Avertir le modérateur

24/11/2006

Toi Comprendre, Quand Marie-Ségolène Parler? Toi Comprendre, Quand Marie-Ségolène Employer Mots Simples? Ou Toi Vraiment Trop Con(ne)?

medium_2650.2.jpg

Marie-Ségolène Royal, décidément, n'a pas fini (je le crains) de nous étonner.

Je découvre par exemple, dans "Le Monde", que: "Ségolène Royal dira "vie chère" plutôt que "pouvoir d'achat"".

Explication: "Lors d'un déjeuner avec près de 600 maires socialistes, Mme Royal les a incités à lui faire part des préoccupations des Français et surtout des mots qu'ils emploient pour en parler".

C'est, déjà, très beau.

Mais la suite est plus délicieuse encore: "Elle a tout de suite donné un exemple: "Si je dis "la vie chère" au lieu de "pouvoir d'achat", ce n'est pas un hasard, a-t-elle insisté avant d'expliquer en substance que, "la "vie chère", tout le monde comprend ce que cela veut dire, tandis que le "pouvoir d'achat", lui, dépend de statistiques de l'Insee qui s'obstine à le voir en hausse"".

Après avoir lu ça, j'ai immédiatement lancé, dans mon proche entourage, un mini-sondage téléphonique, auprès d'un échantillon représentatif d'un de mes potes.

Je lui ai très directement ai posé la question: "Tu comprends ce que ça veut dire, toi, "pouvoir d'achat"?"

Sa réponse: "Ben ouais, pourquoi?"

Je l'ai relancé: "Non mais, sérieusement, quand je te parle de "pouvoir d'achat", t'as pas tendance à penser que c'est quelque chose qui dépend trop des statistiques de l'Insee?"

Mon pote, affligé: "Mais qu'est-ce que tu me racontes? Qu'est-ce que c'est que ces conneries?"

Je me suis pas démonté: "Ce que je veux dire, c'est que si par exemple je te disais "vie chère", plutôt que "pouvoir d'achat", tu comprendrais sans doute mieux de quoi il est question, pas vrai?"

Lui: "Ben vazi, t'as qu'à dire que je suis un gros con!"

Et là, je l'ai chaleureusement remercié, parce qu'il venait de résumer, en quelques mots, ce que m'inspire cette nouvelle trouvaille de Marie-Ségolène Royal.

Quand elle estime que "pouvoir d'achat" est une expression trop compliquée, Marie-Ségolène Royal part du principe qu'elle s'adresse à de vrai(e)s demeuré(e)s, dont le vocabulaire actif doit se réduire à une triste poignée de mots de quelques lettres - dont "vie", et "chère".

Car les petites gens ont, c'est bien connu, de petits lexiques.

Alors, gentiment, elle se fabrique son dictionnaire de campagne, histoire de se mettre au niveau de ces presque analphabètes: je propose que, plutôt que de mépris, qui est un mot un peu difficile à comprendre, nous parlions ici de foutage de gueule?

Commentaires

... et je propose aussi que plutôt que "candidate socialiste", on emploie "populiste de droite", parce que "candidate socialiste" c'est un peu connoté Jean Jaurès, ce qui travestit par trop la réalité.

Écrit par : étienne fillol | 24/11/2006

Bouhouhou... Trop courte la note d'aujourd'hui !

Écrit par : Marcel Vincent | 24/11/2006

Foutage de gueule comme tu y vas! C'est un peu mesquin!!
Le mot juste, M.E.P.R.I.S! Surtout pour elle, sinistresse de l'école publique obligatoire.
Mais! se dissimule la pensée vraie de Ségolème, le tropisme ségolesque la vie remplaçant le pouvoir.

Écrit par : martingrall | 24/11/2006

Ah, je vais me reposer aujourd'hui... et je vais faire travailler les lecteurs du Monde...
J'ai repris trois réactions qui vont assez dans le sens de ce que je pense... et où l'on voit que c'est d'une véritable approche stratégique du problème dont il s'agit...
Bon, moi je donne toujours le lien de ce que je cite (coucou fontenelle)
http://www.lemonde.fr/web/article/reactions/0,1- href="mailto:0@2">0@2-823448,36-837772,0.html

Arnaud B.
23.11.06 | 18h32
Substituer "vie chère" à "pouvoir d'achat" n'est pas exactement anodin. Dans le second cas on parle de statistiques ; dans le premier, on a interprêté les statistiques. Et puis "vie chère", en plus de faire savoir à la personne qui écoute que les choses vont mal, c'est une expression qui percute autrement plus. "La vie est de plus en plus chère", ça parle autrement plus que "le pouvoir d'achat baisse". Amusante astuce, pas anodine du tout.

E.Pouget
23.11.06 | 18h19
Et oui, chers concitoyens, le réveil est difficile ! Depuis des années que l'on nous drogue avec des doses massives de discours en langue de bois, comme il dur de renoncer à ce jargon technocratique et politiquement correct : les pauvres sont devenus couches défavorisées, les chômeurs des demandeurs d'emploi, les aveugles des mal-voyants... Quand je lis les toutes dernières statistiques de l'INSEE m'expliquant que la pauvreté a reculé en France, je reste songeur...

ergosum
23.11.06 | 17h24
Il n'en demeure pas moins que "vie chère" est une abstraction qui dépend de l'appréciation de chacun selon sa situation propre. Le "pouvoir d'achat" est une notion objective (dont on peut d'ailleurs contester le calcul). A ce compte, nul doute qu'il sera facile de rassembler le + grand nombre: les données subjectives de cette sorte permettent de ratisser large. TOUT LE MONDE trouve la vie chère, qu'on soit au RMI ou cadre sup' C'est finalement très fort...


Et il y en a d'autres positives... comme négatives... mais vous avez le lien (moi je donne toujours le lien, coucou, Fontenelle (bis) )

Écrit par : Jacques Adam | 24/11/2006

essai sans url

Écrit par : Jacques Adam | 24/11/2006

Ah, je vois que Fontenelle bloque les messages dès qu'il y a une url ? Il en a marre que l'on cite les sources des textes qu'il "caviardise" peut-être ?

Sans URL, je vais mettre les trois commentaires de lecteurs du Monde que j'avais sélectionnés pour "me reposer" un peu... et vous verrez que certains lecteurs du Monde y voient une véritable stratégie de communication bien plus subtile que ce que Fontenelle nous donne à voir

Arnaud B.
23.11.06 | 18h32
Substituer "vie chère" à "pouvoir d'achat" n'est pas exactement anodin. Dans le second cas on parle de statistiques ; dans le premier, on a interprêté les statistiques. Et puis "vie chère", en plus de faire savoir à la personne qui écoute que les choses vont mal, c'est une expression qui percute autrement plus. "La vie est de plus en plus chère", ça parle autrement plus que "le pouvoir d'achat baisse". Amusante astuce, pas anodine du tout.

E.Pouget
23.11.06 | 18h19
Et oui, chers concitoyens, le réveil est difficile ! Depuis des années que l'on nous drogue avec des doses massives de discours en langue de bois, comme il dur de renoncer à ce jargon technocratique et politiquement correct : les pauvres sont devenus couches défavorisées, les chômeurs des demandeurs d'emploi, les aveugles des mal-voyants... Quand je lis les toutes dernières statistiques de l'INSEE m'expliquant que la pauvreté a reculé en France, je reste songeur...

ergosum
23.11.06 | 17h24
Il n'en demeure pas moins que "vie chère" est une abstraction qui dépend de l'appréciation de chacun selon sa situation propre. Le "pouvoir d'achat" est une notion objective (dont on peut d'ailleurs contester le calcul). A ce compte, nul doute qu'il sera facile de rassembler le + grand nombre: les données subjectives de cette sorte pettent de ratisser large. TOUT LE MONDE trouve la vie chère, qu'on soit au RMI ou cadre sup' C'est finalement très fort...

Écrit par : Jacques Adam | 24/11/2006

Combien de fois on l'a entendu dire "les français sont inteligents" serait-il possible qu'elle ne pense pas ce qu'elle dit ? je n'ose pas y croire...segolene populiste?

manquerait plus qu'en face d'elle au deuxieme tour on retrouve un demago qui dit tout haut ce que les français ont honte de penser tout bas...

Mais ca n'arrivera pas, les français sont intelligents! (votez pour moi)

Écrit par : kotédiwa | 24/11/2006

La vie ne devrait jamais être qualifiée de chère car elle n'a pas de coût ni de prix, et acheter ne devrait pas être un pouvoir.

Écrit par : glomp | 24/11/2006

@ glomp
Chapeau bas!

Écrit par : Fleuryval | 24/11/2006

C'est dingue.
D'ici à ce qu'elle se transforme en coiffeuse pour nous parler du temps qu'il fait.
Y'a plus d'saison ma pov' dam'

Écrit par : eric du blog d'eric | 24/11/2006

Toujours ce mépris!

sur le même thème

un article d'Emmanuel Todd sur libé

http://www.liberation.fr/actualite/evenement/evenement1/219111.FR.php

analyse de l'investiture de Royal, très pertinent

Écrit par : céleste | 24/11/2006

Bonjour,

Désolé, cher Sébastien F., mais sur ce coup-là, on dirait bien que vous cherchez des poux dans la tête de Ségolène à coups de mauvaise foi criante.
Je ne vois, moi, aucun mépris dans le choix des mots "vie chère", laquelle vie chère, bien plus que l'abstrait "pouvoir d'achat", dont l'Insee, impavide, nous dit chaque mois qu'il monte qu'il monte qu'il monte..., est la réalité quotidienne de millions de gens.

Si, dans le jargon officiel devenu une vraie novlangue, je remplace, au hasard, "milieux défavorisés" par "pauvres", "concurrence libre et non faussée" par "loi de la jungle" et "employabilité", "mobilité" ou "flexibilité" par "foutage de gueule patronal", y voyez-vous du mépris pour les gens que cela concerne ?

Et quand les gens font leurs courses, pensez-vous que devant des clémentines à 6 euros le kilo (mais ça va sans doute baisser un peu avec la saison...), ils se disent "mon pouvoir d'achat, dont l'Insee vient de me confirmer qu'il avait encore grimpé, m'autorise-t'il cette douce folie ?" ou bien plutôt "Putain !, c'est cher !" ?

Écrit par : Clarence | 24/11/2006

@clarence

le discours de Royal est démagogique au possible

tout le monde sait ce que c'est que le pouvoir d'achat, et tout le monde sait qu'il diminue!

Écrit par : céleste | 24/11/2006

Comment faire croire qu’on est de gauche quand on a un programme (certes pas encore complètement bouclé) de droite si ce n’est par des mots de gauche !
Je pense que sa stratégie de communication avec ce terme et d’autres qui vont suivre risquent de faire mouche.

Il est vrai que pour le citoyen lambda, pouvoir d’achat, conjoncture structurelle, taux de croissance, etc., sont des termes techniques et a la limite de l’ésotérisme.

Alors pour ne pas prendre comme le dit Glomp à la place du mot «vie» "marchandises", et cela donnerai «marchandises chères» pas très bon en com, alors que « vie » touche davantage.

Bon rien autre à dire sur la campagne !

Autre sujet et sans vouloir vexer Sébastien ; et la police et les élections professionnelles ou les pro Sarko à la gâchette facile ont pris une sacré veste !
Aie sujet brulant !
A+

Écrit par : Humaniste | 24/11/2006

@ Céleste

Quand SR parle de "vie chère", elle est démago au possible !
Quand le PC ou l'extrême-gauche font la même chose, ils parlent vrai !
Critiquez SR sur ce qu'elle propose (ou ne propose pas...), sur son positionnement, sur sa base sociale (comme le fait Emmanuel Todd, en effet, encore que celui qui mit en musique les slogans de Chirac en 95 pourrait, lui aussi, faire l'objet de certaines critiques...), mais de grâce, ne l'accablez pas pour des raisons comme celle qui est le prétexte de la discussion du jour.

Au décours du 21 avril 2002, une émission de télé avait réuni les représentants de tous les candidats du premier tour, et un électeur de chacun de ces candidats, et tout ce beau monde était confronté à des reportages sur les motivations des électeurs d'untel ou d'untel.
A Kouchner (oui, je sais... Kouchner...), qui représentait Jospin, lequel venait - à juste raison selon moi - de prendre le rateau que l'on sait, on montrait un reportage sur des électeurs de Le Pen.
En l'occurrence, pas des fafs, mais des pauvres gens (j'espère que vous ne verrez pas de "mépris" dans l'expression "pauvres gens", Céleste...), vivotant, quelque part dans la Somme, entre RMI, barraque destroy et tas de ferraille.
Et Kouchner de répondre, avec pour le coup un mépris sans borne, que s'il fallait tenir compte des préoccupations de gens aussi primitifs, et s'abaisser à parler comme eux, alors...
J'avais beau ne pas avoir voté Jospin, j'avais eu honte, vraiment, pour le PS, qu'il soit alors représenté par ce type-là !

Alors il faudrait choisir.
Parce que d'un côté, le PS est le représentant emblématique des élites honnies, coupé comme le dit Todd des "couches populaires", ce que traduirait le langage jargonnant de ses dirigeants, et ça ne va pas.
Mais d'un autre côté, quand l'un(e) de ses responsables décide de parler comme tout le monde, c'est de la démago, et ça ne va pas non plus.

Alors peut-être que par définition, pour vous, c'est le PS qui ne va pas, quoi qu'il fasse et quoi que ses dirigeants disent ...
C'est un avis qui se défend, d'ailleurs.
Mais ça irait mieux en le disant comme ça, plutôt qu'en ne le disant pas, tout en cherchant des prétextes microscopiques pour dire la même chose.

Écrit par : Clarence | 24/11/2006

Royale de Luxe n'a bien entendu aucune idée des problémes dont elle parle. Car comme l'écrit si pertinemment Olivier Todd: ce n'est certes pas en région Poitou-Charentes que les problémes de la société française se posent avec le plus d'acuité.
Mais peut être à l'instar des plus grandes mystiques, Notre-Dame du Poitou, est elle en prise directe avec une divinité tutélaire qui l'informe de ce qui se passe dans la France d'en bas, comme disait son prédécesseur en sa région.
Mais peut être aussi que son souci d'employer le bon mot, en dehors d'un pur verbiage de salon, n'est-il finalement que dans la continuité de celui de son parti qui par exemple nous a asséné des ouvertures de capital depuis 20 ans, afin de cacher les privatisations.
Au fait tous nos grands médias n'ont pas trop parler des résultats précis des élections aux Pays-Bas. Serait ce que les 16,6% du SP (le parti socialiste, qui est un véritable parti de gauche celui là), les géneraient aux entournures! Le CDA (chrétien démocrate) recueillant 26,6% et le PvdA (travailliste notre PS à nous) se contentant de 21.2%. Tous nos cher commentateurs ce sont plus attardé sur la montée de l'extréme-droite et de ses 5,5%. Des fois que cela donnerait de mauvaises idées à ces foutus Français qui ne voudraient vraiment pas de Niko ou de Marie.

Écrit par : Henri | 24/11/2006

@ Clarence

c'est effectivement le PS qui ne va pas!

ne parlons pas de Kouchner...je suis de bonne humeur ce matin

quans Ségolène Royal, utilise un vocabulaire "adapté", selon elle aux français, elle part du principe qu'ils ne la comprennent pas.
on n'attend pas d'un politique qu'il s'adapte au vocabulaire des français, mais qu'il leur donne les moyens de vivre dignement.

vous parlez du PC et de la gauche anti libérale, l'image qu'ils véhiculent est totalent différente, ils n'ont pas deux lexiques (je pense à Besancenot ou à Bové), un pour ceux qui comprennent et un pour les buses, ils en en ont un, cohérent!
ceci n'étant que mon avis, bien sûr!

Écrit par : céleste | 24/11/2006

@ Céleste

Je peux être d'accord avec vous sur certaines des choses que vous dîtes, et un des problèmes du PS, qui reflète c'est vrai ce qu'il est devenu, est qu'il manque cruellement de dirigeants qui proviennent de milieux populaires et parlent spontanément leur langage (le pompon étant DSK, et sauf votre respect, Fabius, dont la récente conversion à une gauche radicale sonne à cet égard assez faux).
Mais il ne sert à rien que vous ou moi répétions bêtement ce que Bourdieu a dit de la production des élites...

Un autre problème, c'est que si, quels que soient leur langage et la pertinence de leur discours, Bové ou Besancenot convainquaient largement les milieux populaires, ça se saurait, ne serait-ce qu'en termes électoraux.
Et après tout, qu'importe le flacon...
Souvenez-vous de Léon Blum et des accusations dont il était l'objet, déjà, de manger dans de la vaisselle en or !

Écrit par : Clarence | 24/11/2006

S Fontenelle, là je crois que tu réagis en intello-humanisto-toutlemondilestbo.
Une grande partie des classes dites populaires, utilisent à peu près 400 mots de vocabulaire. Donc, oui, pour toucher cet électorat qui fait défaut au PS, il n'est pas inintéressant d'utiliser "vie chère" plutôt que "pouvoir d'achat".
D'un point de vue marketing, de toute manière, "contre la vie chère" est plus impactant que "pour l'augmentation du pouvoir d'achat".

@céleste : l'extrème gauche utilise un lexique bien en deça des inspirations intellectuelles de leur mouvement. Bien évidemment qu'ils essaient, eux aussi de se faire comprendre du peuple.

Écrit par : 2007sanssarko | 24/11/2006

@Clarence

je pense que la gauche anti libérale, surtout si elle se fédère pour présenter un seul candidat, peut obtenir un très bon score en 2007

l'écart se creuse entre le PS et les votants du non, pour moi l'analyse de Todd est bonne, Royal séduit dans les campagnes, et dans les classes moyennes, par parmi les populations les plus défavorisées, qui en ont marre de vivre de plus en plus mal et surtout qui recommencent, depuis le référendum et la lutte contre le CPE, à prendre espoir.
il existe une foce antilibérale de gauche, vivante (voir le meeting de Montpellier), en pleine expansion;

Royal est asée sur le centre, elle risque, comme je l'espère, d'être complétement débordée sur la gauche

Écrit par : céleste | 24/11/2006

@2007sanssarko

bien évidemment, mais leurs discours ne sont pas "forcés" et ils épargnent au français moyen la petite explication qui consiste à dire "je traduis dans votre langue sinon vous n'en piquez pas une"

Écrit par : céleste | 24/11/2006

@céleste,
la communication, le choix des mots et des discours en politique, ça ne date pas d'hier. Le fait que l'on parle des stratégies de com de Sego, ça intéressent que des bloggueurs comme nous et peut-être quelques autres. Mais au bout du compte, 85 % des français n'en sauront rien.
Il ne faut pas croire que le marketing et la com soient exclus de l'extrême gauche. Quand Clementine Autain dit, "il faut mettre une bone gauche à cette droite", c'est du slogan, c'est de la pub. Le slogan a d'ailleurs complètement envahi le mouvement de mai 68.
Tout ça pour dire que le choix des mots, les slogans, la stratégie de com, ce sont les règles du jeu d'une élection. (Fabius, d'ailleurs aussi en a usé).
Vous vous rendez compte du niveau pointu de notre débat en France, d'aucuns qui s'étranglent parce que Royal utilise "vie chère" au lieu de "pouvoir d'achat"?
Vous croyez qu'aux Etats Unis ou en Israel, ils font autant de chichis pour leur campagne?

Écrit par : 2007sanssarko | 24/11/2006

@ Céleste

"je pense que la gauche anti libérale, surtout si elle se fédère pour présenter un seul candidat, peut obtenir un très bon score en 2007"
Ouais..., ben ç'a l'air mal barré...
Mais vous pensez sans doute que les dirigeants du PS ne sont mus que par la soif absolue du pouvoir alors que ceux de la gauche antilibérale sont de parfaits altruistes qui bien sûr, entre leurs 2% et une candidature unitaire qui en ferait 10 ou 12, ou 15 si vous le croyez, choisiraient de se retirer pour favoriser celle-ci...
Nous verrons, mais je pense moi que la seule chose qui pourrait favoriser une telle candidature serait la difficulté pour plusieurs candidats à réunir chacun les parrainages nécessaires.
Mais le PCF aura les siens, la LCR aussi, sans doute, et Arlette ne se désistera de toute façon pour personne si elle ne les a pas.
Restent Bové, qui au milieu des autres ferait 2 ou 3%, Braouezec, qui n'ira pas contre M-G. Buffet, Yves Salesse, parfait inconnu pour 99% de la population, et Clémentine Autain qui n'aura pas, au final, les moyens de se présenter...

Quant au distingo que vous faites entre le PS et les votants du Non, vous semblez en faire un fossé infranchissable, ce qu'il n'est pas, évidemment ; qu'on le déplore ou qu'on s'en réjouisse, ça n'est pas la gauche antilibérale qui a fait 55% le 29 mai...
Votre serviteur par exemple, qui le 29 mai a voté Non des deux mains - après ne pas avoir voté Jospin en 2002-, n'exclue pas de voter SR dès le premier tour (et je ne suis pas encarté au PS).
Pas par conviction forte, mais par souci de battre la Droite.
Et je ne sache pas que le récent meeting de Montpellier dont vous parlez ait fait trembler sur leurs bases ni l'UMP ni le PS.

Reste enfin à prouver que l'électorat potentiel d'une candidature antilibérale unitaire se recrute majoritairement dans les couches populaires.
Celles-ci ont lâché le PS, c'est vrai, ne sont plus représentées par le PCF, c'est vrai aussi, mais ne sont pas pour autant passées, hélas !, à la guache antilibérale avec armes et bagages.
Pour l'heure, une bonne partie d'entre elles est chez le borgne, et je crains qu'on ait pas encore tout vu...
Quant aux électeurs antilibéraux, ils sont ouvriers et employés, d'accord,-à l'instar des adhérents de Sud par exemple-, mais aussi les représentants d'une bourgeoisie moderne, dont le langage et les aspirations, d'accord avec SansSarko ci-dessus, ne sont pas ceux des ferrailleurs dont je parlais plus haut.
Il suffit d'assister une fois dans sa vie à une réunion d'Attac pour le savoir.

Écrit par : Clarence | 24/11/2006

Au fait, avec le changement de vocabulaire elle passe de "Il faut augmenter le pouvoir d'achat" à "Il faut augmenter la vie chère" ? ;)

Écrit par : Marcel Vincent | 24/11/2006

@clarence

je ne suis pas aussi naïve.

je sais que le vote du non a été un vote transversal;
je pense aussi que sarko, en s'éloignant du centre va sur les terres du borgne, donc perd des voix, car moins crédible, le vieux facho est dans la place depuis trop longtemps.
côté centre, il y a Royal elle fait très bien l'affaire, une gauche mollasse qui regarde du côté de Blair.

la gauche anti libérale, peut aussi faire une bonne campagne, et évidemment qu'ils utilisent le markerting et autres techniques de communication

reste que leur discours est cohérent et peut rassembler

Écrit par : céleste | 24/11/2006

Plus encore que de la néoraffarinade méprisante et le racolage facile ( bientôt le Ségoland, " le pays où la vie est moins chère"), je trouve qu'il y a lieu de s'inquiéter de l'opposition entre les statistiques de l'Insee et le bon sens populaire.
Non seulement c'est une nouvelle dénonciation populiste des experts ( c'est bien connu que les surdiplômés de cet institut sont tous des menteurs nés, des abrutis qui ont le tort de s'appuyer sur des données chiffrées qui ne veulent rien dire, des fabricants d'opium du peuple, et qu'il faut tous les envoyer en camp militaire pour leur apprendre la vie.) mais ça nous en promet des statistiques trafiquées par la secte ségoliste si elle devait être élue !

Écrit par : TDB | 24/11/2006

juste un intermède technique :
Blogspirit malmène les liens des articles du Monde et d'autres. C'est l'arobase au milieu de l'adresse qui est mal interprétée comme une adresse mail.
La solution pratique, c'est de passer par un redirecteur comme http://www.minilien.com/
Faites passer...

Écrit par : tehu | 24/11/2006

Notre ami Langlois, sur son dernier bloc-notes, montre que d'impie il est devenu dévot, je veux dire ségolénolâtre (oui, j'y suis arrivé).
Va-t-il avoir encore droit de poster ici normalement, ou se fera-t-il bâcher comme un vulgaire Jacques Adit ?

Écrit par : Mowgli | 24/11/2006

Mon pauvre tehu, si Grogspirit ne malmenait que ça ! Même chez les bisounours de Wordpress, on arrive à placer une adresse mail dans Votre URL, pour la mettre dispo à qui la veut. Ici, quéquette. Bloquespirit, enculés !

Écrit par : Mowgli | 24/11/2006

@ Marcel Vincent

Joli!

Écrit par : glomp | 24/11/2006

Je lis, je lis...
Mowgli, pour ce qui est du bloc-notes de Bernard Langlois, voir les commentaires du billet d'hier.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 24/11/2006

Une source d'inspiration pour un prochain article ?

http://www.lefigaro.fr/france/20061121.FIG000000045_les_pompiers_enfants_gates_de_la_republique.html

Écrit par : Fred., de L. | 24/11/2006

@ Fred., de L.
Merci pour ce looooong moment de poésie.
Je devrais lire "Le Figaro"...
Je rate des choses magnifiques...

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 24/11/2006

Essai sans URL…

Écrit par : zaireetvoltaire | 24/11/2006

…essai avec URL.

Écrit par : zaireetvoltaire | 24/11/2006

Comme quoi, suffit pas de s'appeler Jacques Adam pour avoir l'air c..
Encore faut-il y mettre du sien !

Écrit par : zaireetvoltaire | 24/11/2006

Dites, je voudrais pas vous em...bêter avec des questions débiles, mais c'est quoi depuis ce matin cette histoire d'"essai avec URL" / "essai sans URL" (ou l'inverse)? Quelqu'un peut m'expliquer? Y aurait un problème avec les URL?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 24/11/2006

@ zaireetvoltaire
Oups.
Au temps pour moi.
:-D

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 24/11/2006

Eh bien non, justement ! Aucun problème…
C'est un trip de Jacques Adam pour crier à la censure alors que tous ses commentaires passent…

Écrit par : zaireetvoltaire | 24/11/2006

"Je vois que Fontenelle bloque les messages dès qu'il y a une url"
Cette phrase m'avait échappé.
Je vois que l'ami Jacques sombre parfois dans une paranoïa totalement échevelée.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 24/11/2006

@ Clarence

"[...] une bonne partie d'entre elles est chez le borgne, et je crains qu'on ait pas encore tout vu..."
Bien vu la formulation. Ça mérite un clin d'oeil : ;-)


(Ceci est un double commentaire : nul et inutile)

Écrit par : IznoPreum's | 24/11/2006

Toutes mes félicitations pour ce post

Je crains que Ségolène nous fasse courrir à la catastrophe... le problème devient quelle alternative ?

Pour moi, en tout cas, c'est tout sauf Ségolène.

Écrit par : Thomas de Mortemart | 24/11/2006

Séb,

J'adore l'esprit de ton billet, l'humour et la verve de ta plume!
Ca fait du bien de te lire le matin comme ça!
J'espère que cette femme va continuer à t'inspirer dans le drôlatique!
Qu'elle prenne les Français pour des demeurés est d'une telle évidence, qu'elle n'est même pas sûre qu'ils viendront participer à ses forums citoyens!
De toi à moi, tu vas y aller, toi? ;-)

Écrit par : delphine | 24/11/2006

Ouaip !

« Vie chère », ça veut dire que tu te trimes uniquement pour payer tes factures courantes et qu’après, il ne te reste presque plus rien.

« Pouvoir d’achat », à l’inverse, ça signifie que tu hésites pour cet hiver entre un séjour d’une semaine à la montagne et une balade dans le Colorado.

T’as pigé Fontenelle ! ! ! !

Écrit par : Ajamais (démago) | 24/11/2006

Thomas de Mortemart : "pour moi c'est tout sauf Ségo". Dans le tout , y' a Le Pen?

Écrit par : Euler | 24/11/2006

Recyclage (C'est déjà passé chez le voisin)

En 2002 l’extrême-gauche avait fait autour de 10% des voix.
En 2005, la LCR fut avec le PCF l’un des moteurs de la mobilisation pour le « non » au TCE.
Depuis, il est question de présenter une candidature unitaire sur des bases « anti-libérales ».
Les « forces » en présence :
- les collectifs qui rassemblent des « inorganisés », des altermondialistes, des ex (ex-PCF, ex-LCR), des associatifs divers, des syndicalistes ouvriers et paysans (quelque 500 collectifs dans toute la France)
- le PCF
- la LCR

Depuis plusieurs mois, malgré les efforts des collectifs, l’accord entre les différentes composantes de ce rassemblement ne se fait pas. Il ne porte pas, contrairement à ce que tout le monde pense, sur le nom du candidat mais essentiellement sur un point : le PCF acceptera-t-il d’entrer dans un gouvernement socialiste ou non en cas de victoire de la gauche ? En d’autres termes assisterons nous à une « gauche plurielle » bis ? Cette question s’est essentiellement la LCR qui la pose. En ne disant ni oui, ni non, le PCF laisse planer le doute et de fait utilise le tremplin de ce rassemblement pour se refaire une virginité en tentant de présenter M.G. Buffet comme la candidate de ce mouvement anti-libérale, peut-être sur la base de ce rapport de force obtenir des postes aux gouvernement, et surtout négocier avantageusement des circonscriptions. Le PCF vient de recevoir un allié sur ces bases en la personne de JL Mélenchon. Peut-être assisterons nous à d’autres ralliements de feu la gauche du PS ?

Deux questions :

1/ Le PCF réussira-t-il son opération ? Rien est moins sûr. Les collectifs ont bien compris la manœuvre. Mais comme ils sont aussi intéressés à la pérennité de leur mouvement, ils proposent un (ou une) autre candidat que Buffet. Ce qui est difficilement acceptable pour le PC. De ce côté là, donc, rien est encore joué.

2/ La LCR va-t-elle réussir à obtenir du PCF que celui-ci n’ira pas au gouvernement ? C’est le but du « chantage ». Sans la LCR, jamais ce mouvement n’apparaîtra comme unitaire. M.G. Buffet le sait. Mais elle aussi exerce son « chantage ». La LCR en faisant cavalier seul risque de ne pas participer à la présidentielle faute des 500 signatures. Pour la LCR obtenir ces signatures le plutôt possible est donc devenu une priorité.

Conclusion. Le PCF et la LCR jouent l’un et l’autre leur avenir.
Une candidature unitaire (avec le soutien de la LCR) pourrait faire un excellent score, au-delà peut-être des 10 % et être le point de départ de la construction d’une force « anti-capitaliste » conséquente à la gauche du PS.
A l’inverse en se présentant seul, le PC risque de faire encore moins bien de voix qu’en 2002 et de connaître une crise majeure à l’image de ce qui s’est passé en Italie ou en Espagne au point de ne plus compter dans la vie politique française.
Quant à la LCR, si tant est que Besancenot arrive à se présenter, elle finira par connaître le même sort que LO, engrangeant d’élection en élection de petits scores honorables mais qui ne lui permettra jamais de peser dans le débat politique.

............................................................................................................

Qu’est-ce qui pourrait faire que nous n’ayons pas en 2007 un duel Sarko-Ségo ?
Le Pen ? Le Pen est arrivé en seconde position en 2002 en gagnant des voix, mais essentiellement parce que Jospin s’est effondré. Comment Royal pourrait-elle s’effondrer ? Il faudrait que la gauche antilibérale réalise un score très important, de l’ordre de 15 %. Elle n’en a pas actuellement les moyens. En outre, même unie, elle ne peut pas espérer recueillir plus de 10 %. Tout simplement parce que Royal depuis six mois lui mange la laine sur le dos. Et ce n’est pas fini. Tout comme Fabius n’a pas été crédible en champion de la « vraie gauche », ni Buffet, ni Bové, ni Besancenot ne seront capables de remonter la pente. Tout est joué ? Et pourquoi pas !

..................................................................................................................

José Bové jette l'éponge selon LCI ! (LCI ?)

Ça ne serait pas étonnant ! Le PCF fait le forcing pour imposer Buffet. Quel mauvais calcul ! Le PCF aura été définitivement le fossoyeur de toute solution à gauche. Le PCF prépare son ralliement à Royal qui n’aura même pas besoin de lever le petit doigt. Prochain épisode : qui se partagera les dépouilles du « Parti » ?
La dernière blague à gauche : Mélenchon candidat : http://www.marianne2007.info/L-hypothese-Melenchon-est-posee-au-PCF_a295.html?PHPSESSID=bd11f54707ddc9c9d814d85e8137a927


C'est tout pour aujourd'hui !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : Ajamais (anti-libéral) | 24/11/2006

Confirmation pour Bové. Voir le Monde.

Écrit par : Ajamais (anti-libéral) | 24/11/2006

Si moi y en a dire à toi que toi y en a me plonger dans une hilarité sans retenue, est-ce que toi y en a pas préferer (un petit peu) toi faire bien rigoler moi?
Au risque effroyable que toi y en a comprendre: "moi y en a un rigolo", qui pourrait s'entendre de différentes manières non pas d'où l'on parle, mais d'où on le reçoit.

Bourdieu mais c'est bien sûr! marmonna le commissaire Bourrel en réchaffant son Banania.

Écrit par : Fleuryval | 24/11/2006

réchauffant, mais je n'avais presque plus de gaz...

Écrit par : Fleuryval | 24/11/2006

si j'ai bien lu tout ce qui est ecrit ici , je peux en conclure que les gauchistes de salons et autres foutriquets bourgeois ne voteront pas pour segolene au premier tour, ils preferent attendre le second en esperant "ne plus avoir le choix" pour voter sarkozy ...leur reve secret !

Écrit par : simon jester | 24/11/2006

En fait, ça me fais penser à certains profs ( parfois!) qui prennent les élèves pour des illettrés ou des dégénérés ! Surtout, vous ne paraphrasez pas le texte sinon l'auteur va porter plainte et cela sera à la charge de vos parents !
Du coup, autant faire des périphrases, circonlocutions, comme ça le prof est obligé de relire la copie pour deviner le sous-entendu.
Dans le chant lexical du vocabulaire, je demande mon Larousse, euh non la brune.

Au niveau du dictionnaire de Ségolène,
alors A comme Autoritaire ou Abrutis (qu'elle nous prend !) et Z comme Zoom Royal ( vous souvenez-vous de la couv du Point cet été: elle était vraiment prise de trop trop près !!!!)
V comme Vocabulaire Ségolistique: plus je m'adresse aux français plus je choisi mes mots ( ba oui, au cas où certains auraient du mal à comprendre, entre Trouville et le Poitou-Charentes: je veux relever les empreintes ADN de Jacques à L'Elysée)

Écrit par : elodietoug | 24/11/2006

@ simon jester
;-)))) Ca va être l'occasion d'un grande photo de toi, peut-être une couv. de Paris Match, va savoir, quand tu vas voir arriver une bonne grosse paluche de "foutriquet bourgeois" avec élan sur ta joue. Tu nous dis juste le côté que tu préfères. C'est gentil, non? Des fois, on demande pas. Tu vois, y a des bons gars même ici ;-))))

Écrit par : Fleuryval | 24/11/2006

@ Céleste

Qu'est-ce qu'on disait ?...
Bové jette l'éponge en dénonçant la volonté du PCF d'une part, de la LCR de l'autre, de ne pas voir émerger de candidature unitaire.
La candidature-antilibérale-unitaire-kon-va-voir-s'kon-va-voir a décidément du plomb dans l'aile.
(...ce dont je ne me réjouis pas, mais je ne me suis jamais fait aucune illusion, moi, sur les apparatchiks du PCF et des organisations trotskystes : "Camarades !, plutôt 2% mais sans compromission !, que 15% ou 20% en mettant un peu d'eau dans la doctrine !"
Et pendant ce temps, les "couches populaires", n'est-ce pas, n'ont qu'à continuer à trinquer...).

@ IznoPreum's
;o)
Ma phrase sur "le borgne et on n'a pas encore tout vu" n'avait rien, c'est promis, de volontaire.
N'empêche qu'aux dernières nouvelles, et à 6 mois de l'élection, là où il y a 5 ans, il faisait genre 7 ou 8%, il fait 17% d'intentions de vote, le borgne.
On attend qu'il soit à combien pour éventuellement envisager de commencer à songer à peut-être voter pour une Gauche pas idéale mais... ? 51% ?

Écrit par : Clarence | 24/11/2006

Ba oui mr Vive le Feu !

Ségolène a les mêmes conseillers comm que ceux d'Auchan.
Même public post Conforama
"le pays où la vie est moins chere" dum dum dum

Écrit par : Dingo | 24/11/2006

Post-Scriptum : Pour bien mesurer combien certains, à la gauche de la gauche, débattent à longueur de journée(s) de points décidément cruciaux, précisons que José Bové accuse cet aprème la LCR de mettre en avant un "prétendu désaccord de fond" pour ne pas s'engager plus avant dans une démarche unitaire.
Le fait est.
Et le "prétendu désaccord" en question, si j'ai bien compris Besancenot que j'entendais l'autre jour, c'est qu'il faudrait que tout le monde chez les antilibéraux précise bien qu'il ne gouvernera pas avec le PS en cas d'élection du/de la candidat(e) d'icelui.
J'aime bien Besancenot, mais franchement, le problème n°1 est-il vraiment celui-ci ?
En tout cas, si on se retrouve avec un second tour Sarko-Le Pen, le problème de savoir si on gouverne avec le PS, en effet, ne se posera plus...
Et ce jour-là, si Besancenot me demande, comme il y a 5 ans, de défiler avec lui en gueulant "No Pasaran !", faudra pas compter sur moi !

Écrit par : Clarence | 24/11/2006

Alors qu'Habitat:
"Multipliez votre pouvoir d'achat par 1,5% (offre non cumulable avec une carte fidélité)"
trop strauss kahnien comme slogan

Écrit par : Dingo | 24/11/2006

@ MAQJ'A
Faut-i' que j't'aime!
J'arrive de chez Grabuge et qu'est ce que c'est que j'y vois-t-il?
Du Monsieur Petit Coq qui de sur ses ergots vient faire son "Je sais tout-Ségolène du Poitou"?
Toi y en avoir besoin de revenir au pré. Moi y en a pas content de te voir méprisant avec une des nôtres qui manie notre langue comme une grande escrimeuse. Surtout quand moi y avoir lu ta note du jour, moi y en a me demander si tu serais pas cousin avec la Pimprenelle.
Apporte ton savon et ton shampoing. J'i pas pu reconstituer le petit nécessaire.

Écrit par : Fleuryval | 24/11/2006

Les deux priorités sont:

-de maintenir le caractère unitaire des collectifs du 29 mai mis à mal par la bouderie de la LCR et les angoisses existentielles du PCF.


-de faire un score aprochant voire dépassant celui de Jean-Marie Le Pen en reconquérant l'électorat populaire qu'il s'est taillé à partir de l'abandon de ces catégories sociales tant par le PCF que le PS.


Pour l'heure seule Clémentine Autain me semble pouvoir rassembler sur les estrades des meetings tous les leaders du Non de Gauche.


Son manque de notorété médiatique peut être un atout.



Les éléphants n’ont pas fait le poids
Ségolène Royal : triomphe , rupture et recomposition.
vendredi 17 novembre 2006
http://www.abbaye-de-theleme.levillage.org/article.php3?id_article=85

Écrit par : Philinte | 24/11/2006

@ Clarence

"Ma phrase sur "le borgne et on n'a pas encore tout vu" n'avait rien, c'est promis, de volontaire."
C'est slâaa, oui. Et bien moi je dis que c'était absolument volontaire, fruit d'un complot médiatico-politico-étoutecettesortedechoso-(trouvez la fin).

Pour ce qui est des sondages : ça veut pas nécessairement dire non plus que Le Pen va faire 10% de plus que la dernière fois. Ce sont peut-être nos amis les sondeurs qui ont revu leurs méthodes. On "corrige" en rajoutant à la louche - à la main, plutôt - plus de points qu'auparavant.
Version optimiste.

D'un autre côté, j'sais pas pourquoi mais je le vois bien progresser encore l'an prochain.
L'effet Dieudonné peut-être. Pas que je pense que Dieudonné ait un effet d'entraînement fort en la matière. J'entends par là que Dieudonné n'est sans doute pas le seul à le trouver moins infréquentable qu'avant.
Version pessimiste.

Écrit par : IznoPreum's | 24/11/2006

Ouais, je suis bien d'accord avec jakadan: SF n'est rien qu'un suceur d'URL...
A chaque fois qu'on en met une dans un commentaire, on a droit à un CAPTCHA et on doit faire la queue.
Sans compter les fois où on insère des noms de collaborateurs notoires: ils sont automatiquement transformés en XXX. Et ça c'est trés fort, informatiquement parlant.
Cela dit, aujourd'hui est un grand jour : le génial The Corporation est désormais distribué gratuitement sur son site officiel (http://www.thecorporation.com/).

...et hop un petit coup de CAPTCHA.

Écrit par : leopold trepper | 24/11/2006

non ! pas Ikea, les gens ont peur du plombier polonais !

Écrit par : elodietoug | 24/11/2006

Eloditoug j'ai failli dire IKEA pour la gauche de la gauche
mais je crois que ça sera "Momo le moins cher" (2 boutiques boulevard Magenta)

Écrit par : Dingo | 24/11/2006

@ simon jester

tu sais ce qu'il dit au caniche à sa mémére du poitou, un des gauchistes de salon: qu'il t'emmerde grave ainsi qu'à tous les cocu-moralisateurs du vote dit utile. Ce n'est pas un idolâtre de l'icône de supérette,zélatrice de l'économie de marché à venir me dire pour qui je dois voter. Par contre tu peux être certain qu'en cas de duel Sarko-Ségo au second tour je serai dans mon salon gauchiste style But 1ére époque et certainement pas en train de perdre mon temps à choisir entre la peste ou le choléra !

Écrit par : Henri | 24/11/2006

Bon, c'est vrai que c'est un peu caché dans le site officiel.

Le vrai lien pour avoir The Corporation gratos est ici: http://torrentfreak.com/sundance-winner-the-corporation-released-for-free-on-bittorrent/.

Écrit par : leopold trepper | 24/11/2006

La réponse de Clémentine Autain à la non-candidature de José Bové

http://clementineautain.fr/?p=132#more-132


@ Sébastien : apparemment c'est quand on met une URL que le cryptage s'active (d'où sensation de "censure" par certain)
Sinon, débat très intéressant hier soir à propos du BN2BL.

Écrit par : Pescade | 24/11/2006

Me revoilà.
Pas encore tout lu.
Fleuryval, à mon avis, t'as pas dû bien tout lire non plus, sur le blog dont tu parles.
T'as dû lire qu'un billet.
Fallait aussi lire celui de la veille, où qu'on n'avait pas le droite de se moquer un peu d'la gentille Clémentine Autain, ces choses-là sont bonnes pour Pimprenelle, mais pas touche à la gentille Clémentine.
Sinon t'aurais tourné sept fois tes doigts avant d'écrire des trucs un peu limite.
T'aurais vu que les Je-sais-tout sont pas du tout là où tu le dis.
J'dis ça, j'dis rien, pour tout dire j'en ai pas grand chose à foutre: pour ce qui me concerne, la discussion est close.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 24/11/2006

pescade je pense qu'il s'agit d'un filtre anti spam ( les virus se propagent apr certains blogs) ça le fait un peu partout

Écrit par : martingrall | 24/11/2006

comment on peut remplacer une expression par une autre , complètement différente....
pouvoir d'achat, vie chère.....je dois être plus conne encore que le présuppose Mme Royal, parce que je ne vois aucune équivalence
la bonne mère parle à ses enfants , le peuple, avec un vocabulaire idoine
ça s'appelle de la condescendance

Royal c'est Ka en personne, Ka du livre de la jungle.

Écrit par : lesyeux | 24/11/2006

Elle nous fait du Michel Edouard Leclerc la Royal !

Et si je dis "programme libéral" au lieu de dire "programme de Royal" c'est plus clair pour les gens ?

Alex
www.levraidebat.com

Écrit par : Alex | 24/11/2006

vous ne croyez pas qu'il y a des choses un peu plus importantes ....
"vie chère" ou "pouvoir d'achat" que la Pimprenelle choisisse l'un ou l'autre le fond de sa pensée reste la même... et le coup des censures sur les URL...
On croit rêver
Sortez de votre bulle
Petit blog, petite communauté qui fait ses petits "private jokes"
Pendant ce temps, on a la grosse artillerie qui va nous tomber sur la gueule...

Continuons camarades !!!

Écrit par : gipe | 24/11/2006

C'est bien ce que je dis, n'allez plus visionner les videos clandés de la vieille Pimprenelle, ni les officielles de la jeune mandarine, camarades!

Et surtout, arrêtez de lire des blogs antisémites rouges-bruns

Regardez The Corporation et faites tourner...

Écrit par : leopold trepper | 24/11/2006

gipe, c'est Segolene la candidate, c'est à elle qu'il faut rappeller qu'il y a des choses plus importantes que de chercher des expressions qui ne veulent rien dire pour manipuler l'electorat.

Écrit par : kotédiwa | 24/11/2006

@ kotédiwa
Laisse, laisse...
Généralement ils/elles passent, ils/elles se soulagent, et après ils/elles réalisent que personne les oblige à rester - ni même, c'est ce qui est merveilleux, à venir...

Sinon, je regarde un peu les réactions après l'histoire du supporteur abattu par un flic, je lis de bien belles choses des un(e)s et des autres sur le racisme footaballistique, mais, je rêve, ou Georges Frêche n'a toujours pas été viré du PS?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 24/11/2006

bon je saute ce n'est pas bien. C'est non seulement méprisant mais idiot parce que les braves gens qu'elle veut toucher, ceux qui ont un vocabulaire limité, ils ont le vocabulaire qu'ils entendent à la télévision, et ce serait plutôt pouvoir d'achat que vie chère. C'est pour ça que j'ai souvent du mal à les comprendre

Écrit par : brigetoun ou brigitte celerier | 24/11/2006

"les angoisses existentielles du PCF"

C'est ça mon neveu ! MGB prépare sa reddition ; un point c'est tout. La LCR a parfaitement raison sur le fond. A telle enseigne que le PCF ne s’est jamais prononcé clairement sur ses intentions par rapport au PS. Cependant la LCR va perdre aussi des plumes dans ce petit jeu. En refusant de participer en tant que telle aux Collectifs, elle a laissé le PCF manœuvrer. J’ai enfin des doutes sur l’effet du retrait du jeu de Bové. Il attend un sursaut, dit-il. S’il croit que le PC va reculer et que la LCR va réviser sa position. Il se trompe. On verra bien.

Écrit par : Ajamais (anti-libéral déçu) | 24/11/2006

@SF
J'ai senti a comme un soupçon de lassitude dans ton dernier commentaire.

Alors j'en profite pour te dire que j'aime beaucoup tes notes, ce qui fait qu'en général, ce n'est pas elles que je commente dans mes commentaires... puisqu'il n'y a rien à ajouter.

Écrit par : leopold trepper | 24/11/2006

Tout d'abord bravo pour votre blog et la voix que vous faite entendre. Je vous ai découvert en lisant le BBB de Schneidermann (a ce sujet je dirai que j'ai pu y publier une contribution pas franchement approbatrice de l'homme ni de son projet, que ce soit dit).

Je suis d'accord sur la plupart de ce que je lis. Mais je ne crois pas que nous pourrons lire dans Libé des critiques style Acrimed. Mais des pages "Arret sur mots" (genre ASI ya 10 ans) serait terrible.

D'apres le post du jour, et votre doutes (c'est une litote) concernant Segolene Royal (j'ai voté aux primaires PS, contre elle, meme si maintenant il faut faire avec pour battre Sarkozy), je voudrais poser une question sur Libé :

Comment avez-vous (collectivement) pu traiter de cette facon de la campagne et de la Déesse (pas D.S.) Royale. Cela ressemblait tellement au Oui à la Constitution... Au moins, on peut esperer que vous ne ferez pas campagne pour Sarkozy. Mais pouvez-vous m'expliquer comment une rédaction "tombe sous le charme mystique" d'un candidat à ce point, ou bien "tombe sous la coupe éditoriale et idéologique" d'un ou de quelques chefs de rédaction / actionnaires / pontes du journal ? Et personnellement, quelle a été votre impression et votre eventuelle réaction à cette béatitude propagandiste ?

Écrit par : Virgile | 24/11/2006

@ leopold
Lassitude, peut-être pas, mais un petit coup de fatigue de loin en loin...
;-)

@ Virgile
Heu... Je ne travaille pas du tout à "Libé", moi, hein?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 24/11/2006

Ah... Ok, j'avais cru. T'es qui alors ? (excuse la question directe, mais c'est le meilleur moyen de la poser) Journaliste, simple citoyen ?

Écrit par : Virgile | 24/11/2006

"Journaliste, simple citoyen ?"
ça, pour vraiment savoir, il faut faire le test du cake...

Écrit par : leopold trepper | 24/11/2006

Le test du cake!
Enorme!
:-D

@Virgile
Journaliste, ma non troppo...
(Et jusqu'à plus ample informé, les journaleux sont, aussi, de simples citoyens, même s'ils sont quelque peu nombreux à trop l'oublier...)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 24/11/2006

Nouveau billet.
(Vive Le Feu!, édition du soir.)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 24/11/2006

@Clarence
Lorsque Besancenot réclame comme point d'accord de "ne pas gouverner avec le PS", il ne le fait pas a priori et par principe mais parce que, pour lui, "gouverner avec le PS" est synonyme de "trahir ses propres engagements". De fait le passage de "la gauche plurielle" aux responsabilité lui a donné raison, avec les conséquences auxquelles ces trahisons ont abouti. On peut donc estimer que c'est bien une question centrale.

Il est vrai qu'elle ne se pose pas si le PS ne passe pas le premier tour. Mais ça signifie que cette question repose en fait sur un choix de logique politique: soit on se place dans une logique de "vote utile" pour faire passer le PS au second tour, en estimant que voter c'est avant tout voter contre (la droite) (et donc pour le PS, quelque que soit ce que propose, a fait et fera le PS), soit on estime que rentrer dans cette logique abouti à cautionner toutes les trahisons et les reniements du PS, et on accepte les conséquences de la logique dans laquelle on se place en acceptant que ne pas voter pour le PS puisse aboutir à faire passer la droite.

Écrit par : Mathieu | 24/11/2006

Quand Mathieu parler, Mathieu bien parler.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 24/11/2006

bon clarence
j ai enquété aupres de mon épicier en bas de chez moi avec qui on refait le match du stade malherbe de caen - les clémentines il les fait à 2.95 euros le kilo pas à 6 euros le kilo* - et encore il a pitié des dames qui veulent avoir des étrennes à donner à leurs enfants et petits-enfants peu reconnaissants!
ben il a vendu son épicerie et il a fait un pot de départ - nous étions deux lui et moi! il m'a offert son respect et c'est bon ça!
* à paris c'est plus cher mais vous etes valorisé au niveau salaire mais cela part en qualité de vie, de deplacement, de proximité... et de temps!

je lis vos discussions sur les la gauche de la gauche - je n'y comprends rien - vous etes de la gauche de la gauche ou pas! bon c'est vrai je n'aime pas les beruriers noirs mais j'apprécie ceux et celles qui en parlent avec qualité...

je rappelle : je vote mais jamais pour segolene royal - on dirait une salariée de structure de l'économie solidaire qui vous dit en souriant "je crois que cela n'est pas possible pour le moment..mais vous en pensez quoi?"




allez lire sur le blog de quatremer sur libé.fr sur les dernieres news de la pologne!

Écrit par : olive | 24/11/2006

@ tou(te)s

J'aimerais savoir par quel biais vous avez eu connaissance de cette lettre de José Bové et les date et heure.

Merci d'avance.

Pour ne pas encombrer ici vous pouvez m'écrire : mfgtour2@yahoo.fr

Écrit par : Marie-France G-TOURRE | 24/11/2006

@ Marie-France
Mais de quoi parles-tu???

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 24/11/2006

...Il me semble donc que c'est une question de balance et de sensibilité aux poids de la balance. D'un côté le poids de la politique de la droite, de l'autre le poids des trahisons de la gauche. Royal profite, et profitera, me semble-t-il, de deux choses qui pèseront en sa faveur:

D'abord elle ne me semble pas trop, voire pas du tout, associée au poids des trahisons du PS. En un sens, Jospin a bien, comme il dit "pris tout le poids de la défaite sur lui-même", autrement dit a déchargé le futur candidat à la présidentielle, en l'occurence Royal, de ce poids.

Ensuite que l'élection de 2007 aura lieu après des années de politique de droite.

Deux choses qui tendent de plus à me faire croire que Royal l'emportera.

Écrit par : Mathieu | 24/11/2006

Ma parole mais c'est que je vais finir par me demander si tu lis les commentaires : voir plus, haut ceuxde Ajamais (antiliberal)

(et s'il y avait l'heure ici ce serait quand même plus pratique grrrrrrrrrrrrrrr)

Écrit par : Marie-France G-TOURRE | 24/11/2006

Perso, j'espere qu'elle va gagner, disons plutot que Sarko va perdre, car il fait vraiment peur ! Ce qu'on peut esperer, c'est un vrai débat droite / gauche, pardon, droite dur / centre droit, meme si ya pas grand chose a esperer cette année encore. Quant a Segolene, le meilleur a esperer a mon avis c'est qu'elle entende les arguments de Fabius, l'election se gagnera pas au centre-droit mais à gauche, en ecoutant et surtout en agissant pour les défavorisés / classes moyennes basses / exclus, pas juste pour les "bobos" nouvel obs. Et on ne peut que regretter l'impossibilité d'une candidature unitaire anti-libérale, mais c'est à la fois une question de survie parlementaire et politique pour le PC et de divergences de fond. 2017, il se passera quelque chose, la gauche aura reconstruit sur ses cendres un veritable programme de gouvernement. D'ici là, pas d'espoir, sinon de limiter la casse...

Écrit par : Virgile | 24/11/2006

@sébastien

Je ne savais pas que tu connaissais Hari Seldon et Golan Trevize.
Pas mal ton papier dans R.S. pour donner envie de lire (et relire) cette extraordinaire aventure.
We wont get fooled again.

Écrit par : Hervé | 24/11/2006

Moi pas compris. Sais pas c' qu'elle veut dire sait pas d'ou elle veint. Parle une langue bizarre. Dirait eine megere comme tant na pas peu vu depuis l'temps. Sais meme pas parle le francais c te babache. E y parle comme si y n avais donne eine torgnolle dans c giffe. Que boubourse alors ! que solente alors

Écrit par : ango | 24/11/2006

@ Mathieu et Sébastien F.

"Quand Mathieu parler, Mathieu bien parler".

Hugh !
Suis d'accord.
Mais reste un problème...
Si la LCR et Besancenot n'entendent en rien "se compromettre" avec les socio-traîtres honnis, dont on sait bien ce qu'il font une fois portés au pouvoir par les masses trahies (i.e. se vautrer dans le caviar avec les 200 familles tout en séquestrant -pour assouvir leurs instincts sexuels dépravés- des tractoristes méritantes du kolkhose Léon Davidovitch ravies par la police secrète à l'affection de leurs camarades eux aussi méritants), pourquoi donc LCR et Besancenot, disais-je, vont-ils répétant qu'au second tour, ils n'ont jamais confondu droite et gauche et qu'ils sauront, en temps utile (comme le vote du même nom) indiquer aux Tttravailleurs ce que doit être leur vote ?

Parce que ça revient à dire, en fait : "J'appellerai à voter pour toi au second tour, certes après avoir fait en sorte que tu n'y sois pas, mais surtout en m'étant démerdé pour ne pouvoir peser en rien sur la politique que tu mèneras si finalement tu y arrives, vu qu'il n'est pas question de discuter avant !"
Finalement, Arlette est presque plus cohérente, qui ne discute de rien avant, et n'appelle à rien ensuite (Parfaitement inutile, mais cohérent).
Plus cohérent aussi, Bové, qui si j'ai bien tout compris entre les lignes à ce qu'il racontait cette aprème sur France-Info, va finir par rallier S-Royal, et a en tout cas juré que si les choses restaient en l'état, il ne voterait ni pour le PCF, ni pour la LCR.

@ Olive
Les clem's à 2,95 le kilo, ça pue en effet la fraternité footballistique à plein nez !
Et les lois du Marché, alors ?!...
(Vais voir demain avec mon primeur s'il serait par hasard supporter du CA Brive-Corrèze (lequel est pour l'heure à peu près dans le même état que la candidature antilibérale unitaire, hélas !...)

Écrit par : Clarence | 24/11/2006

Virgile le problème est que Ségolène Royal est tellement occupée à dire qu'elle va écouter le peuple qu'elle n'écoute personne

Écrit par : brigetoun | 25/11/2006

Ci-dessous la lettre de Bové (puisqu'il m'est demandé de quoi je parle) :


Montredon, le 23 novembre 2006



Chers ami(e)s, cher(e)s camarades,


Il y a six mois, j’ai fait savoir que j’étais disponible pour incarner, sur le bulletin de vote de l’élection présidentielle, notre rassemblement unitaire de la gauche anti-libérale.

J’ai immédiatement précisé que, pour créer les conditions d’une dynamique populaire et électorale autour d’une stratégie et d’un programme communs, il convenait de mener une campagne collective rassemblant, sur une même tribune, toutes les forces qui avaient contribué au succès du « non de gauche », le 29 mai 2005, de la Lcr aux socialistes anti-libéraux. Et j’ai ajouté aussitôt que ma démarche n’était pas personnelle mais que, pour garantir l’unité la plus large possible, il ne pouvait être question de se ranger derrière le porte-parole de telle ou telle composante de notre rassemblement. Comme d’autres, en tant que syndicaliste et acteur du mouvement social anti-libéral, je pense pouvoir servir d’accélérateur à une dynamique de rassemblement qui a un objectif plus ambitieux que de faire un simple score de témoignage.

Six mois plus tard, force est de constater que les forces de la division l’ont provisoirement emporté sur les forces de l’unité.

Le Parti communiste veut imposer Marie-George Buffet comme candidate et ne lésine pas sur les moyens pour parvenir à ses fins. Il a multiplié la création de collectifs qui ne représentent, localement, que la sensibilité communiste. Il mène campagne de manière autonome, en parallèle de quelques grands meetings unitaires. Il se livre à des pratiques d’un autre âge en refusant, par exemple, de valider le procès-verbal d’une réunion de notre collectif national au cours de laquelle l’écrasante majorité des participants a fait savoir que Marie-George Buffet ne pouvait pas incarner, sur le bulletin de vote, la richesse de notre rassemblement.

La Lcr, de son côté, vient de confirmer son engagement dans une campagne autonome avec Olivier Besancenot comme candidat. Elle multiplie les arguments pour justifier un prétendu désaccord de fond sur notre orientation commune. Elle pratique l’unité à la carte, un pied dedans, un pied dehors, sans rechercher les voies et les moyens d’une campagne réellement unitaire. Elle préfère se mesurer électoralement au Parti communiste plutôt que de répondre, de manière collective, à l’espérance née de notre succès commun victorieux dans le combat contre le projet libéral de Constitution européenne.

Le Parti communiste et la Lcr ont pris la responsabilité de casser la dynamique unitaire et, par voie de conséquence, de renoncer à répondre aux attentes des couches populaires les plus frappées par les dégâts de la mondialisation libérale.

Je le regrette profondément. Acteur du mouvement social et du combat altermondialiste depuis de longues années, je considère qu’il est temps de traduire nos mobilisations dans l’espace politique et électoral. Notre responsabilité fondamentale reste en effet de ramener dans la camp de la gauche les millions d’électeurs et d’électrices qui, déboussolés par vingt-cinq ans d’alternance sans changement fondamental de leurs conditions d’existence, ont progressivement choisi de déserté les urnes ou de disperser leurs voix jusqu’à l’extrême droite. Le 21 avril 2002, la gauche a perdu parce qu’elle n’avait pas su répondre aux attentes des citoyens et citoyennes les plus touchés par la précarisation sociale généralisée.

Toutes celles et ceux qui souffrent socialement n’attendent pourtant qu’une seule chose : une perspective crédible de changement qui ne se résume pas à quelques aménagements du système économique. Sans remise en cause radicale des logiques économiques libérales qui, des décisions de l’Omc jusque dans la vie quotidienne, conduisent à la marchandisation des services publics, au dumping social, à la croissance vertigineuse des inégalités, il n’y a d’autre issue que le renoncement à changer vraiment la vie. Entre la simple alternance et la véritable alternative anti-libérale, il existe un fossé qui nous sépare d’une gauche plus encline à gérer le pouvoir qu’à engager la transformation sociale.

Pour donner sens à ce combat pour une alternative anti-libérale, il nous faut impérativement créer les conditions d’une dynamique populaire et électorale. C’est mal parti.

Les difficultés pour rassembler des courants, des sensibilités, des personnalités engagés dans notre combat commun sont compréhensibles. L’unité est un combat. Mais force est de constater que le processus engagé débouche aujourd’hui sur une impasse. La multiplication des candidatures aboutit à brouiller plutôt qu’à clarifier notre perspective, prêtant le flanc à des critiques ironiques de la part de celles et de ceux qui ont parié depuis longtemps sur notre échec. En s’enfermant dans la méthode dite du « double consensus », le collectif national a pris le risque de donner une image plus groupusculaire que populaire de notre rassemblement. Il a beaucoup trop tardé à dire ouvertement que la candidature de Marie-George Buffet était incompatible avec une logique unitaire.

J’ai proposé, sans succès, que nous mobilisions toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans notre démarche pour choisir le candidat ou la candidate la mieux à même de porter notre message dans le cadre d’une campagne collective. Il ne s’agissait nullement de désigner des vainqueurs ou des vaincus mais de faire participer activement les citoyens et les citoyennes à la dynamique unitaire. C’était, aussi, une manière de construire un rapport de forces populaire. La résistance à cette proposition – qui prend pourtant d’autant plus de sens après que le Parti socialiste a su désigner, à sa manière, sa propre candidate – témoigne d’une incompréhension des attentes citoyennes en matière de participation active aux choix politiques.


Cher(e)s ami(e)s, cher(e)s camarades,

Pour l’heure, et sous réserve d’événements qui changeraient profondément la situation actuelle, j’ai donc décidé de retirer ma proposition d’incarner notre rassemblement sur le bulletin de vote de l’élection présidentielle.

Je n’entends pas, en effet, continuer de servir d’alibi unitaire à d’autres desseins, partidaires ou personnels. Je n’entends pas non plus semer des illusions auprès des amis et des camarades qui viennent, toujours très nombreux, soutenir la démarche de rassemblement dans les meetings. Je n’entends pas m’engager pour autre chose qu’une démarche unitaire et populaire visant à modifier durablement, à l’occasion de l’élection présidentielle, la donne électorale à gauche.

Je poursuivrai naturellement le combat avec vous toutes et tous, sur les bases stratégiques et programmatiques qui sont les nôtres. La création des collectifs unitaires est le signe d’une volonté de construire une espace politique nouveau, après la victoire des collectifs du « non », il y a dix-huit mois. Nous trouverons ensemble, j’en suis sûr, les voies les plus adéquates pour participer activement aux prochaines échéances électorales législatives, municipales et cantonales, à l’occasion desquelles nous espérons bien porter haut et fort le message de la gauche anti-libérale.

Fraternellement,


José

Écrit par : Marie-France G-TOURRE | 25/11/2006

@ Marie-France
Ben c'est bien ce que je disais: Ajamais n'a jamais parlé de cette lettre?
Il a parlé de Bové, mais pas de la lettre - non?
(Enfin c'est pas hyper-important non plus, remarque ;-))
Elle est bien, cette lettre, d'ailleurs.

@ Hervé
Moi je savais pas que le nouveau RS était sorti!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 25/11/2006

Ca fait deux fois ce soir que je balance un nouveau billet, et tout le monde fait semblant de ne pas s'en apercevoir, j'ai l'impression d'être dans un épisode inédit de Twilight Zone.
J'en ai déjà retiré un, si vous voulez que je retire l'autre vous le dites, hein?
Pas de problème!
(C'était notre minute paranoïaque de la semaine. Mwârf.)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 25/11/2006

@ Sebastien
Ben si : il renvoie au Monde, qui lui-même donne la lettre...
(moi je trouve ça important, plus en tout cas que SR dont je me fous royalement))
Et je ne la trouve pas bien, cette lettre.

Écrit par : Marie-France G-TOURRE | 25/11/2006

@brigetoun

C'est evident que SR n'ecoute personne. C'est triste mais maintenant on s'en fout de ce qu'elle va dire, c'est de la campagne electorale. Mais simplement entre SR et Chirac ou Mam, ce serait vraiment du pareil au meme, entre SR et Sarko, ca me semble du pareil au pire. Entre la mononucléose et la peste, je choisis la premiere. Apres c'est question d'idéal, de compromission et de perception. Mais comme le PC et la LCR ne peuvent pas être d'accord, pour des raisons structurelles, c'est un choix a faire ou pas. Apres 2002, moi j'ai choisi. Pour les espoirs (de gouvernement) de gauche, il faudra attendre 2017, a ce moment la gauche antiliberale/altermondialiste/XXX-iste (d'ici la un nouveau concept aura peut-etre apparu) sera structurée et opérationnelle... Faut bien garder espoir...

Écrit par : Virgile | 25/11/2006

@ Clarence
Non : JB n'a pas dit qu'il allait se rallyer à SR. Il appelle au retrait de candidature de MGB (il accepte aussi de retirer la sienne) et au rallyement de la direction de la LCR pour rassembler le plus largement possible. Il appelle aussi à des votes à bulletins secrets partout en France pour trancher cette fumeuse histoire du nom. Sinon effectivement il ne votera ni MGB ni OB.

On peut l'écouter ici http://www.radiofrance.fr/chaines/france-info/chroniques/invite/

Écrit par : Marie-France G-TOURRE | 25/11/2006

Vie chère / pouvoir d'achat

Oui, pas anodin ni innocent non plus
Augmenter le pouvoir d'achat s'entend d'abord comme augmenter les salaires

Combattre la vie chère (outre que ça a été le slogan d'une chaîne de supermarchés) évoque la lutte contre la hausse des prix et donc tend plutôt à légitimer les politiques monétaristes connues pour ne pas franchement profiter aux salariés.

D'ailleurs Ségolène Royal avait invoqué le risque de hausse des prix contre la proposition d'augmentation du SMIC de 100 euros de Laurent Fabius.

Le diable est dans les détails…

Écrit par : benoit | 25/11/2006

@Clarence
On peut ne pas se satisfaire de la politique mise en place et proposée par le PS (et donc estimer qu'on ne peut pas s'y rallier et défendre ses propres options politiques au premier tour) tout en ne faisant pas du PS l'égal de la politique de droite (et donc estimer que ce différend vis-à-vis du PS ne peut pas aller jusqu'à l'assimiler et le confondre avec la droite). Je ne vois pas d'incohérence entre les deux. En fait j'y vois plutôt de la mesure et de la nuance. C'est faire la part des choses, plus ou moins, et en conséquence placer le curseur plus ou moins. C'est vraiment une question de balance, on n'est pas obligé de la faire pencher radicalement d'un côté, de pousser sa logique qu'au bout pour la faire pencher. Ce qu'il y a, c'est simplement qu'à un moment donné, il faut trancher et donc "sacrifier" des considérations à d'autres, en faire prévaloir certaines sur d'autres, et c'est là où se révèle que si toutes étaient vraies, on ne leur accordait pas le même poids.

Au fond la question est de savoir si on vote au premier tour en se plaçant dans la même logique que celle du second tour ou pas. C'est ça en fait un des problèmes de fond de la manière dont la présidentielle est organisée. On ne vote pas de la même façon lorsqu'on a un choix entre une dizaine de candidat ou lorsqu'on n'a le choix qu'entre deux candidats. Lorsque les choix se restreignent, le choix devient nécessaire tranché, moins nuancé, et à la limite, on ne vote plus pour quelqu'un mais contre celui des deux candidats présents au second tour dont on ne veut pas qu'il soit élu. Le problème de l'organisation du scrutin majoritaire à deux tours, c'est que la logique du premier tour va à l'encontre de celle du second, surtout lorsqu'on est dans un système où il n'y a pas de (véritables) primaires avant le premier tour. Enfin, du moins il y a une tension entre les deux lorsque le candidat du PS n'arrive pas à rassembler suffisamment dès le premier tour.

Je n'ai pas l'impression que Besancenot soit opposé à toute discussion avec le PS, ni même à tout compromis avec le PS. (quand je dis "je n'ai pas l'impression", je veux dire en l'occurence que je l'ai entendu dire publiquement et explicitement ça"). Il me semble que c'est plutôt le PS qui refuse de trouver des points d'accord, notamment parce qu'il est en position de le faire et d'imposer ses conditions beaucoup plus que ne le sont la LCR ou le PC.

Écrit par : Mathieu | 25/11/2006

Pour préciser en quoi il y a une tension entre la logique interne au premier tour et celle interne au second: le premier tour divise et éparpille. Or il faut parvenir à un minimum de rassemblement pour être au second, et une fois au second, c'est une logique de rassemblement (même si une partie de ce rassemblement se fait à contre-coeur ou par opposition) qui joue. La dispersion propre au premier tour, et le risque que cette dispersion constitue tient à mes yeux moins à la pluralité des candidats qu'à la logique même d'une élection majoritaire à deux tours. C'est cette logique qui suscite la pluralité des candidats et la dispersion des voix.

Le prix à payer pour que le système n'entraîne pas un délitement est que des partis soient suffisamment rassembleur pour contrebalancer la tendance à la dispersion propre au premier tour. Le problème est que les "grands partis" ne le sont justement plus assez, d'où le délitement général aux élections, et au pouvoir, faute d'une base suffisamment forte et large sur laquelle le pouvoir pourrait s'appuyer et tirer une véritable légitimité.

Écrit par : Mathieu | 25/11/2006

Moi sortir mon lexique quand ségo cause; à l'item "politicon", moi vu que pour elle communiquer, c'est rien que niquer !

Écrit par : alain02 | 25/11/2006

quand je parle, moi je dis pas "tiens mon pouvoir d'achat a diminué", mais bien "tiens les clopes ont augmenté, ça commence à faire chère". J'ai le droit grand gourou du vocable ou je suis un vilain populiste quand je dis ça??

Écrit par : jer | 26/11/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu