Avertir le modérateur

14/11/2006

Cinquième Colonne A La Une (Philippe Val Contre Le Smersh)

medium_staline.jpg

Je ne vous cache pas que j'étais salement inquiet.

J'ai passé quelques mois difficiles, à me demander qui allait bien pouvoir nous protéger contre la menace communiste, après la disparition de nos deux meilleurs agents double zéro, Bond (James Bond) et Revel (Jeff Revel).

C'est les gens d'Acrimed qui m'ont rassuré: je sais maintenant, grâce au papier (totalement désopilant) qu'ils viennent de mettre en ligne, qu'un homme veille sur nos marches de l'Est - et que si nécessaire, il fera de son corps notre ultime rempart contre les divisions blindées rouges: c'est Philippe Val, patron de "Le Poin... De "Charlie Hebdo". (1)

Vous allez me dire: le péril soviétique est tout de même un peu moins périlleux en 2006 qu'en, mettons, 1982.

Et c'est là que vous commettez l'erreur, grossière, qui a jadis failli coûter aux Etats-Unis leur indépendance (chèrement conquise), comme raconté dans le passionnant film documentaire "L'Aube rouge".

Et c'est là que des gens comme Philippe Val sont précieux, avec leur FSD. (Fucking Socialists Detector.)

Vous allumez la télé, vous tombez sur Autain, Bové, Buffet, Salesse, vous vous dites, ah, tiens, Autain, Bové, Buffet, Salesse: vous êtes, virtuellement, déjà presque morts, parce que vous n'avez tout simplement pas su identifier, sous le masque avenant de l'altermondialisme, le hideux spectre du NKVD.

Philippe Val, si.

Allumant, comme vous, sa télé, Philippe Val a tout de suite reconnu Joseph, Joseph, Joseph et Joseph.

Des Staline partout!

Acrimed rapporte ce propos délicieux de Philippe Val, sur les altermondialistes: «Déjà le mot antilibéral me pose vraiment un problème. (...) Le libéralisme ça n’est pas... C’est aussi une doctrine politique. Là, on en fait un repoussoir, en faisant de l’antilibéralisme économique un antilibéralisme politique, alors qu’on est en train de commémorer 56, Budapest. C’est quand même hallucinant qu’on en soit à faire une campagne en France sur l’antilibéralisme ! On est dans une société heureusement libérale politiquement, c’est-à-dire que les mœurs sont libres.»

Budapest?

56?

Le message de Philippe Val est clair: voter pour un(e) altermondialiste, c'est, ni plus ni moins, ouvrir le boulevard Murat (et la Canebière) aux chars écarlates.

Vous regardez José Bové, vous lui trouvez un air plutôt affable, avec sa bouffarde et sa moustache - mais croyez-moi, quand il viendra vous électrocuter dans les sous-sols de la Loubianka, vous rigolerez moins.

Aussi, pourquoi ne pas suivre, dès à présent, les conseils de Philippe Val - en vous rappelant que si vous aviez daigné prêter l'oreille, naguère, aux mises en garde (répétées) de Jeff Revel, l'Empire soviétique ne règnerait pas, aujourd'hui, sur les deux tiers de la planète?

Pourquoi ne pas écouter Philippe Val quand il vous explique, après Spinoza, que pour un autre monde, ça va pas vraiment être possible, sauf à supporter le bruit atroce des chenilles écrabouillant la démocratie participative?

Pourquoi ne pas voter, comme Philippe Val, pour le Marché?





(1) www.acrimed.org/article2485.html

Commentaires

Le terme libéral pose pas mal de problèmes dans mes discussions avec des interlocuteurs américains. Là-bas un "libeweul" est une personne de gauche (par contraste avec un "consewvateuw"). La distinction chez eux est bien politique, car économiquement l'Américain est de toutes façons farouchement libéral.

En France, c'est une autre histoire. On pourrait croire que Val n'a pas tort (ne pas me taper, lire jusqu'au bout), car le dictionnaire de 1935 de l'Académie française définit bien libéral comme "Qui est favorable à la liberté civile politique, religieuse" ... sauf qu'à la fin de cette définition on trouve "et économique".

Donc Val ferait mieux de prendre sa retraite, avec chapeau de paille et salopette. La culture du topinambour doit être à sa portée et égaiera son quotidien.

Écrit par : glomp | 14/11/2006

Ah non, désolé, glomp: ici on tape d'abord, et on lit après.
Mwârf.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 14/11/2006

Mais aieuh.

Écrit par : glomp | 14/11/2006

« Ils procèdent par gros concepts, aussi gros que des dents creuses. La Loi, le Pouvoir, le Maître, la Rébellion, la Foi. Ils peuvent ainsi faire des mélanges grotesques, des dualismes sommaires, la Loi et le Rebelle, le Pouvoir et l'Ange. [En cela] ils cassent le travail consistant à "former" des concepts à articulation fine, ou très différenciées, pour échapper aux grosses notions dualistes. »

Gilles Deleuze, 1977, à propos de la "pensée nulle" des "nouveaux philosophes".

Écrit par : Pescade | 14/11/2006

Maintenant je voudrais comprendre en quoi être favorable à la liberté économique est insultant. Les concepts d'économie de marché ou de libéralisme sont devenus des gros mots alors qu'il y a moyen de les analyser avec une vision de gauche, soucieuse de justice et d'équité.

Écrit par : krakou | 14/11/2006

Dans L'Aube Rouge, c'est les cubains qui envahissent les z'tazinis, pas les "soviétques".
Ce qui explique peut-être l'idiosyncrasie anticastriste de Ménard...

Écrit par : leopold trepper | 14/11/2006

@krakou

Arrête de tourner autour du pot et sors là ton "économie libérale de marché de gauche".

Ebag

Écrit par : ebag | 14/11/2006

@ leopold trepper
Monsieur, chapeau bas devant les vrais cinéphiles!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 14/11/2006

"Maintenant je voudrais comprendre en quoi être favorable à la liberté économique est insultant."

Ben, je ne sais, en prenant un exemple parmi tant d'autres: récemment un économiste du nom de Stern publiait un rapport sur l'impact économique que le réchauffement climatique aurait sur l'économie mondiale. Dans ce rapport, il préconise qu'il faut urgemment taxer le CO2.

Alors d'un côté, il y a des gens qui disent "c'est bien, il y aura des alternatives moins chères du coup, le marché va s'auto-réguler, il y aura une fin heureuse".

Et de l'autre côté il y a des gens, dont moi, qui disent "oauais ok, il faut de toutes façons taxer, mais de là à dire que ça va tout régler ... une entreprise peut très bien incorporer la taxe dans sa compta et faire avec, par exemple en la facturant au client, et ne pas chercher à réduire ses émissions. avec un bon monopole, ou une bonne niche, ou des pratiques vicieuses, elle peut très bien maintenir des tarifs bas et continuer à polluer sereinement, du fait qu'elle sera taxée pour le CO2" (à l'instar d'un Virgin Megastore qui reste ouvert le Dimanche, et qui paye une amende pour ça et qui s'en fout).

Bref, le libéralisme économique ce n'est pas "la liberté d'entreprendre" mais la notion que le marché finit toujours par s'auto-réguler et sauver tout le monde.

Etre contre le (ou au moins soucieux du) libéralisme économique, c'est vouloir un (minimum au moins d') interventionnisme pour éviter que les entreprises polluent, fassent n'importe quoi, cassent tout.

Écrit par : glomp | 14/11/2006

Il est bien embêté le Val, il est obligé d'attaquer Ségo parce qu'elle avait critiqué sa publication des caricatures de Mahomet en début d'année...

Alors que ce profil, normalement, devrait se jeter dans ses bras.

Alex
www.levraidebat.com

Écrit par : Alex | 14/11/2006

A ca me fait délirer : on fait pas attention, on parle sans référence sinon celle du moment et après on se demande pourquoi mise à part l'outrance du propos de Val (son manque de probité ... ), qui reprend au passage Okcrent dans l'actualité, on a trop rien à dire sur le fond.

D'abord, le libéralisme ce n'est pas la démocratie, qu'on aille relire Hayek et ces camarades de l'école de Vienne. La démocratie c'est à la limite toléré chez eux ce qui compte c'est la liberté (relire ou lire C. Mouffe). Qui est donc libéral étymologiquement est pour la liberté et pas en faveur de la démocratie, je le fais vite je suis à la bourre. Bing bong ! A quoi sasser de réfléchir ? Même acrimed saute les deux pieds dedans.

La liberté c'est pour quelques-uns, pas plus. D'où le passéisme de Tocqueville aux USA, lui qui regrettait que le plus d'égalité serait égale à moins de qualité dans les lumières produites par les quelques-uns qui serait eux libres au détriment de l'asservissement de la masse.

Il y a autant de démocratie populaire que de démocratie libérale, c'est-à-dire aucune. La liberté c'est une notion qui n'est pas celle du libéralisme, le premier est un concept pluriel mais auquel on peut donner une définition stricto sensu. La second est un courant politique aux évolutions mutliples dans le temps et dans l'espace. La liberté si elle n'est pas mise en opposition à l'égalité n'a plus de sens, elle revient à postuler que nous vivons encore à l'époque féodale et alors le terme de démocratie libérale est une antinomies pure et simple... un oxymoron, rien de plus. En l'occurence une arnaque qui fontionne très très bien.

=>To be continued...

Écrit par : ango | 14/11/2006

Pour ceux que ça pourrait interesser, et en espérant que je ne fais pas compétition avec gibi sur RTL
France Culture de 19h30 à 20h30 ce soir, mardi 14 Novembre 2006.
2007 en Questions: SANTE.
La suite dans les idées, emission de Sylvain Bourmeau

Écrit par : christian lehmann | 14/11/2006

Libé râle et Val qui rit ! Lyrique différente sans aucun doute.
c'est vrai au plus je lis val au plus je vois marseille jacques!

Écrit par : martingrall | 14/11/2006

Je me disais encore ce matin (en passant devant les kiosques) que c'est cool de savoir ce que raconte le Val sans avoir a acheter Charlie Hebdo !
(quoique j'aimerais retrouver ce temps où je me délectais 6 jours à l'avance du prochain Charlie - 6 jours parceque le mercredi soir mon Charlie avait été dévoré ... Que je l'aimais Charlie ...)

Mais cette semaine, ne serait-ce pas un numéro collector ? L'édito de Val semble trop beau !!!! Moi qui pensait voter anti-libéral ... Heureusement qu'il est là ce Val ! J'ai failli me fourvoyer.
Finalement Sarko a raison, l'Homme est une machandise !

Merci Sebastien pour ta lecture de Chalie (et aussi Libé, et ... tous les autres)

Écrit par : Philippe de Paris 12 | 14/11/2006

Me revoilà.
Merci d'avoir été sages.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 14/11/2006

Philippe Val, dans sa petite tête, libéralisme veut dire je fais ce que je veux, où je veux, quand je veux. Plus égoiste que lui, tu meurs. Qu'à cause du libéralisme, le monde est en train de crever par un excès de productivisme et de profit, par un gaspillage des matières premières, par un épuisement des ressources naturelles, par l'appauvrissement de la biodiversité, par une misère humaine de plus en plus étendue. Pas grave, j'm'en fiche! Du moment que je suis libre de faire ce que je veux, que je suis le chef de Charlie et que je gagne bien ma vie.
Il n'a pas compris, le Val, qu'il va finir par prendre l'eau, que libéralisme ne signifie pas liberté. Quelqu'un qui se veut libre parle de liberté pas de libéralisme, à moins que l'on préfère la liberté du plus fort. Et ça, Val, il adore depuis qu'il a pris la grosse tête en étant rédact'chef d'un hebdo qui de libertaire a viré libéral.
Je me demande d'ailleurs si Val a été un jour de gauche, ou alors ce fut une erreur de jeunesse, un égarement dans sa période juvénile. Pour lui, la gauche ne peut être que blairiste et atlantiste. Il est normal quand on est fort et libéral de mépriser les faibles, lesquels bien entendu demeurent accrochés comme des mollusques à des valeurs et idéaux révolus.

Écrit par : Willy | 14/11/2006

je mets ça c'est pour Valacharli, pour dans quinze petits jours! La cessassion de paiemenr de char lit pus du tout.

Un total de 374 procédures de sauvegarde d'entreprises ont été ouvertes en 2006.
C'est ce qu'a annoncé mardi le président du Conseil national des administrateurs judiciaires, Maurice Picard, lors d'un colloque consacré à cette nouvelle loi, dont bénéficient notamment Eurotunnel ou Libération. Dispositif de la loi Perben entré en vigueur au début de l'année, la procédure de sauvegarde est destinée à éviter aux entreprises la cessation de paiement et la liquidation, grâce à des négociations entre les parties encadrées par des mandataires judiciaires

Écrit par : martingrall | 14/11/2006

j'passe juste faire un p'tit bonjour j'ai uner disserte pour demain 8h! vive le feu!!!

Écrit par : Max | 14/11/2006

Au fait Seb : ils ont besoin d'un nouveau directeur de la rédaction, à l'Obs... On leur propose une direction collégiale, afin de réancrer l'Obs à gauche ? J'en suis avec toi, qui d'autre ?
Mouarf !

Écrit par : Olivier Bonnet | 14/11/2006

Je pense que Djibi serait partant?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 14/11/2006

Non, mais c'est pas vrai!

Qui s'est fait dessiner par Cabu sur une pochette de disque en train de sodomiser François Léotard en 1986?

Qui n'arrêtait pas de brocarder le libéralisme (pas la philosophie d'Adam Smith, le brouet de Milton Friedman et de Friedrich Von Hayek qui inspire nos grands penseurs Européens, pour ango, dont j'attends le continued) à longueur d'éditorial en 1998?

Et qu'est-ce qu'en dit Bernard Maris, auteur de l'excellent "Antimanuel d'économie", ci-devant responsable de la page 5 de Charlie quand je le lisais?

Qu'en pense le Cavanna de la page 11? Le Siné de la page 14? Le Charb de la page 15?

Qui écrivait en 2000 : "José Bové mène une lutte active contre la culture des OGM. Il refuse, entre autres, le brevetage du vivant. En clair, il refuse que certaines formes de vies issues de modifications génétiques, bonnes ou mauvaises, qu’importe, soient la propriété privée de firmes multinationales (...) José Bové roule pour nous, pour les gens." ? Un rouge-brun ? (Merci, Acrimed pour le copier-coller).

Un peu comme si notre Sébastien régional nous écrivait dans les pages débat du Point en 2011 (euh, je ne sais pas s'il y a des pages débat dans Le Point, mais ça me paraît plausible): "Je voudrais appuyer ici ce que disent mes amis Alain, Bernard-Henri et Pascal : notre souveraine a pris une décision courageuse et elle a enfin brisé le tabou du statut privilégié des agents de ce service que l'on dit public en repoussant l'âge de la retraite à 72 ans."

Un cauchemar!

Écrit par : Frédéric Supiot | 14/11/2006

vous êtes un peu unilatéral, il y a une variante sympa à joseph : essayez de causer protectionnisme à ces braves gens et étrangement ils entendent ultra-nationalisme et vous donnent en conséquence du jean-marie.
ils manquent de constance... quoi que : après qq minutes de discussion on se retrouve toujours avec quelques millions de morts sur la conscience.

Écrit par : mla | 14/11/2006

Prochain billet demain fin de matinée.
On parlera de Claude Perdriel, et de son amusante contribution aux pages "débats" du "Monde"...
Désolé, chuis un peu crevé ce soir.
Encore un foutu virus qui traîne.
Bonne nuit tout le monde!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 14/11/2006

Bonne nuit Séb et repose-toi bien : on a du boulot pour assumer la direction de la rédaction de l'Obs collégialement avec Gibi et le réancrer à gauche ;-)

Écrit par : Olivier Bonnet | 15/11/2006

collégialement faut voir...

Écrit par : g.b. | 15/11/2006

P.Val est un pitre. Je m'étonne qu'on le prenne encore au sérieux. Mais ça ne m'étonne pas d'Acrimed. Ils ont du temps à perdre...

Écrit par : El Ronchon | 15/11/2006

A noter, hier
Le seigneur VAL nous a fait hier, dans l'emission de RTL "on refait le monde" une sortie époustouflante, une charge Dantesque, contre BOuté-Flicka l'Algérien..et sa clique...Un grand moment!

Autre grand moment: Ségoléne racontant les vacheries machistes de ses 2 contradicteurs.....excellent.

Le monde n'est ni noir ni blanc, il n'est que gris!

Écrit par : Olivier de Melgueil | 15/11/2006

Val ne se fait pas que des copains du coté du monde arabe.
Il va bientôt philosopher avec son copain prof, dans une bergerie cévenole et Salman viendra leur apporter des patisseries de temps en temps.....quelques amuses-Bush!

Écrit par : Olivier de Melgueil | 15/11/2006

Article intéressant trouvé sur Agora Vox, il appelle sûrement des réactions...


http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=15617

Écrit par : Maxou | 15/11/2006

Le libéralisme, pour la France, c'est un concept du 18ème siècle. Mais pour pas dire capitalisme, parce que c'est connoté, on dit libéralisme.

Écrit par : bert | 15/11/2006

ben pour le continued, il faudrait soit prendre les débats de l'époque entre les néolibéraux et les socialistes avec notamment K. Poliyani, expliquer en quoi l'idéologie et le credo libéral (le marché autorégulé) nous a amené à deux guerres mondiales. Même s'il y a pas mal d'autres causes et le contexte n'est pas le même, s

Écrit par : ango | 15/11/2006

Comme c'est plus ou moins le thème, je me manifeste ici.

D'abord, ce soir, je regarde TF2 par inadvertance et qu'est-ce-que j'apprends en prailleme tailleme?

Que ce soir, il y a un meeting de soutien à Redéquerre (pas compris où). BHL nous parle de "liberté d'expression", même si on n'est pas en phase maximum avec ce que dit l'autre. C'est beau, ça, non? "je ne suis pas d'accord avec ce que tu dis mais je me battrai jusqu'à la mort pour que tu puisses dire des conneries".

Écrit par : emcee | 15/11/2006

emcee, je ne suis pas d'accord avec ce que tu dis mais je me battrai jusqu'à la mort pour que tu puisses dire des conneries.

Écrit par : Mwarf | 16/11/2006

@ Mwarf
merci, c'est rassurant. Mais ... charité bien ordonnée commence par soi-même.

Écrit par : emcee | 16/11/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu