Avertir le modérateur

29/10/2006

L'Empire Et Ses Nouveaux Barbares

medium_hp_scanDS_610291252352.3.jpg

Je ne sais pas qui sont les sinistres petits enculés qui ont mis le feu, hier à Marseille, à ce bus dans lequel se trouvait cette jeune femme.

Mais il y a une chose dont je suis bien certain: c'est que ces crevures ont fait "comme à la télé".

Ne vous méprenez pas: je ne parle pas, ici, des images de banlieues en flammes dont les JT nous abreuvent jour après jour.

Mais de celles des guerres bushistes qui, depuis tellement d'années, rythment notre quotidien médiatique.

De ces guerres où l'Empire pilonne, brûle, anéantit, au moins autant que des cibles militaires, des infrastructures civiles, et jusqu'à des autocars, au prix, à chaque fois, de quelques milliers de victimes "collatérales". (Un mot atroce.)

De ces guerres qui, jour après jour, nous enseignent, exactement comme Ben Laden, que la fin justifie les moyens, et les massacres d'innocents.

De ces guerres où l'on explique, par le feu et le sang, qu'une vie humaine vaut moins que rien.

Ne faisons pas semblant de nous étonner quand des salopards cagoulés nous signifient qu'ils ont parfaitement reçu le message.

Commentaires

(Trés bien parlé. Clap clap clap. Pourquoi faut-il que j'éprouve le besoin de rajouter qq chose ? C'est plus fort que moi : je vois du blanc faut que je noircisse)

Sans faire de mauvais esprit, et tout en sachant que comparaison n'est pas raison, qu'il faut raison garder etc, etc, je ne peux m'empêcher de penser qu'il y a quelques mois toujours à Marseille c'était un conducteur de bus qui s'était mis le feu à lui-même tout en gueulant à l'agression...

A l'époque j'ai pas souvenir qu'on avait fait un quelconque amalgame avc les chauffeurs de bus comme on fait aujourd'hui avc les "djeunes"...

A l'époque l'Isabelle DOR était encore porte-parole du gouvernement israélien, aujourd'hui elle est à Marseille, en remerciement de ses loyaux sévices, ce qui lui permet, via ses micro-crottoirs qui tuent, de faire monter la sauce en un ultime "interview"-ventriloque réclamant une coercition définitive spectaculaire et exemplaire.

Mais je m'égare (st-charles) pardon

Écrit par : Marie-France G-TOURRE | 29/10/2006

C'est à se demander pourquoi les bus ne brûlent pas dans tous les pays qui ont la télé...

Et attention au mot "barbares" quand on parle des banlieues, j'ai bien compris qui le mot désignait ici et pourquoi, mais faudrait pas qu'un premier visiteur croie que tu roules pour Rebsamen (et donc pour Ségolène):

http://birenbaum.20minutes-blogs.fr/archive/2006/10/21/il-a-dit-barbares.html

Écrit par : Parallèles | 29/10/2006

Sur le fond tu a raison Sébastien. Ceci dit il me semble que ce qui foutent le feu à des bus, et à des gens dans les bus, le font plus en réaction à des images de bus brûlés en France qu'en réaction à ce que l'on peut voir de la situation en Irak sur les écrans.

Ma pensée va en tout cas aussi, surtout, à cette femme, brûlée "au nom de", comme à ceux, civils ou militaires, qui, en Irak, sont tués ou mutilés pour le reste de leur existence "au nom de".

Écrit par : Mathieu | 29/10/2006

@ sebastien

oui je suis pratiquement d'accord avec toi...

mais bon, crois tu vraiment que ces petits enculés aient une conscience politique ?

ces petits enculés viennnent de faire gagner le gros blond avec son oeil de verre (de gris)

la lepénisation des esprits est d'ores et déjà dépassé.

Écrit par : jeanmarc | 29/10/2006

"De ces guerres où l'on explique, par le feu et le sang, qu'une vie humaine vaut moins que rien."

et dont les télés nous transmettent sans arrêt, froides et indifférentes, les images insupportables.
insupportables, mais qui pénètrent notre quotidien, banalisent la mort, banalisent la guerre, banalisent l'horreur et le désespoir .

Images de films aussi, toute cette violence déversée et dont ignore le poids de douleurs, de larmes, de cris.

Jeux vidéos ou l'on peut abattre un ennemi, le blesser, le torturer, là aussi, sans la moindre notion de souffrance, sans la moindre réflexion, sans la moindre émotion.

Monde d'individualistes qui oublient sans cesse qu'ils ne sont pas seuls au monde et que la mort injuste d'un enfant irakien est auui notre problème.

monde où l'on favorise la montée de la violence dans l'imbécile projet de pouvoir la mater et de tirer le bénéfice de la victoire.

triste monde, qui court à sa perte

Écrit par : céleste | 29/10/2006

Tout à fait d'accord.
Mais cet épisode dévoile aussi la nullité du bilan de Sarkozy minsitre de l'Intérieur depuis près de 5 ans.
Et il annonce aujourd'hui la tolérance zéro...
Alex www.levraidebat.com

Écrit par : Alex | 29/10/2006

Clap,Clap,Clap,Clap,Clap,Clap, où on nous enseigne que l'enseignement porte des fruits. Acides ou sirupeux.
Pourquoi ne pas parler d'amour? Que d'amour, de compréhension, de respect.
C'est dimanche, après samedi, lui-même après vendredi!
Je sais c'est con! Qu'ajouter ?

Écrit par : martingrall | 29/10/2006

tous ceux du vrai débat zêtes pas obligé de poluer à chaque foi. :-;

Écrit par : martingrall | 29/10/2006

À ce niveaux là, ce n'est même plus d'absence de conscience politique qu'il s'agit, c'est d'ignorance de la logique la plus élémentaire.

Écrit par : Mathieu | 29/10/2006

Pour une fois je ne suis pas d'accord avec le titre!
Ce n'est pas un empire, ce ne sont pas des barbares.
Alex du vrai débat a raison après cinq ans de pouvoir absolu, L’UMP dispose de la majorité et à l’assemblée nationale et au sénat. Ce gouvernement est guidé par son président de l'UMP Sarkozy en arrive là. Faire des conflits cultuels internationaux des modèles pour les enfants des cités françaises.
Dans toutes les sociétés cela s’appelle un crime.
C’est déjà une trahison de la république.

Écrit par : martingrall | 29/10/2006

Sauf erreur tu fais implicitement le même amalgame que tu dénonces (je crois) régulièrement, à savoir "délinquant (des banlieues) = islamiste".

Un peu triste.

Écrit par : Nathanael | 29/10/2006

@ Nathanael,
je ne pense pas que l'on puisse lire cela.
Il en est de la revendication cultuelle traduite en violence comme de l'amour en pornographie. Il s'agit de manque de repères et d'informations.

Écrit par : martingrall | 29/10/2006

Allez... soyons réalistes et crus...

Les sinistres connards qui ont commis ce qu'ils ont probablement vécu comme une façon de faire la nique à des Bataille et Fontaine ou des StarAc, sont les alliés objectifs ou subjectifs du Kanichabouch...

Le prévisible, c'est qu'ils sont tellement cons qu'ils n'en ont aucune conscience....
On leur balance du Taxi2 ou 3 ou 4, du Yamakazy et ils s'y croient... bande de nazes...

Sarko joue avec la médiatisation extrême.
Comment d'étonner qu'en face, il se trouve de tristes gogols pour lui rétorquer sur le même ton ?

Tout le problème est là.
La virtualité n'existe pas.
Elle a un coût.
Elle a des conséquences.

Tant que les politiques joueront avec l'image qui cogne, il y aura des pedzouilles en face pour y croire et jouer avec des allumettes...
Sauf que c'est pas jouer... c'est tuer.

Écrit par : Grabuge | 29/10/2006

Me revoilou.

@ Nathanael
Tu peux trouver beaucoup de choses dans mon billet, mais alors pour ce qui serait de l'amalgame dont tu parles: vraiment pas.
Vrai.
Ment.
Pas.
Relis attentivement.

@ jeanmarc
Oui.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 29/10/2006

On nous dit : "Jusque-là, Marseille était (plutôt, tout est relatif) resté calme …"

Ce qui m'étonne, moi — qui connait un peu les quartiers "défavorisés" de la ville de M. Gaudin, notamment les fameux "quartiers nord", sinistres —, c'est ce calme relatif jusqu'à cette terrible histoire …

Écrit par : Bernard Langlois | 29/10/2006

N'importe quoi?

Écrit par : GRD | 29/10/2006

GRD et encore?

Écrit par : martin Grall | 29/10/2006

@ martingrall
;-D

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 29/10/2006

J'ai mal compris, et cela m'étonnait parce que je lis ton blog depuis un moment et tu n'es pas, me semble-t-il, le genre de personne à faire ces amalgames.

J'ai interprété la phrase "des salopards cagoulés nous signifient qu'ils ont parfaitement reçu le message", faisant suite aux propos sur la guerre, comme un sentiment (de l'auteur) d'une certaine solidarité entre les délinquants et les victimes des guerres.

Après relecture, j'ai compris le propos.

Toutes mes excuses.

Écrit par : Nathanael | 29/10/2006

@ Nathanael
Ah ben c'est cool, parce que tu m'as fait flipper! ;-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 29/10/2006

Au début du quinquenat Jospin, j'ai eu l'occasion de bénéficier des fameux Emplois-Jeunes. A ce titre, j'ai eu la chance de découvrir un bien beau métier : Agent de médiation sociale dans les transports en commun desservant les quartiers les plus "chauds" d'Ile-de-France.

A cette époque, déjà, les bus se faisaient caillasser, tous les jours. Les chauffeurs traversaient les cités avec la trouille au ventre, a se demander le matin s'ils rentreraient chez eux indemnes ou si un coup de poing dans la gueule ou une dose de bombe lacrymo interromprait la journée de travail avant l'heure.

De ces faits, à l'époque, peu de gens parlaient, si ce n'est à l'extrême-droite. On était en 98, en plein vague "Black-blanc-beur" née de l'euphorie zidanesque. Pour les médias et les politiques, les banlieues étaient peuplés de futur footballeurs et rappeurs, à l'endroit desquels émettre la moindre critique était "faire le jeu du FN". Parler de ces chauffeurs agressés chaque jour, de ses bus dévastés, ses voitures calcinées (et oui, déjà), c'était prendre le risque de se fair traité de "facho". Je ne m'étendrais pas sur les amabilités que j'entendais, à l'époque, sur les "feujs", les "gouers", les "babtous" (les français, les blancs), je vais dépasser les bornes du politiquement correct !

Puis, au début de la décennie, l'actualité internationale a fait son oeuvre : De Gaza à New-York, l'Arabe redevenait une menace. Le futur artiste de banlieue se transformait brutalement en islamo-violeur antisémite chez lequel il serait vain de chercher la moindre qualité. A partir de là, on en a vu, dans les médias, des voitures et des bus calcinés, des filles victimes de tournantes, des "racistes anti-blancs". Et puis le pouvoir sur l'audimat de ces images de destruction achevait de convaincre les décideurs de briser le tabou. Ils pouvaient enfin se lâcher en toute bonne conscience, ils ne tapaient pas sur des négres et des bougnoules, non, ils dénonçaient "la monté de l'islam radical" et les "zone de non-droits".

Il se trouvera toujours assez de pauvres cons pour jouer le rôle qu'on attend d'eux. De toutes façons, qu'ont-ils à perdre ? Ils sont conditionnés pour agir ainsi. On se sort pas du ventre de sa mère avec le gène du brulage de bus... Ca se construit, une identité. Passer aussi brutalement de l'angelisme niais à la stigmatisation permanente pour de basses raisons électoralistes ou mercantiles, voilà où ça nous mène.

Écrit par : Schlurf | 29/10/2006

@ Schlurf
Votre commentaire me ravit!
Clapclapclapclapclapclap!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 29/10/2006

"De toutes façons, qu'ont-ils à perdre ?"

J'y pensais à cette question. Mais ça n'est pas vrai. On a toujours quelque chose à perdre. Et eux ont (encore) beaucoup à perdre. Leur temps, leur honnêteté, leur vie, leur conscience politique, leur esprit critique, etc. etc, etc. Quand on brûle une femme de 26 ans dans un bus, on perd énormément, peut-être même l'essentiel. Par rapport à soi-même, et par rapport aux autres. C'est affligeant qu'ils ne l'aient pas compris.

Écrit par : Mathieu | 29/10/2006

Attention, avant d'avancer une quelconque analyse, il faut savoir qui sont vraiment ces "crevures encagoulées"... C'est tout. Pour le moment on ne sait rien.

Écrit par : d3log | 29/10/2006

qui ils sont ? ils sont nos enfants, les produits de notre société qui est peut-être bien un peu barbare non ? et effectivement de la télévision, mais pas uniquement des actualités "bushistes", d'un climat, des "spectacles" - d'une façon de tirer l'ensemble des vivants vers le bas, toujours un peu plus. Je ne parle pas d'un "ordre moral" hein, parce que d'abord ce genre de chose ne s'impose pas. Mais si nous pouvions nous débarasser de toute norme y compris de celle de la déchéance !

Écrit par : brigetoun | 29/10/2006

election anticipée sur www.leroidescons.net
venez elire le roi des cons... vraiment tres drole !

Écrit par : nico | 29/10/2006

Nico,

J'ai voté pour Eric Zemmour. Il le mérite amplement !

Écrit par : Bardabu | 29/10/2006

Mwârf.
Que les gens sont méchants.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 29/10/2006

Eh bien demain Bardabu le sujet sur le DEL c'est Eric ZZZZZZZ !!!

Écrit par : g.b. | 29/10/2006

Et sur VLF! ça sera le curieux tropisme libéral des "socialistes".
Si d'autres blogueurs veulent nous annoncer leur programme, allez-y, hein.
Tant qu'à y être!
:-D

(Non, pas toi, Loïc Le M.)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 29/10/2006

Ce qui c'est passé à Marseille est à la fois une monstruosité, à la fois un accident télévisuel...

Désolée....
Mai je ne crois pas une seconde que les gogols qui ont foutu le feu à ce bus aient pensé une seconde qu'il pourraient blesser quelqu'un... en vrai !
Parce que ce sont des gogols, justement...
Des tanches, des neuneus, des débiles, des démoulés trop chaud...

Les mêmes que TF1 chauffe avec ses émissions à la con....

Alors je veux bien qu'on enchriste ces connards...
Plutôt deux fois qu'une...
Mais j'aimerais aussi qu'on enchriste les salauds qui créent ces connards...
Cauet en premier !

Écrit par : Grabuge | 29/10/2006

@ Grabuge
Voui.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 29/10/2006

Pouvez actualiser.
Pour une fois que je suis (à peu près) à l'heure!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 30/10/2006

Et pour toutes ces bonnes raisons, je pense qu'on retrouvera la situation du 21 avril de 2002 mais c'est Le Pen qui sera en tête. Et pour le second tour rien ne permet d'affirmer qu'il sera battu.
Ce sera la grande surprise de cette élection et il y aura beauxcoup de logements qui se libéreront vite dans ces banlieues. Ce sera bien car beaucoup de français attendent depuis longtemps un logement décent.

Écrit par : AMY | 30/10/2006

c'est de l humour, AMY ?

Écrit par : fanny guillot | 30/10/2006

Bonjour

Je trouve que le crime commis par ces adolescents est un cas d'école : sont-ils des rebuts de l'humanité ou leur acte comporte-t-il une dimension politique ?
Je trouve que dans les deux cas, on peut se tromper, car il y a une troisième hypothèse : ce pourrait parfaitement être des mômes qui ne sont pas sortis de l'enfance mais dont la capacité de nuire est décuplée par un corps d'adulte dopé aux hormones propres à l'adolescence.

J'espère que je ne choque pas en écrivant cela. Je reviendrai développer plus tard

Écrit par : johnmarguerite | 30/10/2006

Etonnant,
Alors que la Presse se demandait pourquoi Marseille était épargnése par les troubles dans les quartiers, tout à coup un bus qui brûle dans la ville.
La jeune victime est d'origine sénégalaise, alors les cagoulés, ils auraient pas le crane rasé et des rangers aux pieds par hasard ?

Ces guêt-apens me laissent vraiment sceptiques, ils tombent vraiment trop bien pour qui veut ajouter dans l'escalade à la repression.

Par contre entre quelques policiers légèrement égratignés et une jeune femme brûlée, les victimes ne sont pas le même traitement.

Toutes mes pensées à cette jeune femme.

Écrit par : Stef | 30/10/2006

@Grabuge
"Mais je ne crois pas une seconde que les gogols qui ont foutu le feu à ce bus aient pensé une seconde qu'il pourraient blesser quelqu'un... en vrai !"

Moi pas. Je crois qu'ils s'en contrefoutaient et qu'ils n'avaient strictement aucun respect pour le bus (qui est quand même un service public), son conducteur, et les gens qui étaient à l'intérieur. Ils ont bien vu qu'il y avait du monde dans le bus. Ils ne sont pas abrutis au point de ne pas savoir, de ne pas comprendre que des gens pouvaient être brûlés. Ils s'en foutaient totalement c'est tout. C'est bien pire.

Écrit par : Mathieu | 30/10/2006

@Grabuge
Sinon, bien sûr, d'accord avec toi sur l'idée que ce genre de comportements, et d'humains, ne surgissent pas ex nihilo, et qu'ils font parti d'un problème de fond qui excède de très loin le simple niveau individuel de ces brutes.

Écrit par : Mathieu | 30/10/2006

Je développe

Pour avoir été emploi-jeune dans une école primaire ghetto...etc, j'ai régulièrement éprouvé un certain malaise à voir des mômes de CE2 entonner en choeur dans les vestiaires de la piscine le refrain d'une chanson célèbre de Somy Bugsy : "Mon papa à moi est un gangster". Dans les paroles, on entendait "il fait partie du Ministère Amer" et quand on connaît certaines chansons du groupe, j'étais inquiet de les voir biberonné à ça. Je voyais des gamins de CM2 assurer comme des Pros et non sans un certain talent sur des chansons entières de gangsta rap et je me demandais si j'avais bien affaire à des gamins ou à des reproductions d'adultes en miniatures...

Aujourd'hui ces gamins que j'ai fréquenté ont 21 ans au grand maximum et je me dis qu'ils ont grandi dans un environnement complètement dingue et que dans le lot, il y en a forcément quelques uns, pas beaucoup mais quelques uns, qui ont fait ou feront le même genre de conneries en majuscules... J'ai leur visage en tête à 8, 9 ou 10 ans...

Écrit par : johnmarguerite | 30/10/2006

Un jour un type super direct dont j'ai oublié le nom a dit qu'il en avait assez qu'on utilise "révisionniste" parce que le qualificatif en l'occurrence, c'était "menteur".
" sinistres petits enculés" ou "gogol" ou "brute" ou "abrutis" : ce n'est pas du tout pareil qu'assassins; un chauffard qui tue n'est pas un assassin non plus.
Ou plutôt oui.
Une sauvageonne, c'est Manon des Sources.
Un abruti, c'est vous et moi au volant, dans la rue, dans les foyers, c'est un gros mot lors d'une scène de ménage.
La jeune femme n'est pas morte : elle est entre la vie et la mort. Si elle s'en sort, une vie de grand brûlé à construire ce n'est pas simple. Et ce n'est pas exactement à la suite d'un accident domestique provoqué par un ... abruti.
Faisons très attention à nos qualificatifs, ils desservent nos combats.

Écrit par : malu | 30/10/2006

Je développe (suite)

L'histoire la plus traumatisante que j'ai vécue est celle-ci : nous rentrons d'une sortie scolaire. La classe est une classe de Cm2. Nous grimpons une rue avec, en contrebas, un passage piéton. Je vois une élève penchée la tête au-dessus du passage, en train de préparer un gros molard... Le temps de revenir à sa hauteur, il est trop tard : le crachat atteint son destinataire, qui ne met pas longtemps à remonter la rue pour rejoindre notre groupe et dire quelques mots bien sentis au professeur.

Je rentre, un peu sous le choc, et le lendemain, en essayant de séparer une énième bagarre dans la cour de récrétation, je finis par un péter les plombs quand le directeur me demande de m'écarter pour le laisser faire. Je quitte la cour en colère, balance un gros coup de pied sur une porte comme pour la défoncer et je me tiens à l'écart de tout le monde une bonne demi-heure de tout le monde.

Je vais ensuite voir le prof de CM2 pour lui dire que j'ai besoin de parler à ses élèves. Il accepte. Je rentre dans sa classe : c'est la seule fois où j'obtiens d'emblée et pour un long moment un profond silence parce que je leur balancet out ce que j'ai sur le coeur, dans un état de nerfs franchemment limite. Les gamins sont impressionnés : au moins ils savent ce que je pense d'un gamin qui crache sur une grande personne.

Arrive la pause déjeuner, le prof, qui n'es là que depuis trois semaines mais saura se faire respecter d'absolument tous élèves avant la fin du premier trimestre (ce qui ne sera jamais mon cas en 5 ans de présence) vient me voir, visiblement touché par ma démarche et très compréhensif. Il m'assure que mon discours a porté, que les enfants sont très émus.... etc.

Et puis il rajoute une phrase : "Jean, je voulais juste te dire que la personne sur laquelle la fille a craché ETAIT EN TRAIN DE DEALER."

Et oui, il s'agissait d'un dealer, le genre de personnes qu'on évite soigneusement, nous les adultes, de déranger dans leurs trafics...

Je crois que cette histoire résume tout : pour ces gamins ghettoïsés, les seringues et les camés, ce sont des histoires à partir de 7 ans.

Écrit par : johnmarguerite | 30/10/2006

En résumé, je dirais qu'on a affaire à des gamins qui ne sont pas sortis de l'enfance, parce qu'ils n'y sont pas entrés, et que c'est la faute conjointe des parents et de la société. Je simplifie volontairement mais je ne pense pas me troper.

Par exemple, je viens d'assister dans la rue à ceci : un ado maghrebin remonte le trottoir à vélo alors qu'il y plein de monde. Fatalement, il bouscule une mère de famille qui le lui reproche. L'ado (dans les 18 ans quand même) lui répond ta gueule alors qu'il est dans son tort.

Si vous voulez trouver un sens à son comportement, dites-vous bien qu'à 8 ans, il était déjà comme ça... Pas parce que c'était de la mauvaise graine, non, mais parce qu'il a été pourri, soit par ses parents, soit par le quartier, soit les deux... et que la société est aussi responsable de la bonne ou mauvaise santé d'un quartier.

J'insiste néanmoins sur une chose : l'emploi ne suffit pas. Vous pouvez être intégré à la société et vous comporter de manière irresponsable.

Vous pouvez même faire partie des privilégiés et ne pas savoir vous occuper d'un gamin. Il y a une bande dessinée de Riad Sattouf qui est basée sur des faits réels : l'auteur est parti enquêter sur un collège des beaux quartiers, et le résultat vaut le détour... Je ne sais plus le titre, mais l'éditeur est hachette.

Écrit par : johnmarguerite | 30/10/2006

Il y a quand même quelque chose d'assez curieux dans ces derniers incendies de bus. A chaque fois cela a été mené comme de véritables opérations commandos par des groupe smanifestement extérieurs aux quartiers où cela s'est déroulé à chaque fois. On est assez loin du "spontanéisme" de ce qui a pu se passer l'an dernier. On ne sait pas d'où proviennent les types qui agissent ainsi. Rage destructrice d'asociaux finis ou opérations commanditées, nous n'en savons rien pour l'instant. Reste que cela s'inscrit dans une stratégie de la tension qui pue salement.

Écrit par : Pescade | 30/10/2006

Oui, là tu vises juste. La violence elle vient de l'empire. Mais plus encore du ressort intérieurs qui meuvent chacun des acteurs, à savoir essentiellement l'avidité.

Écrit par : Eric Mainville | 30/10/2006

Monsieur Mainville, connu aussi comme "Le Photographe" (:-D), laisse un commentaire par billet!
C'est trop d'honneur, monsieur Mainville!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 30/10/2006

Bonjour Sébastien,

je peux me tromper mais j'ai lu ton billet quelques minutes après sa parution alors qu'il n'y avait encore aucun commentaires.

Il me semblait avoir lu (ai-je rêvé ?) une phrase de type :

"Aujourd'hui, je ne sais pas trop pourquoi, mais j'aime moins le titre de mon blog."

J'avais été touché par cet instant de fragilité, ce questionnement.
Je sentais une tension entre tes aspirations révolutionnaires et le dégoût que t'inspirait cette attaque.

C'était une phrase intéressante, dommage que tu l'aies enlevé de ton texte quelques heures plus tard.

Peut-être est-ce l'accueil très favorable des commentateurs sur ton billet (comme celui qui écrit finement "tout à fait d'accord, c'est la faute à... Cauet") qui t'a finalement convaincu qu'un peu d'auto-critique n'était plus de mise ?

Écrit par : Esclave de Bilco | 31/10/2006

@ EdB
Il y avait en effet cette phrase, je l'ai en effet retirée, mais pas du tout, je peux te l'assurer, parce que les commentaires étaient plutôt sympa.
Tout simplement parce que c'était pas (du tout non plus) de l'autocritique, mais, de mon point de vue:
1) Un truc un peu facile, genre et si je mettais là-dessus un peu de sentimentalisme larmoyant.
2) Une connerie, aussi, parce que le nom de ce blog n'a évidemment aucun rapport avec des bus en flammes.
Par ailleurs je modifie presque tous les jours, au fil des heures, mes billets, je vire certains passages, etc.
Ceci posé, je ne suis pas non plus, je le reconnais bien volontiers, un grand fan de l'auto-critique, et généralement quand je ne suis vraiment pas content d'un billet, je finis par le virer - en toute simplicité.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 31/10/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu