Avertir le modérateur

06/03/2007

L'Election De Marie-Ségolène Royal Marquerait (Décidément) D'Une Pierre Blanche L'Histoire Des (Grandes) Révolutions

medium_1.5.jpg

On le devinait.

On le pressentait.

Mais c'est, désormais, une certitude: l'élection de Marie-Ségolène Royal marquerait d'une pierre blanche, au moins autant que jadis et naguère certains mois de juillet ou d'octobre (toutes choses égales par ailleurs), l'histoire (mouvementée) des (grandes) révolutions.

Son entretien d'hier, absolument ahurissant, avec trois salariés du "Monde", en témoigne - où Marie-Ségolène Royal se pose, avec une certaine vigueur, en présidentiable de gauche, certes, mais de droite.

(Comme dit le camarade Alpi.)

Elle explique, par exemple: "Je respecte le Parti socialiste, auquel je suis fière d'appartenir, [mais] je suis suffisamment autonome pour ne me laisser enfermer dans aucun dogme".

C'est, déjà, très beau.

Très iconoclaste.

Mais quels sont ces dogmes qui sifflent sur sa tête, et dans lesquels Marie-Ségolène Rebelle (with a cause) ne se laisse pas enfermer?

"Par exemple, la réconciliation des Français avec les entreprises. Ou l'urgente nécessité d'insuffler à notre pays le sens des compromis sociaux, à partir d'un syndicalisme puissant et rénové".

On lit ça, on ressent comme un début d'irritation; comme une espèce de commencement d'envie de balancer quelques lourds coups de pompes informatifs aux culs de quelques socialistes - ne serait-ce que pour leur enseigner les dévastations où leur culture du "compromis" nous ont déjà mené(e)s.

Traîtres infâmes!

Répugnants renégats!

La suite est du même tonneau: "Il est temps que la France sorte des logiques d'affrontement pour aller vers des logiques de dialogue et construise des cercles vertueux".

Chantonne Marie-Ségolène Royal, sur l'air de "Tata Yoyo".

C'est Charlotte aux fraises au joli pays du gentil patronat, en (beaucoup) plus mièvre: dis-moi un peu, salarié(e) sot(te), pourquoi tu irais affronter l'entrepreneur qui te vire, te délocalise, te hache et te chie sur - au lieu de parlementer gentiment?

Pourquoi ne pas te convertir enfin, gueusaille, aux joies pures d'un dialogue vertueux où le MEDEF te glissera d'aller te faire enculer sous d'autres cieux, et où tu répondras: "Merci, patron"?

Marie-Ségolène Royal continue: "A chaque fois qu'on défend les droits, il faut rappeler les devoirs et construire une société solidaire qui est le contraire de l'assistanat. A chaque fois que l'on veut distribuer, il faut dire comment produire plus et mieux".

En clair, t'aurais plutôt intérêt à faire tes devoirs, foutu(e) crevure de RMIste: sinon, fini(es) les allocs!

Parasite!

Droits contre devoirs: est-ce que je n'ai pas déjà lu ça, mot pour mot, ou presque, dans une chronique d'Eric Le Boucher (ou une tribune de Zaki Laïdi)?

Les salariés du "Monde" qui recueillent cette effroyable confession royaliste posent alors, une fois n'est pas coutume, une question pertinente: "C'est résolument social-démocrate?"

Ca l'est, en effet.

Dans le meilleur des cas.

Mais la courageuse Marie-Ségolène Royal, qui espère avoir encore une poignée de profs dans son électorat, fait mine de ne pas s'en apercevoir: "Je n'ai pas besoin d'étiquette. Je suis dans le socialisme du XXIème siècle".

Explique-t-elle.

Jaurès, épuisé, n'en finit plus de ruer dans sa tombe, ivre de rage et de dégoût.

Nous voilà édifié(e)s - mais nous l'étions déjà: pour Marie-ségolène Royal, le "socialisme" est ce paradis jeangandoisien où le (bon) peuple dialogue et (se) compromet avec le capitalisme désinhibé - plutôt que de contester sa monstrueuse hégémonie.

Un Eden, aussi, où le (bon mais con) peuple apprend le caniveau et vote où on lui dit de voter: Marie-Ségolène Royal, qui n'a décidément pas digéré le gigantesque lattage référendaire d'il y a deux ans, veut très sérieusement organiser "un nouveau référendum sur l'Europe avant juin 2009".

Ben.

Vo.

Yons.

Le (bon) peuple aura-t-il également le droit de revoter, le jour où il s'apercevra que sa présidente "socialiste" se fout très salement de sa gueule?

Commentaires

Preum's.

Comme d'hab'

Écrit par : IznoPreum's | 06/03/2007

il faut bien contenir l'hémorragie de l'aile droite ps vers Bayrou, et en même temps essayer de séduire quelques gaullistes effrayés par la dérive néo-libérale sarkozyste.

Comme les autres la ségo, prête à se mettre une plume dans le fion si ça peut lui apporter des voix

Écrit par : michel | 06/03/2007

mais pourquoi tant de haine, envers celle qui incarne le peuple franc, non euro non € ha oui. Alors pourquoi elle en veut à MES sous à moi. j'la connais même pas. Bon mais à gauche c'est vrai qu'il y a personne. ''Mon non c'est personne'' on l'a déjà faite, alors ma gauche, tu la veux ma gauche.

Écrit par : martingrall | 06/03/2007

Droits ET Devoirs , c'est une composante essentielle de la doctrine sociale de Blair (voire de la troisieme voie type Clinton).

http://www.agence-epices.com/article.php3?id_article=453

http://www.rezocitoyen.org/article.php3?id_article=2706

Voir aussi le bouquin de Philippe Auclair "le royaume enchanté de Tony Blair" et surtout le bouquin de Dickson "Un abecedaire du blairisme". Petite présentation ici:

http://atheles.org/editionsducroquant/savoiragir/unabecedairedublairisme/

Écrit par : Pas lolo | 06/03/2007

D. – As-tu des droits politiques ?

R. – Le Capital m'accorde l'innocente distraction d'élire les législateurs qui forgent des lois pour nous punir ; mais il nous défend de nous occuper de politique et d'écouter les socialistes.

D. – Pourquoi ?

R. – Parce que la politique est le privilège des patrons, parce que les socialistes sont des coquins qui nous pillent et nous trompent. Ils nous disent que l'homme qui ne travaille pas ne doit pas manger, que tout appartient aux salariés parce qu'ils ont produit tout, que le patron est un parasite à supprimer. La sainte religion du Capital nous apprend, au contraire, que le gaspillage des riches crée le travail qui nous donne à manger; que les riches entretiennent les pauvres ; que s'à n'y avait plus de riches, les pauvres périraient. Elle nous enseigne encore à n'être pas assez bêtes pour croire que nos femmes et nos filles sauraient porter les soieries et les velours qu'elles tissent, elles qui ne veulent se parer que de méchantes cotonnades, et que nous ne saurions boire les vins naturels et manger les bons morceaux, nous qui sommes habitués à la vache enragée et aux boissons fraudées. ...
D. – Quelles sont tes prières ?

R. – Je ne prie point avec des paroles. Le travail est ma prière. Toute prière parlée dérangerait ma prière efficace qui est le travail, la seule prière qui plaise, parce qu'elle est la seule utile, la seule qui profite au Capital, la seule qui crée de la plus-value.

D. – Où pries-tu ?

R. – Partout : sur mer, sur terre et sous terre, dans les champs, dans les mines, dans les ateliers et dans les boutiques.

Pour que notre prière soit accueillie et récompensée, nous devons déposer aux pieds du Capital notre volonté, notre liberté et notre dignité.

Au son de la cloche, au sifflement de la machine nous devons accourir ; et, une fois en prière, nous devons, ainsi que des automates, remuer bras et jambes, pieds et mains, souffler et suer, tendre nos muscles et épuiser nos nerfs.

Nous devons être humbles d'esprit, supporter docilement les emportements et les injures du maître et des contremaîtres, car ils ont toujours raison, même lorsqu'ils nous paraissent avoir tort.

Nous devons remercier le maître quand il rogne le salaire et prolonge la journée de travail ; car tout ce qu'il fait est juste et pour notre bien. Nous devons être honorés quand le maître et ses contremaître caressent nos femmes et nos filles, car notre Dieu, le Capital, leur octroie le droit de vie ou de mort sur les salariés ainsi que le droit de cuissage sur les salariées.

Plutôt que de laisser une plainte s'échapper de nos lèvres, plutôt que de permettre à la colère de faire bouillonner notre sang, plutôt que de jamais nous mettre en grève, plutôt que de nous révolter, nous devons endurer toutes les souffrances, manger notre pain couvert de crachats et boire notre eau souillée de boue; car pour châtier notre insolence, le Capital arme le maître de canons et de sabres, de prisons et de bagnes, de la guillotine et du peloton d'exécution.

D. – Recevras-tu une récompense après la mort ?

R. – Oui, une bien grande. Après la mort, le Capital me laissera m'asseoir et me délasser. Je ne souffrirai plus ni du froid, ni de la faim ; je n'aurais plus à m'inquiéter ni du pain du jour, ni du pain du lendemain. je jouirai du repos éternel de la tombe."

( comprendre socialiste au sens de la 1ere internationale, ce tit extrait de " la religion du capital" de Lafargue date de 1886 ) ...

Cette femme n'est pas bernadette sous biroute, nan ... c'est torquemada en devernois ... "mort aux hérétiques qui refusent d'adorer le vrai dieu" ...

Écrit par : les marques | 06/03/2007

:-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

Cher Sébastien,
A te lire - avec une certaine bonne humeur - je vais vraiment finir par croire que, comparé à Ségolène, François Bayrou est un militant clandestin de la LCR infiltré à l'UDF. Si, si...
Au fait, pour les mines de sel, je ne serai pas tout seul!

Écrit par : Serge Faubert | 06/03/2007

"Je n'ai pas besoin d'étiquette. Je suis dans le socialisme du XXIème siècle",dit-elle?

Tout est dit, tout est avoué. Le socialiste du XXIème siècle est celui qui rampe, lèche, dit "merci patron", ouvre la porte de sa voiture, retire sa casquette au passage du MEDEF, flatte, flagorne, se "paillassonnise", s'asseoit à la table des "négociations" en regardant ses mains tout en retirant le noir de dessous les ongles, travaillera plus pour gagner moins, déchirera le code du travail en revoyant les 35 h, travaillera le dimanche après être aller la messe, fera la foule et la claque dans des débats participatifs à énarques intégrés.

Le socialiste du XXIème siècle est le remake mon esclave adoré.
Serviable et corvéable à merci.

Le socialiste du XXIème siècle est celui qui en conscience, fier et consentant tresse sa propre corde.

Avec Royal, il a de l'avenir.

Écrit par : GPMarcel | 06/03/2007

"Je suis dans le socialisme du XXIème siècle"
Elle est plutôt la la guerre des terres du milieu... qu'elle va perdre

Torquemada en devernois, je prend !-)

Écrit par : leopold trepper | 06/03/2007

@ GP
Dans "Le Monde" (je crois): "L'ENA vote Royal".
Ben tiens.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

Vous n'avez pas lu qu'elle parle de de remettre en cause les 65 Milliards d'aide/subventions aux entreprises ? et de les redirigier là où c'est utile, c'est à dire vers les PME. Et ce plutot que vers les entreprises du CAC 40, vous savez "le grand capital" :o)

Le fait de prévoir un 2nd référendum veut il dire voter sur le même texte ? avez vous lu le TCE avant de voter NON comme moi : il n'est pas valable juridiquement s'il n'est pas adopté à l'unanimité, ce qui est déja le cas.
Et sur les Bayrouistes con-vaincus : je vous invite a convaincre ceux que vous connaissez surement dans votre entourage, ces CSP+ parvenus qui n'hesitent pas à se reconnaitre dans un programme libéral après avoir vote Besancenot en 2002.

Écrit par : dagrouik | 06/03/2007

"Vous n'avez pas lu qu'elle parle de de remettre en cause les 65 Milliards d'aide/subventions aux entreprises ? et de les redirigier là où c'est utile, c'est à dire vers les PME. Et ce plutot que vers les entreprises du CAC 40, vous savez "le grand capital" :o)"

Donc: elle ne les remet pas en cause.
Nous sommes bien d'accord.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

"Le socialisme du XXIème siècle", pas moins! Bigre, tudieu, jarnicoton, ventre saint-gris...! Derrière ce contorsionisme verbal, cela fleure bon le libéralisme rampant, l'apologie du CAC40 et le cirage de pompe du MEDEF.
Et puis si en plus l'ENA vote Royal, je me demande ce qui peut encore nous retenir le 22 avril prochain pour ne pas voter pour Elle.

Écrit par : henri | 06/03/2007

Je n'ai pas vu grand monde relever cet article réjouissant (il me semble que le vocable en vigueur en ces lieux est "goûtu") :

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/politique/20070228.FAP6772/segolene_royal_seduit_laurence_parisot_par_son_approche.html

En particulier cette sortie d'Ernestine-Antoinette : "Nous avons des approches qui ne sont pas si éloignées l'une de l'autre", vaut son pesant de dividendes !

Pour Marie Ségolène, après "vive le Québec Libre", voici désormais "vive le Medef libre" !

Comme quoi, les "briseurs de tabous" ne sont pas tous "philosophes" !

Écrit par : SuperNo | 06/03/2007

Votons Royal, fière galère de 67 mètres de long et 12 de large à trois ponts dont quatre réservés aux soutiers et autres galériens. Affranchissons-nous de nos chaînes même pas TNT, même pas Nobel, libérons-nous de TF 1 et M6 et voguons aux grès des urnes.
On s’emmerde quand même pour rien que 500 000 gus à peine qui sont dans l’indécision. Bon j’vote à drauche ou j’vote à groite. Ou alors au dgraoutcue. Ou alors à la pèche aux moules, aux coques, aux crevettes, à la sardine mais pas au bar déjà que ceux qui font la messe le ça me dit lui en veulent tout plein.
Bon on se fait un peu tartir donc j'vas écrire un grand roman d'amour à 800 000 que pour les décus des élections, et j'vas faire un carton.

Écrit par : martingrall | 06/03/2007

Non, je ne vais pas m'énerver pour si peu...
Juste un truc: Pourquoi refuser un second référendum sur un texte assez profondément remanié, tu préfère plutôt la solution Sarko: "vous avez voté non au référendum? Je vous emmerde et je passe en force, via le parlement"
Au moins, avec un second référendum, tu pourras toujours voter non...

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

Si ça ne dérange personne, je vais poser une option sur "jarnicoton", qui vient d'illuminer ma journée.
A plus.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

Euh, je dois préciser que tous les socialistes ne méritent pas les guillemets ? ;-))

Quoi qu'il en soit, bien entendu, j'ai l'honneur de rappeller que je n'ai que peu a voir avec la dame qui veut faire entrer au gouvernement "tous ceux qui se reconnaitront" dans sa démarche...

Écrit par : Bruno Lamothe | 06/03/2007

Il n'y a plus à discuter : Ségolène est de droite.

C'est donc que Sarkozy est d'extrême-droite, car à moins d'être con, sourd et aveugle on ne peut pas dire qu'il n'y a aucune différence entre eux quant à la droititude. C'est vrai que sur certains chapitres il faut un peu chercher pour la trouver, la différence, mais elle existe quand même.

Si Sarkozy est d'extrême-droite, il faut convenir que Dupont-Aignan et Le Jolis de Villiers de Saintignon sont pratiquement des néo-nazis.

Et si ces deux comiques fleurtent avec les mânes du IIIème Reich, c'est que Le Pen est un monstre venu de l'espace pour exterminer l'humanité, en débutant par les exemplaires les plus basanés de notre espèce.

Quoi qu'il en soit, d'après les règles qui s'exercent actuellement, va falloir en choisir un dans le paquet. Qu'on aime ou pas, va falloir choisir.

Le moindre mal, par exemple...

Écrit par : Luc | 06/03/2007

diantre, c'est ce que je craignais....si c'est ça le socialisme du 21ème siècle, royal ! c'est foutu pour le millénaire...
tu parles d'un révolution !
d'ailleurs j'ai compris sous peu que tout révolutionnaire était un libéral forcené, j'en ai fait un post tellement ça m'a traumatisée
le cauchemar est ici verbalisé sur ton blog seb

Écrit par : lesyeux | 06/03/2007

@Henri : c'est plutot vous qui faites des contorsions verbales pour assumer de tels propos, bientot à vous lire , si on respire le même air que le MEDEF ça vaudra le peloton d'éxecution dans la blogosphère.
De même si on suit de tels raisonnements, le moindre mot peut entrainer le classement dans la classe ennemie, celle des exploitants et nantis.
A quand le retour du mot "social-traitre" ?

Et pour S.Fontenelle, il n'y a que les Libéraux amis de Madelin ( qui a fait le programme de Bayou) pour être partisan de la suppréssion totale et inconditionnelle des aides aux entreprises : ça se trouve sur www.liberaux2007.fr par exemple. Attention, contenu libéral dedans.

SR demande le rembourssement des aides en cas de délocalisation, ça ne vous dit rien ?

Écrit par : dagrouik | 06/03/2007

L'évaluation du moindre mal, là est toute la difficulté:
mettre la gauche au pouvoir et s'asseoir sur les immanquables futures coucheries avec le medef ou installer super nabot et espérer que de là naîtront des révoltes ?
Les derniers mouvements de l'enseignement et la fin de non recevoir sous Raffarin ont durablement atteint la capacité de mobilisation. Hormis le mouvement anti CPE il n'y rien eu pour montrer que l'apathie généralisée était en passe de perdre du terrain.

La question économique est phagocitée par la pensée unique capitaliste: là dessus aucune discordance. A plus ou moins long terme tous les candidats voteront ou feront voter les mêmes lois contre les salariés: le cosensus est que c'est à nous de payer.

On peut espérer de Sego une seule chose: un peu moins d'atteinte à la liberté de l'individu. Ce qui n'est pas rien.

Maintenant, mettre la gauche au pouvoir et ne rien laisser passer pourrait être efficace.
Mais le geste du bulletin dans l'urne n'est que le début.

Écrit par : aloah | 06/03/2007

Moi je me demande pourquoi le vocable "des droits, des devoirs" ne s'applique pas aux entreprises et au MEDEF. ..?

Parce qu'à ce moment là, en échange des subventions: De Forgeard à Lagardére en passant par les dirigeants d'Alcatel et autres Arcelor, il y en a un paquet qui aurait des devoirs à rendre à la France de la taille de la muraille de Chine et avec le goudron et les plumes en sus!

Écrit par : Chevillette | 06/03/2007

Haha, j'adore... Et où vous a mené votre radicalisme ? Puisque vous insinuez gravement que la gauche n'a pas arrêté de se trahir ... Où en êtes vous les purs de la gauche ? Nul part. C'est à croire que trop occupé à vous exciter entre vous, vous perdez de vue ce qu'est la politique.
L'axe devoir/droit, n'est pas plus blairiste que kennedyien(si on me permet). Et je vois pas en quoi Jaures ce retournerait dans sa tombe en entandant Ségo parler. En revanche il doit pas se sentir au mieux lorsque Sarko le cite.
Et puis, vous voulez botter les fesses du patronat, ne pas plier face à lui. Très bien, le problème c'est que ça ne marche pas comme ça. Ces gens là sont de vrais méchants. L'affrontement c'est leur nature. Alors faut bien faire autrement, plutôt que de leur offir sur un plateau toutes les raisons de délocaliser ou de prendre un max en golden parachute.
L'affrontement n'a mené la gauche à rien, sinon à s'enfermer dans un sollipsisme politique stérile.
Et ça me navre...

Écrit par : ZaraA | 06/03/2007

'tain, c'est le retour des clones de jacques adam. La grande menace fantôme.

Vote utile, vote futile

Écrit par : Pescade | 06/03/2007

A propos de Sarko, un petit article intéressant (dans The Economist, qu'on peut difficilement accuser de crypto-anarchisme), pour ce qu'il révèle (si c'était encore nécessaire) sur ses ambitions, notamment ces savoureux passages à propos de la traduction de son livre en anglais:

“If I had to choose, I feel closer to American society than to a lot of others around the world.”

"He also declares, more strongly than he did in the French version, that he feels “close to Israel”;"

"One of the curiosities of this book is that the politician who has been so refreshingly candid in his denunciation of decades of French political mismanagement has himself been a member of Mr Chirac's government since 2002."

alors moi, je ne sais pas, mais si j'étais journaliste de (la) presse (qui ment), je creuserais un peu au-delà des formules toutes faites que Sarko jette en pature aux caméras pour qu'il nous développe un petit peu tout ça, non ?

Écrit par : David A. | 06/03/2007

Pour ceux qui veulent

http://www.economist.com/books/displaystory.cfm?story_id=8770016

Écrit par : David A. | 06/03/2007

"On peut espérer de Sego une seule chose: un peu moins d'atteinte à la liberté de l'individu. Ce qui n'est pas rien."
Hahaha! Elle est excellente celle-là.

Et les centre de détention militaire pour délinquants juvéniles, c'est quoi au juste?
Et les LSI/LSQ, qui a bien pu les rédiger et les voter?
Et l'organisation du flicage des chomeurs par le PARE, imposé par le gouvernement malgré l'opposition de la totalité des syndicats non patronaux: non, ce n'était pas la droite ...

Et encore, pour rester dans le sujet, je ne mentionne pas la privatisation, ou plus exactement le don gracieux d'Airbus à Lagardère par Jospin/Strauss-Kahn...

Écrit par : leopold trepper | 06/03/2007

"Je suis dans le socialisme du XXIème siècle" Brillant, génialissime, formidabeule. Elle en a sous le chapeau la madame.

Contre la vie chère, pour l'ordre juste, l'emploi pour tous et les impôts pour chacun. C'est ça le socialisme du 21ème siècle ? Mazette ! Quelle chance nous avons ! La France, berceau de Marie Ségolène et du 21ème siècle.

Et Jack Lang, c'est aussi le socialisme du 21ème siècle ?

Écrit par : El Ronchon | 06/03/2007

@ David
"He (Sarkozy) appears driven, pragmatic, courageous, non-ideological."
"non-idological", ben voyons !

Écrit par : j3m | 06/03/2007

Mon cher Sébastien,

J'espère que tu ne m'en voudras pas d'être un tantinet hors sujet. Quoique... ;-)

J'ai lu "pierre blanche" et je ne sais par quel gymnastique intellectuelle ça m'a fait penser à "PIERRE Dac et Francis BLANCHE"... tu sais ces 2 gais lurons ?

Je sais que nous n'avons pas les mêmes goûts musicaux mais je suis sûr que tu apprécieras ce sketch de ces 2 comiques à sa juste valeur si ce n'"est à sa valeur juste. (Faut faire un 50/50 pour savoir...? : http://www.dailymotion.com/video/x133dd_dacpartidenrir3

Bon ben ce n'est pas tout à fait hors sujet car en écoutant les paroles il m'a semblait qu'il parlait d'un certain parti... Ne serait ce pas le parti socialiste ?

Écrit par : Farid Taha | 06/03/2007

Je faute mais je me soigne..

il m'a semblÉ qu'ilS parlAIENT ...

Écrit par : Farid Taha | 06/03/2007

@ j3m

Bon, c'est "The Economist" aussi, faut pas s'attendre à les voir détester Sarkozy, ni à se retenir d'en faire régulièrement des panégyriques serviles assez régulièrement dans leurs articles.

Écrit par : David.A | 06/03/2007

@ David : il l'avait déja dit dans je ne sais quel journal anglais... Bis repetita. N'empeche, il se lache, quand il ne parle pas en francais, le nabot en talonnettes !

Écrit par : Bruno Lamothe | 06/03/2007

@leopold trepper,

D'expérience, c'est sous les gouvernements de droite que les bavures se multiplient et que les shtroumpfs se lâchent. Et il n'y a même pas besoin d'édicter des lois pour ça.
De toute façon c'est un état dans l'état quand on voit le peu d'auteurs de bavures poursuivis ou condamnés sous quelque gouvernement que ce soit...
La vie est un peu plus paisible sous la gauche même si ça n'empêche pas les comportements westernesques des gyrophares.
Pour les conneries économiques on a des champions des deux côtés, je me souviens que Juppé a falli vendre Alsthom à Daewoo pour 1€. Symbole.

Écrit par : aloha | 06/03/2007

Au fait, j'ai une chanson en tête: "et ils sont où, et ils sont où, et ils sont où les 55%, la lala la lèreu..."

Sans animosité aucune ni esprit de revanche, le problème est bien là: Qu'ont fait les nonistes de gauche pour capitaliser sur le rejet du référendum? Rien... Et après ils s'insurgent contre Royal parce que celle-ci a réussi à agréger autour d'elle des partisans du oui et des partisans du non. Pour un projet qui tient compte de ce résultat. Un projet, mais aussi une méthode démocratique (le référendum bis). Mais ça c'est au-dessus de vos forces de le reconnaître.

N'en déplaise aux Bourdiolâtres (le messie cosmoplanétaire inventeur du dogme ségolène-est-de-droite), Royal est de Gauche. Vos continuels procès d'intention et vos amalgames foireux n'y changeront rien...

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

@aloha
C'est mignon l'argument du moins pire, mais
1/ tu verras que ça marche moyen
2/ pour le milleu paisible de droite, on a déjà Bayrou, qui, électoralement parlant, et s'il est question de barrer Sarko, est beaucoup plus crédible qu'une passionaria en Devernois.

Écrit par : leopold trepper | 06/03/2007

@ Bruno

N'oublie pas l'ami, l'Ocitanie, en mon nom, t'a offert l'asile politique.
Entraine toi avant Angleterre-France...car comme PEM (petit endroit marécageux) on fera passer un examen.
Put***g, on va pas s'emmerder avec ceux qui ne sont pas Capitoul.
Rouge et noir sont les couleurs du Stade, le damier est à Bègles, le vert est à Montauban et le bleu de soleil est à Agen, comme les pruneaux.
Faut se le rappeler!

Ca va manger chaud.

Écrit par : GPMarcel | 06/03/2007

@leopold

le phénomène Bayrou n'existe qu'à la télé et dans la presse pour faire croire que LePen serait disqualifié du fait même qu'il était au 2° tour.
Le Pen était au 2° tour sans couverture média.
Personnellement je crois que ceux qui ont voté Le Pen revoteront Le Pen. Pour la même raison qu'en 2002: la rage.

Écrit par : aloha | 06/03/2007

@ GPMarcel : je peux avoir un passeport ?

Écrit par : Bruno Lamothe | 06/03/2007

@ Bilbo : t'enerve pas mon ami ;-)))

Écrit par : Bruno Lamothe | 06/03/2007

"le phénomène Bayrou n'existe qu'à la télé et dans la presse"
L'affirmation venant d'un d'un partisan de Pimprenelle, je dirais que cette fois, c'est sûr, c'est l'hôpital qui se moque de la charité...

Ben oui Aloha, souviens-toi des jours heureux, quand tous les médias (qui mentent) encensaient ton énarque participative.

Écrit par : leopold trepper | 06/03/2007

Sans lien, ou si peu, avec le billet de ce jour.

Sous la signature d'un certain Jacques FOLLOROU, le site "Le Monde" nous apprend qu"en 1997, Nicolas SARKOZY a fait valider par oral, par les services fiscaux, le prix de son appartement".

Donc, en 1997, il y a eu "validation", mais "par oral"...

"Le Monde" rapporte cette information sans rire, le plus sérieusement du monde.

Question : qui sont les imbéciles ignares auxquels Le Monde destine cette "inforrmation" ?

Ses lecteurs, les électeurs ou encore les deux ?

Écrit par : CHAREL | 06/03/2007

une société bien proprette, bien nette, bien rangée
chacun à sa place
les patrons au pouvoir
les prolos au boulot

à l'image de Royal, le tailleur bien repassé et le brushing impeccable qui trouve sans problème des terrains d'entente avec la Parisot.

Quelle triste société que celle du socialisme du 21 siècle!

Écrit par : céleste | 06/03/2007

@leopold

si tu veux mon avis concernant le régime présidentiel, je te renvoie à cet excellent article:

http://www.monde-diplomatique.fr/2007/03/BELLON/14514

On peut croire que Bayrou fera 20% comme le prétendent les sondages, mais Pimprenelle a derrière elle des militants qui l'assurent d'une base autour de 16, il suffirait de quelques voix parmi ceux qui ne supportent pas Petitcocudemauvaisefoi
pour assurer sa qualification. C'est un fait pas un délire de sondagier.

Je ne goûte pas SR plus que NS ou si peu et FB pareil, mais la manière de voter a une grosse inertie et je doute que FB fasse un gros score.
Je ne doute pas que JM-LP fasse un score. Ni SR pas tellement à cause d'elle-même mais grâce au parti.
A vrai dire le seul qui me fasse douter c'est NS, car il n'a en fait jamais fait un score. Sinon son omniprésence médiatique il ne me gênerait pas.

Écrit par : aloha | 06/03/2007

Aloha, il semble que tu as amplement oublié l'attitude du PS au moment de l'instauration de l'Etat d'urgence. Ou simplement les remarquables génuflexion des mêmes devant le sécuritarisme débridé de Sarkozy dès son accès à l'Intérieur en 2002. Ou encore le fameux "rapport" de Malek Boutih sur l'immigration, encensé par Marine Le Pen en mai 2005.

Écrit par : Pescade | 06/03/2007

"en 1997, Nicolas SARKOZY a fait valider par oral, par les services fiscaux, le prix de son appartement"

Ils ont la mission de faire ça les services fiscaux ? Est ce leur boulot, officiellement?
Je dis ça rapport aux impôts que nous payons pour financer, entre autres, les services fiscaux.

Et je ne savais pas qu'ils faisaient des fiches blanches, comme aux RG.
Par oral qu'ils appellent ça à Bercy.
Donc aussi fiable que les fiches blanches ! C'est à dire, souvent aussi fiable qu'une boule de cristal ébréchée.
Ca promet.

Et sa déclaration de patrimoine, il l'a faite par oral Sarkozy ? Comme son ISF ?

Va y avoir de la merde dans le ventilo mais il 'aura bien cherché.

Zgur

Écrit par : Zgur | 06/03/2007

@ Zgur : et hier soir, sur France 3, Sarko annonce, gros sourire, que le Directeur Général des services fiscaux, dans un communiqué, et apres avoir examiné personnellement son dossier, atteste que Sarkozy est en regle au sujet de l'ISF...


Tu crois que c'est son travail ?

Écrit par : Bruno Lamothe | 06/03/2007

Sur le référendum, c'est pas faux de dire qu'il vaut mieux un nouveau référendum qu'un vote du parlement.
J'dis ça, j'dis rien hein !

Écrit par : Olivier B. | 06/03/2007

Bourdieu l'avait dit :

elle est viscéralement de droite

Écrit par : michel | 06/03/2007

A côté d'elle Bayrou fait figure de révolutionnaire gauchiste.

Et pendant qu'elle déconne à tout berzingue au medef, dsk prépare sa future social-démocratie.

Français, votez, mais avant informez vous ailleurs qu'auprès de tf1, le monde, libé, ou votre torche cul régional (dont le talent se limite aux copier/coller de l'afp donc de la pienpensance installée).

Vous avez donc le choix entre :

L'extrême droite fascisante de Le Pen

L'extrême droite décomplexée populiste et policière de Sarkozy.

La droite introvertie, sournoise, catho-rigide de Ségolène.

La droite modérée de Bayrou.

De toute façon vous aurez le choix entre la droite et la droite, ne vous en déplaise.

Écrit par : michel | 06/03/2007

@michel
L'émission L'Ile aux enfants s'est arrêtée en 1982, mais vous deviez en être un nostalgique. Avec Bayrou vous en avez un remake.

Écrit par : j3m | 06/03/2007

"[...] hier soir, sur France 3, Sarko annonce, gros sourire, que le Directeur Général des services fiscaux, dans un communiqué, et apres avoir examiné personnellement son dossier, atteste que Sarkozy est en regle au sujet de l'ISF."

(Une réponse nous parvient à l'instant :)

Eh bien moi je dis qu'il n'y a là rien d'anormal, que comme tout citoyen, que comme tout Français parmi d'autres, je suis allé voir les services fiscaux quand j'avais une question sur la fiscalitation.
On cherche à me salir mais on n'y arrivera pas - ou alors il faudra être prêt à en subir les conséquences.
Comme toute personne qui a beaucoup souffert, je passerai outre et je poursuivrai mon chemin au service des Français et de la France, ce qui annonce encore beaucoup de souffrances pour tous.

Il n'y a là aucun début de commencement de quoi que ce soit, et certainement pas l'ombre d'une "affaire".
Je vous le dis et vous pouvez me croire sur parole, comme d'habitude.

Écrit par : IznoSarko (de Beauvau) | 06/03/2007

Si Bourdieu l'a dit, c'est que c'est vrai, hein? Dans Bourdieu, il y a Dieu...

C'est fou, quand je passe sur VLF, je pense au Mandarom, je vous imagine en bonzes à toge orange, vous lançant dans des danses de saint guy, en psalmodiant Hare Bourdieu... C'est dire si je me marre.

Eh les gars, Bourdieu est mort, vous voyez où ça mène de dire des conneries...

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

Pour les Bourdiolâtres, je vous signale l'adresse pour que vous retrouviez le chemin du bercail:

http://www.aumisme.org/

C'est édifiant...

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

@j3m

oui ma biche

et avec royal c'est :

au pays de ségo....
naninanère

Au fait vous l'avez choisie votre droite préférée?

Écrit par : michel | 06/03/2007

A michel:

Voter bien, voter rien.

Écrit par : Gyhelle | 06/03/2007

Michel, vous n'avez que ce mot là à la bouche, droite, droite, droite. Méfiez-vous du syndrome de Stockholm, ce mot va finir par déteindre sur vous. A moins que ce ne soit déjà fait? Michel, petit sarkozyste à l'insu de son plein gré?

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

Mais Bilbo?
Ce que tu écris là est très sot?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

Un discours digne de Le Pen ou bien de Raffarin!
Ha bon on me dit que c'est un blog d'extreme droite ou gauche,je ne sais plus..
En tout cas c'est pas marrant, je dirai même plus sinistre.
Beurk beurk!

Écrit par : anamaywong | 06/03/2007

Parce que toi, au moins tu détiens la Vérité. Tu la tiens du Premier HIEROKARANTINE Bourdieu. Ségo est de droite. Cela ne souffre point de contestation. Hare Fontenelle. Je vais de ce pas m'infliger quelques dizaines de coups de fouet pour me punir de ma sottise.

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

@ michel
Si appliquer les thèses de Vladimir Ilitch Pébereau sur la dette, remplacer l’impôt de solidarité sur la fortune par un impôt à "taux léger" sur tous les patrimoines égaux ou supérieurs à 750.000 euros, etc. fait de Bayrou un révolutionnaire gauchiste, alors moi je suis le prochain pape !

Écrit par : j3m | 06/03/2007

Mais, Bilbo?
Tu délires de plus en plus gravement, ce me semble?
Quel rapport entre Bourdieu et les déclarations de M-SR au "Monde"???

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

C'est quoi, un HIEROKARANTINE???

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

Heureux de voir que tu t'inquiètes de mon cas... Tu ne vois pas le rapport? C'est toi qui m'inquiète... A moins que tu ne saches plus ce que tu écris (ce qui est fort possible) .
Quant à HIEROKARANTINE (copié-collé, c'est plus simple) qu'est-ce que j'en sais? C'est à toi de me le dire, en tant que membre actif de la secte du messie cosmoplanétaire bourdieu (bourdieu, bourdin, c'est kif-kif)

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

J'aime quand les ségolâtres affublent qui n'est pas d'accord avec eux de leur propre sectarisme.
Nous sommes, vous l'aurez noté, sommé(e)s de nous rallier au "socialisme du XXIème siècle" - sinon ça veut dire que nous sommes des allumé(e)s: c'est du même niveau que Finkielkraut dénonçant le "lapsus fasciste" d'Eric Besson.
C'est, en un mot, complètement con.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

C'est étonnant de retrouver dans les commentaires de ce blog les mêmes attaques à l'encontre de Ségo que celles utilisées par l'UMP. Comme toujours la gauche(la vraie, si j'en crois ceux qui s'en prévalent ici) va faire tout son possible pour avoir la droite au pouvoir fin mai prochain. Comme disait l'autre les anarchistes aiment tellement l'ordre qu'ils n'en acceptent aucun...
Mais au moins, vous pourrez vous drapez dans votre immaculé-diginité de conscience de gauche, la plus éloignée possible de toute salissure droitière. Vous avez raison gouverner, c'est sale. Faut apprendre à parler à des ordures, voire même signer avec eux des accords nauséabonds, pour ensuite, se rendre compte que la vérité n'a aucun intérêt, que tout le monde s'en bat les co****** au profit d'un confort immédiat, et d'une bonne dose de débilités télévisuelles. Ensuite, on croule sous les dossiers, sans apercevoir la moindre lueur d'espoir que les événements donnent raison à votre sens innée du bien, du beau et du monde... Ah mais j'oubliai comme je l'ai vu marqué plus haut : voter utile, c'est voter futile ! Génial les slogans prennent le dessus sur les idées; N'aller pas ensuite hurler contre l'omniprésence des spin doctor dans l'ombre des hommes politiques.

Écrit par : ZaraA | 06/03/2007

Un Bilbo rescapé du Mandarom se marre pendant que le futur pape est élu par la grâce du révolutionnaire gauchiste Bayrou.

VLF, le blog pas comme les autres.

Écrit par : IznoPreum's | 06/03/2007

"C'est étonnant de retrouver dans les commentaires de ce blog les mêmes attaques à l'encontre de Ségo que celles utilisées par l'UMP."
Certes: l'UMP, formation marxiste libertaire de renom international, n'a de cesse de reprocher à M-SR de trop se droitiser.
A rigole bien avec "'socialistes".

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

"C'est, en un mot, complètement con."

"C'est en deux mots, alors."
Maître Capellovenividivici

Écrit par : IznoPreum's | 06/03/2007

:-D

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

@ ZaraA : selon vous, la présence de Sarkozy justifie à elle seule de ne pas se poser de question sur Ségolène Royal et les tendances au reniement des valeurs de gauche qu'elle laisse entrevoir - ce qui serait un peu le bis repetita du gouvernement Jospin ? Qui était mieux que celui que nous ferait Sarkozy, d'accord... Donc coucouche panier ?

Écrit par : Olivier B. | 06/03/2007

d'après le site prophète et nains de jardins :

"Sa Sainteté le Seigneur HAMSAH MANARAH est le HIEROKARANTINE, Maître de la Sélection des âmes. Sa Mission est la Reconstruction du TEMPLE PYRAMIDE pour sauver la Terre de l'auto-destruction et la restauration de l'ORDRE DU DIAMANT COSMIQUE. "

Écrit par : Gyhelle | 06/03/2007

Ne sois pas sectaire, Olivier.
Regarde la Lumière.
Tu ne vas quand même pas refuser de te convertir au Socialisme Du XXIème Siècle, annonciateur d'une longue période de paix sociale à base de compromis(sions)?
Puisqu'on te dit que tu as le choix entre ça ou le néant?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

A Sébastien : le Socialisme Du XXIème Siècle, c'est le chavisme non ?

Écrit par : Gyhelle | 06/03/2007

Merci, Gyhelle.
En effet, ça correspond tout à fait à Pierre Bourdieu.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

Non.
C'est le marieségolèneroyalisme.
On se tue à te l'expliquer.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

A zaraa

- "la gauche(la vraie, si j'en crois ceux qui s'en prévalent ici) va faire tout son possible pour avoir la droite au pouvoir fin mai prochain"

C'est pas notre faute si les 4 candidats en tête sont de droite.


- "Vous avez raison gouverner, c'est sale."

D'après la rumeur, le canard qui sort demain va nous renseigner sur le fait que gouverner ç'est sale mais ça a ses bon cotés.

Écrit par : Gyhelle | 06/03/2007

Ils sont taquins, au "Canard".
Plus qu'à "Le Point" ou à "Le Monde", par exemple.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

Voter n'est pas jouer.
Il ne suffit pas de voter.
Lutter c'est participer.
Participer c'est lutter.
S'exclure c'est frimer.
Exclure c'est brimer.
si Sarko est président, même bloguer sera difficile.

Écrit par : erno | 06/03/2007

Je proteste : www.hns-info.net/article.php3?id_article=9918

Donc si royal = socialisme du XXIeme siecle
et Chavez = socialisme du XXIème siècle
alors Royal = Chavez.

Mon dieu, va t elle porter le beret rouge ?

Écrit par : Gyhelle | 06/03/2007

"si Sarko est président, même bloguer sera difficile"

Sauf pour Loïc Lemeur-mais-ne-se-rend-pas, qui deviendra LE blogueur officiel de la République.

Écrit par : IznoPreum's | 06/03/2007

"si Sarko est président, même bloguer sera difficile"

Sauf pour Loïc Lemeur-mais-ne-se-rend-pas, qui deviendra LE blogueur officiel de la République.

Écrit par : IznoPreum's | 06/03/2007

Ben, au moins, maintenant on sait que si le P"s" a perdu les élections de 2002 c'est à cause de Bourdieu.

Écrit par : Pescade | 06/03/2007

Tiens je vois que maintenant vous tournez enfin vos lances contre Sarko ! Bizarre comme le vent de la vindicte change.
Pour ce qui est de répondre :
- Les attaques de l'UMP sont en effet parfois orientés sur le thème Sego est une fausse gauche(lire le Fig sur ça, qui est assez poilant), mais surtout, la faire passé pour une bécass(ce que j'associe sur ce blog à tous les commentaires la qualifiant de pimprenelle, etc.). Comme dirais un penseur allemand, tendance polonaise(pour ceux qui connaissent) "toi qui regarde le gouffre n'oublie pas que le gouffre regarde aussi en toi(je suis pas sûr de toute la citation mais l'essentiel est là.
- Une élection c'est une compétition. Les arguments sont toujours les bienvenus, mais perdre de vue qu'il s'agit d'élire quelqu'un pour 5 ans, est à mon avis une connerie. De là, s'en suit : il faut choisir son camp. Alors Ségo ou Sarko ? Répondez pas Bayrou que ce débat ne perde pas de sa substance, merci.
- Qu'est ce qui vous fait dire que Sego est de droite ? Et quand bien même, est ce que ce n'est pas votre thermomètre qui est obsolète ? La gauche bouge pour prendre le pouvoir(parce que je sais pas pour vous, mais 5 ans de droite moi j'en peux plus), même Fabius l'a accepté. Reste bien que Mélenchon... Y a des mélenchonien ici ? ;)
Voilà,
Donc le débat oui, le canardage non. (Rien à voir avec le volatile).

Écrit par : ZaraA | 06/03/2007

Je n'ai jamais sommé personne... Par contre, parfois, tu nous (as)sommes avec ton sectarisme. Heu... Grand PURNA YOGI, c'est quoi la gauche, pour toi? (réponds pas un truc du genre : tout le contraire de marie-ségo, parce que c'est pas de jeu)

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

C'est quoi la gauche ?

Tout le contraire de Nico-Sarko.

Écrit par : IznoHorsjeu | 06/03/2007

T'as pas été sur le blog de Mélenchon, ZaraA. Il lui arrive ces temps-ci de décerner quelques brevets de gauchisme à la dame du poitou. Même lui s'y met...

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

Y sont marrant les ségolatres :

Je cite "Tiens je vois que maintenant vous tournez enfin vos lances contre Sarko ! Bizarre comme le vent de la vindicte change."

C'est vrai que le dernier article contre sarko ici date beaucoup. Au moins d'avant hier.

Écrit par : Gyhelle | 06/03/2007

"Il lui arrive ces temps-ci de décerner quelques brevets de gauchisme à la dame du poitou. Même lui s'y met..."

hu hu, un membre du PS qui soutien la candidate du PS, c'est vraiment surprenant.

Écrit par : Gyhelle | 06/03/2007

Sectarisme ? Non encore que j'affiche un peu de pragmatisme électorale ok, mais pas de sectarisme. Ou bien faut me dire où et alors je ferais amende honorable.
Pour ce qui est de ma définition de la gauche, je la qualifierais de quelques adjectif : progressiste, généreuse, ouverte, plurielle(j'aimais bien ça). Ca donne une direction. Enfin, solidaire !
Pour moi, Sarko est l'homme des réseaux pasqua des hauts de Seine, qui joue aussi bien son rôle que Marine au FN. Ca me suffit pour savoir que je ferais tout pour ne pas le voir au sommet de l'Etat.

Écrit par : ZaraA | 06/03/2007

Ps : désolé, je vous laisse on vient de m'apporter le Canard !!!

Écrit par : ZaraA | 06/03/2007

"La gauche bouge pour prendre le pouvoir"… 'tain… impressionnant.

Oui, la gauche bouge à droite pour prendre le pouvoir. Et une "gauche" au pouvoir sans mouvements social puissant pour porter les vraies réformes social-démocrates (égalisation par le haut et non par le bas), ben c'est juste rien. Ça peut garder l'étiquette "gauche", mais ça n'est qu'une nouvelle bande d'opportunistes qui n'a d'autres ambitions que de garder le pouvoir pour le pouvoir.

A la volée. La gauche, ce n'est pas "Le pen pose les bonnes questions". La gauche, ce n'est pas Tapie ministre de la ville. La gauche, ce n'est l'acceptation de l'Etat d'urgence. La gauche, enfin, ce n'est pas l'abstention de Marie-Ségolène Royal lors du vote de la loi Ceseda.

Écrit par : Pescade | 06/03/2007

Il est bien, ce Pescade.
Franchement?
Il est bien.
Je vous recase (propagande un jour, propagande toujours) ce bref extrait d'une plaisante ritournelle de l'ami Fred Alpi:
"Jean-François B. est social-démocrate
Il est de gauche mais de droite
Il n'a pas la rage
Il n'a pas la haine
Il veut seulement
De plus grandes cages
De plus longues chaînes".
J'aime.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

Et pis la gauche, c'est celle qui achète Le Canard chez son kiosquier préféré (pour se réconcilier avec l'entreprise), pas celle qui se le fait livrer par ses valets.

Écrit par : Pescade | 06/03/2007

hu hu, un membre du PS qui soutien la candidate du PS, c'est vraiment surprenant.

Ecrit par : Gyhelle | 06.03.2007

Ca, tu l'as dit...

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

Silence de mort de ZaraA, qui vient de découvrir dans "Le Canard" des horreurs sur sa candidate préférée...
La gauche Mougins, que voulez-vous, c'est comme la caviar: ça étonne.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

J'ai attendu, attendu et ma soeur Anne et moi n'avons rien vu venir.

J'attendais que les aficionados du "Socialisme du XXIème siècle" nous parlent
de sa modernité,
de sa ligne futuriste, hight tech,
de sa fonction intégrale mêlant avec ce souci d'efficacité un libéralisme "maîtrisé" - un service public light - (cf processus de Lisbonne + Barcelonne, Jospin ) - un ordre juste dans une main plus militarisée, une écologie hulotisée, un syndicalisme de masse à la médéfisation nuancée, une mondialisation heureuse et souriante...

J'ai rien vu.

Ah! le "socialisme du XXIème siècle" se trouve résumé dans le fameux pacte républicain du 11 Février de Villepinte.

Mais j'ai entendu que Madame Royal avait des points de convergences importants avec Madame Merkel Angela, aujourd'hui ensemble autour d'une tasse de thé.

Normal elle est de droite la dame et elle ne s'en cache pas, elle.

Bourdieu avait raison.

Moi j'ai toujours des difficultés à avoir des convergences avec un mec de droite. Je peux entendre ses arguments mais les miens, bizarre, divergent et non convergent.
Mais je suis du XXème siècle.

Ringard, va!

Écrit par : GPMarcel | 06/03/2007

Comme disait Julien D, "Va falloir remettre les pendules à l'heure"

Écrit par : Pescade | 06/03/2007

Sacré boute-en-train, ce Julien Duvivier.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

Pescade, tu sais, je trouve que tu as bien des noeuds qu'il faudrait que tu tranches. Ca commence à se voir(pour ne pas dire que tes arguments tournent au poujadisme de café du commerce).
ps: je suis pas militant.
Pour ce qui est des grandes cages ! Je sais même pas quoi répondre, ca ressemble encore à un slogan. Vous ne voulez pas lâcher votre matériel de propagande deux minutes ?
Je me suis essayé à donner une définition de la gauche. Essayez donc...
Enfin, les valets... Ah oui, zut si on se fait livrer forcément c'est qu'il y a exploitation de l'homme par l'homme... La prochaine je dirais non à la gentille confrère qui m'a apporté le journal alors qu'elle me voyait très occupée pour aller aussi sec l'acheter, histoire de me sentir enfin de gauche ! J'espère qu'alors vous me décernerez un bon point à l'éffigie de Jaurès.

pps: Arrêtez aussi de voir la gauche toujours en fonction de la droite. La gauche n'est pas "ce qui n'est pas de droite", ni l'inverse d'ailleurs. Elle doit être AMHA, le mouvement de pensée qui permettra de replacer la politique au coeur de la cité pour en déloger toute asservissement à une cause unique. La gauche est Métis.

Écrit par : ZaraA | 06/03/2007

Et sinon?
Rien sur Mougins?
:-D

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

Et oui, le Canard c'est du vrai journalisme, un coup à droite et un coup à gauche. Faut dire, c'est pas difficile. Et ce qui compte c'est de savoir comment s'y prendre...

je quitte le clavier à bientôt.

Écrit par : ZaraA | 06/03/2007

"un coup à droite et un coup à gauche".
Pas comme ici, où on ne dit jamais que le plus grand bien de l'excellent Nicolas Sarkozy (que le monde entier nous envie), si je comprends bien.
;-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

La gauche, enfin, ce n'est pas l'abstention de Marie-Ségolène Royal lors du vote de la loi Ceseda.

Elle n'était pas présente au moment du vote. C'est pas tout à fait pareil.

GROUPE SOCIALISTE (150)

POUR : 2

MM. William Dumas et Jérôme Lambert

CONTRE : 134

Mmes Patricia Adam, Sylvie Andrieux, MM. Jean-Marie Aubron, Jean-Marc Ayrault, Jean-Paul Bacquet, Jean-Pierre Balligand, Gérard Bapt, Claude Bartolone, Jacques Bascou, Christian Bataille, Jean-Claude Bateux, Jean-Claude Beauchaud, Eric Besson, Jean-Louis Bianco, Jean-Pierre Blazy, Serge Blisko, Patrick Bloche, Jean-Claude Bois, Daniel Boisserie, Maxime Bono, Augustin Bonrepaux, Jean-Michel Boucheron, Pierre Bourguignon, Mme Danielle Bousquet, MM. François Brottes, Jean-Christophe Cambadélis, Thierry Carcenac, Christophe Caresche, Mme Martine Carrillon-Couvreur, MM. Laurent Cathala, Jean-Paul Chanteguet, Michel Charzat, Alain Claeys, Mme Marie-Françoise Clergeau, MM. Gilles Cocquempot, Pierre Cohen, Mmes Claude Darciaux, Martine David, MM. Jean-Pierre Defontaine, Marcel Dehoux, Michel Delebarre, Bernard Derosier, Michel Destot, Marc Dolez, François Dosé, René Dosière, Julien Dray, Tony Dreyfus, Pierre Ducout, Jean-Pierre Dufau, Jean-Louis Dumont, Jean-Paul Dupré, Yves Durand, Mme Odette Duriez, MM. Henri Emmanuelli, Claude Evin, Laurent Fabius, Albert Facon, Jacques Floch, Pierre Forgues, Michel Françaix, Mme Geneviève Gaillard, M. Jean Gaubert, Mmes Nathalie Gautier, Catherine Génisson, MM. Paul Giacobbi, Joël Giraud, Jean Glavany, Gaëtan Gorce, Alain Gouriou, Mmes Elisabeth Guigou, Paulette Guinchard, M. David Habib, Mme Danièle Hoffman-Rispal, MM. François Hollande, François Huwart, Jean-Louis Idiart, Mme Françoise Imbert, MM. Eric Jalton, Serge Janquin, Armand Jung, Jean-Pierre Kucheida, Mme Conchita Lacuey, MM. François Lamy, Jack Lang, Jean Launay, Jean-Yves Le Bouillonnec, Mme Marylise Lebranchu, MM. Jean-Yves Le Déaut, Jean-Yves Le Drian, Michel Lefait, Jean Le Garrec, Jean-Marie Le Guen, Patrick Lemasle, Mme Annick Lepetit, MM. Bruno Le Roux, Jean-Claude Leroy, Mme Martine Lignières-Cassou, MM. François Loncle, Bernard Madrelle, Louis-Joseph Manscour, Philippe Martin (32), Didier Mathus, Jean Michel, Didier Migaud, Mme Hélène Mignon, MM. Arnaud Montebourg, Henri Nayrou, Alain Néri, Mme Marie-Renée Oget, MM. Michel Pajon, Christian Paul, Christophe Payet, Germinal Peiro, Jean-Claude Perez, Mme Marie-Françoise Pérol-Dumont, MM. Paul Quilès, Simon Renucci, Mme Chantal Robin-Rodrigo, MM. Alain Rodet, Bernard Roman, René Rouquet, Michel Sainte-Marie, Henri Sicre, Dominique Strauss-Kahn, Mme Christiane Taubira, MM. Philippe Tourtelier, Daniel Vaillant, André Vallini, Manuel Valls, Michel Vergnier, Alain Vidalies, Jean-Claude Viollet et Philippe Vuilque

ABSTENTION : 1

M. Guy Lengagne

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

J'ai entendu Mélenchon ?
Ah non, j'ai dû rêver. Je retourne me coucher, alors.

Écrit par : Olivier B. | 06/03/2007

Le "socialisme du XXIème siècle" ne ressemblerait-il pas énormément au "socialisme" de 2000-2002 ?

Vous savez celui qui s'occupait de faire baisser les charges et les impôts sur les stock options et a réanimé chez une foule de personnes même pas bolchéviques-à-couteau- entre-les-dents le vocable social-traitre.


Zgur

Écrit par : Zgur | 06/03/2007

« Le Pen pose les bonnes questions mais apporte de fausse réponses » C'est pas du Fabius dans le texte, ça? Pas du Royal, en tout cas. Et de toute façon, il n'est pas interdit de dire des conneries, des fois. Maître Fontenelle en est le parfait exemple. Et puis je ne pense pas que Fabius le pense encore...

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

De toute façon, depuis que Fabius fait partie du Think Tank de Ségolène il n'a plus besoin de penser.

Écrit par : IznoPreum's | 06/03/2007

Les socialistes... Pourtant, on ne pourra pas dire, ah ça non, qu'on n'était pas au courant.

Michel Rocard, déjà, avait prévenu, dans un entretien avec un journal états-unien : "Le but du socialisme est de défendre l'entreprise privée".

Et la politique des gouvernements socialistes, depuis Mauroy en 1983, est là pour nous éclairer.

Mauroy : désindexation des salaires ;

Rocard, Cresson, Beregovoy : l'Europe des capitaux et de leur libre circulation, la "respiration" des services publics (début de la fin de la Poste et de France-Télécom) ;

Jospin : lui, c'est le meilleur, le champion tous azimuts de la trahison, c'est à lui et à ses compères sociaux-démocrates que l'on doit ce qui nous tombe dessus aujourd'hui : énergie privatisée, transports ferroviaires libéralisés, éducation peu à peu marchandisée, lois Sarkozy (eh oui ! par exemple le fichier ADN a été créé par son gouvernement) ; aidé par Fabius et le PC (ah ! Gayssot au ministère des Transports) dans son entreprise de démolition.

Socialistes = renégats.

Écrit par : bruno | 06/03/2007

J'ai du mal a suivre vos accusations "espece de bourdieusien", "socialiste a guillemets", etc. etc.

C'était quand meme plus facile quand il y avait Rocard contre les socialistes. On savait ce que c'était, les socialistes a guillemets.

Aujourd'hui, on veut tous nous mettre dans le meme sac.

Ben non, moi je veux pas etre un socialiste a guillemets.

Ca existe plus, le vrai socialisme ?

(le premier qui dit que ca a jamais existé...)

Écrit par : Bruno Lamothe | 06/03/2007

La semaine prochaine, le canard enquêtera sur le patrimoine de Jaurès, fils de bourgeois, qui épousa Louise Bois, fille d'un riche marchand en gros. Il y a de la sous-estimation de patrimoine, là dessous... Mais c'est bien connu, Bourdieu l'a dit, Jaurès est de droite.


"Jaurès n'a pas toujours été socialiste et marxiste. Quand la République s'installe pour de bon, après une décennie de tergiversations au sujet du régime (en 1870 le Second Empire s'effondre, la République est proclamée mais les monarchistes, divisés, dominent à la Chambre des députés), Jaurès n'a que vingt ans.

Il s'engage en politique en 1885, devenant député du Tarn à 25 ans. Il est alors le fils spirituel de Jules Ferry et siège parmi les « opportunistes », républicains socialement modérés. Il trouve alors les radicaux de Clemenceau trop agités et les socialistes violents et dangereux pour l'ordre républicain en construction."

Demandez à Pierre Carles s'il n'a pas sous le coude une cassette de bourdieu sentençant "oui, Jaurès est de droite"...

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

"Ca existe plus, le vrai socialisme ?"

Non, on l'a perdu en 83 et depuis on n'arrive pas à remettre la main dessus

Écrit par : Gyhelle | 06/03/2007

Je constate quand même que les bourdieusolâtres fontenelliens sont incapables de donner une définition en positif de leur engagement à gauche. C'est peut-être qu'ils sont de droite? Carles, apporte-nous la cassette accusatrice!

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

Je fais aussi partie des français qui se lèvent tôt et qui achètent le Canard à la fraîche, dans l'aube blafarde... Mais la poésie se perd, la substantifique moëlle en est dévoilée de plus en plus tôt : http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/239127.FR.php

Un gnon dans la gueule, qui sera abondamment commenté dans les JT...

Je sens que l'expression "campagne de caniveau" va encore résonner comme un leitmotiv, occultant les faits, qui, comme la semaine dernière pour le nain d'en face (ou plutôt d'à coté) ne devraient être l'apanage que de petits boutiquiers magouilleurs et miteux.

Écrit par : SuperNo | 06/03/2007

Royal ferait peu ou prou la même politique libéral (avec un zeste de social) que Sarkozy, c'est maintenant clairement établi.

Les Français montrent qu'ils sont en plein "vagabondage électoral", à la recherche d'un moyen de quitter l'ornière de l'UMPS, du OUI à la Constitution Giscard, du libéralisme européen qui dérive,...La percée de Bayrou, la bonne tenue de Le Pen, les niveaux historiquement hauts d'intérêt et d'indécision parmi les électeurs, les brusques mouvements dans les sondages le montrent clairement.

Alex
www.levraidebat.com

Écrit par : Alex | 06/03/2007

Tout compte fait, la gauche, c'est un peu comme la beauté... C'est indéfinissable.

Contrairement à la lutte de classe, le profit, l'exploitation, la repression et l'optimisation fiscale.

Mais ça c'est un peut-être un peu trop compliqué pour le bilboquet à pimprenelle

Écrit par : leopold trepper | 06/03/2007

Pas le temps de répondre pour l'instant aux rigolades (genre : mme Royal ne s'est pas abstenue, elle était absente, et mon postérieur c'est du gallinacé), juste Bruno L, tu reconnaîtras quand même, j'espère, qu'ici personne ne t'as jamais "traité", ni agressé verbalement comme les ségolâtres qui se déchaînent subitement ce soir.

(T'inquiètes pas Bruno, bientôt tu te rendras compte que tu n'es pas socialiste mais un véritable homme de gauche ;-)

Écrit par : Pescade | 06/03/2007

BLH dit:
"La gauche, enfin, ce n'est pas l'abstention de Marie-Ségolène Royal lors du vote de la loi Ceseda.
Elle n'était pas présente au moment du vote. C'est pas tout à fait pareil". Ah bon?
C'est différent de quoi?
Je me suis pourtant laissé dire que si on ne pouvait être présent à l'Assemblée, on pouvait voter par procuration. Et si les rumeurs sont exactes, une fois de plus, à savoir qu'elle vivrait avec un député socialisse, elle avait, si je puis dire, le pain et le couteau à portée de main pour faire diligenter sa contribution au vote… Mais voilà!
Bah, j'dis ça …

@ sébastien: "un coup à droite et un coup à gauche". "Pas comme ici" … Je suis bien d'accord: c'est un coup à droite et un coup à … droite. Même si les noms changent …
Parce que si la définition de la gauche c'est, comme je l'ai lu ici: "progressiste, généreuse, ouverte, plurielle et … solidaire", il reste encore un peu de marge pour que ça colle vraiment avec Ségotine.

Bon, c'est pas tout, ça, mais c'est pas sur ce site que je vais me remonter le moral.
Les ségolâtres veulent nous faire porter le chapeau de la chute de la maison Royal. On nous l'a déjà faite, celle-là, en 2002 et en 2005.
Ce n'est pas en empêchant les candidats de la gauche d'avoir leurs signatures qu'ils auront pour autant davantage de voix.

Écrit par : emcee | 06/03/2007

@ Pescade : je me demande ce que ca fait, d'etre de gauche... On a une auréole, ou un truc comme ca ? ;-)))

Écrit par : Bruno Lamothe | 06/03/2007

"Je constate quand même que les bourdieusolâtres fontenelliens sont incapables de donner une définition en positif de leur engagement à gauche. C'est peut-être qu'ils sont de droite? Carles, apporte-nous la cassette accusatrice! "

Monsieur Bilbo, avant de me plonger en lecture souriant et détentu , je tenais à vous dire que

c'est Titi, not'e Président qui définit ce qu'est la gauche.

Nous ne sommes chacun que des rampants, des valets, des non-pensants, des illettrés, des fous, des ringards, des...combien avez-vous au compteur de la militantisme?
Plus fort, merci. Quelques problèmes d'âge. D'audition, donc! Ah, d'accord.

Donc, quelque chose : "une définition en positif de leur engagement à gauche".
J'ai trouvé. Ce ne fut pas long:
La passion et oeuvrer chaque minute, si cela se peut, pour que des femmes et des hommes libres puissent sourire, fiers et partager ce sourire avec d'autres...le ventre plein, un toit sur la tête, et des bilboquets pour jouer.

Pour cela, faut supprimer "le profit, l'exploitation, la repression et l'optimisation fiscale." et plein d'autres choses.

Capito camarade.

Écrit par : GPMarcel | 06/03/2007

@ GPMarcel : je demande l'asile, mais je pose une condition : je veux un passeport, un hymne officiel, un drapeau marrant etc. etc.

Écrit par : Bruno Lamothe | 06/03/2007

Ce royaume existe : c'est Fleuryland !

Écrit par : Olivier B. | 06/03/2007

Les bourdiolâtres, c'est un fait, ont toujours été courtois et corrects avec ceux qu'ils appellent affectueusement les ségolâtres. A moins de nous faire le coup de la poule et de l'oeuf, ça ne serait pas un énooooooooooooooorme foutage de gueule de votre part? Sûr que c'est compliqué.

Je préfère me barrer sur la trois suivre la sélection française de l'eurovision. Voilà un vrai programme de gauche, bien régressif.

Paix et amour.

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

@ Bruno

Olivier vient de le rappeler. Ce lieu, on l'a imaginé : Fleuryland.
Tu viens si tu veux. Pas besoin de passeport...mais de la poésie, des sourires, de l'ardeur, du soleil dans les yeux, de la bonne volonté à revendre, mais pas de mièvres pieuseries ou autres, de l'humain et puis des idées, des idées, des idées.

Non, pas toute faites mais à inventer!

Écrit par : GPMarcel | 06/03/2007

@ Bruno, pas d'auréole, juste des moustaches.

Mais, tu n'a pas répondu à ma question.

Écrit par : Pescade | 06/03/2007

@ Pescade : La question étant ? (si c'est l'agressivité ségolatre, c'est vrai qu'elle est particulierement déchainée ce soir, mais bon, je ne suis pas du genre a me faire impressionner)

@ GPMarcel et Olivier : Va pour Fleuryland !!!

Écrit par : Bruno Lamothe | 06/03/2007

"Je sens que l'expression "campagne de caniveau" va encore résonner comme un leitmotiv, occultant les faits".

Voui.
Avec cette nouvelle mode des "boules puantes", fi donc mais que ces choses-là refoulent, c'est bien simple: on en vient à se demander comment les "affaires" des années 90 ont même pu exister.
Je me trompe, ou on n'entend plus trop chanter les ségolâtres, sur ce blog?
C'est l'ISF de madame qui vous paralyse, les enfants?
Ou vous allez nous faire vous aussi le coup de la "campagne de caniveau", qui va tellement bien avec le merdique chantage au vote utile?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

Tiens, le Ministère des Affaires Populaires sur la 3 que je viens d'allumer.

Et bientôt les Wampas et les Fatals Picards (ou ils sont déjà passés?).

Les sélections eurovisions auraient-elles enfin remisées les beuglantes à connotaction québéquoises?

Sinon, quelqu'un pour entarter Lepers?

Zgur

Écrit par : Zgur | 06/03/2007

Aaaaah.
Voilà qui me ravit, cependant.

"Appartement de Sarkozy à Neuilly :
le Canard en remet une couche
NOUVELOBS.COM | 06.03.2007 | 19:48

L'hebdomadaire satirique répond point par point, documents à l'appui, aux démentis du candidat UMP, qui avait nié avoir bénéficié d'un rabais "d'au moins 300.000 euros" pour l'achat, en 1997, d'un appartement à Neuilly.

Le Canard enchaîné revient, dans son édition du mercredi 7 mars, sur "les calculs tordus et les trous de mémoire" de Nicolas Sarkozy sur l'achat de son ancien appartement de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).
L'hebdomadaire satirique répond aux quatre points soulevés dans la lettre du candidat UMP à la présidentielle, qu'il publie, destinée à démentir les accusations du journal. Et maintient, documents à l'appui, que "Nicolas et Cécilia ont bénéficié d'un traitement de faveur. Entre le rabais sur le prix de vente et les travaux offerts par le promoteur, le cadeau dépasse bien les 300.000 euros".
Pour étayer ses dires, le Canard publie les fac-similés d'une "récapitulation des ordres de services" de la société SCI Victoria XXI; une lettre de Nicolas Sarkozy à son architecte et un relevé des sommes que le promoteur a facturé à Nicolas Sarkozy.

"Basses manœuvres"

Le Canard enchaîné avait affirmé, dans un article paru le 28 février, que le candidat UMP à la présidentielle avait bénéficié d'un rabais "d'au moins 300.000 euros" pour l'achat, en 1997, d'un appartement au promoteur immobilier Lasserre, qui était "le promoteur favori de la mairie de Neuilly", dont Nicolas Sarkozy était le maire.
Le ministre de l'Intérieur avait alors dénoncé de "basses manœuvres" contre lui, ajoutant qu'"aucun mensonge, aucune calomnie" ne le fera "hésiter, encore moins reculer".
Le Canard démonte point par point l'argumentation du candidat.

Audit inexistant
"Depuis dix ans, Sarko a bloqué toute velléité d'enquête sur son duplex, en répétant, à qui voulait l'entendre, qu'il disposait d'un audit réalisé par les agents du fisc. Le Canard a donc demandé copie de son document. Mais de copie, point. 'Je n'ai pas fait réaliser un audit par la direction', admet-il dans sa lettre au Canard. En fait, il s'est contenté de questionner, en 1997, la directrice départementale, Bernadette Le Bot. Laquelle aurait 'diligenté' une 'enquête'. Une enquête qui n'a laissé aucune trace écrite."

Prix au mètre carré
Le Canard démonte aussi l'argument de Nicolas Sarkozy selon lequel d'autres appartements ont été vendus au même prix. Pour l'hebdomadaire, il s'agit d'appartements qui n'ont rien de comparables. "Au bout du compte, le couple a donc bénéficié d'un rabais d'au moins 750.000F sur le prix du duplex", écrit le Canard.

Factures à l'appui
A Nicolas Sarkozy, qui affirme avoir pris en charge le coût des travaux d'aménagement – 600.000 francs selon lui – le Canard indique que l'addition des travaux a en réalité "dépassé 1,8 millions de francs. Et Sarkozy n'en a payé que 400.000. C'est le promoteur qui a réglé la plus grande partie de la facture." L'hebdomadaire appuie ce chiffre sur trois documents "provenant de la comptabilité de la société Lasserre".

Ristourne sur l'escalier
Enfin, le Canard enchaîné indique que l'escalier de chêne, qui avait été selon Nicolas Sarkozy "commandé directement à un artisan", n'était pas du goût des propriétaires, selon l'artisan lui-même. Il a donc fallu changer de fournisseur, et le promoteur a "remboursé une partie de la facture", soit "une remise d'environ 30.000 francs."

Prends ça dans les dents, malfaisant.

Et menteur, avec ça...

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 06/03/2007

Je crois que tout le monde s'emporte un peu aujourd'hui...

Écrit par : Bruno Lamothe | 06/03/2007

Votons BAYROU!

Écrit par : olivier de melgueil | 06/03/2007

Les fatals picards, tapez 4. Les Wampas, tapez 8. Sinon, les vedettes avec "papa est mort" (une chanson inspirée de pinochet) tapez 1 . Téléphone: 3243 (56ct/min) . J'y retourne et je nique mon forfait.

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

Derrière le « vote utile »
PAR Denis Sieffert
jeudi 1er mars 2007

Pétition après pétition, voilà maintenant que des intellectuels de gauche des amis parfois nous invitent à voter « utile » dès le premier tour de la présidentielle [1]. C’est ce qu’on appelle le « syndrome » d’avril 2002. Comme pour nous faire avaler l’idée d’un sacrifice à consentir devant un péril historique. La question est de savoir si le remède suggéré n’est pas pire que le mal. De quoi s’agit-il ? Il y a cinq ans, la France avait été privée de deuxième tour, puisque au soir du premier, il n’y avait plus d’autre choix que de voter en faveur du candidat de la droite pour faire barrage à celui de la droite extrême. Ou, à la rigueur, s’abstenir. Mais, au nom de ce souvenir pas vraiment glorieux, voilà qu’on nous fait aujourd’hui l’article pour une autre présidentielle, tout aussi démocratiquement bancale. Pour être sûr de parvenir à la confrontation voulue entre la candidate socialiste et le candidat de l’UMP, on nous propose à peu de chose près de neutraliser le premier tour. Et « proposer » est faible. Il s’agit bien plutôt de nous contraindre. Nous nous sommes déjà élevés la semaine dernière contre le scandale des parrainages verrouillés. C’est peu dire que les choses ne s’arrangent pas. Imaginons une présidentielle dans laquelle les électeurs de gauche auraient le choix au premier tour entre une candidate socialiste, donnée par les sondages entre 25 et 30%, et une communiste, qui oscille entre 1 et 2%. Pas de Besancenot, pas de Bové, pas de Voynet... Nous ne sommes pas dans la politique-fiction, mais dans l’accomplissement extrême du dessein des stratèges de la rue de Solferino.

L’argument est connu. C’est celui du vote utile. Mais utile à quoi ? À faire barrage à Nicolas Sarkozy ? Est-ce bien sûr ? Certes, l’homme est dangereux. Il incarne nous avons, je crois, été les premiers à le définir comme tel un néoconservatisme qui constituerait une sorte de filiale du courant de George W. Bush. Mais l’argument du « vote utile » est un piège sans fond, et une trentaine de hauts fonctionnaires, qui se disent socialistes, viennent de le retourner contre ceux qui l’instrumentalisent. Et du point de vue d’une logique formelle, ils n’ont pas tort. Ils appellent à voter au premier tour pour François Bayrou, lequel si l’on en croit les sondages battrait à tous les coups Nicolas Sarkozy. Ce qui est loin d’être le cas de Ségolène Royal. Sourions au passage du pseudonyme collectif que se sont donné ces hauts fonctionnaires : « Spartacus ». Voilà le symbole de toutes les révoltes, le héros de toutes les insoumissions qui rejoint la cohorte du centriste libéral Bayrou. C’est Auguste Blanqui adhérant à l’UDF ! Faut-il que nous soyons dans un doux délire ? Mais laissons de côté l’hypothèse Bayrou, humaniste sans doute, mais atlantiste lui aussi et ultralibéral assurément. Nous n’avons fait ce détour par l’héritier de Jean Monnet que pour souligner l’absurdité de cette stratégie dite du « vote utile ». Et pour rappeler qu’il n’y a décidément pas d’autre voie en démocratie que de convaincre. La grande misère du parti socialiste est de n’avoir tiré aucun enseignement du 21 avril 2002. Sinon de considérer que la faute en revient aux autres. De ne s’être jamais interrogé sur lui-même. Ni sur le résultat du référendum européen du 29 mai 2005. Ni sur ses glissements libéraux successifs. Et d’avoir éludé cette question fondamentale : pourquoi ne parvient-on pas à convaincre ?

Cette fois-ci, le paradoxe serait, en prétendant faire barrage au clone français de George W. Bush, de promouvoir un système à l’américaine. C’est pourtant à quoi conduit le discours du vote utile. Car il ne peut s’agir d’une simple tactique. D’un mauvais moment à passer. Il n’y a aucune raison pour que ces arguties ne resservent pas dans cinq ans, puis dans dix ans. C’est donc bien d’un changement de paysage politique dont il s’agit. Une élection présidentielle à un seul tour qui tournerait à la confrontation répétée de deux grands partis qui, au-delà de différences certes jamais négligeables, s’accorderaient sur le même postulat libéral.

Mais un changement silencieux, inavoué, rampant, qui condamne plus de la moitié de l’opinion à n’être plus représentée. Cette conséquence est suffisamment grave pour que l’on n’abuse pas de l’argument du vote utile. D’autant que l’on voit bien ici qu’il s’agit moins de faire barrage à Sarkozy qu’à Bayrou. Celui-ci justifie-t-il, par la crainte qu’il fait monter, que l’on liquide toute forme de représentation politique de la gauche antilibérale ? Le « péril Bayrou » vaut-il ce chambardement que l’on nous fait passer en contrebande ? Pour finir, le raisonnement du vote utile pourrait bien aboutir à éloigner des urnes une part importante de la gauche, sans empêcher Sarkozy de l’emporter. Ce qui serait un comble.

[1] Sa publication était prévue dans le Nouvel Obs de ce jeudi.

[2] Sa publication était prévue dans le Nouvel Obs de ce jeudi.

Écrit par : Pescade | 06/03/2007

Remarque de détail sur l'affaire Sarko-je-nike-le-promoteur-l'artisan-etc : de l'ensemble de ce qui est dit sur le contenu de l'appart à ma Cécé, il appert que le couple a des goûts de chiottes !

Écrit par : PMB | 06/03/2007

Ca y est Pescade tu as trouvé un type a écrit sur ton besoin de ne surtout pas voter pour quelqu'un qui aurait ne fusse qu'une petite chance de prendre le pouvoir ?(arch, c'était alambiqué ça ?) Si ça te fais du bien, tant mieux.
J'adore la fin en tout cas, le mec arrive à la conclusion que le vote utile donc pour Sego, (hein, les gens votent alors sego, pas autre chose), ça va faire élire Sarko !! Génial comme raisonnement !

Écrit par : ZaraA | 06/03/2007

Effectivement Zara, tu m'as compris. Mon but ce n'est pas de voter pour un candidat parce-qu'il-aurait-des-chances-de-prendre-le-pouvoir.

Malheureusement tu n'as pas compris Sieffert.
En liquidant toute forme d'expression de gauche au scrutin présidentiel autre que le P"s", en hystérisant des menaces fantômes (en quoi Bayrou est-il plus "dangereux" que Royal?), les dirigeants "socialistes", loin de canaliser les électeurs docile vers le vote utile, ne font que dégoûter encore plus du scrutin démocratique (réduit à la bipolarité) une masse croissante de la gauche.
D'où le paradoxe : « le raisonnement du vote utile pourrait bien aboutir à éloigner des urnes une part importante de la gauche, sans empêcher Sarkozy de l’emporter. Ce qui serait un comble. »

Vote utile, vote futile.

Et la hargne et la mauvaise foi et les insultes que tu développes ici pour appeler à voter l'élue de tes rêves sont un parfait exemple de ce développement.

Al dégoûtage, j'te dis.

Le PS a perdu l'élection présidentielle en 2002 parce qu'il a confondu le 1er tour avec le 2nd. Cinq après, mêmes causes, mêmes effets.

Écrit par : Pescade | 06/03/2007

Tiens, Baudrillard va voter comme Bourdieu

Écrit par : Pescade | 06/03/2007

YESSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS

Les fatals picards ont gagné!!!!!!!!!!

J'ai bien niqué mon forfait...

Comme quoi Ségo a toutes ses chances!

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

"Le PS a perdu l'élection présidentielle en 2002 parce qu'il a confondu le 1er tour avec le 2nd. Cinq après, mêmes causes, mêmes effets."

Ben oui.
Ils n'ont toujours pas compris - ni même honnetement étudié - pourquoi ils avaient perdu en 2002. Quant à même reconnaitre qu'ils s'étaient trompés, faut pas réver, ya qu'à voir Jospin et son baton de maréchal dans le derche.


A la porte du Paradis (qui n'existe pas), Baudrillard va retrouver Yvan Delporte pour aller voir Franquin qui les attend. ;0)

Zgur

Écrit par : Zgur | 06/03/2007

Je n'insulte personne.
Et enfin, je comprend pas ce raisonnement qui place la bouderie ou le dégoût comme moteur d'un vote démocratique. Si c'est le cas, les gens n'ont pas besoin des cris d'alarme du PS. Je te rappelle que 2002 a été perdu pour bien d'autres raison que l'appel au vote utile. En revanche, Chirac a su capitaliser sur ce fameux vote "républicain" au second tour. Et là, ça sera difficile de refaire le coup.
Pour ce qui est de Bayrou : imaginez juste ce que serait un gouvernement UDF !! Là je dis au secours... Parce que ce n'est pas à des spécialistes comme vous que l'on va apprendre que derrière Bayrou, c'est un drame...

Écrit par : ZaraA | 06/03/2007

il est 23h10 et j'apprends que jean baudrillard vient tt juste de mourrir...paix a son ame(pour les croyants)et respect mister!!!

Écrit par : mister rédemption | 06/03/2007

"L'Etat ne peut pas tout" disait Jospin en 2002
"L'Etat non seulement peut, mais il doit" dixit Royal en 2007

C'est pas le début d'un commencement d'une prise de conscience de ce qui n'avait pas marché en 2002?

(et soit dit en passant, c'est pas un tantinet de gôche, cette volonté étatiste? Je dis ça, je dis rien...)

Écrit par : bilbo-le-hobbit | 06/03/2007

Et Strauss-Khan qui serait premier ministre de Bayrou, c'est pas une pantalonnade? Ca veut dire quoi?, qu'ils ont un Mec de Droite au P.S :-)? Et personne ne réagit?

Et Jospin dans l'équipe de campagne?

Je dis çà, je dis rien en même temps...

Écrit par : Chevillette | 06/03/2007

""L'Etat ne peut pas tout" disait Jospin en 2002
"L'Etat non seulement peut, mais il doit" dixit Royal en 2007

C'est pas le début d'un commencement d'une prise de conscience de ce qui n'avait pas marché en 2002?"

Attend, je t'arrête: en 1997, juste avant d'arriver au pouvoir , Jospin disait la même chose que Marie-Sego en 2007.
C'était à propos de Vilvoorde, je crois.

Écrit par : leopold trepper | 07/03/2007

Jospin n'a jamais osé parler des droits et des devoirs du chômeur "ex" citoyen!!

Écrit par : Chevillette | 07/03/2007

"Attend, je t'arrête: en 1997, juste avant d'arriver au pouvoir , Jospin disait la même chose que Marie-Sego en 2007.
C'était à propos de Vilvoorde, je crois."
Arfff.

Je viens de mater un film totalement hallucinant sur Enron.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 07/03/2007

@ ZaraA
En effet, je vrois que tu as très mal lu l'édito de Sieffert.
(Je vrois= je vois+je crois ;-))

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 07/03/2007

Je précise que je suis militant socialiste, que je n'ai pas voté S. Royal aux primaires internes, et que je milite pour elle actuellement.

Un syndicalisme fort n'aura-t-il pas d'avantage de poids face à la logique de la rentabilité à court terme imposée par les CA des grandes entreprises et acceptée par une part croissante de la population (subissant la propagande libérale d'une majorité des "grands" médias traditionnels) ?

Un syndicalisme "rénové" pourrait être réellement démocratique : transparent et représentatif des intérêts des travailleurs.
Un syndicalisme "rénové" pourrait se construire progressivement avec une cohérence à l'échelle nationale.
Un syndicalisme "rénové" pourrait devenir à la fois solidaire et responsable.

Les syndicats sont les mieux placés, devant les partis, pour rappeler sans cesse aux employés qu'ils sont avant tout des clients et des électeurs, forts économiquement et politiquement lorsqu'ils sont ensemble.

J'ai tout lu jusqu'à présent, sur ce fil, mais rien qui permette d'argumenter *contre* la proposition de S. Royal de "rénover" le "syndicalisme" et de le rendre "puissant". Or, c'est l'un des principaux points relevés par S. Fontenelle dans son billet initial.

Je lis ce blog régulièrement, et approuve beaucoup de critiques contre la candidate socialiste, mais pas toutes. Et quand elles sont aussi peu étayées, même l'humour du tenancier local n'est pas suffisant pour m'ôter une désagréable impression de radicalisme.

Comment concevoir actuellement qu'une politique de solidarité puisse arriver au pouvoir institutionnel autrement que via le PS ?
Dès lors, toutes les critiques de gauche contre ce parti sont à prendre en compte et à débattre, mais *avant* les campagnes électorales : rendons-le plus solidaire, plus altruiste, plus démocratique, plus écologiste, oui, mais pourquoi le détruire à chaque fois avec le plus de vigueur justement au moment des élections, lorsqu'il est le seul à pouvoir rassembler ??

Les candidats les plus à gauche parmi les présidentiables sont Royal et/ou Bayrou : qui peut contester que la bataille pour 2007 est déjà perdue ? ... C'était de 2002 à 2006 qu'il fallait militer, et la meilleure façon de le faire est de l'intérieur du parti le plus rassembleur, pour réellement faire bouger les choses.
Maintenant, c'est trop tard. On fait avec ce qu'on a.

Si tous les partisans de la solidarité se retrouvaient enfin dans un même parti et le rendaient vraiment démocratique, *avant* les campagnes électorales, alors on pourrait enfin voter par conviction, et non par défaut.

Écrit par : AL | 07/03/2007

BERLIN (AFP) - La candidate socialiste à l'élection présidentielle française, Ségolène Royal, a assuré mardi avoir trouvé des convergences avec la chancelière conservatrice allemande Angela Merkel sur les politiques industrielles et une relance de l'Europe qui ne peut réussir qu'en livrant aux citoyens des résultats.

[...]

Ségolène Royal n'a pas tari d'éloges sur la chancelière: "La rencontre s'est déroulée dans un climat très chaleureux, avec même une certaine complicité. Je ne vois pas de divergences avec elle [...]"Sur la relance de l'Europe, nous avons le même point de vue"


Pas facile d'etre socialiste en ce moment...

Écrit par : Bruno Lamothe | 07/03/2007

...

et moi qui m'étais (presque) auto-convaincu de voter Royal au premier tour...

et oui, la "poignée de profs dans son électorat", c'était moi!
j'étais déjà entre guillemets, du coup.
Et pourtant, et pourtant... Mais bon, pour faire culpabiliser (non je n'ai pas voté Jospin en 2002, et je ne le regrette même pas!), ils sont forts ces cathos...


et bien merci, Sébastien Fontenelle, c'est vraiment drôle qu'ils aient pris Lemeur et pas vous, pour en apparté...
oh mais j'ai bien ma petite idée sur la raison de ce choix...

Écrit par : nicogé | 07/03/2007

C'est très bête mais je suis ravie de retrouver ce blog ajt et cette grande figure de la vraie gauche qu'est MS. C'est quoi son problème, l'ump lui a refusé une carte?

Écrit par : chocobn | 07/03/2007

Le film sur Enron, ce serait pas "The smartest guys in the room" par hasard?

Écrit par : leopold trepper | 07/03/2007

Bonjour tout le monde !

Je rentre de vacances, et je ne passe donc que pour vous faire à tous plein de bisous, vu que je constate ( je ne critique pas, hein !, je constate...) qu'on n'a guère avancé.
Ben oui, Ségolène Royal n'est pas "aussi à gauche" que Vincent, François, Paul et les autres, ... et moi itou, le souhaiterions.
Mais en face, y'a le nain maléfique, avec dans sa manche des Hortefeux et des Estrosi, des Myard et des Vanneste, des Balkany aussi, et j'en oublie...
- Alors y'a ceux qui ne se résolvent toujours pas à voter, du bout du bulletin, pour du social-libéralisme participativo-stock optionnel pas terrible.
- Et puis y'a toujours ceux, comme moi, qui pensent que face à une entreprise qui vise à inféoder définitivement la République à un petit clan de voleurs et de voyous sans foi ni loi qui fera largement plus que les autres morfler toujours les mêmes, nous n'avons pas le choix.
- [ Je passe sur ceux qui pensent que le recours est dans le vote pour un type qui a toujours copiné avec les voyous dont je viens de parler, mais qui se présente aujourd'hui comme l'agneau qui vient de naître... ].
Bref !, rien de nouveau sous le soleil, et la chose devrait durer jusqu'au 22 avril, au moins...

Bisous (bis).

Écrit par : Clarence | 07/03/2007

Ces deux candidats à la présidentielle, dont on nous prédit l'élection obligatoire de l'un ou l'autre, se sont faits tous deux attraper les doigts dans le pot de confiture. L'affaire est grave, camarades : notre futur président annoncé a déjà fait la preuve de son absence de la plus élémentaire morale citoyenne. Comment éviter de prononcer cet horrible mot de ripoublique ? On aura de deux présidents l'un : celui que ça ne dérange pas de se faire offrir des petits dessous de table ou celle pas gênée de se soustraire à son devoir de solidarité en volant le trésor public.
Et il faudrait choisir son camp ?

Écrit par : Olivier B. | 07/03/2007

à AL : rénover le syndicalisme pour le rendre puissant suppose en premier lieu de changer le rapport de force entre le medef et les salariés (et pas de rendre obligatoires des cotisations défiscalisées) : en gros renforcer le code du travail, dont je ne vois aucune trace dans le socialisme du XXIème siècle.

Au fait, ce socialisme du XXIème siècle, "moderne" quoi, c'est pas celui de Pascal LAMY, Directeur général de l'OMC (une "ONG" qui promeut un syndicalisme puissant en s'asseyant sur toutes les recommandations de l'ONU comme l'OIT, le BIT...) ... Ex dirigeant du (dis)crédit Lyonnais de la belle époque d'un socialisme rénové ... et toujours membre des instances dirigeantes du PS ?

http://www.acrimed.org/IMG/rtf/Sur_Pascal_Lamy.rtf

Pour moi, c'est NON : je voterai à gauche (y'a le choix).

Écrit par : FMI | 07/03/2007

Post-Scriptum
Concernant Bayrou, je précise que ça n'est pas lui qui m'étonne, mais une bonne partie des gens qui, à gauche soi-disant, lui trouvent subitement tant de qualités.
Car il est quand même proprement hallucinant de voir des gens qui récusent Ségolène Royal et plus généralement ce qu'est devenu le Parti Socialiste, en leur reprochant de ne pas assez incarner/défendre les valeurs de la Gauche, se jeter dans les bras d'un politicien qui prétend que Droite et Gauche sont des notions dépassées et dont le projet (?) est la renaissance d'une sempiternelle "troisième force" qui associerait la vieille et rance démocratie chrétienne et la frange la plus droitière de la social-démocratie.
On aura tout vu !

Écrit par : Clarence | 07/03/2007

@ Clarence : tout pareil...

Écrit par : Bruno Lamothe | 07/03/2007

Clarence, la réponse à l'alternative que tu poses est tout simplement dans ton post scriptum. La confusion Bayrou/Royal et l'antienne répétée à satiété sur la disparition du clivage gauche/droite résultent bien de l'homogénéisation programmatique et de la consensualisation molle qui s'opère entre les appareils politique gouvernementaux, qu'ils soient successivement au pouvoir ou qu'ils se "concurrencent" dans l'arène électorale. Je ne sais plus qui parlait, lors du mouvement social de 1995 (juppéthon), de l'émergence d'un parti unique à double face.

« Et puis y'a toujours ceux, comme moi, qui pensent que face à une entreprise qui vise à inféoder définitivement la République à un petit clan de voleurs et de voyous sans foi ni loi qui fera largement plus que les autres morfler toujours les mêmes, nous n'avons pas le choix. »

Malheureusement, de 83 à 2002, trois législatures "socialistes" nous ont démontré que la pression des "voleurs et des voyous" ne baissait guère la garde, à travers la prédation exponentielle des grands intérêts privés, la criminalisation progressive du social et la jachère démocratique croissante par l'éloignement des centres de décision politique.

Dernier exemple en date : Airbus. Dans sa première réaction, Royal a demandé la suppression du plan de licenciements prévu. Revendication qui a disparu dès la seconde réaction de la candidate "socialiste". Je pense que le voleur et voyou "incompétent ou malhonnête" coprésident d'EADS devrait se tirer sans trop de mal de cette affaire, quel que soit l'élu du 6 mai.

L'attitude du PS durant la "réforme" des retraites et de la sécu n'est pas spécialement divergente du projet gouvernemental. Et la cogestion Notat-Bérégovoy, puis Chérèque-Strauss-Kahn n'a pas spécialement manifesté de coup de frein aux ambitions et intérêts de MM. Gandois puis Seillière.

Alors Sarkozy président, on perd la vaseline mais au moins c'est cash. Vaut-il mieux un pouvoir nu, pleinement exposé aux feux médiatiques, ou une apparence de pouvoir qui a tout du théâtre d'ombres chinoises pour finalement s'autosatisfaire d'un "le politique ne peut rien sur l'économie" en guise de viatique de "bonne gouvernance" ?

Écrit par : Pescade | 07/03/2007

Bon ben, selon l'expression consacrée :
"Il est bien, ce Pescade.
Franchement?
Il est bien."

Écrit par : IznoPreum's | 07/03/2007

Entre "renforcer le code du travail" et construire un "syndicalisme fort", quelle est la première étape ? ...

En tout cas, il est clair que ce n'est pas la dispersion à la gauche du PS (des voix partisanes de la solidarité) qui permettra que soient votées des lois d'avantage protectrices pour les travailleurs.

Si ces derniers veulent de la solidarité, qu'ils commencent par l'être entre eux ...
Il faut de la confiance dans le collectif, et ça ne peut se faire que via les partis majoritaires et/ou les syndicats.

S. Royal, P. Lamy et les autres "socialistes" de type DSK ou Kouchner sont majoritaires au PS, le seul parti de gauche potentiellement vainqueur, parce que beaucoup de vrais socialistes n'y sont plus. La déception ne doit pas conduire à l'abandon, mais à la réaction.

Il est aisé de critiquer de l'extérieur, surtout au moment des élections : ça, tout le monde peut le faire. Mais que proposer, comme solution crédible ??

L'élection 2007 est déjà perdue : vivement qu'elle se termine afin de se donner RV au sein du PS, des syndicats et des associations et de militer pour leur démocratisation et leur ancrage dans la solidarité et dans la responsabilité.

D'ici là, il y a une échéance électorale lors de laquelle ce ne sont pas de brillantes idées de gauche qui vont être mises en application (certainement pas à ce moment-là !), mais très concrètement, une et une seule personne qui va s'approprier les pleins pouvoirs politiques de cette république monarchique.

Trois candidats peuvent gagner : deux qui auront des comptes à rendre, s'ils sont élus, à des soutiens de droite, et une à des soutiens de gauche et du centre : c'est ça, le choix qu'il nous reste, qu'on l'accepte ou non.
Quant à la politique du pire, c'est rarement ceux qui sont vraiment dans la merde qui en font la promotion ... Une fois que les choix électoraux auront été faits, ils auront une valeur "démocratique", là encore qu'on le veuille ou non.

Écrit par : AL | 07/03/2007

@ Pescade

"Alors Sarkozy président, on perd la vaseline mais au moins c'est cash".

Certes.
Et avec Le Pen, ce serait encore plus cash, à ce compte-là !
Ce que tu préconises, c'est tout bonnement la bonne vieille politique du pire, et ça donne en général des reculs supplémentaires.
Voire pire.
En d'autres temps, on vénérait aussi des formules du genre "Plutôt une fin effroyable qu'un effroi sans fin !", et on sait qui, once again, en souffrait, toujours, le plus.

Mais je crois que, comme d'ahbitude, nous ne sortirons pas de cette discussion.

Écrit par : Clarence | 07/03/2007

Contrairement à ce que prétend Sieffert, une partie du PS s'est interrogée après le 21 avril 2002, s'est remise en cause et a promu la rénovation du parti : à qui la faute si nous n'avons pas été suffisamment nombreux pour la réaliser d'une part, et pour pouvoir présenter un candidat "de gauche" en interne ?!

Ceux qui, maintenant et de l'extérieur, bombardent l'ensemble du PS de leurs faciles généralisations, que proposent-ils, comme perspective de gauche victorieuse pour ces élections, ou même plus tard ?! ...

L'expression des critiques et des propositions pouvait se faire durant quatre ans, avant l'année de la campagne. Mais le scrutin présidentiel consiste à élire *une* personne, et ça nécessite un rassemblement raisonnable.

Écrit par : AL | 07/03/2007

Pas un mot ce matin dans "Libé" des nouvelles révélations du "Canard" sur la bonne affaire immobilière de Nicolas S.
C'est un métier...
Nouveau billet sous peu.
Nous allons parler un peu de l'oncle Sam.
(Ca faisait longtemps, hein...)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 07/03/2007

Hop.
Nouveau billet.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 07/03/2007

Vive le feu a un super style mais ça devient lassant à la longue cette façon de tout dégommer ! Trop de style tue le fond !

Je suis RMiste, j'ai toujours voté à gauche (Verts, LCR et PS) mais j'en ai soupé des partis du tout ou rien ! Leurs dénonciations sont justes mais leurs incantations sont stériles et contre-productives. Surtout aussi longtemps qu'ils ne sont pas rassemblés, en ordre de bataille.

En 2002 je n'ai pas voté Jospin au premier tour ! De bonne foi, j'ai fait jouer ma capacité de nuisance !

Pendant quatre ans et 9 mois je me suis dit que je n'avais aucun regret. Et puis voyant le chant de ruines actuel de la gauche de gauche, je suis devenu plus réceptif au discours de Ségolène Royal - car je n'ai pas envie de voir débouler Sarkozy... et pas davantage Bayrou.

Est-ce pour cela que je tourne casaque ? Non. Bové et le courant alter-mondialiste dans son effort de se constituer en mouvement politique d'un nouveau genre reste ce qui se fait de mieux à mes yeux.

Mais présentement la priorité à mon sens est de permettre à la gauche de gagner la présidentielle. Autrement dit de faire élire Ségolène Royal ! Puis les législatives.

Et après : je ferai en tant que citoyen ce que peuvent faire les parlementaires : soutenir et encourager les bonnes mesures ; rejetter et combattre les moins bonnes ! Le tout avec une force alter-mondialiste aussi articulée que possible !

Mais chaque chose en son temps.

Pour mémoire, je rappelle que les gouvernements PS c'est bcp de déceptions mais aussi :
-39 h
- 5e semaine de congés payés
- retraite à 60 ans
- suppression de la peine de mort
- soutien à la culture
- RMI
- CMU
- 35 h
- Emplois jeunes
- Soutien à l'économie solidaire

Oui, oui la liste des griefs est énorme (et celle de la droite UMP UDF donc !) et il faut toujours l'avoir à l'esprit. Mais en tant que RMiste, j'aimerais bien qu'on fasse aussi la part des choses et que le 22 avril 2007, chacun ne vote pas uniquement pour se faire plaisir.

Demander une activité socialement utile aux Rmistes en contre-partie de leur allocation ? Je suis pour, à raison de 25 , 30 h (avec revalorisation substantielle de ladite allocation) par semaine selon des modalités qui restent à déterminer !

Il me semble que chacun de nos combats futurs pour un monde solidaire et démocratique aura plus de chances de porter des fruits avec un gouvernement de gauche...

Écrit par : Julius | 08/03/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu