le ministre a pour lui une vraie considération...

(Variante: "C'est "off", bien sûr. Tu gardes ça pour toi, sinon je ne te file plus jamais une info". Là encore, le journaleux obtempère, terrifié par la perspective d'avoir à mener une vraie enquête...)

Ce que nous au fond le papier du "Monde", c'est que les journalistes qui "font blog à part" le font toujours bien gentiment, dans le respect des "règles" où ils se sont eux-mêmes enfermés - histoire de ne pas fâcher les éminences qui les honorent de leurs confidences...

Commentaires

Puisque les commentaires sont rouverts, et puisque je suis le premier, je me permets, comme ça, au passage, un petit lieu vers la vidéo de Bourdieu qui commence à faire parler d’elle.


http://www.dailymotion.com/visited/search/bourdieu/video/xgnbi_gauchedroite

« Vous voyez Ségolène Royal, pour moi, instantanément, on sait qu'elle n'est pas de gauche ». PB

Quoi Pimprenelle a choisie la gauche comme plan de carrière ?

Écrit par : BMgre | 08/10/2006

"Que font ici cependant les hommes qui ont pour profession de parler au nom de l'Intelligence et de l'esprit ? Que font ici les penseurs de métier au milieu de ces ébranlements ?
Ils gardent encore le silence. Ils n'avertissent pas. Ils ne dénoncent pas. Ils ne sont pas transformés. Ils ne sont pas retournés. L'écart entre leur pensée et l'univers en proie aux catastrophes grandit chaque semaine, chaque jour, et ils ne sont pas alertés. Et ils n'alertent pas. L'écart entre leurs promesses et la situation des hommes est plus scandaleux qu'il ne fut jamais. Et ils ne bougent point. Ils restent du même côté de la barrière. Ils tiennent les mêmes assemblées, publient les mêmes livres. Tous ceux qui avaient la simplicité d'attendre leurs paroles commencent à se révolter, ou à rire.
Sans doute un petit nombre parmi les sages cherchent pour la défense et l'affermissement du monde condamné qu'il aime, des voies nouvelles. Mais pendant un temps dont il est encore impossible de prévoir la longueur de vieilles idées suffiront." Paul NIZAN, "Les chiens de garde", 1960.


"La Révolution... mais c'est le capitalisme, la Révolution ! "
Eric Zemmour face à Alain-Krivine-que-suis-je-allé-faire-dans-cette-galère-!-! ?-?, émission de Laurent Ruquier "On n'est pas couchés !" (si, moi je m'étais endormie évidemment... mais cette phrase définitivement révolutionnaire m'a réveillée !), samedi 7 octobre 2006.

ON N'EST PAS COUCHES... MAIS SERAIT PEUT-ETRE TEMPS QU'ON SE LEVE... ?

Écrit par : Pyrom-Anne | 08/10/2006

Dans un débat (Zalea TV) sur l'information et la citoyenneté, Aline Pailler cite aussi Paul Nizan! Elle rappelle la nécessité de relire Paul Nizan, Jack London, Jules Vallés, etc...
Une émission accessible sur internet:

http://www.zalea.org/spip.php?article775

Un documentaire percutant sur les médias "Independent Media In A Time Of War" produit par le Hudson Mohawk Independent Media Center peut aussi être visionné sur internet:

http://www.democracynow.org/static/IMIATOW.shtml

Amy Goodman, l'une des meilleures journalistes américaines des médias alternatifs décortique avec talent et passion le paysage audio-visuel de son pays!

Écrit par : Anièry | 08/10/2006

La révolution, c'est la démocratie

Écrit par : arturh | 08/10/2006

Pyrom-Anne, il faut replacer les mots de Zemmour dans leur contexte. Il disait a Krivine que les codes "bourgeois" qu'il dénonce depuis 50 n'ont pas été détruit par la révolution communiste mais par le capitalisme.

Mais cette analyse de l'aspect révolutionnaire du capitalisme n'est pas de Zemmour mais de... Karl Marx lui-même ! ( http://www.revue-interrogations.org/article.php?article=14 )

J'ai d'ailleurs constaté cette tendance chez Eric Zemmour de citer Marx pour étayer ses idées. Zemmour serait-il un marxiste de droite ?

Écrit par : Tagada | 08/10/2006

@ tou(te)s
Voyez chez le camarade Birenbaum (www.birenbaum.20minutes-blogs.fr) la face cachée du off: les interviews "relues et amendées". Edifiant...

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 08/10/2006

"La Révolution... mais c'est le capitalisme, la Révolution !" Ca me semble très juste. Je n'ai pas compris si tu adhérais à cette phrase Anne?

Écrit par : Mathieu | 08/10/2006

Il me semble, si j'ai bonne mémoire, que Charasse, a fait ses déclarations après l'interview, si j'en crois le blog de J M Apathie.

Écrit par : GED | 08/10/2006

Cette pétition pour une info plurielle commence à bien circuler sur la Toile, signez et diffusez ! Pour signer, un simple mail à infopetition@gmail.com avec vos nom, prénom et département.

L'expérience nous a montré qu'on peut toucher quelques milliers de personnes en peu de temps. La campagne 2007 se fera avant tout sur Internet !

La pétition :

"Nous lançons cette pétition pour protester contre le spectacle affligeant que nous imposent les grands médias en cette pré-campagne présidentielle. Nous sommes un groupe de citoyens engagés dans l'analyse des phénomènes médiatiques liés à la politique. Le traitement de la campagne référendaire de 2005 nous avait excédés, cette fois nous avons décidé de ne pas nous laisser faire.

Tout se résume à un affrontement scénarisé et diffusé à grands renforts de marketing entre la candidate des sondages (Ségolène Royal) et le ministre-candidat (Nicolas Sarkozy). Tous deux, spécialistes des coups médiatiques, peuvent compter sur des rédactions nationales et locales complaisantes et serviles pour confisquer le débat et le réduire à néant. Plus aucune proposition, plus aucun échange sur le fond, juste des images et des sondages.

Tout cela au grand dam souvent des journalistes moins visibles, ces salariés de l'ombre, ceux qui travaillent et décortiquent l'actualité. Eux savent à quel point le débat pourrait être plus riche et opposer des acteurs politiques un peu plus conséquents. Tout ne se résume pas à l'UMP et au PS, il se passe beaucoup de choses ailleurs.

Pour que le débat d'idées survive, pour que ce rendez-vous crucial ne nous soit pas volé, signez cette pétition que nous transmettrons au CSA et aux directeurs des grandes chaînes de télévision et de radio avant la fin de l'année.

Derniers signataires :

... / Cécile Dubroc (78) / Pierre-Henri Joanet (54) / Elodie Girard-Tourquoy (75) / Sherazade Halkhaoui (75) / Patricia Chabert (93) / Dominique Donrubal (63) / Famille Delannoy (59) / Association "Les amis de l'info" (La Réunion) / Patrick Rodriguez (59) / Le Vrai Débat - www.levraidebat.com - (75)"

Écrit par : Patrick Rodriguez | 08/10/2006

@ GED
Ah ben alors je suis bien certain que la prochaine fois qu'il recevra Charasse, JMA le poussera très fort dans ses derniers retranchements!
@ Patrick Rodriguez
Merci pour le lien!
;-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 08/10/2006

@ Mathieu
@ Tagada

Je vois pas trop comment je pourrais adhérer à une phrase de Zemmour (clin d'oeil à Marx ou pas), aussi "révolutionnaire" soit-elle ! ;-)))

Extraits du texte intéressant mis en lien par Tagada :

"Le capitalisme abolit le passé au nom du présent et du futur ; et simultanément le futur au profit du présent. Seul subsiste en définitive le présent érigé en seul « temps réel ».
D’autre part – mais ceci n’est que la conséquence de cela – par la dictature de l’immédiat : alors que le temps est par définition la dimension de la médiation, qu’il n’existe que sous la forme de l’intermédiation du passé, du présent et de l’avenir, le capitalisme institue une dictature de l’immédiat, donc là encore du présent."

Je suis assez d'accord avec la dictature du présent du capitalisme étroitement liée à l'idéologie du désir portée par la "Révolution" de 68 qui n'aura eu pour conséquence que d'instituer la consommation comme une nouvel acquis social voire même un art (ex. : les campagnes de pub, 100 minutes pour convaincre, les sondages (oups...l'horoscope) de la semaine, le jeu du Millionnaire, la télé réalité, etc), même si depuis peu on essaye aussi de nous vendre de l'avenir (Désirs d'avenir, l'Europe élargie, la réforme du quinquennat, la mort de la sécu et du système des retraites, la candidature de MAM (!), la 6e République ;-)))
Cependant, ici, question futur, plus guère de place pour l'utopie, au mieux on vous demande en mai 2005 au sujet de votre avenir et de celui de millions de gens de répondre par oui ou par non. Et si vous croyez que demain, on va vous reposer une deuxième fois ce genre de question... eh bien, oui, utopistes, vous rêvez !

@ Tagada

"Il disait a Krivine que les codes "bourgeois" qu'il dénonce depuis 50 n'ont pas été détruit par la révolution communiste mais par le capitalisme".

Je dormais mais j'ai quand même entendu tout le propos, effectivement on peut imaginer que Zemmour a raison de dire que c'est le capitalisme qui a balayé les vieux codes bourgeois (la famille, le couple, le paternalisme, la religion, la morale, etc).

Mais il oublie de dire que les codes bourgeois ont juste évolué, que d'autres non moins pesants sont (ré)apparus sous d'autres formes, et que pour les révolutionnaires d'aujourd'hui, le défi est de combattre ces nouveaux codes transgéniques. C'est en effet de plus en plus à de nouveaux codes pseudo altermondialistes (par exemple : la contestation bobo, le business du commerce équitable, l'infotainment à la Karl Zéro, la télé achat politico-trash d'Ardisson, la taxe sur les billets d'avion, etc) que le révolutionnaire clairvoyant devra s'attaquer. Ce sont à travers eux que le capitalisme sévit le plus désormais. C'est parce qu'il a muté en revêtant bien souvent des vêtements babas trop sympas qu'il est devenu en apparence moins menaçant... mais en réalité bien plus sournois... et qu'il demeure hélas un piège redoutablement efficace.

Écrit par : Pyrom-Anne | 08/10/2006

Pyrom-Anne

" C'est parce qu'il a muté en revêtant bien souvent des vêtements babas trop sympas qu'il est devenu en apparence moins menaçant... mais en réalité bien plus sournois... et qu'il demeure hélas un piège redoutablement efficace."

exact, il a changé de visage, il a pris un côté sympa.
les codes bourgeois ont évolué mais sont toujours très présents et la division sociale perdure. qui n'est pas sans rappeler le système de caste indien.

Écrit par : céleste | 08/10/2006

Mais à la fin, qui est ce Eric Zemmour dont vous n'arrêtez pas de parler?
:-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 08/10/2006

Eric Zemmour, c'est celui qui a repris le rôle de l'écrivain Alain Soral dans les shows ardisso-dechavanesques pour jouer les "machos" de service et les réacs de base !

Autant pour le côté réac, il tient la route, autant pour le côté "macho", même la "chienne de garde" Isabelle Alonso n'a pas réussi à le prendre au sérieux !

Mais il a quand même le bon goût de travailler au Figaro, c'est donc un bon gars...

Écrit par : Bill Bocquet | 08/10/2006

N'oubliez pas qu'on a du boulot : sauver Politis ! http://perso.orange.fr/pourpolitis/

Écrit par : Olivier Bonnet | 08/10/2006

La vraie vérité vraie, c'est que l'on se tape de ce que peut bien dire jean-michel aphatie comme de tous les autres journaliste en of ou en on.

C’est qui qui tombent en vrac dans les poubelles, c’est qui qui tombent les feuilles dans le caniveau, c’est qui, qui ferment alors qu’il n’y a aucune industrie chinoises zé communistes ni devant ni derrière avec ou sans rétro, c’est les journaux de journalistes !!!!!!!!
Parce que la morale réprouve la propagation des femmes et hommes de très , très , très, Encore !! poum poum poum, très, mais alors vraiment très petites vertus, dans des locaux fait pour ça, et où par un particulier hasard en France et en France seulement cela s’appelle bureau de la rédaction alors que partout ailleurs dans le monde et même en chine cela s’appelle un bordel. Avec ses tarifications, ses maquereaux et leurs protections . Clandé c’est plus blog mais la rétribution est incertaine et il n’y a pas de sécu.
Cependant disons le haut et fort, Ce n’est pas de l’amour! Et il n’est même sur que cela soit du cul ! C’est une espèce de lieu où on dépose son reniement de vie.
Dans le courant du ruisseau rarement clear, stream ou pas !
Oui aussi à Toulouse !

Alors goutte de pluie de printemps, de chine ou d’ailleurs pour changer le monde, n’allume jamais la télé, la radio n’ouvre pas les journaux ! Ne lance ni IE ni Firefox, les informations formatives ne disent que la vérité.

C'est un peu comme comme le fleuve jaune!

Écrit par : martingrall | 08/10/2006

C'est eric Zaitout et ses 100 millions d'émigrés en France qui empêchent que la France soit le plus grand des pays des droits de l’O.M et copain du grand arithméticien Arno K feld à 15000 euros l’esclave noir revendu à l’Afrique noire. Mais j’dis ça c’est QUE des conneries à tâches.

Écrit par : martingrall | 08/10/2006

Tagada Zaitout n'a lu QUE ça avec un autre interdit, non pas le petitlivre rouge un peu avant.

Écrit par : martingrall | 08/10/2006

Prochain billet demain matin.
Que la nuit vous soit douce.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 08/10/2006

compeltement HS : vidéo hilarante d'un caméraman piegé par la petite taille de votre ministre de l'interieur preferé...

http://www.dailymotion.com/pauletmickey/video/806618

Écrit par : LaLaLa | 09/10/2006

@LalaLa
:-)))

c'est con, mais ça fait du bien de rigoler

comme on m'a dit dans mon berry natal: "Sarkozy, y sera jamais président, il est trop petit et il est cocu"

Écrit par : céleste | 09/10/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu