Avertir le modérateur

19/11/2006

Bernard-Henri Ment (Sujet: Chomsky)

medium_calomnie_2.jpg

Cette semaine, dans "Le Point", BHL diffame, très salement, Noam Chomsky, le décrivant, tenez-vous bien, comme, je cite: "Le bon Noam Chomsky passant logiquement, implacablement, d'un négationnisme à l'autre".

C'est pas nouveau: ça fait trente ans que ça dure.

Déjà en 1979, BHL cosignait, dans "Le Matin de Paris", avec Jacques Attali, autre grand philosophe, une "réponse à Noam Chomsky" l'accusant, implicitement, de nier le génocide cambodgien.

L'interessé avait répondu au directeur du "Matin", qui n'avait pas jugé utile, pourquoi s'emmerder avec ces minuscules détails, de publier sa lettre: "Comme c'est la règle dans ce style de commentaire, ils n'apportent aucune preuve d'aucune sorte pour appuyer cette absurde déduction, et, bien sûr, ils ne le pouvaient pas, puisqu'il n'en existe aucune. On est habitué à un certain degré de fantaisie et d'irrationalité de la part de ces milieux, mais il devrait quand même y avoir des limites".

Chomsky avait ensuite affiné sa réponse: "Dans certains milieux intellectuels français, les principes fondamentaux de toute discussion, à savoir, un respect minimum des faits et de la logique - ont été pratiquement abandonnés". (1)

Cela n'a cessé de se vérifier, au point qu'aujourd'hui, évidemment, le "pratiquement" serait de trop, dans cette observation.

Nos intellectuels de médias, au fil des années, ont fait de la calomnie un sport d'équipe, dès qu'il est question de Chomsky.

Je ne sais pas d'où leur vient, au juste, la haine qui les anime, lorsqu'ils défèquent sur celui que le "New York Times" présente, à bon droit, comme "sans doute l'intellectuel vivant le plus important" - mais je devine qu'une jalousie maladive entre pour beaucoup dans leur incessant déchaînement, et que leur diffamation à répétition leur sert à faire semblant de jouer dans la cour des grands: l'insulteur donne l'impression, ô combien illusoire, de se mouvoir aux mêmes altitudes intellectuelles que l'insulté...

En octobre 2003, par exemple, Alain Finkielkraut lâche tranquillement, à la télé: "Qu'a dit Noam Chomsky au moment du génocide cambodgien? (...) Il a dit qu'il ne s'est rien passé au Cambodge".

C'est un gigantesque mensonge, comme le savent tous ceux qui sont un peu familiers de l'oeuvre de Chomsky.

Mais à quoi bon respecter la réalité des faits, quand elle n'entre pas dans le schéma préconçu de la "pensée" d'un "philosophe" hexagonal?

En décembre 2003, Finkie remet ça, et part en vrille: "(Chomsky) n'a pas dit que c'était le Mossad qui avait organisé les attentats du onze septembre".

Chomsky ne l'a pas dit, en effet.

Mais pourquoi s'arrêter à ce minuscule détail?

Notre penseur poursuit donc: "Mais (Chomsky) a dit qu'au bout du compte la faute en revenait aux Américains. Nous sommes, avec Chomsky, dans ce que la vision idéologique de l'Histoire peut avoir de plus caricatural".

Commentaire, navré, de Mathias Reymond, pour Acrimed: "Une petite merveille de rhétorique de la calomnie: "Il n'a pas dit ce qu'il n'a pas dit (mais il aurait pu le dire?); en revanche, il a dit (ce qui revient au même?) ce que moi, Finkielkraut, je vous dis qu'il a dit... Mais qu'il n'a pas dit non plus!" (2)

Un autre exemple, pour la route?

En octobre 2005, "Le Nouvel Observateur" publie une (très) longue interview du "politologue" Pierre-André Taguieff, venu présenter son nouveau livre, "La Foire aux illuminés", consacré aux théoriciens du complot.

A la toute fin de cette interview, Taguieff lâche cette phrase, complètement ahurissante: "Les sites antimondialistes de gauche, dits altermondialistes depuis 2000, regorgent aussi de complots. Les "véritables maîtres du monde" sont débusqués derrière le "nouvel ordre mondial" qu'ils sont accusés de mettre en place. Ils manipulent et contrôlent tout. Lisez un des maîtres à penser du néo-conspirationnisme d'extrême-gauche, Noam Chomsky!"

Dans la vraie vie, Chomsky, au contraire, a toujours eu le souci "de répéter que son analyse ne reposait sur aucune forme de conspiration" (3), ou de théorie du complot: il suffit là encore, pour le vérifier, de lire ce qu'il écrit.

Mais si la vraie vie entrait dans les raisonnements de nos penseurs, on le saurait, pas vrai?

Puis dans ce cas précis, un tout petit rien disqualifie un peu Taguieff: dans "La Foire aux illuminés", ce bouquin où, d'après le "Nouvel Obs", notre politologue prétend "décrypter l'engouement pour les théories conspirationnistes et autres élucubrations ésotérico-politiques", Chomsky, que Taguieff présente pourtant, on vient de le voir, comme un des "maîtres à penser du néo-conspirationnisme d'extrême-gauche", et qui devrait donc se trouver au sommet de sa démonstration, n'est pas cité une seule fois - et pour cause: on chercherait en vain, dans ses nombreux ouvrages, la moindre théorie du complot...

BHL, dans la calomnie, enfonce donc pour la énième fois le même portail béant.

Il espère sans doute qu'un mensonge, mille fois répété, finira par faire une vérité.

Chomsky, dit-il, "passe d'un négationnisme à l'autre"?

Mais qu'a-t-il nié?

Que nie-t-il?

BHL ne le dit pas, et pour cause: Chomsky n'est pas, et n'a jamais été négationniste.

Chomsky, en revanche, ne pense pas, systématiquement, du côté du manche.

Il développe une (des) réflexion(s) un peu complexe(s), un peu moins ridiculement simplistes que les "raisonnements" binaires de nos "intellectuels" à guillemets.

Le monde, vu par Chomsky, est vachement plus compliqué, plus difficile à bien appréhender, que dans un essai de l'un ou l'autre de nos piètres penseurs: c'est probablement ce qu'ils ne supportent pas...





(1) "Réponses inédites. A mes détracteurs parisiens", par Noam Chosmky, Spartacus, 1984.
(2) "Les prédications d'Alain Finkielkraut (3): "Mes meilleures pensées et mes meilleurs ennemis"", par Mathias Reymond, Acrimed, 24 janvier 2005. www.acrimed.org/article1894.html
(3) "La conspiration. Quand les journalistes (et leurs favoris) falsifient l'analyse critique des médias", par Serge Halimi et Arnaud Rindel, in "Agone", n°34, 2005.

Commentaires

Je pense que BHL s'en prend moins à Chomsky par jalousie que parce qu'il est politiquement opposé à ses idées...

http://essaisconcepts.blogspot.com

Écrit par : mc | 19/11/2006

Ce matin en écoutant France Inter au réveil, un chroniqueur mondain cite BHL mais plus comme une éloge pour ce torchon qu'une critique. Mal réveiller, j'entends Chomsky et négationisme dans la même phrase et n'en crois pas mes oreilles mal réveillées. Mais j'étais sur qu'ici j'aurais le droit à une chronique sur ce bout de papier. Merci

Écrit par : Le renégat | 19/11/2006

Si, c'est un négationiste, Chomsky : rien que dans le titre de son bouquin "...à mes détracteurs parisiens", il laisse supposer que Bhl et ses copains auraient un cerveau et même s'en serviraient.
C'est odieux de dire des trucs pareils quand le fait est établi pour les siècles des siècles que Bhl and co sont des XXX (abominable grossièreté censurée par Vive Le Feu!, aaaaah que j'aime jouer du ciseau)
finis...;)

Écrit par : fanny guilloti | 19/11/2006

Assez d'accord avec mc.

Faut pas chercher.

Au fond, Chomsky les agace, tout comme Bourdieu les agaçait, car contrairement à tous les intellectuels de talk show, ces deux-là ont une oeuvre.

Bernard-HenriXX-Levy, lui, n'a que des relations...

Écrit par : leopold trepper | 19/11/2006

Cela fait un petit moment que mes pérégrinations électroniques m'entraînent dans les bouges mal famés de la blogosphère gauchiste, révisionniste et crypto-antisémite trop facilement séduite par ces affreux islamistes venant dans nos campagnes égorger nos filles et nos compagnes.

Cela fait un petit moment que mes déambulations m'amènent incidemment sur les pages de cet ignoble SF, dont la prose malodorante et nauséeuse laisse deviner l'horreur chevelue et mal rasée qui se tient derrière son écran.

Et je dois dire... que je kiffe grave ! Yeaaah !

Enfin, moi, l'infâme monstre criminel rodant sur les toits de Paris à la recherche d'un mauvais coup spectaculaire digne de blanchir la tonsure de ce pauvre Juve, je rencontre un être encore plus mauvais, encore plus retors que moi, soucieux de déverser sa bile sur notre génie intellectuel hexagonal que le monde entier ne nous envie pas - ce qui prouve, a contrario, la réalité de ce génie, car tout le monde sait que tout avis divergent émis d'une contrée extérieure au petit cercle germanopratin est forcément dans l'erreur.

Aussi, soucieux de ne pas me laisser distancier en matière d'ignominie par un petit jeunot que je considère comme mon futur successeur, je tiens à apporter ma modeste, mais ô combien monstrueuse, contribution à ce sabotage en règle du Paysage Intellectuel Français.

Voici ma petite hypothèse crapoteuse à souhait :

Et si notre brave BHL, dont les liquettes flamboyantes constituent l'apport majeur à la pensée philosophique de la fin du XXe siècle ;

Et si, donc, notre fort brave BHL, dont la lecture des ouvrages est aussi passionnante que l'écoute intensive des roucoulements incongrus de sa douce moitié ;

Et si donc, bon sang de bois, notre très brave et très cher (au sens de dispendieux) BHL rendait un hommage chaleureux autant que jaloux à notre cher Noam Chomsky ? Et si notre cher BHL voyait en lui un maître, un modèle ?

Après tout, quand on connaît les libertés que notre cher BHL sait prendre avec les faits (cf. son romanquête sur Daniel Pearl, entre autre), comment ne pas s'étonner qu'il souhaite à tout prix s'approprier l'œuvre d'un des derniers maîtres à penser de la gauche international(ist)e ?

Alors que la lecture de ces propos infâmants provoque un véritable tremblement de terre dans tout St-Germain-des-Près, le décès subit de Philippe Sollers par un brusque autant qu'inattendu arrêt cardiaque, les cris hystériques d'une Caroline Fourest se réfugiant dans les bras de Tariq Ramadan ;

Alors que le séisme provoqué par ces propos se répercute jusque sur les bords de la Marne, enfouissant Philippe Val sous le poids mortel des œuvres complètes de Baruch Spinoza ;

J'éclate d'un rire sonore et SARDONIQUE et profite de la faveur de la nuit et des brumes automnales remontant de la Seine pour disparaître dans les bas-fonds de Paris, en quête d'un nouveau forfait à accomplir.

Écrit par : Fantomas | 19/11/2006

Alors comme ça, BHL a droit a une modération spéciale?
Il t'a fait le coup de la Scientologie?

Écrit par : leopold trepper | 19/11/2006

Bravo de dénoncer l'imposture de ces néo-cons français pseudo-philosophes.

Sinon, et ça n'a rien à voir, pour pour poser des questions à l'étonnante Christine Boutin, c'est direct en cliquant sur ma signature ;-)

Écrit par : Olivier Bonnet | 19/11/2006

Chomsky a montré ses limites. Maintenant, c'est plus ce que c'était avant.

Écrit par : esther | 19/11/2006

@ leopold trepper
Tu auras, j'en suis sûr, noté déjà que certains sujets attirent les cons aussi sûrement que le miel, les mouches. (Je dis miel, j'aurais tout aussi bien pu dire aut'chose.)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/11/2006

Le terme con c'est pour moi ? Ou c'est un hasard du calendrier ?

Écrit par : esther | 19/11/2006

Et Bernard HXXXXX-Levy, ça passe?

(BEN NON TOUJOURS PAS tu sais très bien que c'est le genre de trucs que j'aime pas.)

Écrit par : leopold trepper | 19/11/2006

Celui que Pierre Vidal-Naquet qualifié "d'affreux Bernard-Henri Lévy" ne mérite sans doute pas qu'on lui consacre autant de temps (surtout un dimanche), mais il est bon quand même de rappeler parfois qu'il existe de tels imposteurs.

Écrit par : Henri | 19/11/2006

@ esther
Surtout celles de ses critiques...

Écrit par : leopold trepper | 19/11/2006

Ce pauvre BHL fait certainement partie de cette bande de doux rêveurs qui s'extasient devant Ségolène et la "nouvelle ère" qu'elle ouvrirait !...

J'ai même entendu hier Cohn Bendit parler de Ségo comme "la réponse au 21 avril". Je dirais plutôt "la cause du 22 avril (2007)"...

Alex
www.levraidebat.com

Écrit par : Alex | 19/11/2006

@SF
Dis, c'est trés chiant et trés injuste ton programme de retention.
Aprés tout, moi, je ne fais que filer ta métaphore XXXXXX ;)

Écrit par : leopold trepper | 19/11/2006

@ esther

T'en as d'autres sous le coude dans le genre conneries qui ne mangent pas de pain ?
Tu voudrais pas te cantonner à foutre la merde chez Gibi ? Non ? Ben, c'est comme tu veux... ou comme Seb supportera....


@ Tous

Les procès en sorcellerie contre Chomsky sont les avatars de cette putain de pensée unique, la même qui fait dire à un Jacques Marseille que les altermondialistes sont des malades psychiatriques shootés aux anti-dépresseurs...
Je n'ai qu'un mot à dire : lisez Chomsky. TOUT Chomsky, depuis "Les nouveaux mandarins" qui doit dater d'immédiatement après la guerre du Vietnam...
Si vous êtes curieux ou très courageux, vous pouvez aussi vous attaquer à ses bouquins de linguistique vu que c'est quand même le gars qui a révolutionné la discipline en démontant la grammaire normative pour lui opposer la grammaire générative... mais bon, c'est un poil ardu dans le genre lecture... ;)

Je me souviens d'un temps (et c'est là que je me date pire qu'au carbone 14) où, quand on se pointait à un concert de Rage Against The Machine, à l'entrée, le groupe avait installé des étals avec TOUS les livres de Chomsky....
Sniff !!!

Écrit par : Grabuge | 19/11/2006

@ esther
Pas de panique: simple télescopage de commentaires.
@ Grab
Cool, avec esther! Tout va bien!
(Maintenant c'est quand on se pointe à un concert d'Hugo Chavez, qu'on peut trouver un bouquin de N.C.)
@ leopold trepper
Mais nom de Dieu est-ce que tu finiras par comprendre qu'étant chez moi je rétentionne (du verbe rétentionner) absolument ce que je veux?
;-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/11/2006

@ Sachem : vraiment, pas une minuscule question à Christine Boutin ?

Écrit par : Olivier Bonnet | 19/11/2006

wah l'autre, y'en a qu'ont droit de parler de néo-con, et moi on me censure "XXXX finis".
C'est pôo juste ! A moins qu'il n'y ait une différence flagrante que mon abyssale inculture me permettrait d'ignorer entre ces deux termes ??

Écrit par : fanny guilloti | 19/11/2006

"@ esther
T'en as d'autres sous le coude dans le genre conneries qui ne mangent pas de pain ?"

Ben non, je crois qu'esther nous a juste fait une fine allusion aux "lectures un poil ardues" dont tu parles plus loin.

Écrit par : leopold trepper | 19/11/2006

pffff .... en ces temps ou l'on fait passer raymond barre pour un emule de lénine ( cherchez pas, les moins de 40 balais, c'est des trucs d'avant la dissolution de l'histoire , barre et lénine ... ) qui s'enmerde à lire à encore lire ce que l'on critique ????
On va direct à l'Index , on tape Chomsky .... le bouzin crache "vilain" ... et on brode ...
C'est pratique , en attendant les résultats du Neurothon, ça évite d'épuiser le seul fragment de neurone restant ...

Écrit par : les marques du plaisir | 19/11/2006

@Grabuge et Léopold Trepper
Juste un mot pour dire que dans ses livres, Bourdieu a vivement critiqué la linguistique de Chomski pour son "apesanteur sociale", si j'ose dire : Chomski montre que l'individu détient un stock de vocabulaire et d'éléments de grammaire fixe et qui ne dépend pas des origines sociales, et plus largement de l'histoire de l'individu.
Je ne dis pas ça pour faire mon cuistre, mais pour dire qu'on peut soutenir le Chomski politique et ne pas partager les positions scientifiques du Chomski lingusite. Moi, pour ce qui est de cette question, je défends un très beau livre de Bourdieu : Ce que parler veut dire, réédité sous le titre de "Langage et pouvoir symbolique".

J'espère que vous ne m'en voudrez pas de cette digression qui ne se veut pas donneuse de leçons, bien entendu.

Écrit par : Laurent | 19/11/2006

C'est vrai qu'après tout tu nous recoit chez toi...c'est sympa d'ailleurs mais tu pourrais au moins faire péter les cacahuettes!

Écrit par : Matthieu | 19/11/2006

Sébastien bravo!

toutes, tous

allez, une nouvelle couche:
lisez Chomsky
ne dépensez pas vos ronds pour acheter le point (et autres canards financés par les grands patrons fabriquants d'armes), attendez que Seb nous en commente les articles
éteignez la télé chaque fois que vous voyez apparaitre un de ces philosophes à la mords-moi- le -noeud, qui, jaloux, n'ont rien d'autre à éructer que la haine et le mépris.

Aérez vous les méninges!

Écrit par : céleste | 19/11/2006

bravo Seb!

mon com précédent ne sort pas, zut!

lisez Chomsky!

Écrit par : céleste | 19/11/2006

Ah ben merde leopold, pour une fois que tu envoies un commentaire que je vais pas censurer, celui où tu dis "SF= lambertiste", la bête erreur de manip: je le sucre, au lieu de le mettre en ligne.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/11/2006

J'ai hésité entre ça et SF=FF

Écrit par : leopold trepper | 19/11/2006

Les maquignons du prêt-à-penser : BHL et les autres

Source : http://www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=2077

1er janvier 2006

par Leila Salem

Il était une fois en France des philosophes et des penseurs universels, Bourdieu , Deleuze, et d’autres qui, par la profondeur de leurs pensées ont apporté au monde des éléments de réflexion et des concepts novateurs ; ils ont formé, inventé et créé des concepts nouveaux qui leur ont survécus et qui sont actuellement enseignés dans les lycées et universités.

Malheureusement, depuis les années 80, la marchandisation de la pensée et sa médiatisation ont permis l’émergence d’une industrie nouvelle, celle de la pensée creuse et éphémère vendue par des maquignons du prêt-à-penser.

L’omniprésence médiatique de ces pseudo-intellectuels a eu pour effet de surmultiplier leur audience, d’appauvrir la pensée et le débat public et d’empêcher toute pensée critique « leur pensée est nulle... ils procèdent par gros concepts, aussi gros que des dents creuses, LA loi, LE pouvoir, LE maître, LE monde, LA rébellion, LA foi, etc. Ils peuvent faire ainsi des mélanges grotesques, des dualismes sommaires, la loi et le rebelle, le pouvoir et l’ange. En même temps, plus le contenu de pensée est faible, plus le penseur prend d’importance, plus le sujet d’énonciation se donne de l’importance par rapport aux énoncés vides » pour reprendre le texte de Gilles Deleuze à propos de ces nouveaux « penseurs ».

Parmi ces usurpateurs, Alain Finkielkraut, Alexandre Adler, Bernard Henri Levy et bien d’autres. A des années-lumière des penseurs universalistes, ces personnages développent des analyses simplistes, duales, biaisées et orientées par une logique communautariste. Manichéens jusqu’au bout des ongles, adeptes de la « croisade du bien contre le mal », ils travaillent pour une vulgarisation du « choc des civilisations » au sein de la société française. Le bien étant incarné, bien entendu, par l’Amérique, Israël et leurs défenseurs et le mal par tout ceux qui s’opposent à l’impérialisme et au sionisme en d’autres termes par « une ultragauche qui va des altermondialistes dévoyés aux islamo-progressistes, aux contempteurs du néolibéralisme « américano-sioniste » ou aux gens du monde diplomatique » comme le précise BHL.

Dans une grande partie de ses écrits et de ses prestations médiatiques, BHL accrédite la thèse d’un complot islamiste mondiale et présente une population arabe fanatique « Les talibans n’ont pas été seulement vaincus. Ils l’ont été sans combattre. Ils l’ont été piteusement, sans même un baroud d’honneur. Et l’image de ces combattants défaits, que, de Damas à Tunis, la rue arabe avait auréolés de tous les prestiges, l’image de ces Saladins qui étaient censés mettre l’Amérique à genoux et qui, au premier coup de feu, ont détalé comme des poulets, n’a pu que stupéfier ceux qui se reconnaissaient en eux. » [1]

Dans son livre « Qui a tué Daniel Pearl ? », un livre formidablement bidonné, BHL distille son mépris de l’islam et sa haine du Pakistan et de Karachi en particulier. D’après BHL, ce pays « antisémite » et qui « hait » Israël ne peut-être que « la maison du Diable », « un pays drogué au fanatisme, dopé à la violence », « un enfer silencieux, plein de damnés vivants » avec ses « mollahs cauchemardesques » et Karachi est « un trou noir », rempli de « demi-morts », où les « derviches fanatiques aux cheveux longs et aux yeux furieux et injectés de sang » hurlent devant la « porte du Diable ». Le pakistanais est un « fanatique au sourire venimeux », au « regard fixe de tarentule », qui émet un « sifflement semblable à celui d’un serpent ». Quant au ministre pakistanais, il est « aimable à l’extrême », mais, au moment où il pense que BHL ne le regarde pas, « ses yeux lancent un éclair de férocité meurtrière ». Et BHL conclut que Daniel Pearl « est certainement, de ce point de vue, un martyre de l’antisémitisme moderne » .

Aujourd’hui BHL se polarise sur « une nouvelle judéophobie » arabo-musulmane. A t-il jeté aux oubliettes ses vieux griefs autour de Vichy et du nazisme ?

Il n’ y a pas si longtemps, BHL affirmait dans son livre « l’idéologie française » que les origines et racines du fascisme sont françaises et ne sont ni italiennes ni allemandes, ni autres ; c’est « un langage qui est, à la lettre, structuré comme un inconscient » et loge « au cœur de l’identité française » écrivait-il. Il a demandé à la gauche française de déconstruire le mythe d’un peuple français opprimé, héroïque et résistant, de rejeter la Nation et la Révolution française et de faire une lecture différente de son histoire et de l’histoire de la France. Il a expliqué que le fascisme en général et l’antisémitisme en particulier parlent français et que le peuple français était à l’aise dans ses chaussons de l’antisémitisme et de la collaboration aussi bien à droite qu’à gauche et même au sein du communisme français « le pétainisme rouge » d’ailleurs le communisme « c’est une barbarie comme le nazisme » affirmait t-il.

Cette lecture de l’histoire française a fait réagir Raymond Aron qui répond dans un article publié dans l’Express « Que leur (juifs de France) dit ce livre (L’Idéologie française, de BHL), Que le péril est partout, que l’idéologie française les condamne à un combat de chaque instant contre un ennemi installé dans l’inconscient de millions de leurs concitoyens. (...) Il nous annonce la vérité pour que la nation française connaisse et surmonte son passé, il jette du sel sur toutes les plaies mal cicatrisées. Par son hystérie, il va nourrir l’hystérie d’une fraction de la communauté juive, déjà portée aux actes du délire œuvre d’intérêt public, écrivait en conclusion le compte rendu du « Nouvel Observateur ». Intérêt public ou danger public ? »

Hier, BHL a matraqué l’histoire française et a mis un signe d’égalité entre le peuple français et le fascisme ; aujourd’hui il rompt avec la tradition profonde juive pour laquelle l’islamophobie et le mépris arabe n’ont jamais été des passions et sombre dans un racisme primaire et grossièrement huntingtonien.

En réalité, derrière ce comportement débridé se cache une recherche identitaire renforcée par l’amour d’un pays suridéalisé et d’une religion rêvée comme l’explique Esther Benbessa. Si le personnage mythique Majnoun [2] était fou de Leila, BHL est quant à lui Majnoun de l’ « idyllique » Israël. Son cœur est hermétiquement scellé et ne laisse pénétrer que l’amour de la dulcinée ; désormais, il n’entend que par elle et pour elle, ne voit que par elle et pour elle, ne parle que par elle et pour elle et ne lutte que par elle et pour elle.

Le problème de BHL, c’est qu’en plus de cette maladie d’amour passionnelle et obsessionnelle, il est atteint du délire de persécution. Il se voit avec sa bien aimée victimes sacrées d’un antisémitisme éternel varié et multiforme, logé dans l’inconscient de millions voire de milliards de non-juifs. Pour chasser ce démon, le fou d’Israël a traversé le pays des « damnés vivants » au « péril de sa vie ». Aujourd’hui, il est parti, seul, en Amérique sur les traces de Tocqueville nous raconte t-il mais « à la réflexion, on finit par comprendre que le sujet réel de BHL n’est pas l’Amérique » [3] ; la raison est toujours la même : la chasse au démon. Dans ses délires paranoïaques, BHL voit le péril partout : l’antiaméricanisme, l’anti-impérialisme, l’anti-néolibéralisme et la critique des médias ne seraient que des versions de l’antisémitisme « l’antiaméricanisme constitue l’un des fonds communs d’une certaine gauche et d’une certaine extrême droite », à ce « fonds commun » , à ce « socialisme des imbéciles », on retrouve la lutte contre la mondialisation néolibérale en général et les actions de M. José Bové en particulier » estime BHL [4].

Le commun des mortels atteint du délire paranoïaque est hospitalisé même contre son gré ; apparemment l’intellectuel le plus médiatique de France échappe à cette règle. Normal, BHL est riche, très riche et dispose d’ un réseau complexe, fait d’amitiés réelles, de rapports professionnels, de relations d’intérêt, de convictions partagées etc... .

BHL est l’héritier d’une immense fortune familiale. Son père, André Lévy a fondé La Becob, une société d’importation de bois africains qui fut rachetée par le groupe Pinault-Printemps-Redoute en 1997.

Des intérêts réciproques ont rapproché deux hommes : BHL intellectuel, « gauchiste » et pourfendeur du fascisme et François Pinault, un homme puissant, sans diplôme, sans lignage, avec un passé douteux et des ex-amis issus des milieux d’extrême droite.

François Pinault, qui avait déjà renforcé ses relations dans les milieux de droite, a pu grâce à BHL pénétrer un milieu qui n’est pas sien, comme l’explique Philippe Cohen dans « BHL, une biographie » dont on peut lire un extrait publié dans l’Express. BHL lui a servi de relais médiatique et ses multiples relations ont permis à l’industriel d’acquérir la Fnac et le Point, journal dont BHL est l’un des chroniqueurs réguliers. En retour, BHL a eu le plaisir de bénéficier de la compagnie d’un puissant industriel et de profiter de ses services.

François Pinault sait aussi exprimer sa gratitude, il contribue « généreusement » pour combler le déficit de SOS Racisme, dont BHL est parrain, facilite la venue et la rencontre des lecteurs dans sa librairie (la Fnac) avec Taslima Nasreen et Salman Rushdi auteurs adulés de BHL, diabolisation de l’islam oblige. En 1994, le capitaliste finance le film de BHL « Bosna ! » et en 1997, il s’associe à France Télévision pour produire l’un des plus grands bides du cinéma français « Le Jour et la nuit », un navet mémorable de BHL !

BHL a deux autres grands amis, Arnaud et Jean-Luc Lagardère. Cette amitié lui a ouvert divers horizons. En effet, le groupe Lagardère possède Hachette Livre, Hachette Filipacchi Médias (premier éditeur de presse magazine au monde avec plus de 200 titres), Hachette Distribution Services, Lagardère Active (audiovisuel et nouveaux médias). Il est propriétaire de Grasset, la maison où BHL est auteur et éditeur. Il possède les magazines Elle, France Dimanche, Ici Paris, Paris Match, Première, Télé 7 Jours, ..., les radios Europe 1 , Europe 2 , RFM, le réseau de distribution Virgin en France... Tous ces médias sont des tribunes ouvertes et des relais permanents offerts par les Lagardère à leur ami BHL.

Et bien évidemment BHL sait renvoyer l’ascenseur. En 1992, quand Jean-Luc Lagardère est mis en examen pour abus de biens sociaux, BHL utilise son Bloc Note du Point pour défendre son ami ; il dénonce la « surchauffe hystérique d’un discours » qui transforme en « escroc n’importe quel chef d’entreprise » conduisant ainsi à la « destruction des élites ». Même scénario en 2000, lorsque Jean-Luc Lagardère est à nouveau mis en examen, BHL fustige « la clameur populiste » de cette France « qui n’en finit pas d’accabler ses élites ». Le comble c’est en 2002 lorsque Lagardère Média (groupe Hachette), s’est porté candidat pour le rachat de Vivendi Universal Publishing ; BHL, qui ne s’est pas du tout inquiété des conséquences de la concentration éditoriale, est monté au créneau pour fustiger ceux qui accusent le groupe de vouloir dominer le marché de l’édition. Pire, il va jusqu’à reprendre dans son plaidoyer un argumentaire qu’Hachette a distribué à ses salariés pour diffuser des mensonges telles par exemple : l’ensemble Hachette-VUP ne représenterait qu’un tiers du marché global du livre francophone. En réalité, cette fusion permettrait à Hachette-VUP d’avoir 70% de la distribution du livre en France, 60 % de l’édition du livre de poche et plus de 80 % du livre scolaire ce qui lui rapporterait entre 42 à 50 % du chiffre d’affaire de l’édition sur le seul marché français.

Les amitiés de BHL ne se recrutent pas seulement parmi les grands patrons. Le journal Le Monde qui d’après BHL, « a trempé dans « l’Idéologie française » (fascisme français), qui en a même été l’un des laboratoires et qui a fini par en sortir au terme d’un travail sur soi dont l’histoire reste à faire mais dont on sait, d’ores et déjà, ce qu’il doit à son actuelle direction » est devenue une tribune et un relais permanents grâce à des soutiens sûrs tels Colombani, Plenel et Minc. Par ailleurs, Jean Marie Colombani et Edwy Plenel ont permis à BHL d’accéder à d’autres tribunes au sein des émissions « La rumeur du Monde » sur France Culture et « Le monde des idées » sur LCI dont ils sont animateurs respectifs.

Le nouvel Observateur est depuis longtemps un soutien régulier de BHL grâce à l’amitié entretenue avec Jean Daniel, cofondateur et directeur du Nouvel Observateur et à Françoise Giroud éditorialiste du même hebdomadaire.

Le carnet d’adresse de BHL est bien fourni. Annette Lévy-Willard à Libération ; Maurice Szafran, Guy Konopniki et Alexis Liebaert à Marianne ; Josiane Savigneau et Roger-Pol Droit au Le Monde des livres ; Paul Guilbert au Figaro. A cette liste d’amis on peut inclure Jean-Pierre Elkabbach , Georges-Marc Benamou, Philippe Sollers, Franz-Olivier Giesbert, Laure Adler, Jorge Semprun, Françoise Giroud, Jérôme Clément, Anne Sinclair, Tahar Ben Jelloun, Robert Menard, Pierre Lescure, Thierry Ardisson, Michel Drucker sur France 2, Karl Zéro sur Canal +, Claire Chazal, Patrick Poivre d’Arvor, sans oublier ses appuis à Gala, Voici, l’événement du jeudi, France Culture, les médias détenus par Hachette-Lagardère (Paris Match, Elle, Le Journal du dimanche, télé 7 jours, Europe1,...) etc.

Sans oublier Arte, dont il préside depuis 1993 le conseil de surveillance, le journal le Point, dont il est l’un des chroniqueurs réguliers et Grasset la maison d’édition où il est auteur et éditeur ; cette maison suit d’ailleurs à merveille la ligne de « l’imam » BHL et s’est spécialisée dans l’édition des livres qui vulgarisent « le choc des civilisations ».

Si BHL est fasciné par la puissance et les médias, il aime aussi le pouvoir et l’admire ; la fréquentation des hommes politiques lui confère une distinction, une certaine honorabilité. BHL peut-être de gauche ou de droite, c’est selon. Une flatterie, une petite reconnaissance et BHL est dans la poche : c’est l’intello rêvé du politique écrivent les deux auteurs du livre « Le B.A.BA du BHL ». Son rapport au pouvoir est si spécial que le sigle BHL a pris une connotation particulière « J’allais devenir le BHL de ces messieurs. » déclare l’historien Le Roy Ladurie agacé d’être choyé par Mitterrand et Giscard d’Estaing.

Ses amis de la vie politique sont nombreux et se recrutent à gauche comme à droite : Laurent Fabius, Dominique Strauss-Kahn, Julien Dray, Dominique de Villepin , Nicolas Sarkozy qu’il tutoie ([un Nicolas Sarkozy qui s’est construit un réseau médiatique colossal sans précédent dans la vie politique récente ] [5]) et la liste est longue.

BHL use et abuse de sa plume pour être un bon communicant et un porte parole de ces messieurs et il en reçoit à son tour des prébendes. En 1991 Jack Lang, à l’époque ministre de la culture, le nomme à la présidence de la commission d’avance sur recette (commission qui décide de l’attribution de l’aide accordée par le Ministère de la Culture au bénéfice des films français). En 1993 Alain Carignon le nomme à la tête du conseil de surveillance de la Sept-Arte. En 2002, Jacques Chirac et Lionel Jospin lui confient une mission d’enquête sur la reconstruction de l’Afghanistan.

Mais tout cela ne suffit pas, la star veut occuper toute la scène médiatico-politique. Ainsi, lors de la création de la spectaculaire association SOS-Racisme, BHL fut l’un des tout premiers à se précipiter pour proposer « spontanément » ses services. Le « philosophe » et Marek Halter ont joué un rôle décisif dans la médiatisation en profondeur de SOS. BHL parrain, puis initiateur de l’agence de presse SOS, a ouvert l’association sur d’autres mondes de la politique et a provoqué sa rencontre avec beaucoup d’intellectuels. Il était aussi l’éditorialiste vedette de Globe, un journal lancé par SOS-Racisme et dirigé par son ami Georges Benamou. Ce mensuel qui n’était qu’un relais aux idées présidentielles - « On y organisait des campagnes de communication directement décidées à l’Elysée » raconte un ancien collaborateur de Jacques Pilhan [6] - a permis à BHL de devenir un communicant à nul autre pareil de l’Elysée.

Et lorsque l’association clone de SOS-racisme, l’hyper médiatique association « ni putes ni soumises » fut créée, le promoteur BHL accourut et fit profiter l’association de ses réseaux et en particulier du magazine Elle (du groupe Lagardère). Le combat est « noble » : ne faut-il pas « libérer » la femme du « joug de l’homme arabe indigène brutal et barbare » ?

Si la première association a été un tapis rouge emprunté par le parti d’extrême droite pour passer de l’ombre à la lumière, la seconde a joué un rôle non négligeable dans la diabolisation des jeunes issus de l’immigration et a imputé le phénomène des viols collectifs à la "barbarie" supposée de ces jeunes, chose que le sociologue Laurent Mucchielli a réprouvé et il a pu démontrer, preuves à l’appui, que le phénomène du viol collectif n’est pas nouveau et qu’il n’est pas l’apanage des cités.

L’étude du cas BHL montre comment un groupuscule et un néo-réactionnaire liés par une connivence inaltérable ont réussi à s’emparer de la parole pour contrôler les pensées, les sentiments et les comportements des gens. Ce travail de sape a mis au panier des chercheurs, des intellectuels, des militants et des artistes pour donner la parole à des clowns de service qui font la promotion de la marchandisation du monde et poussent au crime en faisant l’apologie de la théorie de la guerre de civilisation.

BHL le retour

Sitôt de retour de son périple chez l’oncle Sam, le fou d’Israël, activera son réseau et tout le « système BHL » qui attend avec impatience le retour de sa marque déposée : BHL se mettra alors en route ; ensemble ils verseront dans la tête de la « masse imbécile » celle qui a pris goût à consommer des pensées toutes faites et n’a plus le temps de réfléchir à l’essentiel, l’œuvre « monumentale » du parano prodige déguisé cette fois-ci en Tocqueville.

Leila

P.S.

(1) Le B.A.BA du BHL, Jade Lindgaard, Xavier De La Porte, La découverte, 2004.

(2) L’idéologie française, BHL, Grasset, 1981

(3) Rassurante Amérique : BHL dans les pas de Tocqueville, David A. Westbrook, Esprit, Novembre 2005.

(4) BHL, une biographie, Philippe Cohen, Fayard, 01/2005

(5) Les nouveaux Chiens de garde, Sege Halimi, Raison D’Agir, 2005.

(6) Le scandale des "tournantes" : Dérives médiatique, contre-enquête sociologique, Laurent Mucchielli,La Découverte, 2005

Écrit par : leila Salem | 19/11/2006

@ Seb et Léonard Trepper... qui s'insurgent sur ma "rogne" sur esther...

Ben quand je lis "Chomsky a montré ses limites. Maintenant, c'est plus ce que c'était avant." Sous sa plume, je n'ai pas franchement le reflexe de prendre ça comme autre chose qu'une attaque même pas argumentée intelligemment....
Maintenant, si vous me dîtes que c'est peanuts... je veux bien...

Pour le reste, on a effectivement deux Chomsky, le politique et le linguiste.
A chacun d'y trouver ses petits...

http://www.chomsky.info/

Écrit par : Grabuge | 19/11/2006

@ Grab
Mais b***** de m****, puisqu'on te dit que tout va bien?

Sinon, Jacques Adam si tu nous lis: je dois reconnaître ici que j'ai eu tort, sur les "socialistes", et sur Mar... Sur Ségolène Royal. Voilà. C'est dit. Je leur demande pardon. Ils viennent en effet de faire une proposition qui prouve que non, ils ne sont pas complètement de droite, comme je le croyais.
Il reste, en somme, un espoir.
Petit, certes.
Voire: ténu.
Mais c'est mieux que rien.
More details to come, around midnight. (00.05).
(Putain si je suis pas le ROI du gros teasing...)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/11/2006

J'sais pas quoi trop ajouter à votre message au sujet de BHL (un usurpateur, un médiocre ?), donc rien, et il se trouve qu'il y a très peu, BHL était aux côtés de Redeker, à Toulouse, pour défendre la "liberté d'expression", avec force rappel à la pseudo "fatwa" lancée conte ce "philosophe".

Personne n'a osé relever (mais je suppose que c'est par ignorance) que nulle "fatwa" a été lancée contre Redeker (http://www.abbaye-de-theleme.levillage.org/article.php3?id_article=81).

La méthode BHL est "singulière". Le suivisme des médias tout autant, mais BHL n'est-il pas le "salarié" d'un baron des médias ?

Mais comment est-il possible que de tel(s) médiocre(s) fasse(nt) autant les ouvertures des médias ?

Écrit par : Edmond K | 19/11/2006

@ esther

T'en as d'autres sous le coude dans le genre conneries qui ne mangent pas de pain ?
Tu voudrais pas te cantonner à foutre la merde chez Gibi ? Non ? Ben, c'est comme tu veux... ou comme Seb supportera....


@ Tous

Les procès en sorcellerie contre Chomsky sont les avatars de cette putain de pensée unique, la même qui fait dire à un Jacques Marseille que les altermondialistes sont des malades psychiatriques shootés aux anti-dépresseurs...
Je n'ai qu'un mot à dire : lisez Chomsky. TOUT Chomsky, depuis "Les nouveaux mandarins" qui doit dater d'immédiatement après la guerre du Vietnam...
Si vous êtes curieux ou très courageux, vous pouvez aussi vous attaquer à ses bouquins de linguistique vu que c'est quand même le gars qui a révolutionné la discipline en démontant la grammaire normative pour lui opposer la grammaire générative... mais bon, c'est un poil ardu dans le genre lecture... ;)

Je me souviens d'un temps (et c'est là que je me date pire qu'au carbone 14) où, quand on se pointait à un concert de Rage Against The Machine, à l'entrée, le groupe avait installé des étals avec TOUS les livres de Chomsky....
Sniff !!!

Écrit par : Grabuge | 19/11/2006

Bernard-Henri n'est qu'un récidiviste.

Cela participe de la paresse intellectuelle qui consiste à amalgamer "relativisation du génocide du Cambodge sévèrement condamné par les Etats-Unis à la lumière du génocide du Timor oriental, honteusement occulté par ces derniers et par la communauté internationale" à "négation du génocide du Cambodge".

Et la signature de la pétition pour défendre la liberté d'expression de Robert Faurisson, pour probablement maladroite et certainement discutable qu'elle fût (de chêne), n'équivaut certainement pas à une agréation au négationnisme.

Comme il n'a effectivement cessé de le préciser dans tous ses écrits précédents et ultérieurs.

C'est avec cette absence de rigueur intellectuelle à minima, qu'on amalgame soutien à la cause palestinienne et antisémitisme, antilibéralisme et opposition à toute liberté.

Une erreur qui nous guette est de commettre le même genre de sottise vis-à-vis de ces gens-là.

Voir le démontage des amalgames grossiers de Finkielkraut sur le site "Les mots sont importants"à l'époque de la polémique sur la laïcité et sur le voile.

Notre ami Daniel Mermet, dont vous vous souvenez probablement qu'il avait fait l'objet d'une accusation d'antisémitisme au pretexte qu'il avait donné la parole dans son émission à un ancien bourreau nazi, et de laquelle il a bien entendu été blanchi devant la vacuité des faits reprochés, comme Edgar Morin par après pour d'autres raisons, avait fait l'objet d'un témoignage à charge de la part d'Alain Finkielkraut. Il s'était bien gardé d'en faire de même il y a environ un an quand l'animateur de France Culture avait commis sa sortie sur l'équipe de France "black-black-black" et avait au contraire émis un appel à la tolérance en terminant par la phrase attribuée à Voltaire que tout le monde connaît.

En ravanche, continuons tant que nous le pouvons de dénoncer l'ignominie et la malhonnêteté qui consiste à ne pas respecter les simples faits. Ou de les tourner en dérision à la manière de la page 20 du plan B.

Écrit par : Frédéric Supiot | 19/11/2006

A lire aussi, l'histoire des intellectuels français face à Chomsky :

http://www.monde-diplomatique.fr/2001/04/BRICMONT/15109

Par ailleurs, un numéro des "Cahier de l'Herne" va sortir entièrement consacré à Chomsky, en janvier 2007, dirigé par Jean Bricmont .

Écrit par : Yann Le Du | 19/11/2006

Cher Sébastien, tu as vraiment lu Chomsky ?

Je te le demande sans arrière pensée.

J'en entend parler depuis pas mal de temps et je n'ai jamais lu un seul de ses bouquins.

Et toi tu l'as fait ?

Écrit par : Nathanael | 19/11/2006

@ grab
Tu vois par exemple, quand tu lis "les critiques de Chomsky sont injustes",
si c'est SF qui l'a écrit, tu comprends: BHL ment XXXXX.
si c'est Philippe (H) Val, tu comprends: les antilibéraux sont des salauds

Et ça, c'est une des limites de la théorie linguistique de Chomsky

Écrit par : leopold trepper | 19/11/2006

@ Frédéric
"Maladroite" et "discutable", en effet.
C'est le moins qui se puisse dire, même si Chomsky s'est clairement expliqué là-dessus. (Il partage avec BHL une même passion pour la liberté d'expression, vue comme un droit de raconter tout et n'importe quoi, qui personnellement me laisse totalement froid)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/11/2006

Grabuge svp, pas de panique hystérique, je ne faisais que passer, je ne viens pas tuer votre idole, ni m'installer dans votre squatt...

Vous savez, je n'ai rien contre les ados en quète de maître à penser.
Juste le coté anarchiste de chomsky, ouais bof.
Ceci dit, ça m'étonne pas que ça vous plaise.
Ca doit être générationnel cet affect.

Eliminer l'état à tout prix. MDR. Oui !!!!!!!
Et après, chouette, on fait ce qu'on veut ? Une boum ?
Avec les berrurier noirs à fond la caisse.
Et fuckkkk offffff les parents, la société...
YO.

Par contre, c'est quoi ces rumeurs ?
A laisser tout passer, à tout accepter, il parait qu'il préface des livres révisionnistes ?
Il parait qu'il laisse la pensée scientiste se propager sans critique ?
Il est pour le port d'arme aux usa tant qu'on y est ?

Cool. Bien vu. Bien pensé. On avance. Vers quoi ça sera l'étape suivant.
L'après chomsky. Le lendemain de la boum...

Je n'aime pas les gens pas pragmatiques. Surtout quand ils sont américains, ça craint vraiment. Je vous le dis.

Et puis SURTOUT l'Etat, je trouve qu'en france c'est une donnée vraiment intéressante, à conquérir plus qu'à éliminer.

Le vrai problème, c'est qu'il ne comprend pas que tous les pays ne sont pas les états-unis. Qu'il critique son pays soit, super. Il le fait bien et c'est la moindre des choses.

Mais qu'il ne vienne pas nous faire du copié-collé ici, pitié !
Parceque le pauvre, il "voyage" super mal.
Comme un américain je veux dire.
Les américains ne savent pas appréhender le réel culturel des autres pays... Pour eux l'autre pays, c'est eux. En plus petit.
Ils ne savent pas voir "autrement".
Une sorte d'atavisme chez eux.
Chomsky c'est la preuve par quatre.
Allez je vous laisse. Je m'en fous en fait. Mais alors complêtement en plus. Ciao.

Écrit par : esther | 19/11/2006

@ Grab
Par exemple encore, tu peux noter que leopold, depuis quelques heures, essaie (vainement) de battre le record du plus grands nombre de diffamations en quelques commentaires.

@ Nathanael
Ben évidemment que je l'ai lu (et relu), sans quoi, fais-moi la grâce de penser que je fermerais un peu ma gueule!
Tu notes que j'ai viré la deuxième partie ton commentaire - notamment parce que j'aimais pas la question finale.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/11/2006

@SF
Ca te fait un peu travailler, grosse feignasse...
Reste que pour la diffamation (hormis le FF), il faudra que tu m'expliques, un jour.

Écrit par : leopold trepper | 19/11/2006

"Faudra que tu m'expliques, un jour, S'IL TE PLAIT."
Nan mais c'est dingue ça.
On verra ça au GBDBDVLF!
(Grand Banquet Des Blogueurs De VLF!)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/11/2006

Bon, t'es vexé par FF, mais t'es pas obligé de te la jouer Le Meur non plus...

Écrit par : leopold trepper | 19/11/2006

Ben voilà.
"T'es pas obligé de te la jouer Le Meur non plus...": voilà EXACTEMENT ce que j'appelle une MONSTRUEUSE diffamation.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 19/11/2006

Ben voilà, ton découpage est EXACTEMENT ce que j'appelle une manipulation lambertiste...
En fait, t'étais un sous-marin de Strauss-Kahn.
Depuis le début.

Écrit par : leopold trepper | 19/11/2006

J'ai noté (que tu avais viré la fin de mon commentaire).

Tu m'expliques (par mail) ce que tu lui reprochais ?

Écrit par : Nathanael | 19/11/2006

Pauvre Esther !

Déjà, n'avoir pas capté que ce que tu supposes être une ado en mal de père putatif est une cinquantenaire dont le père est tout à fait idoine, voire parfait.... ça en dit long sur le passif de la donzelle...
Ensuite, nous sortir les poncifs éculés qui font "bien" chez Beigbeder et autres jet-seteurs, ça confine au ridicule absolu...

Petite Esther, lis-donc la masse d'ouvrages de Chomsky avant d'ouvrir ta boîte à camembert... non pas que tes commentaires nous déplaisent (c'est pas tous les jours qu'on peut s'étouffer de rire !), mais ça t'évitera de passer pour ce que tu sembles depuis des lustres, au vu de tes commentaires chez Gibi, c'est à dire une bouffonne sans cervelle ni culture...

Désolée, Seb, on me cherche, on me trouve... :)))))))))))))

Écrit par : Grabuge | 19/11/2006

Sinon, ce que je voulais te dire -juste avant que tu te transformes en Batman enragé- c'est que je trouve que l'argument "c'est chez moi, je fais ce que je veux" un poil nauséabond...

Écrit par : leopold trepper | 19/11/2006

Et au fait,pour les cacahuettes j'attends toujours!
je meurs de faim...

Écrit par : Matthieu | 19/11/2006

ben chomsky attaque involontairement leur fond de commerce.

Quand on se plie a certaines regles intellectuelles, on tend involontairement a mettre en lumiere leur non respect chez les autres.

Toutes facons les BHL et autres sont proteges par les medias, meme Reporteurs sans frontieres le protege, alors ? Il est peut etre plus interessant de voir la version qui est defendue par ces ideologues. Et pourquoi ont-ils besoin de la reproduire de la proteger ?

Écrit par : ango | 19/11/2006

BHL ça me fait toujours penser au BHV. Encore une construction linguistique inexplicable. Et le BHV, ça me fait toujours penser aux Bérus, car ils y ont soulevé plus d'un carton. Donc BHL me fait penser aux Bérus. Alors quand BHL dit une énormité, je pense à Vive le Feu. Et quand je trouve un billet sur BHL ici sur Vive le Feu, c'est la spirale sans fin et je deviens fou.

Écrit par : glomp | 19/11/2006

on va faire un banquet?

Écrit par : céleste | 19/11/2006

Bon, moi je me sens très en phase avec ce qu'écrit Sébastien. Bravo !
Et j'abonde aussi dans le sens de Grabuge: lire Chomsky est sa-lu-tai-re !
(j'aime bien aussi Rage Against The Machine: décapant !).
Je trouve gerbant de voir tous les gugusses des médias taper bien fort sur ceux
qui ont le courage de ne pas souffler dans le sens du vent (à ce propos, j'espère
que vous avez une pensée pour Denis Robert qui fait aussi un travail vraiment remarquable). Votre blog est bien réconfortant dans le sens où je me rends compte que le prosélytisme contre la pensée dominante que je faisais auprès de mon entourage ne "prenait" pas.

Écrit par : Liberté | 19/11/2006

vous savez on vit très bien en ne lisant ni n'écoutant BHL (quoique assez bien écrit si j'en juge par ma seule expérience) ni Finkie, et en n'ayant pas de télévision

Écrit par : brigetoun | 19/11/2006

C'est marrant comme des types comme BHL peuvent interpréter les événements comme ça les arrange:
BHL semble en vouloir à Chomksy peut-être parce que ce dernier à signé une pétition de soutien à Robert Faurisson (un négationniste, révisionniste) au nom de la liberté d'expression, dans les années 70.

Et aujourd'hui, BHL soutient Robert Redeker, au même titre: Liberté d'expression.

Chacun son soutien à la liberté d'expression, mais il semble que selon la cible de cette expression, on a le droit ou pas de soutenir le tireur d'après BHL.

Bravo à BHL pour ce bel exemple d'intégrité. Quel minable !

Écrit par : GeoTrouvetout | 19/11/2006

dites les ami-e-s,
tant qu'a lire des livres, "le B.A. BA du BHL" c'est bien aussi.
et c'est drole.

Surtout le chapitre avec Michel Gaudin (l'entarteur belge).

La bise,
f

Écrit par : Flo | 19/11/2006

@ esther

Quelques points incontournables...

Je n'ai pas d'idôles.
Je suis une mécréante pur jus.
Seb PEUT dire de très grosses conneries.
Chomsky aussi (mais c'est plus rare).
Vous faites comme vous le sentez... si vous estimez nécessaire de venir pondre vos crottes aux quatre coins de la blogobulle, c'est votre choix.
Si Seb estime que vous empuentez les lieux, c'est le sien...
J'ai lu quasiment TOUT Chomsky (privilège de l'âge).
Vos oukazes de "terminale démoulée trop chaud", sont certes rigolottes mais je m'en tamponne le coquillard d'une force que vous ne soupçonnez même pas !
Allez donc jouer les "gothiques revenues de tout" dans les blogs adolescents de Skyblog... vous y ferez un tabac, c'est sûr !

Écrit par : Grabuge | 19/11/2006

chui quand meme bonne pate moi!non seulement je me fait censurer ma réitération de demande de cacahuettes,mais en plus je n'ai obtenu aucune satisfaction satiétale!
tjrs moi!

Écrit par : Matthieu | 19/11/2006

Mince ils se sont séparés trop tot rage against the machine eux qui denoncaient deja y'a 10 ans les derives totalitaires du pouvoir ils en auraient des choses à chanter. C'est autre chose que du Ariel Dombasle

" No escape from the mass mind rape
Play it again Jack and then rewind the tape
And then play it again and again and again
Until ya mind gets locked in
Believin' all the lies that they're tellin' ya
Buying all the products that they're sellin' ya
They say "jump !"
And ya just say "how high ?"
Ya brain dead
Ya got a fuckin' bullet in ya head "

Écrit par : kotédiwa | 20/11/2006

> Je ne sais pas d'où leur vient, au juste, la haine qui les anime

Moi non plus, mais le résultat est que, depuis trente ans, les Français qui n'ont pas lu Chomsky ont eu une image de lui qui ne correspond pas du tout, loin s'en faut, à celle colportée par BHL et ses amis. C'est pas encore ça qui va faire remonter les intellectuels français dans l'estime de Chomsky...

> A la toute fin de cette interview, Taguieff lâche cette phrase, complètement ahurissante

J'ai assisté à une conférence de Taguieff il y a quelques mois à la sortie de son bouquin. Ce mec a complètement pété les plombs et pue la suffisance. Aucun intérêt.

> BHL, dans la calomnie, enfonce donc pour la énième fois le même portail béant.Il espère sans doute qu'un mensonge, mille fois répété, finira par faire une vérité.

Et ça marche, globalement.

> (1) "Réponses inédites. A mes détracteurs parisiens", par Noam Chosmky, Spartacus, 1984.

J'aimerais bien le lire, mais plus disponible depuis des lustres.

Écrit par : Fred | 20/11/2006

Nouveau billet.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 20/11/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu