Avertir le modérateur

11/11/2006

Pascal Bruckner "Dérape"? Mais Il Faudra Qu'Ils "Dérapent" Combien De Fois, Nos Penseurs D'Elite, Avant Qu'On Se Décide A Les Voir Pour Ce Qu'Ils Sont?

medium_lepenlavaitdit-1.gif

Je voulais faire mon billet de ce matin sur le message d'amour de Marie-Ségolène Royal au corps enseignant: "Au boulot, tas de feignasses".

Mais j'ouvre "Libération", et je tombe là-dessus: "Pascal Bruckner dérape".

A chaque fois qu'un de nos formidables intellectuels de médias (que le monde entier nous envie) sort une saloperie, vous avez remarqué?

On dit qu'il "dérape".

Là: "Pascal Bruckner a défendu, dans une interview à l'édition dominicale du "Matin" de Lausanne, fin octobre, le durcissement des lois suisses sur l'immigration, approuvé fin septembre par référendum. Durcissement qui met pratiquement fin à toute possibilité de regroupement familial et verrouille le droit d'asile. "La Suisse montre la voie à l'Europe, estime Pascal Bruckner. C'est une question de bon sens. Commençons par intégrer nos immigrés, par (...) en faire de vrais Suisses, de vrais Français ou de vrais Espagnols, avant d'en laisser entrer d'autres.""

Pascal Bruckner explique donc, posément, que "nos immigrés" ne sont pas de "vrais Français".

Mais c'est juste, une fois de plus, un "dérapage".

Nous dit-on.

Rien de vraiment grave, donc.

Le problème, qu'on fait (tranquillement) semblant de ne pas voir, c'est qu'à chaque fois que ces mecs-là dérapent, ils disent la même chose que l'extrême droite.

Rappelez-vous Alain Finkielkraut, au moment de l'embrasement des banlieues: "Il est clair que nous avons affaire à une révolte à caractère ethnico-religieux"...

Rappelez-vous Alain Finkielkraut: "(L'équipe de France de football) est black-black-black, ce qui fait ricaner toute l'Europe. Si on fait une telle remarque en France, on va en prison, mais c'est quand même intéressant que l'équipe de France de football soit composée presque uniquement de joueurs noirs"...

Rappelez-vous Hélène Carrère d'Encausse: "Nous avons des lois qui auraient pu être imaginées par Staline. Vous allez en prison si vous dites qu'il y a cinq Juifs ou dix Noirs à la télévision. Les gens ne peuvent pas exprimer leur opinion sur les groupes ethniques, sur la Seconde Guerre mondiale et sur beaucoup d'autres choses"...

Et là, aujourd'hui, Bruckner...

Ces gens, notez-le, sont courageux, ou du moins se vivent comme tels, mais pas téméraires.

"Courageux": ils "appellent un chat un chat", comme dit "Le Point", où l'on adore leur servir la soupe.

A chaque fois qu'ils régurgitent le discours dominant, ils arrivent ainsi à se faire passer pour des rebelles, des "iconoclastes" - comme s'ils avaient, tout de même, un peu de peine à reconnaître qu'ils pensent du côté du manche, confortablement lovés au pied du lit de leurs maîtres: George W. Bush, Nicolas Sarkozy.

Mais pas téméraires: à chaque fois qu'ils déclinent la vulgate sécuritaire du libéralisme de gouvernement, c'est dans la presse étrangère - l'un, Finkielkraut, dans un quotidien israélien, l'autre, Carrère, sur une télévision russe, l'autre encore, Bruckner, dans un journal suisse.

Imaginons la réaction de nos médias si un quelconque politicien d'extrême droite avait tenu exactement, au mot près, les mêmes propos que ces tristes penseurs?

Tollé!

Tandis que là, non, l'indignation reste fort mesurée.

A chaque fois qu'un de nos "philosophes sans pensée" (merci Fred Alpi) vomit ce qu'il a sur le coeur, on dit: "Ah ben tiens, il a dérapé. (Vivement que la dépanneuse le sorte du fossé!)"

Mais un de ces jours, à la fin des fins, il faudra quand même qu'on se décide à dresser la nomenclature précise de leurs phobies: la gauche, les immigrés...

Ca ne vous rappelle rien?

Commentaires

PREUUUUUUUUMS

Fred alpi à présent... c'est presque la BFM non ? ^^

Écrit par : Webster | 11/11/2006

Où est-il le temps où nous avions de "vrais intellectuels" qui ne se situaient pas du côté du manche (c'est à dire du pouvoir), mais qui au contraire avaient le courage de subvertir : Sartre, Bourdieu, Derrida, Vidal-Naquet.....
Aujourd'hui il ne reste plus que des sous-merdes qui écument à France-Culture (tous les jours), chez Calvi (tous les jours) , chez Moatti (tous les dimanches), dans la presse (le Point, l'Express, les Temps Modernes, Charlie-hebdo....) : ils sont réactionnaires, islamophobes....ceux-sont nos néos-cons, ils pleurent la défaite électorale de Bush !

Écrit par : gérard | 11/11/2006

et dire qu'y en a qui m'ont reproché , mardi, d'avoir des envies de foutre mes deux rangers dans certaines gueules ... ben oui, bruckner, finkelcrotte, goupil enragé, et le reste de la clique ... y me font venir des envies de violence primaire ....
pffff faut qu'on se soigne je crois bien ... parait que c'est pas normal d'être allergique comme ça ... :o)))
chuis par contre pas d'accord, ils se posent pas en rebelles , mais en "victimes" du complot bolcho-islamo-antiaméricano-machin ... et de la pensée unique ....
avoir envie de latter grave certaines gueules de con, c'est de la pensée unique ????? des fois je m'interroge ....

Écrit par : les marques du plaisir | 11/11/2006

Pas mieux...

Écrit par : Schlurf | 11/11/2006

Honnêtement je préfère quand ils dérapent et montrent leur vrai visage à tous et de manière irréfutable que quand ils se cachent derrière un humanisme de façade, derrière une philosophie clinquante pour déverser leur fiel sur des français subjugués par les paravents de la culture. Là au moins ça a le mérite d'être clair: "comme le disait Platon: les arabes puent du cul!"

Écrit par : d3log | 11/11/2006

Les "dérapages" que vous mentionnez ne me semblent pas coupables d'idéologie frontiste. Par contre, votre propos est typiquement politiquement correct. Continuez !

Écrit par : El Ronchon | 11/11/2006

@ El Ronchon
Merci pour vos encouragements!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 11/11/2006

C'est qui, en fait, Pascal Bruckner, ou Finkelkraut? Politiques? Non. C'est des types qui connaissent plein de monde et donc peuvent passer à la TV, radio, journaux, tout ca, France ou Suisse. Bon. A part ca?

La plupart des gens se fout totalement de ce que pense ces messieurs, et ne se demande même pas de qui il s'agit! Ces types n'ont aucune raison, aucune légitimité pour asséner leur discours, ils n'ont que la possibilité de le faire. Ils le font.

Qu'est ce qu'ils cherchent, veulent? Faudrait le leur demander! Ils ne se déterminent que négativement, "contre", toujours contre quelque chose, quelqu'un. C'était à celui qui encenserait le plus la décision des USA d'attaquer l'Irak...Des visionnaires, des humanistes!
Leur hiérarchisation des communautés, religions, cultures, ne prouve que leur vanité, leur étroitesse d'esprit et leurs contradictions.

On se moque totalement de ce que dit Mr Bruckner. Tout le monde s'en moque, faut pas l'oublier.

Écrit par : bert | 11/11/2006

Pascal Brukner a fait amende honorable sur la position qu'il avait prise d'approuver Bush sur la guerre en Irak en reconnaissant qu'il s'était trompé.

En fera-t-il de même lorsqu'on aura renvoyé Le Pen, Sarkozy, de Villiers et autres du même acabit dans leur tranchées ?

Cela vaut-il la peine de tenir compte des propos d'un type qui se trompe si souvent ?

Ce serait bien qu'El Ronchon donne sa définition de "politiquement correct"; depuis qu'un gugusse a découvert cette expression elle est utilisée à tort et à travers et dans à peu prés toutes les situations.

Écrit par : Claudius | 11/11/2006

@ Claudius
Absolument d'accord: "Politiquement correct", c'est leur formule magique.
C'est ce qui leur permet de se poser en briseur de "tabous" aussi furieusement vivaces que l'entraide, la solidarité, l'antiracisme, etc., dont chacun sait que nul gouvernement n'a jamais songé à s'y attaquer...

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 11/11/2006

Ce n'est pas un vulgaire xenophobe de droite. C'est une xenophobe humaniste! c'est pour la bonne cause : l'integration des etrangers de nationalité française!

Accuser les immigrés de venir manger le pain des français ca fait trop FN, la version plus présentable et plus politiqument correct c'est d'accuser les immigrés manger le pain des immigrés...fallait y penser!

En plus il n'a rien inventé, ca fait des mois qu'on entend cet argument moisi

Bref...en tout cas bravo et merci pour ce billet

Écrit par : kotédiwa | 11/11/2006

Gérard : on en a des vrais, simplement tu les vois pas à la télouze ou dans le Point. On a des Mona Chollet, des Tévanian, des Hazan, des Le Cour Grandmaison, … allez, je recopie la liste partielle fournie par Obiter Dicta (http://www.blog.ma/obiterdicta/) : Loïc Wacquant, Laurent Mucchelli, Pierre Tévanian, Mona Chollet, François Burgat, Vincent Geisser, Olfa Lamloum, François Gèze, Houria Bouteldja, Pascal Blanchard, Olivier Le Cour Grandmaison, Nicolas Bancel, Yves Mény, Michel Cahen, Jean-François Bayart, Alain Baudiou, Alain Gresh, Dominique Vidal, Rony Brauman

C'est eux qu'il faut lire, faire lire etc.

Écrit par : Cobab | 11/11/2006

S.F, file-moi le lien vers cet article de Libé stp.

Écrit par : Badaud | 11/11/2006

El Ronchon, par les temps qui courent "défendre" l'immigration c'est pas ce qu'on peut appeller poliiquement correct...regularisation massive c'est devenu un gros mot meme à gauche

Écrit par : kotédiwa | 11/11/2006

@Seb

Dans ta liste de ceux qui peuvent se permettre impunément des « dérapages » -je veux dire qui bénéficient de l’indulgence, ou plutôt de la complicité des médias- et qui signent même des soutiens à d’autres « dérapages » -tel celui de Redeker- il ne faut pas oublier l’inénarrable BHL.

Voici ce qu’expose Alain Gresh dans un livre paru en 2001 :

"« Est-ce ratiociner que de se demander d’où venaient ces enfants, qui les avait mis en première ligne, dans le cadre de quelle lugubre stratégie du martyre ? [...] Est-ce faillir, oui, que de suggérer que la brutalité insensée de l’armée sud-africaine, cette débauche et cette disproportion des moyens employés étaient une réponse à ce qu’il faut appeler une déclaration de guerre des Noirs ? » Ces mots, s’ils avaient été écrits au lendemain des émeutes de Soweto de 1976, qui virent se soulever la jeunesse des townships d’Afrique du Sud, auraient définitivement discrédité leur auteur...
Or ce texte, Bernard-Henri Lévy l’a écrit dans Le Point du 13 octobre 2000. On lisait ainsi : « Est-ce ratiociner que de se demander d’où venaient ces enfants, qui les avait mis en première ligne, dans le cadre de quelle lugubre stratégie du martyre ? [...] Est-ce faillir, oui, que de suggérer que la brutalité insensée de l’armée israélienne, cette débauche et cette disproportion des moyens employés étaient une réponse à ce qu’il faut appeler une déclaration de guerre des Palestiniens ? » Des dizaines de jeunes de moins de 18 ans, parfois des enfants, furent tués durant les premières semaines de la seconde Intifada. Et Bernard-Henri Lévy se demande ce qu’ils faisaient en première ligne. Se serait-il posé la question si ces jeunes avaient été bosniaques ou tchétchènes ?
Quelques semaines plus tard, Bernard-Henri Lévy « rectifie » légèrement le tir, si l’on peut dire, à la suite d’un voyage en Palestine : « Un argument que je n’utiliserai plus, reconnaît-il, après avoir entendu des mères palestiniennes me dire, comme toutes les mères du monde, leur folle angoisse quand, à l’heure de la sortie de l’école, elles ne voient pas rentrer leur fils : "les enfants délibérément mis en avant, sciemment transformés en boucliers humains, etc." » Mais il ajoute que le petit Mohamed El Dourra, cet enfant dont la mort a été filmée en direct par les caméras de télévision, a été tué par « une balle "perdue" », non par « le tir ciblé d’un soldat juif assassin d’enfants » (Le Point, 24 novembre 2000). Ainsi, Bernard-Henri Lévy a besoin de faire le voyage en Palestine pour comprendre que les mères palestiniennes ne hurlent pas de joie quand tombent leurs enfants, que les Palestiniens sont, tout simplement, des êtres humains ?"
Alain GRESH, Israël, Palestine, vérités sur un conflit, Fayard, 2001.

Écrit par : alp | 11/11/2006

@Seb
J'ai comme un doute. "Pascal Bruckner explique donc, posément, que "nos immigrés" ne sont pas de "vrais Français"." Si le concept de "Français" avait dans la phrase de Bruckner une signification raciale, il ne pourrait pas parler "d'intégration". Or c'est bien ce dont il parle. Je me demande donc si par "nos immigrés ne sont pas de vrais Français" il n'a tout simplement pas dit qu'ils n'étaient pas considérés comme des Français, tant par le racisme que par les discriminations et les conditions de vies qu'ils subissent.

Écrit par : Mathieu | 11/11/2006

Je ne fais que passer. Cette brève de Libé a réveillé en moi des pulsions de casseuse. De tabous ?
Plus ça va, plus je comprends les mecs qui brûlent les bagnoles, même si je préferais qu'ils brûlent celle de Bruckner. Tant qu'à bien faire.

Je suis assez d'accord avec la personne qui dit que la France dans sa grande majorité se fout éperdûment de Bruckner et de ce qu'il dit. La plupart des gens ne le connaît même pas, y compris Jamel Debbouze qui s'est donc joyeusement foutu de sa gueule samedi dernier dans l'immonde nouvelle émission d'Ardisson (je rêverais que Séb s'y fasse inviter pour parler son dernier bouquin sur la nouvelle droite avec en face de lui, je sais pas moi... le rédac chef de la revue "Le Meilleur des Mondes", par exemple...). Personne ne connaît Bruckner, personne ne l'écoute, mais... car il y a quand même un mais...le pb n'est pas là... le pb c'est que les médias dominants relaient... distillent... édulcorent... relaient...distillent...édulcorent...rela...et qu'au bout du compte, on obtient quoi : un tabou (qui est en fait un principe républicain, mais c'est pas grave...) de fissuré, puis d'ébréché, puis délabré, et enfin en assez peu de temps finalement nous voilà avec la diffusion de plus en plus large et avec une portée de plus en plus importante de l'idée que tel ou tel principe républicain, ba finalement on peut bien s'assoir dessus car c'est vraiment trop trop relou et trop trop pesant ces principes républicains à la con, l'égalité des droits, notamment, quelle bouffonerie ! Faudrait voir à être un moins vieux jeu, merde ! On est au XXIe siècle, bordel !

Nouvel exemple en gras dans ce texte volé au Plan B : la petite phrase en gras dans le texte est un exemple du premier degré de destruction massive de principes républicains. Premier degré = reportage avec des airs sympas sur une minorité qui a bien de la chance de réussir dans notre pays où elle est quand même qu'une minorité ! Merci le Nouvel Obs pour cet éclairage digne des Lumières. Une vraie révolution intellectuelle. Une pensée...unique ! (le jour où il faudra envoyer une souscription pour sauver l'Obs du dépôt de bilan, comptez sur moi, je leur file tout mon Codevi).

La loterie pipée de « l'égalité des chances »

Décidément heureux de se dandiner en public, Gilles de Robien inaugurait le 6 février dernier le collège « ambition réussite » d'Étouvie à Amiens. « On a été reçus par un de ses conseillers techniques, raconte Anne-Claude Fustier, prof de lettres et militante Sud Éducation. Sous forme de confidence, il nous a expliqué ce qu'il entendait par “ambition réussite”. L'objectif, c'est de repérer dès le collège les meilleurs éléments pour les extraire et les inscrire dans les meilleurs lycées. Cela afin qu'ils intègrent les écoles prestigieuses, les classes préparatoires. Il se fout complètement de nous en faisant croire qu'un gamin d'Étouvie aura un jour la chance d'entrer à Normale sup. Ça fait trente ans qu'aucun élève issu des classes prépa à Amiens n'est entré à Normale... »

Voilà qui répond à la « priorité » de l'année (après la sécurité routière, le handicap et le cancer) : « la promotion de l'égalité des chances ». Ainsi définie par Jacques Chirac dans ses gloses du Nouvel An : « Les meilleurs bacheliers de France doivent avoir un droit d'accès garanti aux classes préparatoires aux grandes écoles. »

Égalité des chances d'échec

Ces nobles vœux masquent en fait un profond renoncement : il ne s'agit plus, désormais, de mener toute une génération vers plus de savoir et d'émancipation, mais de trier une poignée d'heureux élus. Quelques lycéens de ZEP intègrent l'usine à larves de Sciences-Po ? Un Français musulman est nommé préfet ? Un Noir va présenter le journal de TF1 durant l'été ? Peu importent les « échecs » par milliers, des « galères » par millions et la « rage » à la tonne pourvu que Le Nouvel Observateur puisse illustrer son dossier « NOUS LES NOIRS DE FRANCE » avec les portraits d'une gérante de société, d'un PDG, d'une dirigeante associative, d'un trader, d'un mannequin-styliste et d'un ingénieur (13.4.06).

L'historien américain Christopher Lasch pose ainsi « le choix le plus important qu'une société ait à faire : soit élever le niveau général de compétence, d'énergie et de dévouement [...], soit simplement promouvoir un recrutement plus large des élites1. » Et il poursuit : « La perspective n'est plus en gros l'égalité des conditions sociales, mais simplement la promotion sélective des non-élites dans la classe professionnelle-managériale. » Juste une loterie, un peu pipée, où chacun aurait sa « chance ». Une bonne chance pour quelques-uns, une sur mille pour tous les autres.

Notes :
1. Christopher Lasch, La Révolte des élites, Climats, 1996.

DOSSIER : Violence à l'école
La «violence à l'école», un écran de fumée (1)
Des parents démissionnés aux «parents démissionnaires» (2)
«Ambition réussite»: devenez manager d'école (3)
La loterie pipée de «l'égalité des chances» (4)

Le Plan B n°2 (mai - juin 2006)

Sortie du prochain numéro le 8 décembre prochain.

Écrit par : Anne | 11/11/2006

@ Mathieu

Tu le confirmes : Bruckner fait du Le Pen, ils jouent sur les mots... et surtout avec les maux !

L'ambiguité est forte utile quand le discours se radicalise. Les racistes comprennent, les journalistes y voient un "dérapage".

Écrit par : Anne | 11/11/2006

Ah ben @ Cobab, on a grosso modo les mêmes livres de chevet!

@ Badaud, pour le lien je sais pas, "Libé" je le lis "en papier", puis chuis nul en informatique. Mais je pense que sur leur site tu devrais trouver ça - ou que quelqu'un va t'aider ici?

Genre, Anne, documentaliste en chef?
;-)

@ Mathieu
J'espère que tu plaisantes?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 11/11/2006

c'est pourquoi d3log a raison de dire que c'est plutôt bien qu'ils dérapent, pour que l'on sache qui sont ces belles consciences

Écrit par : brigetoun | 11/11/2006

Monsieur Fontenelle , pardon ! je sais que c'est du hors sujet , mais vous avez fermé les commentaires de l'autre sujet :"femmes et enfants d'abord..."

Veto des USA à une résolution condamnant l'opération d'Israël à Gaza .

http://www.lalibre.be/breaking_news_detail.phtml?news_id=67466&source=belga

Les Etats-Unis ont opposé leur veto, samedi au Conseil de sécurité de l'ONU, à un projet de résolution arabe condamnant les opérations militaires d'Israël dans la bande de Gaza, ainsi que les tirs de roquettes palestiniens sur Israël. Un vote est intervenu samedi sur ce projet, déposé par le Qatar au nom du groupe arabe à la suite de la bavure de l'artillerie israélienne qui a tué mercredi une vingtaine de Palestiniens, surtout des femmes et des enfants, à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza. Malgré d'importants amendements apportés au texte pour améliorer ses chances d'adoption par les Occidentaux, les Etats-Unis, fidèles alliés d'Israël, s'y sont quand même opposés.

Écrit par : Z.N | 11/11/2006

C'est vraiment attérant. Je me demande à quoi est destiné cette préparation de l'environnement intellectuel ?

A quoi tente -t-on de nous préparer ?

A quoi doit-on s'attendre ?

Écrit par : ango | 11/11/2006

@ Badaud

Les gens
Pascal Bruckner dérape
Par SERVICE ETRANGER
QUOTIDIEN : samedi 11 novembre 2006

Rarement à court d'un mot polémique, l'essayiste français Pascal Bruckner a défendu, dans une interview à l'édition dominicale du Matin de Lausanne, fin octobre, le durcissement des lois suisses sur l'immigration, approuvé fin septembre par référendum. Durcissement qui met pratiquement fin à toute possibilité de regroupement familial et verrouille le droit d'asile. «La Suisse montre la voie à l'Europe, estime Pascal Bruckner. C'est une question de bons sens. Commençons par intégrer nos immigrés, par [...] en faire de vrais Suisses, de vrais Français ou de vrais Espagnols, avant d'en laisser entrer d'autres.» La réforme, qualifiée d' «insulte aux droits humains les plus élémentaires» par la gauche, était un des grands projets du ministre de la Justice et de la Police, Christoph Blocher, l'homme fort des populistes de l'Union démocratique du centre, devenue en 2003 le premier parti du pays.


La documentaliste en chef. A votre service, Messieurs, Dames !

Écrit par : Anne | 11/11/2006

Badaud, un p'tit merci, ça t'arracherait la gueule?
:-D

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 11/11/2006

Ce que j'aime bien chez Brukner, c'est l'usage du possessif: "nos étrangers"...

Écrit par : Eric Mainville | 11/11/2006

@| Anne et S.F

Merci à vous deux !

Écrit par : Badaud | 11/11/2006

"Par là vois-tu bien maintenant comment ils comprennent et observent le cinquième commandement de Dieu, nommément, qu'ils sont chiens assoiffés du sang de toute la chretienté et meurtriers des chrétiens par volonté acharnée, et qu'ils ont si fort aimé le faire qu'ils ont bien souvent été brûlés à mort, accusés d'avoir empoisonnés l'eau et lespuits, volé des enfants et les avoir démembrés et coupés en morceaux, afin de secrètement refroidir leur rage avec du sang chrétien"

Non non, ce n'est ni du Bruckner, ni du Redeker, c'est du Luther (cité par Hilberg).

C'est vrai que du temps de Luther, dans l'occident chrétien (celui qui a des valeurs), c'était les juifs qui tenaient le pompon, et pour pas mal de temps encore. De youpin en crouille, peu importe le vilain; du moment qu'il ne peut pas se défendre ...

Écrit par : leopold trepper | 11/11/2006

Pendant que Bruckner "dérape" en chasse neige, Dieudonné patine en double axel et triple lutz :

Dieudonné s'invite à la fête "BBR" du FN
source : http://permanent.nouvelobs.com/politique/20061111.FAP3623.html?1703

AP | 11.11.06 | 16:47


LE BOURGET (AP) -- Alors qu'il visitait les stands de la fête "Bleu blanc rouge" -rebaptisée "convention présidentielle"- du Front national au Bourget, Jean-Marie n a eu la surprise samedi de se retrouver nez à nez avec l'ex-candidat à la présidentielle Dieudonné, venu se faire un avis "citoyen" hors de toute "diabolisation".
"Ce n'est pas du tout un appel à voter Jean-Marie Le Pen", a assuré l'humoriste alors qu'on l'interrogeait sur les raisons de sa présence. "Je suis pour l'apaisement entre communautés", a-t-il ajouté. "Dans ce climat de tension extrême, il est important de discuter, plutôt que diaboliser les gens. Ouvrons le dialogue".
"Je suis a priori hostile à rien. Aujourd'hui je suis dans une démarche d'ouverture", a-t-il dit. "J'ai été à la fête de l'Huma" et "j'irai demain là où on m'invite (...) Nous allons nous balader un peu partout".
"Nous ne pouvons pas être candidat. Les 500 signatures, ça demande quelques moyens que je n'ai pas, donc on s'est dit: on va aller écouter" et "on va réagir sur le site" internet baptisé "la banlieue s'exprime", a-t-il expliqué.
Après un flottement -"c'est quoi les consignes, c'est quoi les consignes?", s'énervait un des membres du DPS (département protection sécurité du FN) qui entouraient Dieudonné-, les responsables du FN ont accueilli à bras ouverts l'ex-candidat, pendant que Jean-Marie Le Pen, après lui avoir brièvement serré la main, s'éloignait pour visiter les stands de son côté.
"C'est l'antre de la bête immonde, disent les malveillants", mais "c'est en fait un rassemblement populaire", lui a expliqué le numéro 2 du FN Bruno Gollnisch. "Il est le bienvenu".
"Vous êtes le bienvenu", lui a aussi assuré Jany Le Pen. "Il a un grand talent il paraît" et "c'est bien dommage qu'on lui ait coupé la parole", a ajouté l'épouse du leader d'extrême droite.
"Tu l'embrasseras pas ici. Chez lui, s'il t'invite"!, a tout de même répondu rudement un DPS à une femme qui voulait embrasser Dieudonné, alors qu'un militant s'étonnait: "mais qu'est-ce qu'il fout ici?". AP


Qu'est ce qu'il fout, tout court ?
La cuillère n'était pas assez longue ?

Zgur

Écrit par : Zgur | 11/11/2006

@ leopold trepper
Oui, les boucs-émissaires changent (quoique...) les procédés restent, inchangés...
La digne madame Carrère d'Encausse fait assez bien la synthèse, qui regrette qu'on ne puisse compter ni les Juifs ni les Noirs...
Mais pourquoi se gênerait-elle, puisque même après avoir sorti ce genre d'abomination, elle est toujours académicienne?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 11/11/2006

Voici comment est commentée la visite du Bourget sur (un) site toujours très bienveillant à l'égard de Dieudonné:

"Il affirme ainsi son ouverture idéologique et sa philosophie (...) : Dialogue avec tous, parler avec tous les français, écouter et entendre tous les arguments".

Ou la naïveté confine à la connerie!

Écrit par : alp | 11/11/2006

Dans un autre registre de dérapage, celui des lapsus -qui, comme chacun sait sont toujours révélateurs: N. Sarkozy, hier, à St-Etienne, voulant édulcorer son image ultra-libérale, déclarant:

"L'homme n'est pas une marchandise comme les autres" ...!

Fermez la porte à l'inconscient et il sort par la fenêtre.

Écrit par : alp | 11/11/2006

Prochain billet demain matin.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 11/11/2006

J'avais rien à foutre, j'ai été lire le discours de notre Guide sur le site de l'UMP.

Entièrement...

Aucune trace de la citation ci-dessus. Les UMPistes auraient-ils fait le ménage ? Sinon quelle est la source ?

Comme j'ai pas fait le voyage pour rien voici quelques perles extraites du prône.

D'abord, l'extase, car : "La ville de la houille, de la métallurgie et du ruban, Saint-Etienne, la ville noire, est devenue blanche."

Puis voici le colonialisme revisité : " la révolution industrielle, l'aventure coloniale et la circulation internationale des capitaux ont amplifié les échanges entre les régions du monde." (simple échange, donc, du style : donne-moi ta montre je te dirai l'heure...)

L'immigration expliquée : "C’est une pression migratoire sans limite qui trouve sa source dans les drames de l'Afrique qui n'arrive pas à surmonter son explosion démographique." qui sent son Max Gallo et son Oriana Fallacci réunis.

L'amalgame audacieux : "La France, ce n'est pas seulement le pays des 35 heures, des clandestins, des bus incendiés et du RMI!"

Dans son monde merveilleux assez des grèves : " La France armée pour la mondialisation, ce ne sont pas des services publics régulièrement paralysés par des grèves aux motivations de plus en plus aléatoires. Il est temps d'instaurer un vrai service minimum "

Et coup de trique final pour ces sales Espingouins et autres Macaronis : "Ce qui n'est plus possible, c’est qu’un pays membre puisse décider unilatéralement la régularisation massive d’immigrés clandestins sans demander l’avis de personne"

Le tout a des accents ni plus ni moins que christiques ("Je ne suis pas venu ... Je ne suis pas venu... (7 fois de suite) "Je suis venu vous apporter.." presque aussi nombreux) D'habitude les fous furieux se prennent plutôt pour Napoléon, lui a la prétention plus divine...

Pour terminer, ceci : "Ce qui n'est plus possible, c’est la règle de l’unanimité qui paralyse l’Europe." Vachement crédible venant de quelqu'un qui applaudit des 2 moignons au veto systematique des Etats-Uniens quand il s'agit de condamner Israel ...











"

Écrit par : Marie-France G-TOURRE | 12/11/2006

Pouiiiii le vilain Bruckner, qui ose dire que l'immigration n'est pas toujours aussi joyeuse que la parade de Disneyland....
Bouhh la vilaine Ségolène qui ose dire que nos profs ne soutiennent pas assez nos chers petits...

Mais allons-y, augmentons considérablement nos flux migratoires, donnons le smic et un logement gratuit à tous les nouveaux arrrivants, diminuons encore le temps de travail des profs en les augmentant de 20% .......

Ben voyons.....

Écrit par : Olivier de Melgueil | 12/11/2006

Seb, ben oui pourquoi se gêneraient-ils! Ils passent à la télé, ils touchent des sous, et en tour et pour tout quelques énergumènes semblent en désaccord! Et comme toute réponse philosophique, l'hédonisme en trente livres sur quinze ans de j’sais plus qui !
Pour passer de la République au Banquet il faut bien ça !

Écrit par : martingrall | 12/11/2006

""L'homme n'est pas une marchandise comme les autres" ...!

Je suis d'accord avec le ministre issu de l'immigration est-européenne. Mais j'espère que ca va changer quand il sera élu, et qu'enfin l'homme sera une marchandise comme les autres, ca fera moins de lignes dans le prochain traité européen.

Écrit par : bert | 12/11/2006

@Olivier de Melgueil

houuuuuuuuuuu le méchant Villier qui ose prôner le retour aux (chouettes) valeurs et à la préférence nationales

Pouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii le vilain Le Pen qui ose dire tout haut ce que les français pensent tout bas

et heu... ah oui, comme dirait "Dieudo", faut écouter tous les arguments, sans diaboliser.

pas bon, ça, la diabolisation.

pas bon du tout.

c'est d'ailleurs très "politiquement correct", la diabolisation. Quand on est encarté au FN.

Écrit par : arnaud | 12/11/2006

Bonjour,

Une remarque en passant.

Qui sont tous ces gens qu'on nous présente comme des "intellectuels", parfois comme des "philosophes" comme l'ex ministre Ferry?

Des intellectuels? Ils démontrent tous les jours que non. C'est une petite coterie, de gens qui se cooptent et s'encensent réciproquement, qui s'éditent et qui s'invitent. Il suffit de jeter un oeil à l'un de leurs "livres"pour être frappé par leur vide.
D'ailleurs c'est sans doute comme ça qu'ils se tiennent les uns les autres: ils savent qu'ils sont les uns les autres non des "intellectuels" mais des imposteurs, non des travailleurs de l'intelligence, mais des poseurs, reprenant en choeur les mêmes lieux communs. Ils ne peuvent donc pas se dénoncer : si l'un tombe, le crédit de tous est menacé.

Voilà pourquoi ils "dérapent" : c'est que leurs pairs s'employent à les empêcher de tomber. Solidarité de caste oblige.

A vous lire

Écrit par : J.G. | 12/11/2006

@Marie-France G-TOURRE

Source de "L'homme n'est pas une marchandise comme les autres": entendu à la télé de la bouche de Sarko.

Écrit par : alp | 12/11/2006

Nouveau billet.
Ah on peut dire qu'il m'aura pris du temps, çui-là.
Actualisez!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 12/11/2006

@ alp

Merci. Donc le discours a été revu et corrigé...

Anecdote : Roanne (42) 70/80 kms au nord de St-é, son maire (Nicolin, UMP) a arrosé la ville de lettres proposant gratos le déplacement au meeting, tous frais payés. L'arrosage fut large : des sympathisants CGT ont eu la surprise de trouver ce prospectus dans leur boite...


Aprés ça le journal local à la botte (Dassault), nous en a fait des tonnes, mentant sur les chiffres, mentant sur les manifestants, appelant "anarchistes" les étudiants en STAPS...etc etc

Écrit par : Marie-France G-TOURRE | 12/11/2006

Quand les gens de votre bord soutenaient (parfois soutiennent toujours) les dictatures maoïstes, cubaines, cambodgiennes, etc., ils ne "dérapaient" pas ?

Votre gauche, monsieur le donneur de leçons Fontenelle, elle mène droit aux camps ! Je préfère la gauche de l'humanisme, de la tolérance et de la générosité.

Je me réjouis que la faveur des militants socialistes semble se porter vers des candidats modérés comme Ségolène ou DSK. Voilà la gauche selon mon coeur, la gauche de la liberté.

Sans oublier François Bayrou ou Nicolas Dupont-Aignan car la gauche au sens noble du terme transcende les vulgaires clivages politiciens.

Écrit par : mutin | 13/11/2006

@ Cobab : bien vu ta liste, si je ne m'abuse c'est (en partie) celle de la fameuse "contre-offensive" chère à AG en 2004. Un petit bémol sur la présence d'Houria qui n'est pas tout à fait du même standard que les autres dans cette liste (sans que cela n'enlève aucune qualité à Houria qui est une fille très bien).

Finalement, ce qu'il y a d'assez drôle c'est que tous ces néo-cons sont ceux qui hurlèrent au diable à la vue de l'appel des Indigènes de la République mais qui, depuis, ne cessent de justifier par leurs excès le cri d'alarme du MIR.

Écrit par : Pescade | 13/11/2006

Perso, je vois pas ce qu'il y a de choquant dans son discours. Et je dis ca sans aucune arriere pensée ideologique. Certains 'francais' vivent dans leur communauté a eux. Apres ou peut trouver ca normal ou le condamner, mais ce n'est pas le sujet. Pour moi, dire que certains francais sont mal intégrés releve d'une evidence etablie. Au dela de la masturbation faite sur le mot bien ou mal choisit, et de vos interpretations plus que douteuse de certains propos, je n'expose qu'un fait etabli en disant que dans certains quartiers, pour savoir qu'on est en France, il faut lire les plaques d'imatriculations. Et ce n'est pas l'idee que je me fais d'une integration réussie.

D'une maniere generale et pour en revenir au probleme de l'immigration, je ne vois pas non plus ou est le probleme de vouloir intégré peu et bien plutot que beaucoup et mal. Si on pouvait le faire beaucoup et bien, vous ne croyez pas que ce serait fait depuis longtemps ?

Écrit par : Sylvain | 14/11/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu