Avertir le modérateur

10/12/2006

Crève, Salope

medium_another-pinochet.jpg

C'est fait.

Commentaires

Ouf!!

Au début l'image ne s'est pas affichée. Je n'ai vu que le titre.
Et j'ai donc cru que vous vous en preniez encore à la pauvre Ségolène.

Je me suis dis "Là il va trop loin!"

Après l'image est apparue.

Ouf!

Écrit par : Jérémy | 10/12/2006

Champagne !!!

Écrit par : Clarence | 10/12/2006

C'est bien dit.

Écrit par : Louise | 10/12/2006

En d'autres termes Viva la Muerte?
Finalement l'histoire politqiue de Pinochet aura ressemblé à ce qu'elle était. Une grosse production américaine. Sauf qu'à la fin c'est le méchant qui gagne.
Puisque l'hôte de ces lieux a la plume courtaude, petit commentaire de presse que j'ai omis de poster.

Parisien du matin… chagrin ?

Je ne crois pas que Sébastien ait lu Le Parisien samedi. On nous y apprenait en vrac pleins de petites choses à même de piquer son humeur. Commençons juste par la page 15 et remontons en sens inverse comme il était souvent d’usage de faire à la lecture de Libé. Un rapport présidé par Mario Stasi dresse le constat révolutionnaire qu’ « Il ne fait pas bon être malade en prison ». Ce qui est somme toute dans l’ordre des choses tant il fait rarement bon être malade, et encore moins –beaucoup moins- être en prison. Trêve d’ironie déplacée. Page 14 en vis-à-vis il est écrit en titre de que de la prison avec sursis a été requise contre l’accusatrice de Johnny. Vous savez le chanteur ami de Sarkozy et Balladur. « La justice m’a tuée » commente la belle Marie-Christine. Compatissant pour Melle Vo ou ravi pour M. Smet (au choix), on tourne la page pour débarquer en page 13 (normal).
Où il est révélé que dans la disparition de Taoufik, dont ce blog nous faisait part récemment, « Un témoin conforte la thèse des policiers ». Il indique avoir vu le disparu (qui le reste) entre puis sortir de la voiture des policiers. En un seul morceau semble-t-il et pas spécialement cabossé. Mince. Il n’y aurait donc pas plus de bavure à Nantes que d’union dans le camp de la gauche antilibérale? Tant mieux pour Taoufik. Et pour Sarko zossi. En y regardant de plus près un esprit suspicieux retiendrait certes que le dit témoin n’est autre que la victime du vol de portefeuille dont à propos duquel Taoufik avait été interpellé. Il relèvera avec intérêt que les deux policiers évaluent très précisément la consommation du disparu de Nantes à « au moins une quinzaine de ou une vingtaine de Ricard et autant de bières et de whisky ». Mazette ! C’est un Nantais de Pologne, Taoufik. Ou au moins, un peu plus près, des ex Côtes-du-Nord. Au fait, comment les policiers ont-ils pu si rapidement arriver à une évaluation alcoolémique si détaillée ? Par éthylotest ? Par aveux circonstanciés ? Ou par expérience personnelle ?
Sans être fixé sur ce point, ni sur le sort de Taoufik, on remonte le fil du canard. Jusqu’à la page 9 titrée « Les patrons, ces mal aimés… ». Déjà je le sais, s’embrument les yeux des habitués de Vive le feu. C’est que, explique le sous titre, « Absence d’esprit d’équipe, manque de communication… Selon une étude internationale à paraître prochainement, les patrons français sont parmi les plus critiqués par leurs salariés . Un constat qui explique en partie les blocages de notre économie ». Si le titre résonnait comme du Financial Times le sous titre a des relents de Politis. Le reste de l’analyse navigue d’ailleurs entre les deux.
Mais c’est en page 4 qu’arrive la perle du jour. Au passage en 5 un articulet aura prévenu que la gauche anti-libérale se préparait une épreuve de force, loin, si loin, des hiers qui chantaient sur le grand air du Non. En page 4 donc, il est expliqué que le petit Nicolas « s’oxygène avant les débats ». Ce dont ici, oserai-je parier, tout le monde se fout. Parce que le gros, le lourd, c’est en bas à gauche. On y présente et interviewe Loïk Le Meur, entrepreneur de 34 ans. Et bien le tenant du titre mondial toutes catégories unifiées de « premier blogueur de France », ce serait lui. Pas Sébastien. Le blog de ce garçon diplômé d’HEC et polémiste sur Canal + recevrait 200 000 visites par mois. Vive Le Feu combien de divisions ? Or Misteur Le Meur est proche de Nicolas Sarkozy. Si ! Lequel l’a logiquement choisi pour animer son premier podcast en décembre 2005. A inscrire en lettres rouges –of course- sur vos tablettes.
Aussi je tiens pour conclure –il est temps- à dénoncer ici une injustice majeure. Exigeons le jugement de Dieu, pardon, du Net ! Une vraie compétition genre tournoi à la Walter Scott ou Coupe des clubs champions ancienne mouture. Où les blogueurs s’affronteraient en temps réel à coups de formules assassines et de vannes en or massif. Avec mort subite à l’arrivée. Et rendez vous pour la finale.
Le Meur-Fontenelle ?

Écrit par : Actu75 | 10/12/2006

Et en plus je crache par terre.

Écrit par : GPMarcel | 10/12/2006

Parfait, comme d'hab.

Écrit par : Stef | 10/12/2006

ouais,
en attendant il ne sera jamais vraiment jugé ni confronté à ses victimes ...
et puis c'est bien doux de finir comme ça comparé à ce qu'il a fait subir.

Écrit par : marcel boudin | 10/12/2006

Sobre, mais très explicite.

Écrit par : Henri | 10/12/2006

mort dans on lit, entouré de sa famille, probablement, quelle injustice!

bon, mort quand même: -1

Écrit par : céleste | 10/12/2006

Une pensée pour ce pauvre monsieur Kissinger.
Qui vient de perdre (encore) un ami.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 10/12/2006

et Tatcher aussi, elle l'aimait bien

Écrit par : céleste | 10/12/2006

C'est pas la mort de l'infâme en photo, mais c'est intéressant ce truc du début à la fin!

http://topinambours.over-blog.com//article-4844322.html

Écrit par : henri | 10/12/2006

JOUISSIF !!!

Écrit par : Bruno Lamothe | 10/12/2006

JOUISSIF !!!

Écrit par : Bruno Lamothe | 10/12/2006

JOUISSIF !!!

Écrit par : Bruno Lamothe | 10/12/2006

Paix à son âme...





Quoi ? On peut plus déconner ?

Écrit par : Farceur | 10/12/2006

C'était, il est vrai, un grand allié des américains...

La droite chilienne et l'armée veulent des obseques nationales. Le gouvernement prvfererait de "simples" honneurs militaires dus au rang du Général Pinochet... L'extreme gauche voudrait des obseques privées.

Et moi je voudrait bien que ce mec n'ait pas d'obseques. Comme les victimes enlevées et jamais retrouvées, au sujet desquelles il avait dit un jour "je ne suis pas responsable de chaque vacancier qui se perd, quand meme"...

Écrit par : Bruno Lamothe | 10/12/2006

"Augusto Pinochet se plaint des attaques dont il est la cible...--Mais il a raison. J'ai remarqué que, d'une façon générale, les gens étaient facilement taquins à l'égard des grands criminels " (Jean Yanne)

Écrit par : Bruno Lamothe | 10/12/2006

malheureusement, ça ne sera même pas un jour de deuil pour les familles des disparus et certains complices sont toujours bien vivants et bien portants

trop tôt pour tirer un trait

Écrit par : tao | 10/12/2006

Amusant : j'ai failli écrire un billet aussi court que le tien, dans un style différent. Je penchais pour "au revoir, Augusto" ;-)

Écrit par : Olivier Bonnet | 10/12/2006

@ Olivier
Ben voilà: c'est ce que je voulais dire.
Au revoir, Augusto.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 10/12/2006

Autrement dit pour citer le franquiste general avec lequel l'Auguste pote de Kissinger (toujours vivant aux derières nouvelles) grille depuis ce jour en enfer: Viva la Muerte?
Quand même, aujourd'hui l'ex dictateur est crevé mais le méchant a gagné.

Écrit par : Actu75 | 10/12/2006

@ Olivier et Seb : Pourquoi, vous comptez le revoir, le sieur Pinochet ?

Écrit par : Bruno Lamothe | 10/12/2006

Sinon, je trouve que vous manquez de respect envers les salopes, qui ne mérite pas d'être comparées au sanguinaire chilien !

Écrit par : Boule | 10/12/2006

@ Nono Lamothe : Réincarné en cafard, qui sait ?

Écrit par : Olivier Bonnet | 10/12/2006

@ Olivier : Jamais tu pourrais etre a son niveau ! Meme en votant Sarkozy, ou Le Pen, ou un truc comme ca ! Rivaliser avec 20 ans de dictature sanguinaire, il faut pas trop y compter...

Écrit par : Bruno Lamothe | 10/12/2006

Bravo pour ce billet aussi court pour un connard qui a emmerdé son peuple si longtemps.

Contrairement à Olivier j'ai préféré ne pas publier du tout de billet pour ne pas garder sa trace dans mon blog.

J'aurais eu trop peur de le savoir planqué dans les méandre de mon blog...

Je préfère reserver mes billets pour les vivants:

Viva Chavez, Viva Corréa et Viva El Bayrou !

Écrit par : Farid TAHA | 10/12/2006

Je suis pourtant assez content de mon billet à propos de Pinochet : j'adore dénoncer. Je me serais bien plu pendant l'Occupation, je pense ;-)
C'est là : http://olivierbonnet.canalblog.com/archives/2006/08/19/2493915.html

Écrit par : Olivier Bonnet | 10/12/2006

Cherchez l'intrus!
;-D

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 10/12/2006

Je recommande le lien donné par Henri.

Écrit par : Anne | 10/12/2006

@ Seb : Chavez ? (ben ouais, quoi, FOG dit que c'est un dictateur, et comme j'adooooooore FOG...)

Écrit par : Bruno Lamothe | 10/12/2006

"Communiqué de presse - 10 décembre 2006 :

Pinochet disparaît mais la dette chilienne demeure

A l'heure où Augusto Pinochet disparaît, le CADTM regrette que ce
dictateur responsable de crimes contre l'humanité et de corruption n'ait
jamais été contraint de rendre des comptes pour les assassinats commis
sous la dictature qu'il a instaurée. L'impunité dont il a bénéficié
jusqu'à sa mort, tout comme celle dont profite aujourd'hui encore le
dictateur indonésien Suharto, révèle de graves dysfonctionnements dans
la façon dont le droit international est rendu.

Le CADTM tient à rappeler que le régime de Pinochet n'a pu se mettre en
place en 1973 et durer pendant 17 longues années de souffrances pour le
peuple chilien sans un soutien international scandaleux. Dans ce cadre,
la Banque mondiale a été l'un des acteurs centraux au service de la
politique extérieure du gouvernement des Etats-Unis.

Le Chili a été dans les années 1970 un laboratoire pour les économistes
de l'école de Chicago, qui ont pu y tester des politiques ultralibérales
qu'ils parviendront à étendre à la majeure partie de la planète par
l'intermédiaire du mécanisme de la dette.

Le CADTM rappelle que le gouvernement progressiste et démocratiquement
élu de Salvador Allende (1970 -1973) n'a pas reçu le moindre prêt de la
Banque mondiale, mais sitôt le coup d'Etat qui a porté Pinochet au
pouvoir, les fonds ont commencé à arriver. Aucun dirigeant de la Banque
mondiale et du FMI ne pouvait ignorer le caractère profondément criminel
de ce régime.

Dès 1976, un haut responsable de la Banque mondiale, Mahbub ul Haq,
rédige une note intitulée « Les erreurs de la Banque mondiale au Chili
», où il essaie, sans succès, de convaincre la direction de la Banque
mondiale de suspendre les prêts au régime de Pinochet qu'il accuse de «
restaurer une société économiquement élitiste instable » et dont la
politique « a aggravé l'inégalité de distribution de revenu dans le pays
».

Les programmes imposés par les Etats-Unis, la Banque mondiale et le FMI,
au Chili comme ailleurs, ont provoqué des souffrances humaines
indicibles, ont répandu misère et corruption, ont soutenu des régimes
autoritaires et criminels qui ont durement réprimé leur peuple.
Aujourd'hui, ces peuples continuent de rembourser une dette immorale et
largement odieuse.

Pour le CADTM, la logique qui a conduit à la prise de pouvoir de
Pinochet n'est pas morte. Tant que la dette demeure, tant qu'elle
continue d'enfler et de ponctionner les richesses produites par les
populations des pays du Sud, la lutte doit continuer pour démasquer
toutes les responsabilités et obliger tous ceux qui ont soutenu cette
logique, Banque mondiale et FMI en tête, de rendre des comptes.

Le CADTM appelle tous les pays du Sud à enclencher une autre logique
économique, respectueuse de l'humain et de l'environnement, à l'opposé
de la logique néolibérale imposée aux forceps par l'intermédiaire d'une
dette dont il faut revendiquer l'abolition immédiate."

(Merci, Anne!)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 10/12/2006

@ Anne ou Seb : le CADTM, c'est quoi ?

Écrit par : Bruno Lamothe | 10/12/2006

Oups, pardon: le Comité pour l'annulation de la dette du tiers-monde.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 10/12/2006

Ah ! Merci de la precision...

Écrit par : Bruno Lamothe | 10/12/2006

Brigetoun me faisait justement remarquer que ses enfants allaient heriter de l'enooooorme fortune de leur papounet cheri... Ce serait bien, deja, de commencer par leur confisquer, non ?

Écrit par : Bruno Lamothe | 10/12/2006

@ Seb

C'est bien qu'en une phrase lapidaire,
remarquable de concision, tu révèles
ce qu'il nous restera de cet Augusto Pinochet ad vitam eternam...

Une pensée émue pour nos amis Chiliens...

Écrit par : delphine | 11/12/2006

L'adresse du Comité pour l'annulation de la dette du tiers-monde (CADTM) :
http://www.cadtm.org/

Écrit par : Anne | 11/12/2006

merci Anne !

Écrit par : Bruno Lamothe | 11/12/2006

M'ouais ...

Il a dû souffrir un peu.

Mais qu'est-ce qu'il a dû aussi se marrer, en pensant à ses victimes, à la "justice" et à tous ceux qui voulaient sa mort ou simplement un vrai procès ...

Là où il est pas, il doit être encore mort de rire ... moi pas.

Écrit par : Araok | 11/12/2006

Il est mort de sa belle mort et dans son lit et c'est pas gai! Mort libre! Comme tous les dictateurs! Aujourd'hui il n'existe plus aucun criminel chilien de la dictature!

Écrit par : martingralll | 11/12/2006

Il y a trois jours est mort également dans son lit parmis les siens le dernier actionnaire d'ITT.

Écrit par : martingralll | 11/12/2006

et Videla et ses sinistres tortionnaires argentins, toujous vivants? S'il y a une dictature tombée aux oubliettes de l'histoire, c'est bien celle là!

Écrit par : valde | 11/12/2006

Hélas pour les victimes encore de ce monde et les proches des disparus l'agonie continue..

Écrit par : Serval | 11/12/2006

"et Videla et ses sinistres tortionnaires argentins, toujous vivants? S'il y a une dictature tombée aux oubliettes de l'histoire, c'est bien celle là!"

Pas tout à fait. En Argentine aussi l'enquête sur le plan Condor continue vaille que vaille. Ainsi cette semaine l'Uruguay a autorisé l'extradition de cinq militaires et un policier à la retraite qui avaient officié dans un centre de détention de Buenos Aires.
Hasta la Justicia Siempre ?

Écrit par : Actu75 | 11/12/2006

2006
N'oublions pas que Stroessner avait précédé Pinochet en enfer.
Castro selon vous il fête ça ou il flippe grave?

Écrit par : Actu75 | 11/12/2006

En gros, il a joue la montre contre la justice, et il a gagne, non?

Petit enc...

Écrit par : David T | 11/12/2006

Pinochet n'est plus là mais ceux qui l'ont teleguidé continuent à semer la mort, avec le moyen orient comme théatre de opérations et une lutte anti-communisme devenu guerre contre la terreur

Écrit par : kotédiwa | 11/12/2006

Et j'y pense, avez-vous des nouvelles de Papon ? Se prépare-t-il a passer de bonnes fêtes en famille ?

Écrit par : Caroline | 11/12/2006

Pinochet est mort. Dans sons lit et entrouré de sa famille. Mais depuis 1998, les juges ont bien pourri sa retraite, il a du abandonner ses petites visites discrètes à sa copine Margaret, il a du rendre le pognon mis à gauche (mwarf)! dans des comptes numérotés, il a du se faire asser pour gateux pour échapper à la prison.

Elle est enfin morte, la crevure.

Elle va rejoindre Milton Friedmann, crevé il y a peu, nonagénaire aussi.

Encore une tombe où aller cracher !

Plus constructif, les archives du plan Condor ont été retrouvée il y a quelques années mais elles étaient en danger en raison du manque d'argent pour les conserer, protéger, ettre à disposition des juges d'abrd et des historiens ensuite.

Qu'en est-il aujourd'hui ?
Si quelqu'un le sait, merci de nous en informer.

Zgur

Écrit par : Zgur | 11/12/2006

Plus constructif:

Les archives du plan Condor ont été retrouvées il y a quelques années mais elles étaient en danger en raison du manque d'argent pour les conserver, les protéger, et les mettre à disposition des juges d'abord, et des historiens ensuite.

Qu'en est-il aujourd'hui ?
Si quelqu'un le sait, merci de nous en informer.

Zgur

Écrit par : Zgur | 11/12/2006

@ Caroline, tous les dictateurs et dans pays que l'on nomme pudiquement Kleptocratie, les commenditaires et leurs hommes de basses oeuvres fêteront Noël en famille. Un ministre français va même offir une panoplie de pompier à son fils Louis NapoBuena!

Écrit par : martingrall | 11/12/2006

On dit que ce sont les meilleurs qui partent les premiers. Et c'est vrai... cette vieille charogne a pris tout son temps pour lâcher la rampe alors que d'autres nous ont déjà quitté.
Je repense à une chanson de Renaud que je ne connaissais pas et que j'ai entendu il y a peu de temps: "Crève salope" de 1968

Écrit par : GeoTrouvetout | 11/12/2006

@ Caroline, il faut toujours comprendre que le second pays des droits de l'Homme est également le second dans la mise en place de dictatures et de la justification des guerres de l'Ordre. Pour une fois on fait deuxième! Ouf! Mais ne vous en faites pas par leurs ONG, ces deux pays y sont toujours Très Présents. N'oublions jmais que sur les 20 pays les plus pauvres d'Afriques 19 sont administrès par la France! Encore et toujours, heureux temps de Sidi Ahmid Dada ( les fautes sont volontaires- because Google)

Écrit par : martingrall | 11/12/2006

La crevure est morte à l'occasion de la Journée Internationale des Droits de l'Homme! C'est pas un signe ça?!!!

Écrit par : alp | 11/12/2006

Bonjour.
Il me semble que c'est le jour ou jamais pour relire des choses comme celles qui suivent...

" MM. Giscard d'Estaing et Messmer pourraient être entendus sur l'aide aux dictatures sud-américaines
Un avocat parisien a demandé à un juge leur audition après la diffusion d'un film sur la coopération de militaires français avec les dictatures dans les années 1970.

Par Philippe Broussard, Le Monde, le 24 septembre 2003.

Le documentaire "Les escadrons de la mort : l'école française", diffusé sur Canal+ lundi 1er septembre, pourrait avoir des conséquences judiciaires et politiques. Cette enquête journalistique, qui a déjà provoqué de vives réactions en Argentine, dénonce la manière dont l'armée française a, semble-t-il, "exporté" ses méthodes de répression, et collaboré, par le biais de divers instructeurs, avec plusieurs régimes dictatoriaux d'Amérique du Sud dans les années 1970.
Me William Bourdon, l'avocat des familles de quatre Français disparus en Argentine à l'époque de la junte militaire (1976-1982), a écrit au juge d'instruction parisien chargé des enquêtes sur ces disparitions. Me Bourdon demande l'audition de sept personnes, de nationalité française, dont les noms sont cités dans le documentaire. Parmi elles, figurent un ancien diplomate, quatre officiers à la retraite, mais aussi des responsables politiques : l'ancien premier ministre (1972-1974) Pierre Messmer et Valéry Giscard d'Estaing, président de la République de 1974 à 1981.
M. Messmer, qui fut également ministre des armées de 1960 à 1969, a fait savoir au Monde qu'il était "prêt à répondre" à une éventuelle convocation du juge. Selon son entourage, M. Giscard d'Estaing n'était pas joignable, mercredi matin 24 septembre.
En s'appuyant sur le film, Me Bourdon assure que les "plus hauts représentants de l'Etat" étaient "parfaitement informés de cette collaboration et de sa nature". Selon nos informations, le juge a déjà effectué des recherches dans les archives militaires afin d'en savoir davantage sur ces accords de coopération.
L'enquête (…), riche en témoignages inédits, tend à démontrer que la France a joué un rôle décisif dans la formation des militaires argentins. Les officiers dont Me Bourdon demande l'audition avaient tous participé à la guerre d'Algérie - et fréquenté parfois les rangs de l'OAS - avant de partir en Amérique du Sud.
Ils auraient enseigné aux Sud-Américains les techniques de quadrillage d'une ville, les méthodes d'interrogatoire et de torture, ainsi que la mise en place des "escadrons de la mort", chargés de faire disparaître les "éléments subversifs". Pour la seule Argentine, les organisations de défense des droits de l'homme estiment à 30 000 le nombre de morts et de disparus.
Le film fait également état d'une collaboration policière étroite, impliquant cette fois la direction de la surveillance du territoire (DST). A en croire le témoignage de l'ancien ministre argentin de l'intérieur, Albano Harguindeguy, son homologue français, Michel Poniatowski - décédé en 2002 -, aurait encouragé cette coopération et ordonné la surveillance des Sud-Américains exilés en France ".

Pierre Messmer confirmera plus tard que les Argentins souhaitaient utiliser des instructeurs français spécialisés en guerre anti-subversive : "Ils les voulaient, ils les ont eus... l’Argentine est un pays indépendant, il n’y avait pas de raison de leur refuser ce qu’ils demandaient".

Pour mémoire, l'un des officiers français qui participèrent aux opérations en Amérique du sud et en particulier en Argentine s'appelait ... Paul Aussaresses.

No further comment...

Écrit par : Clarence | 11/12/2006

J'ai aussi crû qu'il s'agissait de la Royal...

Bon le Bloc UMPS est à 66% dans le dernier sondage, 33% pour sa partie sociale libérale, 33% pour sa partie libérale sociale. Entamons le Bloc !

Écrit par : Anti Bloc | 11/12/2006

Nouveau billet.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 11/12/2006

Après le coup d'état de Pinochet le 11 septembre 1973, l'économiste ultra-libéral Milton Friedman avait appliqué au Chili ses théories économiques engendrant de plus en plus de misère dans le pays.
Bonnes nouvelles : Friedman et Pinochet sont morts, de vieillesse malheureusement...
J'ai hâte d'apprendre la mort que cette vieille peau de Thatcher.

Écrit par : gerard | 11/12/2006

Une des différences pour les latinos entre Pinochet et Castro exprimée hier par un manifestant au Chili paraphrasant Castro (durant le procès après l'attaque de la caserne Moncada- 1953):

«Acquittez -moi, peu importe, l’histoire me condamnera»!

Écrit par : Fugue | 11/12/2006

"paraphrasant"!

Pardon, c'est plutôt "parodiant"!

C'est dur le lundi...

Écrit par : Fugue | 11/12/2006

Chiant qu'il ne soit pas crevé la gueule ouverte et le cul bourré de chiffons.
Thatcher va-t-elle aller cracher sur sa tombe?

Écrit par : Euler | 11/12/2006

J'ai dit la même chose au moment de la mort de Friedman. Un grand pote de Pinochet, d'ailleurs ! Cheers !

Écrit par : mc | 11/12/2006

Moi je crache à la gueule de tous les communistes, de leur 100 millions de mort et je rends hommage à Pinochet, qui a sauvé le Chili du communisme, de sa barbarie rouge et et qui a permis la démocratie dans ce pays!

Moi je vous dis, crevez salopes comunistes!

Écrit par : Charles | 12/12/2006

Allende n'avait fait tuer personne. Il avait été élu démocratiquement.
Le commentaire de Charles est nul et non avenu.

Écrit par : Olivier Bonnet | 12/12/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu