Avertir le modérateur

15/01/2007

U Racaillu

medium_hp_scanDS_71151182413.jpg

J'aime beaucoup cette photo, publiée samedi par "Le Monde", pour ce qu'elle révèle de l'incroyable tartuf(f)erie de Nicolas Sarkozy.

Elle a été prise la semaine dernière, en Corse, pendant les obsèques d'un "militant nationaliste" qui s'est fait péter la gueule avec "la bombe qu'il manipulait".

(Fermez les yeux.

Imaginez la même scène, en Seine-Saint-Denis, à l'enterrement de Zyed Benna et Bouna Traoré - les deux gamins de Clichy-sous-Bois, poursuivis par la police, qui, en novembre 2005, "avaient pensé pouvoir trouver refuge dans (un) transformateur EDF" (1).

Imaginez un peu ce que Nicolas Sarkozy aurait dit, si leurs copains s'étaient pointés en treillis, encagoulés, pour dénoncer "l'agression faite au peuple dionysien"...)

La Corse est, comme on sait, un endroit hyper-craignos, en termes de terrorisme: 232 attentats en 2006.

Excusez du peu.

Ce n'est certes pas l'Irak, mais ça fait de la "révolte des banlieues" de l'automne 2005, qui nous a tout de même valu des rodomontades ministérielles comme on n'en avait plus entendu depuis les guerres coloniales, un épisode un peu nerveux des aventures de Oui-Oui au pays des barricades.

Force est donc de constater que, pendant que Nicolas Sarkozy fustige courageusement les JDCF (jeunes-des-cités-franciliennes), tendez un peu de voir comment que je m'en vais vous karchériser la face, les JDCC (jeunes-(et moins jeunes)-des-cités-corses) continuent, assez tranquillement, à lui déféquer sur le sommet du crâne, d'une hauteur quelque peu impressionnante: 232 attentats en 2006.

Vazi que je te pose des bombes.

Vazi que je te canarde quelques dortoirs à gens d'armes.

Est-ce que Nicolas Sarkozy, qui n'a jamais assez de mots assez durs pour stigmatiser les JDCF qui "attaquent la police", adopte là ses traditionnelles postures martiales?

Pen.

Sez.

Vous.

Il reste gravement coi.

232 attentats par an - mais on ne l'entend pas.

Museau, il fait.

Un problème?

En Corse?

Où ça?

Regardez pourtant ces mecs, sur la photo.

Ils sont "encapuchonnés", comme dans une tribune d'Alain Finkielkraut.

Ils ont un accent - un "parler banlieue" - à couper au couteau.

"Oh.

Le keuuuf.

Tu.

As regardé.

Ma soeur?"

Ils passent leur temps à taguer des slogans subversifs: "Oh. Sarkoooo. Tu. As regardé. Ma soeur?"

Ils écoutent du rap hardcore: U Ribomboyz.

Ils développent une "haine sans précédent à l'égard de la culture française".

En bref: ils sont, théoriquement, le pire cauchemar des penseurs préférés de Nicolas Sarkozy.

232 attentats.

Mais sur la Corse, on n'entend ni Sarkozy, ni ses philosophes de chevet.

Quand il se pointe sur là-bas, entre deux mitraillages de gendarmeries, Nicolas Sarkozy ne dit jamais: "Ah ben hé, m'âme Simonpaoli, z'en avez marre d'u racaillu, pas vrai? V'voulez que j'vous en débarrasse? Hé ben c'est comme si c'était fait, parole de George W. B... De Nicolas Sarkozy".

Quand il se pointe en Corse, Nicolas Sarkozy dit plutôt: "Je vais débloquer un milliard d'euros pour le développement durable".

Et toc!

C'est toujours ça que la Seine-Saint-Denis aura pas!





(1) "Eux et nous", par Joël Roman, Hachette, 2006.

Commentaires

Ouuups.
J'avais omis d'ouvrir les commentaires.
Voilà qui est fait.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

Boum!

Écrit par : Front de Libération du Gatinais | 15/01/2007

"Oh.
U, ministru.

Tu.

As regardé.

Colomba ma femme?

Ange Simonpaoli, (apparaissant derrière Madame à la fenêtre)

Écrit par : Fleuryval | 15/01/2007

un jour je serai prem's et le but de ma vie sera accompli!

Écrit par : matthieu | 15/01/2007

Rien de plus à dire sur Sarkozy ou le silence des ministres de tout poil dès qu'il s'agit des nationalistes [ (?) ...ou plutôt, le plus souvent, des maffieux de base] corses, de leurs attentats, de leur immonde prose raciste, de l'ineptie absolue de leur(s) action(s).

Mais ce qui me fait toujours rire, c'est le cinoche militariste que les nationalistes refont à chaque coup, et qui est franchement rigolo quand on songe que le gugusse qui est dans la boîte et à qui tous les braves gens qu'on voit sur la photo rendent hommage avec tout le decorum d'usage (drapeau sur le cercueil, guignols éplorés en treillis et cagoule, tirs de pistolet-mitrailleur vers le ciel, discours vengeurs contre l' "état colonial", etc...) s'est quand même fait péter tout seul.
Hé ! les "résistants" corses !, votre copain n'a pas été assassiné par la milice coloniale ! C'est juste qu'il ne savait même pas régler un détonateur.
Quoi donc ? Je ne devrais pas rire ? Ah ben désolé, mais la mort de ce type-là ne me tire pas la moindre larme. Et c'est toujours ça de pris pour les "allogènes", en particulier un peu basanés, qui tentent de vivre en Corse à peu près peinards.

Écrit par : Clarence | 15/01/2007

On peut peut-être relier ce silence à la baffe que Sarko s'est mangé avec son flop de référendum sur la Corse... N'ose plus trop aller jouer les fiers à bras là-bas... N'y est pas comme un coq en pate...

Écrit par : mc | 15/01/2007

Et puis c'est bizarre, y dit pas non plus "la Corse, c'est la France des proprios", non il le dit pas non plus...

Super billet ;-)

Écrit par : Anne | 15/01/2007

J'aime le ton, excellent

Si on résume, rapide :

On montre les muscles; petit endroit marécageux se tait s'invagine et se noie; une main sort de l'onde nauséeuse avec beaucoup de billets à la main.

J'aime ce synopsis.

Manque, encore, le metteur en scène.

Écrit par : GPMarcel | 15/01/2007

Rien à voir avec la Corse, mais puisqu'on parle de Sarkozy, l'article qui est si j'ose dire en tête de gondole, à la minute même, sur LeMonde.fr, s'intitule "Le congrès de l'UMP a mobilisé la blogosphère politique".
Et bien que non signé ni par Alain Minc ni par Eric Le Boucher, c'est assez désopilant...
Certes !, le sous-titre de la chose nous dit que ce sont "les blogueurs proches de l'UMP [qui] n'ont pas caché leur satisfaction après le congrès de l'UMP, dimanche, qui a désigné Nicolas Sarkozy candidat à plus de 98 % des voix." et dans le corps de l'article, on découvre au bout de trois lignes qu'à part Loïc Le Meur, je ne sais quel ancien ministre de droite qui a un blog et 2 ou 3 autres clampins, tout le monde ou à peu près se fout du tiers comme du quart de la sauterie d'hier au Palais des Sports.
Mais le titre confirme qu'on ne devrait pas s'ennuyer en feuilletant Le Monde, d'ici au mois de mai prochain...

Écrit par : Clarence | 15/01/2007

Damnit !
Sont rapides, au Monde.fr !
L'article dont je parlais n'est plus qu'en troisième position...
En tête de gondole, à la place, un truc qui dit "En France, la recherche manque de performances, pas d'argent".
Autrement dit "Hé les chercheurs !, tas de feignants !, arrêtez les manifs et bossez plutôt un peu avec tout le fric qu'on vous donne !"

[ Dès que ça change, au Monde.fr, je vous tiens au courant... ]

Écrit par : Clarence | 15/01/2007

ben ça fait du bien de se lever, 232 attentas tiens je vais mettre trois t aTTTention TTtentas. Oui mais tu as oublié un petit truc les corses des attentas ils ne veulant pas d'arabes sur leur ïle. Et ça Sarko aime, en plus ils font communautarisme tout seul et tu veux leur enlever les pétards à ces chenapans (vrais mecs un peu rascals) Et puis il faut bien payer son service d'ordre et payer la rançon pour les maisons de ses pôtes. Et puis j'dis ça mais c'est quand même facile de faire exploser une villa, 5 metres de m^che lante un metre de cordon détonnant (c'est pour le bruit) une bouteille de gaz pleine de préférence. Ho les joyeux drilles.
Oui mais alors là tu as vraiment oublié, Il est pays lui napoléon eux ses grognards des cent jours.

Écrit par : martingrall | 15/01/2007

"En France, la recherche manque de performances, pas d'argent".
Mais que j'adore ça.
Mais que ça me ravit.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

scuzer pour les fautes, le billet l'ets parti tout seul et j'ai chôper des coups de soleil sous la plante des pieds et ça fait mal.

Écrit par : martingrall | 15/01/2007

SF : "En France, la recherche manque de performances, pas d'argent".
Mais que j'adore ça.
Mais que ça me ravit "

Voui.
Pareil.
C'est le résultat d'un document qui conclue donc qu' "Il serait inutile que l'Etat investisse davantage dans la recherche ou emploie plus de chercheurs", document "dont Le Monde a eu connaissance".
Alors que toi, SF, tu n'en as pas "eu connaissance".
Sont forts, au Monde.fr ...

Écrit par : Clarence | 15/01/2007

Sur le dossier corse, Zarkozy est juste aussi nul que les autres, pas tellement plus ...

En tout cas je suis heureux de voir qu'ici (!) on réclame l'application des lois de la République sur l'ensemble du territoire national.

Pour moi, tous les citoyens sont égaux, donc un délit est un délit qu'il soit commis par un jeune de banlieue, une mamie du centre-ville ou un cagoulé de l'île de beauté.

Écrit par : tibo | 15/01/2007

Au moment où il y avait semble-t-il- un consensus relativement large pour l'effort de recherche (disons de la gauche au centre droit PS au centre droit UDF,ça fait partie de ces discrètes insinuations marécageuses dont Le Monde a le secret...
En ne craignant pas d'être en déccord avec lui même sur les "bienfaits de ma recherche privée (et toc! un peu d'autopub):
http://www.passeurs.org/valde/index.php?2007/01/10/22-le-scoop-de-l-annee-enfin-du-debut

A part ça, laissons les généralisations hâtives au PEM: La Corse n'est pas (qu') une île de cagoulards en treillis et de villas de milliardaires...

Écrit par : valdo lydeker | 15/01/2007

Bonne remarque Sébastien!

Écrit par : céleste | 15/01/2007

Sébastien, c'est pas avec ce genre de posts que tu va aller à On refait le monde... ;-)

Écrit par : Olivier | 15/01/2007

Houla, je ne me suis pas relue, c'est "désaccord" et "la" recherche privée, bien sûr...

Et si on envoyait en Corse Finkie, BHL et Milner ?

Écrit par : valdo lydeker | 15/01/2007

Facile à comprendre : tant que les nationalistes corses font sauter des villas sur leur île, la place Beauvau s'en fout puisque ça fait pas peur aux bourges du XVIème et aux patrons du MEDEF (qui ont leurs villas dans les lieux plus "classe").

Qu'ils viennent mettre un pétard à moins de 100 km de Paris, ce qui évidemment ferait la "une" de tous les journaus télé, on verrait tout de suite le changement de ton.

La même chose vaut pour l'ETA, d'ailleurs.

Écrit par : Luc | 15/01/2007

Précision : au lieu de "ça fait pas peur aux bourges du XVIème et aux patrons du MEDEF (qui ont leurs villas dans les lieux plus "classe")" il eut été plus juste d'ajouter que ceux du MEDEF qui ont une propriété en Corse ne craignent pas grand'chose car ils ont les moyens de payer pour éviter les bombes. N'oublions pas que le nationalisme corse a quand même souvent un parfum mafieux assez prononcé.

Écrit par : Luc | 15/01/2007

Depuis que j'ai lu Astérix en Corse, je m'imgine ainsi la Corse, un sanctuaire de l'insoumission identitaire. Les bretons et les auvergnats ont été vaincus, l'Alsace garde encore un petit peu sa langue et ses privilèges sociaux et théologiques. Je n'aime pas me balader dans une France uniforme. La République s'est trop exposée aux chiotes Decaux

Écrit par : Philippe68 | 15/01/2007

Philippe68 : "Depuis que j'ai lu Astérix en Corse, je m'imgine ainsi la Corse, un sanctuaire de l'insoumission identitaire"...

C'est beau, c'est grand, c'est généreux !, l' "insoumission identitaire".
Sauf que la "corsisation" des emplois, pour ne prendre qu'un exemple, ça-t'a un p'tit parfum xénophobe qui en rappelle d'autres...
Il faudrait d'ailleurs demander aux résidents corses originaires du Maghreb par exemple, qui sont régulièrement pris pour cibles par les éditoriaux de certains canards nationalistes, et dont quelques-uns ont été aussi pris pour cibles par des balles tout à fait réelles qui font dans la peau, et le reste, des trous tout à fait mortels, s'ils ont aimé "Astérix en Corse" ?

Écrit par : Clarence | 15/01/2007

Nicolas Sarkozy aime la Corse, ou en tout cas il le dit. D'ailleurs, tout le monde aime la Corse, son climat paisible, jamais un mot plus haut que l'autre, etc.

"Ne comptez pas sur moi pour parler de ce qui ne va pas", avait dit en son temps la "Candid(at)e Socialiste".

Phrase que toute la classe politique semble vouloir faire sienne.

En corse, il a pu se goinfrer de quelques cochonailles locales, serrant quelques mains, en somme faisant oublier un instant la vague d'attentas qui a précédé, comme d'habitude, sa venue.

Parce que la Corse, c'est une de ses spécialités, les attentats... Avec le saucisson, le fromage, les aides structurelles de l'UE, les régimes dérogatoires, etc.

Donc le défi est de taille pour celui qui n'aura pas su faire de l'île, une terre de réussite, mais plutot de fiasco.

La Corse est en effet, on l'oublie un peu l'un des gros gros points noirs de son bilan: en juillet 2003, il n'était pas parvenu à convaincre les électeurs insulaires d'approuver par référendum son projet d'évolution institutionnelle pourtant ultra-favorable aux indépendantistes.

"La Corse ne peut pas attendre que les élections passent" lance Nicolas Sarkozy. Elle "mérite mieux que trois cagoulés. On mettra le temps qu'il faudra, mais on arrivera à bout de tout ça". Oui, "le temps qu'il faudra". Donc, prévoyez plusieurs mandats, si vous votez pour lui. Il prendra "le temps qu'il faudra". Et pourquoi pas perpet' ?

Et donc il y a eu, comme tu le souligne, Seb, la mort d'un "militant" (sur le "continent", c'est soit racaille, soit terroriste...). Ces derniers mois, les militants sont de moins en moins agiles de leurs doigts, et on un peu trop tendance a se faire exploser avec leurs engins, ce qui est toujours dommage. Cela prise les tribunaux de jolis moments de justice.

Il a également évoqué la perspective d'une nouvelle aide pour les sept prochaines années au titre des fonds structurels européens, fonds dont on gave, c'est une tradition locale(comme la choucroute en Alsace ou la corruption dans les Alpes Maritimes).

Bon, c'était ma petite interprétation perso de cette petite visite corse du nain investi a 98,1% des militants de l'UMP...

Écrit par : Bruno Lamothe | 15/01/2007

Hello Clarence

Et de la "corsisation" des emplois à la francisation de droit au logement opposable, il n'y a qu'un petit pas. Ce qui tombe bien vu que Sarkozy, auteur de la seconde saillie, est petit, très petit...

Écrit par : Olivier | 15/01/2007

@ Philippe68 (et à d'autres, qui seraient tentés de trouver un tant soit peu attirants - sous couvert de romantisme pseudo-révolutionnaire ou d' insoumission identitaire" - les mouvements tels que le mouvement nationaliste corse), rappelons quelques trucs de base :

- Concernant précisément la Corse, les mouvements comme le FLNC ont un ancêtre, connu dans l'entre-deux-guerres sous le nom de mouvement muvriste, lequel collabora avec le facsisme pour disparaître lors de la défaite de celui-ci, à la fin de la guerre.
- Au-delà de la Corse, et dans diverses autres "provinces" françaises, les mouvements, au choix, autonomistes, nationalistes, identitaires, furent à peu près tous marqués par les mêmes dérives, en particulier lors de la seconde guerre mondiale.
En Bretagne par exemple, des mouvements tels le Parti National Breton furent des auxiliaires de la collaboration, voire des auxiliaires directs du nazisme.
Idem, en Alsace (dont vous parlez dans votre post) pour l'Union Populaire et Républicaine, dont les éléments réclamant l'autonomie pour l'Alsace collaborèrent directement avec l'Allemagne.

Il existe bien sûr des contre-exemples, et à titre personnel, de nombreux militants qui avaient fait partie de tels mouvements se sont engagés dans la Résistance.
Mais les mouvements et les partis en tant que tels, eux, par souci "identitaire" précisément, et pour dire le vrai par haine de la République, ont suivi l'évolution que je dis.
Il faut donc prendre au sérieux, et ne pas considérer que ça n'est qu'un aspect déplaisant du folklore local..., les professions de foi xénophobes de ces gens.

Écrit par : Clarence | 15/01/2007

Je vous refais un p'tit coup de revue de presse, et après, stop !, sinon on va pouvoir bientôt m'accuser d'être aussi logorrhéique aujourd'hui que Tibo voici deux jours...

Keskeuh je ne découvre pas y'a deux minutes sur nouvelobs.fr ?
Que Dieudonné appelle à signer la pétition pour la candidature de José Bové à la présidentielle !

Si vous avez des avis éclairés sur ça, je suis preneur...

Écrit par : Clarence | 15/01/2007

Clarence,
il ya eu plus de résistants en Haute Savoie qu'en Alsace, une logique due à la proximité de la Suisse, je pense, ou un résistant pouvait mettre à l'abri sa famille avant d'aller combattre. En Alsace, point de fuite mais pas autant de collaboration. Une série télévisée, "Les deux Mathilde" relate bien cette période de 1870 à 1945 entre alsaciens français. Pour la Corse, je crois bien que les soucis nationalistes ont véritable essor à partir de la période d'après Algérie ou il était envisagé d'y faire vivre les rapatriés. Puis je pense qu'il y a un réflexe de nationalisme autant que régionaliste qui se dévelloppe. Quand nous constatons l'inflation des logements dues à l'arrivée d'étrangers européens, anglais, hollandais, russes dans nos régions, je crois que ce sentiment de violation identitaire se propagera à l'exemple de la Corse. Mais attention, cher Clarence, loin de moi, l'idée d'être un nationaliste, je constate simplement ces pertes de repères identitaires par une normalisation européenne et mondiale sans respect des peuples et la désolation croissante des autoctones devant migrer.

Écrit par : Philippe68 | 15/01/2007

Et voilà, Sebastien Fontenelle a cédé à la pression de certains...

Trois billets sur Sarkozy à la suite, aucun doute que c'est parce que pointé du doigt par certains l'accusant de faire le jeu de la droite à s'attaquer "souvent" à la candidate sponsorisée par les fabricants de dentifrices.

Sébastien ! Ne courbe pas l'échine ! Ne te montebourise pas ! Prends exemple sur le flamboyant Che Guebayrou !

Écrit par : Marcel Vincent | 15/01/2007

J'men vais vous dire moi le finfond de la vérité de tout ça :
si Nicolas Bourbier est si diplomate en Corse c'est passque la Corse est une île
et que la Marine Nationale - tout le monde le sait - c'est plus ce que c'était...

(Comment va la grippe aujourd'hui msieur tibo ?)

Écrit par : titi | 15/01/2007

Petit supplément d'état d'âme. Un breton se voyant d'un jour à l'autre imposé sur la fortune de la terre de ses ancêtres du fait d'une estimation immobilière, nos chers petits marchés ou de vieilles personnes ne peuvent plus vendre leurs produits par une surévaluation sanitaire européenne les obligeant à s'équiper de machine à fréon, puis fraîchement les bulgares et roumains qui vont goûter de nos normes européennes mettant en pièces leurs coutumes alimentaires, sans oublier déjà la spéculation immobilière chez ces nouveaux arrivants au club.

Écrit par : Philippe68 | 15/01/2007

Euhhh, Clarence et Philippe : je veux bien que vous disiez tout le mal des "autonomistes alsaciens" d'alsace d'abord et autres groupuscules neo-fachistes.

Bien entendu qu'ils sont envahis d'un amour du nazisme, tout comme les extremistes corses.

Cependant, ne mettons pas tous les alsaciens dans un moule. Il n'y a pas eu plus de collabos en Alsace, pour la simple raison que l'Alsace avait été annexée par les allemands. C'était donc la gestapo qui était chargée de réprimer les comportements subversifs, pas exactement comme en France.

Mais il y a eu des résistants alsaciens (mes deux grands-parents maternels, par exemple). L'alsace était d'ailleurs l'une des communautés juives d'europe.

Bref.

Pas de généralisation hative...

Écrit par : Bruno Lamothe | 15/01/2007

Je rassure tout le monde, je vais mieux et j'ai aussi mieux à faire, à bientôt.

Écrit par : tibo | 15/01/2007

@ Seb : N'empeche, ca nous fait trois billets de suite sur le PEM...

Tu nous ferais pas une crise d'anti-sarkozysme primaire ? (je dis ca en référence aux Jacques Adam et autres qui t'accusaient de faire de l'anti-ségaullisme primaire)

Tiens, au fait, tu nous l'as caché dans la cave, le Jacques Adam ???

Écrit par : Bruno Lamothe | 15/01/2007

@ Bruno Lamothe
Je ne crois pas avoir mis ni tout le monde, ni tous les Alsaciens, "dans le même moule".
J'ai même souligné que les destins individuels, même chez les autonomistes (appelons-les comme ça pour simplifier) avaient été très divers.
Je ne parlais que de l'idéologie, souvent xénophobe et antirépublicaine je le maintiens, qui préside d'une façon générale à la doctrine de ce type de formations politiques.
A l'heure actuelle en France, ce type de revendication n'existe, de façon un peu importante, qu'en Corse.
Mais les dérives sont les mêmes partout : en Espagne par exemple, le discours de l'ETA, au fur et à mesure que l'ETA actuelle s'éloigne de ce qu'elle fût sous le franquisme pour devenir une organisation aux slogans délirants et à la pratique insupportable, s'accomode désormais de revendications ouvertement xénophobes et parfois d'une célébration de je ne sais quelle "basquitude" qui font frémir.

@ Philippe68
J'entends bien ce que tu dis sur les replis identitaires qu'entraîne la mondialisation (je résume pour aller vite).
Il faut néanmoins faire gaffe, me semble-t'il, à ne pas tout excuser au prétexte qu'il s'agirait là des manifestations d'une résistance légitime à l'uniformisation à l'oeuvre.

@ tous
Sur Dieudonné soutenant Bové, rien ?...
Y'a pas de piège, hein.
Juste je m'interroge...

Écrit par : Clarence | 15/01/2007

"Et voilà, Sebastien Fontenelle a cédé à la pression de certains...

Trois billets sur Sarkozy à la suite, aucun doute que c'est parce que pointé du doigt par certains l'accusant de faire le jeu de la droite à s'attaquer "souvent" à la candidate sponsorisée par les fabricants de dentifrices."

Nous verrons cela ce soir à minuit.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

Pour celles et ceux que ça intéresse (c'est pas mon cas), et pour info:

"Cher-e-s membres des collectifs antilibéraux,
Je vous adresse ci-dessous le texte que je viens d’envoyer à Libération pour une mise au point concernant mon positionnement politique qui, contrairement à certaines informations médiatiques, n’a pas varié d’un pouce ce week-end. Qu’on se le dise !
Le combat continue…
Très amicalement à toutes et tous,
Clémentine

J’ai donné une interview au Journal du dimanche sur la gauche antilibérale. Dans la foulée, une dépêche de l’agence Reuters a inondé les rédactions avec un titre ahurissant : “ Clémentine Autain n’exclut pas un soutien à Ségolène Royal ”. Depuis samedi soir, me voici annoncée à la télé, à la radio ou dans Libération d’hier comme une nouvelle alliée de Ségolène Royal, prête à devenir ministre dans sa majorité ! Après m’être assurée que nous n’étions pas le 1er avril, je me suis inquiétée de la construction de l’information puisque les journalistes (ou apparentés) semblent, et particulièrement le week-end, se recopier les uns les autres sans davantage de réflexion ou de vérification. En réalité, j’ai juste réaffirmé dans cet entretien dominical que je voterai pour le ou la candidat-e de gauche présent au second tour de la présidentielle, pour battre la droite ou l’extrême droite. La dépêche insinue également que je serais prête à participer à un gouvernement dominé par le PS. Là encore, ma position n’a pourtant pas varié. Le PS n’a pas fait le choix de rompre avec les politiques économiques libérales menées depuis vingt-cinq ans dans ce pays. Or, les collectifs antilibéraux veulent s’affronter à la logique du profit et de la concurrence, et développer les services publics, les protections sociales, les droits attachés à la personne, les libertés. Si je ne confonds pas droite et gauche, je ne participerai pas à un gouvernement dominé par le PS, dans son orientation actuelle. Ce n’est pas une posture, celle qui consisterait à ne jamais se confronter aux responsabilités - je suis d’ailleurs élue à Paris, en charge de la jeunesse – et de se cantonner à une logique de pure contestation mais la conviction que participer à un gouvernement n’a de sens que si la ligne politique commune permet de transformer la société. La question est donc : ministre, pour faire quoi ? Si les bases politiques d’une alliance gouvernementale ne permettent pas de changer les conditions d’existence du plus grand nombre et de mener les ruptures nécessaires au partage des richesses, des pouvoirs, des savoirs et des temps, à quoi bon ? Je suis donc furax des raccourcis journalistiques. Et je pense que ce bug en dit long sur la vague médiatique en faveur du duel Sarkozy/Royal. C’est comme si nous étions décidément toutes et tous sommés de rejoindre Ségolène Royal, comme happés par son ascension ! A-t-on le droit de rester soi-même, fidèle à une orientation politique et de ne pas courir après ce qui, à un moment donné, apparaît comme le sens du vent ? Je reste convaincue que le rassemblement de toutes les forces antilibérales est le seul moyen de faire vivre une gauche de transformation sociale.
Clémentine Autain"

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

Dieudonné soutenant Bové?

après l'avoir vu s'afficher avec le borgne

vu comme ça, rapide, il y en a des qui vont dire : populo démago pour populo démago, kif kif bouricot!

opinion que je ne partage absolument pas...

je suis naïve: p'êt qu'il a réfléchi!

Écrit par : céleste | 15/01/2007

bravo Clémentine!

Écrit par : céleste | 15/01/2007

@ Céleste
Aucun rapport, mais je te signale que ton "Plan B", mieux vaut tard que jamais, est parti ce matiin.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

@ Céleste
" Populo démago pour populo démago, kif kif bouricot ! "
Je ne dis pas ça non plus.
Mais ça me ferait plaisir que José Bové dise bien fort que le soutien de Dieudonné, il n'en veut pas.

@ Sebastien
C'est tout bien ce qu'elle dit là, Clémentine Autain.
Y compris quand elle dit qu'au second tour, elle ne confondra pas gauche et droite.
;o)

Écrit par : Clarence | 15/01/2007

(Désolé de troller, mais la note Marie-Ségolène Royal ex-Jaurès est fermée.)

Nouveau site consacré à Bernard Hanse, le suicidé de Montmirail. Site créé par sa famille et ses amis. Conseillé à tous ceux qui pensent que Mme Royal est une dame très gentille.

http://bernardhanse.canalblog.com/

Que celui qui a des yeux regarde
Que celui qui a des oreilles entende

Écrit par : CB | 15/01/2007

Encore un hors-sujet: le blog du camarade Serge Faubert vient d'ouvrir.
http://faubert.20minutes-blogs.fr

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

@ Céleste

Je suis bien content.
A peine t'avais-je répondu que je découvre ça :

" Communiqué de presse signature de Dieudonné non comptabilisée - Lundi 15 janvier 2006, 13h50.
Objet : réaction à la signature de Dieudonné des coordinateurs de l’appel Bové (www.unisavecbove.org).

Communiqué de presse : NOUS NE COMPTABILISERONS PAS LA SIGNATURE DE DIEUDONNÉ.

Nous avons reçu, ce lundi matin, la signature de l’humoriste Dieudonné, lequel l’a fait savoir abondamment dans les médias.
Nous, les coordinateurs l’appel « José Bové peut et doit être le candidat de l’alternative à gauche », tenons à préciser :
1 - que nous sommes en total désaccord avec les prises de positions et initiatives publiques récentes de Dieudonné ;
2 - qu’en conséquence, nous ne comptabiliserons pas sa signature.

Pour les coordinateurs de l’appel, les porte-parole : Rémy Jean et Yannis Youlountas ".

'Peccable !
Rien à redire.

Écrit par : Clarence | 15/01/2007

@Clarence
Dieudonné est passé sur Zaléa TV vendredi dernier.
Il n'appelait pas encore à voter Bové. Je pense que c'est au cours de l'émission qu'il a pris conscience que Bové était peut-être plus proche de ses convictions que Le Pen.

Pour lui, il faut foutre à plat ce système de pseudo-démocratie ultra-libéral. Il a bien dit plusieurs fois qu'il n'appelait pas du tout à voter LePen, mais qu'il comprenait que des gens se mettent à voter LePen par rejet de tout les autres partis qui sont pourris.
Pour lui, LePen n'est pas le seul a tenir des propos ou se comporter comme un fasciste. Il y a aussi Sarko, Finkelkraut, Sevran, BHL, ... Mitterand ou Chirac pour leurs politiques en afrique, ...
Il ne voit donc pas pourquoi il s'interdirait toute communication avec LePen qui n'est pas pire que tous les autres.

Ce sont les animateurs qui lui ont fait remarquer qu'appeler à voter Bové serait un peu moins dangereux que de tenir un discours difficile à décrypter, voire impossible quand ça passe par le décodeur des médias.

Il a répondu qu'effectivement Bové pourrait être une solution, que c'est un pote à lui, mais que s'il se présentait ce serait mort assurée du PS. Il pense donc que le PS fera tout pour empêcher la candidature de Bové.

Écrit par : Philippe, Paris | 15/01/2007

"'Peccable !
Rien à redire."

Tièrement d'accord.
Propre, net, sans bavure.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

@Clarence

en effet!

Écrit par : céleste | 15/01/2007

@ seb : j'adore quand tu réécris mes propos, c'est carrément plus joli ! ;-D

Écrit par : Bruno Lamothe | 15/01/2007

J'réécris rien: je cite Marcel Vincent.
(Le cousin de David.)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

@ Philippe, Paris
Très belle "défense-et-illustration" de la pensée(?)-Dieudonné !
Pas envie de vous répondre plus avant...

Écrit par : Clarence | 15/01/2007

SF, excellent billet. Sur la Corse, je dois avoir quelques petits textes en réserve, mais toujours d'actualité car dans ce beau pays salopé par toutes sortes de clans, ausi bien corses que non-corses, rien ne change.
Faut que je les retrouve. Heu, mon pseudo c'est ma cagoule. Pas envie que Jean-Guy vienne me chanter la paghella "Si tu me cherches tu me trouves".

Écrit par : Dominique Tamère-Entongu | 15/01/2007

@ Cleste

Quand tu liras "Le plan B" tu auras une autre matière que Libé ou le QVM...même que Le Boucher a demandé d'intégrer l'équipe rédactionnelle.

Le con, y'en n'a pas! De plus, les articles ne sont pas signés.

Au "Plan b" on ne se signe pas sauf si Le Boucher ou Joffrin ou ...ribambelle frappent à la porte.

Si la nouvelle Dieudonné soutient la candidature de Bové comme Clémentine Autain "n'exclut pas un soutien à Ségolène Royal" est du même acabit, on risque avoir une campagne de communiqué/ contre communiqué

et hop! le tour est joué; on reste dans la .com alimentée par les journalistes à la botte et on cherchera encore le débat...

Écrit par : GPMarcel | 15/01/2007

Ce GPMArcel, je le soupçonne d'avoir des accointances avec la critique radicale des médias.
Je vois pas d'autre explication à ce mauvais esprit.
;-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

@Clarence
Ce n'était pas une défense de Dieudonné.
Je racontais juste ce qu'il s'était passé pendant l'émission de Zaléa.
Après chacun pense ce qu'il veut.

Personnellement, depuis que Dieudonné a accueilli les cadres antisémites du FN au Zénith, je ne veux plus et ne peux le soutenir.

Je suis d'accord avec lui pour dire que le fascisme existe ailleurs qu'au FN.
Et les mecs en costard qui passent dans les médias, sont certainement aussi très dangereux.

Mais il faut faire la différence entre des abrutis encravatés qui ont les idées de Le Pen et les cadres dirigeants qui soutiennent qu'il n'y a pas eu de chambre à gaz.
Ou, comme les animateurs lui ont bien dit dans l'émission, on ne peut absoudre un Lepen qui avoue et se vente aujourd'hui d'avoir torturé en Algérie.

Dieudonné se trompe en ce moment, mais ne peut-il changer ?

Écrit par : Philippe, Paris | 15/01/2007

@ Philippe, Paris

" Dieudonné se trompe en ce moment, mais ne peut-il changer ?"
Euhhh...
Il me semble bien qu'à travers l'histoire, les gens qui avaient dans la tête les mêmes pensées nauséabondes qu'a aujourd'hui Dieudonné, de Léon Daudet à Brasillach ou de Maurras à Xavier Vallat, n'ont jamais changé qu'en encore pire.
Nous en reparlerons quand Dieudonné aura "changé"...

Écrit par : Clarence | 15/01/2007

en tous cas, avec ou sans sa signature, la pétition Bové en est à 14394 signatures !!!

Écrit par : Philippe, Paris | 15/01/2007

Osez Bové!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

Moustaches for ever

Écrit par : Pescade | 15/01/2007

Staches Power.
Gros slogan.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

On vient de recevoir dans nos boîtes aux lettres la réponse de José Bové...

Si vous voulez je balance.

Mais je demande la permission à Seb.

Écrit par : GPMarcel | 15/01/2007

Vazi, GP, balance.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

Montredon, le 15 janvier 2007.


Chers amis, chers camarades,

La pétition « José Bové peut et doit être le candidat de l’alternative à gauche » est déjà un immense succès : 14 000 signatures en neuf jours !

Je tiens à remercier tous les signataires de la confiance qu’ils me font et, surtout, du geste citoyen qu’ils accomplissent pour forcer les appareils politiques à faire le choix d’une candidature unitaire à l’élection présidentielle.

J’ai toujours dit que j’étais disponible pour incarner, sur le bulletin de vote, une campagne collective et unitaire de la gauche antilibérale, écologique, alternative et solidaire, si deux conditions étaient remplies : une dynamique populaire pour légitimer cette candidature ; une démarche de rassemblement avec toutes les forces du « non » de gauche à la Constitution européenne.

La dynamique populaire est en marche, la démarche unitaire reste un combat. Je n’ai pas l’intention de fuir mes responsabilités. C’est pourquoi je voudrais lancer aujourd’hui un appel à l’espérance.

J’appelle tous les citoyens qui se reconnaissent dans la mobilisation unitaire pour en finir avec la logique de chômage, de précarité et d’inégalités sociales à signer massivement la pétition. Notre objectif doit désormais être de plusieurs dizaines de milliers de signatures avant la fin du mois de janvier.

J’appelle tous les jeunes et habitants des quartiers populaires, toutes les victimes de discriminations à prendre part activement au débat électoral. J’entends bien les aider à ce que leurs préoccupations soient au centre de la campagne.

J’appelle tous les citoyens écologistes à considérer que le combat pour sauver la planète est indissociable d’un combat contre l’économie libérale et productiviste. Nous ne pouvons faire confiance ni à la gauche traditionnelle ni à la droite pour mettre en œuvre un véritable pacte écologique.

J’appelle tous les militants des collectifs unitaires de la gauche antilibérale à mettre la richesse de leur expérience et de leur diversité au service de la mobilisation unitaire. La réunion nationale des 20 et 21 janvier doit être l’occasion de poursuivre le combat pour une candidature de rassemblement, sur la base de la pétition, avec l’ensemble des sensibilités et des personnalités qui ont participé à cette démarche depuis le printemps 2006.

J’appelle tous les élus antilibéraux à manifester leur solidarité en offrant publiquement leur parrainage pour une candidature unitaire de la gauche antilibérale. Je pense plus particulièrement aux élus communistes, aux élus verts et aux élus « divers gauche » qui se sentent privés de cette perspective.

J’appelle Olivier Besancenot et Marie-George Buffet à construire ensemble une campagne unitaire sur les bases suivantes : programme antilibéral des 125 propositions, meetings communs reflétant toutes les sensibilités du rassemblement, partage équitable des temps de parole officiels. Je leur propose une rencontre dans les meilleurs délais pour examiner toutes les dispositions pratiques d’une telle campagne.

J’appelle tous les collectifs unitaires à se préparer à mener campagne pour l’élection présidentielle, mais aussi pour les élections législatives. Notre objectif doit être de présenter dans toutes les circonscriptions des candidats unitaires de la gauche antilibérale.

Chers amis, chers camarades,

Au vu de la poursuite de la mobilisation populaire et unitaire autour d’une candidature de l’alternative à gauche, je dirai, à la fin du mois de janvier, si je reste disponible pour l’incarner sur le bulletin de vote. Un formidable mouvement est en passe de ruiner les logiques de division qui ont prévalu jusqu’alors. Amplifions-le encore et nous gagnerons !

Fraternellement,

José

Écrit par : GPMarcel | 15/01/2007

"J’appelle Olivier Besancenot et Marie-George Buffet à construire ensemble une campagne unitaire".

Je voudrais aussi que le Père Noël se joigne à nous.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

Non, pas le Père Noël ou alors si, mais restons

ENFANTS ETERNELLEMENT REMUANTS.

Tu connais la phrase de Desproges
" Les enfants croient au Père Noël, nous les adultes, on vote."

Écrit par : GPMarcel | 15/01/2007

Régulièrement, on vérifie au détour d'une brève que le monde est bel et bien rempli d'authentiques enculés - qui ont parfaitement assimilé chacune des règles de base, aussi bien marseillaises que lebouchères, du capitalisme:

"ESCLAVAGE MODERNE
Un homme surexploité pendant 15 ans
NOUVELOBS.COM | 15.01.2007 | 18:53

Le propriétaire d'un atelier de confection a été mis en examen pour avoir exploité un homme pendant quinze ans.

Le propriétaire d'un atelier de confection lyonnais, qui a fait travailler un homme pendant 15 ans pour un salaire misérable, a été mis en examen pour atteinte à la dignité humaine, a-t-on appris lundi 15 janvier de source policière.
Christian, 50 ans, originaire des Landes avait rencontré le propriétaire de cet atelier il y a quinze ans, alors qu'il s'était retrouvé à la rue après avoir été ruiné. Il s'était alors vu proposé un travail et un toit.
"Au début il travaillait pour 50 francs par jour, et au moment du passage à l'euro, son salaire est passé à 5 euros par jour. Il dormait dans un coin du salon de son employeur, sur une paillasse, comme un chien", a-t-on indiqué de source policière.
L'homme n'était même pas nourri. "Il ne mangeait pas. Il se payait du pain, quelques conserves et surtout à boire. De temps en temps, la femme du propriétaire lui donnait du fromage. Et c'est tout", a-t-on ajouté de même source.
Le propriétaire de l'atelier, âgé de 60 ans, a été par ailleurs mis en examen pour travail dissimulé après que l'Urssaf ait constaté que toutes les heures des "vrais" salariés de l'atelier n'avaient pas été déclarées.
Il est également soupçonné de tentative d'escroquerie à l'assurance et destruction d'un bien par incendie, à la suite du sinistre qui a ravagé son atelier en juillet.
Les infractions à la législation du travail et l'existence de Christian ont été découvertes par la police au moment de l'enquête sur cet incendie.
Le travailleur a été pris en charge par des associations qui le logent et le nourrissent."

On souffle, sans trop s'énerver.

Staches Power.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

mes crétins racistes de presque concitoyens (jsuis née à Ajaccio) m'intéressent plus que Bové ou Dieudonné
et s'il est de trop d'accourir à tous les rendez-vous qu'ils donnent aux journalistes (j'attends le jour où enfin une de leurs "conférences de presse" aura lieu sans public), on ne signalera jamais assez leur profonde sottise, et en même temps la dérive lamentable dans laquelle ils se sont engagés depuis trop longtemps. Leur ridicule aussi

Écrit par : brigetoun ou brigitte celerier | 15/01/2007

sur le thème, monstrueux, de l'esclavage

http://blog.emceebeulogue.fr/

Écrit par : céleste | 15/01/2007

@ Seb : Et le pire, c'est que j'ai vu les voisins, sur France 3 : ils savaient tout et n'ont strictement rien dit ! Put*** ! On souffle et on respire, mais je ne suis pas certain que cela suffise.

Et la patronne de l'IFOP/MEDEF, elle en pense quoi ? C'est un bon patron ?

Écrit par : Bruno Lamothe | 15/01/2007

La société libérale, ultra libérale, que nous subissons et que nous voulons combattre jusqu'à son éradication basée sur plus de profit et encore et encore, hors toute éthique véritable, ne peut que générer de tels "faits divers" qui vont se multiplier.

On fait de l'argent sur tout et surtout sur la misère des autres.
De plus, il y a une grande part de sadisme, inhérente à l'homme, à humilier, à dominer l'autre-semblable jusqu'à lui infliger une souffrance physique.

Cette supériorité supposée crée un pouvoir qui mélé à celui du profit rend l'homme néfaste et malfaisant.

Supprimons le profit.

Je m'égare, peut être et rêve.

Écrit par : GPMarcel | 15/01/2007

@ GPmarcel: clap clap clap

@bridgetoun
Les crétins racistes ne forment pas (en tout cas je veux le croire) la majorité de tes presque compatriotes. Pour être allée enfin dans cette île l'an dernier, après pas mal d'images négatives en tête, je trouve qu'il ya pas mal de Corses pour vouloir s'en démarquer. Mais peut-être suis je trop séduite par la montagne, les chataigneraies, et Robin Renucci!

Écrit par : valdo lydeker | 15/01/2007

@gPmarcel

re clap clap clap

ert malheureusement ces "faits divers" sont déjà beaucoup plus courant que ce qu'on imagine

"L'homme lucratif est la parfaite expression de l'inhumanité" Raoul Vaneigem "nous qui désirons sans fin"

merci Seb

Écrit par : céleste | 15/01/2007

Prochain billet: minuit.
Spéciale dédicace à ceux qui pensent que Sarkozy justifie (le vote) Royal.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

Bordel de merde, c'était l'anniversaire de Fleuryval le 14, et j'ai laissé passer le truc.
La mère de toutes les hontes sur moi.

BON ANNIVERSAIRE FLEURYVAL.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

Ben moi j'ai la photo de Raffarin et Sarkozy en conférence de presse juchés sur des chaises de jardins en plastic (Boum!) et je n'oublie pas qu'ils se sont vautrés gravement lors d'un référendum sur l'ile de beauté (pour la réunification des deux départements si je me souviens bien).
Il n'en parle pas beaucoup dans son bilan de travail, le PEM!

Sinon il vient d'arriver à Clémentine Autain ce qui est arrivé à Mélenchon avec Le Monde immonde (là: http://www.jean-luc-melenchon.fr/article/blogview/167/1/1/).

A votre avis, quelle est la couleur de la cagoule de Colombani ?

Zgur

Écrit par : Zgur | 15/01/2007

Moi c'etait mon anniversaire le 24 Septembre ! Et tout le monde s'en fout !

Écrit par : Bruno Lamothe | 15/01/2007

BON ANNIVERSAIRE BRUNO LAMOTHE!

Et maintenant vous pouvez actualiser.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/01/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu