Avertir le modérateur

07/03/2007

Ah Non Mais Attendez, Nous C'Est Pas La Même Chose: Nous On Tue Ces Pauvres Bât... Ces Gens Pour Leur Bien

medium_050326-A-8255A-147.jpg

Dimanche, encore (d'après "Le Monde").

Neuf personnes d'une même famille - neuf - "ont été tuées", en Afghanistan, "dans le bombardement de leur maison par l'armée américaine".

Dimanche toujours.

Dix autres civils afghans étaient "tués par des tirs de riposte d'une patrouille américaine".

Lundi, petite journée.

Un seul mort.

Un civil, derechef.

Tué "dans la ville de Kandahar", pour s'être, le salaud, "approché trop près d'une patrouille de l'OTAN".

Vingt civil(e)s abattu(e)s en deux jours.

"Dont un bébé de six mois" - détail charmant.

Quand Yankee rétablir démocratie, Yankee pas regarder à la dépense.

Question.

A ce rythme-là, combien de temps faudra-t-il aux chiens de guerre de George W. Bush, POTUS, pour faire autant de morts civils en Afghanistan que Ben Laden à New York, en 2001?

(Et d'ailleurs, sait-on, au juste, combien d'Afghan(e)s innocent(e)s, bébés compris, sont déjà tombé(e)s sous leurs tirs, depuis six ans?

Combien de centaines?

Combien de milliers?

Qui le sait?

Qui les compte?)

Ce n'est pas la même chose, dites-vous?

Ce n'est pas comparable?

C'est justement - voyez comme ça se trouve - ce que prétend le porte-parole de la Maison Blanche - un dénommé Tony Snow, qui affirme sans rire qu'"il y a une véritable différence entre les talibans, qui tuent des innocents pour des raisons politiques, et les Etats-Unis, qui détestent la mort de tout innocent".

Texto.

Et certes, on sait quelques peuplades, guatémaltèques ou viêtnamiennes, dont l'avis diffère quelque peu de celui de ce répugnant clown bushiste.

Mais les franches crapules souvent se reconnaissent à l'énormité de leurs mensonges - sur les rives du Potomac.

L'oncle Sam cisaille des civil(e)s au nom du Bien - contre le Mal.

Contre ce(lui) que d'autres déments appellent "Satan".

Ca ne vous rappelle rien?

Commentaires

Tiens Baudrillard est mort.....

Écrit par : frederic loudeche | 07/03/2007

jazz

Écrit par : koala | 07/03/2007

la suite d'avant pour Clarence :

Je ne préconise rien. Chacun fait qu'est-ce qu'il veut. Chacun est libre de son constat et de son analyse.
La politique du pire, c'est celle du vote "révolutionnaire". A aucun moment je n'appelle à voter Sarkozy ou Le Pen (ou Bayrou) pour hâter "le temps de luttes".

Quant à la politique du "moins pire", ou du "pire qu'hier mais moins que demain", je n'y vois aucune logique politique, si ce n'est d'assurer la reconduction du ballet des safranes.

Plus j'additionne les années de travail, moins je crois au projet social des "socialistes". Je n'ai pourtant pas spécialement l'impression de me radicaliser, mais plutôt de voir l'ensemble des formations politiques glisser, inexorablement, sur leur droite.
Selon un mouvement historique "naturel" depuis deux siècles de pratiques républicaines en France. Les radicaux sont nés à l'extrême-gauche du champ politique pour se dissoudre aujourd'hui dans un vaste marais de la droite dure au centre gauche mollasson. Le PS suit ce mouvement, je ne vois pas pourquoi ni au nom de quoi je devrais valider et légitimer par mon vote cette évolution politique.

L'approbation de la réactivation d'une loi coloniale et de la proclamation de l'Etat d'urgence, en novembre 2005, a définitivement marqué une ligne politique très claire franchie par le PS. Symbolique exemplaire du "gauche, droite, y a plus de différences". Désolé Clarence, je suis resté de l'autre côté de cette ligne.

Écrit par : Pescade | 07/03/2007

"Je n'ai pourtant pas spécialement l'impression de me radicaliser, mais plutôt de voir l'ensemble des formations politiques glisser, inexorablement, sur leur droite."
Voui.

Si vous avez un peu de temps, allez je vous prie jeter un coup d'oeil juste là:
http://lemondecitoyen.com/2007/03/07/franchise-medicale-le-double-discours-de-nicolas-sarkozy/#more-385

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 07/03/2007

perso je ferais porter le point de bascule vers les alentours d'un célèbre "vive la crise" ... vers 1984 ... vers les débuts de l'entreprise de punition entamée par les ex-gauchistes ... reconvertis ...
et je crois qu'ils seraient partants pour soutenir une hillary dans ses aventures inquisitrices ...
pasque, sur le fond, quelle différence entre St Dominique (nique nique ) et Simon de Monfort ??? quelle différence entre Bush et Clinton ???

Écrit par : les marques | 07/03/2007

"""Contre ce(lui) que d'autres déments appellent "Satan". """""

Non saban, sacan, sadan, safan, ha Salan , oui, ça me dit quelque chose. mais quoi?
Mais on ne le dira jamais assez que les yankee's sont des pisse-menus, un hot-dog salade et coca. ha oui, salan s'est arrêté à un million deux cents mille, enfants inclus. Alors avec leur chewing à la gomme.

Écrit par : martingrall | 07/03/2007

@ Pescade

"L'approbation de la réactivation d'une loi coloniale et de la proclamation de l'Etat d'urgence, en novembre 2005,..."

Mais c'est faux, Pescade !!!
La réactivation, comme tu le dis, de cette loi, a été faite par décret, en conseil des ministres, aucun vote n'étant pour ça nécessaire à l'Assemblée.
C'est pour la prolongation de l'état d'urgence au-delà de trois mois qu'un vote a eu lieu.
Et à cette occasion, la quasi-totalité du groupe PS à l'Assemblée a voté CONTRE, 5 députés sur 150, je crois, s'abstenant (dont 2 ou 3 "par erreur", car absents en séance et croyant qu'un de leurs collègues voterait pour eux).
[ Le détail est facile à retrouver sur le site de l'Assemblée ].

Je ne suis pas militant PS, mais il ne faut pas raconter n'importe quoi.
Et une déclaration à la con de Manuel Valls n'infirme pas à elle seule le vote de (presque) tous les députés socialistes.

Écrit par : Clarence | 07/03/2007

La vie d'un américain ou d'un isra¨lien vaut plus que celles d'un palestinien ou d'un irakien, ces dernières sont à peine plus précieuses que celles d'un tchétchène ou d'un birmane...
Drôle de marché que celui de la bourse des vies.

Écrit par : Mehdi | 07/03/2007

Pescade, Oui, hélas. Et cependant rien ne peut se faire sans cette radicalisation.
Et si la droite a son mou la gauche doit avoir son dur. ET qui?

Écrit par : martingrall | 07/03/2007

@ Clarence
Je t'en prie.
Ne dis pas n'importe quoi.
Les "socialistes" ont passé l'automne 2005 à répéter sur tous les tons qu'il n'était pas dans leur(s) intention(s) de "mettre le gouvernement en difficulté au moment où il se trouvait confronté à cette grââââve "crise des banlieues"".
Ils ont donc battu des mains et dépêché leurs roquets flicophiles (suivez mon regard) pour prêcher l'ordre et la sécurité à Clichy-sous-Bois.
(Plutôt qu'à Bastia.)
Ne nous prends surtout pas pour des benêts oublieux.

Puis je vais vous dire: vous me faites marrer, à ne pas supporter que d'aucun(e)s, échaudé(e)s, n'aient plus aucune intention de se laisser derechef sodomiser par le P"S".
Tous leurs / vos numéros à la con, "vote utile" compris, "aaaaaattention à l'abominable homme de Beauvau" compris, on a déjà payé pour voir, merci.
Tu te rappelles ça: "Au secours, la droite revient" - avec ses "grandes dents".
Merci qui? Merci Séguéla.
Homme de gauche s'il en fut.

Résultat, qu'est-ce qu'on a vu revenir, à la fin des fins?
La "gauche"-qui-privatise (sous les applaudissements nourris du patronat, ravi qu'elle aille plus loin / plus fort que Juppé.)
Joe le bouffon et son: "Chers salariés de Vilvorde, vous l'avez grave dans le c** - les promesses électorales n'engagent que ceux qui y croient".
Joe le dégueulasse et son: "L'Etat ne peut pas tout".
Joe le barré, avec son: "Mon programme n'est pas socialiste".
Joe le salaud avec son: "Aaaah mais si je n'étais pas au deuxième tour c'est la faute à la gauche, qui a refusé de s'aligner sur un candidat qui lui avait pourtant bien précisé que son programme n'était pas socialiste".

Arrêtez, ségolâtres, de nous prendre pour des cons.
De grâce: cessez.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 07/03/2007

Hop, encore un petit troll avec un général. Celui avec Aussaresses a bien marché, et je dis « bien » au bon sens du terme, merci Pescade et les autres. Cette fois-ci avec le général Janvier, aux ordres de Chirac, qui a regardé au bon moment et dans la bonne direction (c’est-à-dire : ailleurs) quand les Serbes massacraient avec méthode 7000 musulmans à Srebenica.

7000 musulmans massacrés, oubliés par les Occidentaux qui « via la justice internationale, ont raté une occasion de respecter vraiment les musulmans » (« vraiment », en italique). Ce qui est marrant, c’est que cette info est rappelée par Biard dans Charlie-Hebdo, en principe anti-musulman, en principe à la botte du kaiser Val. Comprends pas tout, moi.

Remarquez, c'est pas vraiment un troll car, là aussi, il s'agit de civils innocents. Tiens, on n'entend pas Raymond-la-Science sur ce coup-là. Il est vrai que ces innocents, les crétins, ne sont pas Français... (heu, humour)

Écrit par : PMB | 07/03/2007

A propos d'amener la civilisation au barbare, un petit episode (une anecdote dirait un borgne célèbre) dans lequel les USA ne joue aucun role :

http://rebellyon.info/article134.html

Écrit par : Gyhelle | 07/03/2007

A ce propos, nous parlerons ici-même, à 00.00, du phénoménal papier de "Charlie", ce matin, sur la "racaille" des banlieues.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 07/03/2007

Merci Clarence, je sais parfaitement tout cela. Lorsque je parle d'approbation je ne parle pas de vote, mais de l'attitude du PS (entre autres) à cette occasion. "Qui ne dit mot consent", proclame peut-être un peu trop facilement l'adage. Mais où étaient donc les dénonciations et les condamnations socialistes de la proclamation de l'Etat d'urgence ? Nulle part. Le PS a-t-il signé les appels unitaires contre la réactivation des lois coloniales et les couvre-feu ? Non plus.

Écrit par : Pescade | 07/03/2007

On parle de quoi là:
"je vais pas légitimer bla bla par mon vote etc..."
C'est plus le moment.
L'affaire est entendue soit, Sarko et Ségo et Bayrou sont de droite, pourquoi pas.
Il s'agit de savoir si on veut Sarko et tout ce qu'on a vu de lui ces dernières années. Ou si on veut le PS au pouvoir qui malgré les "affaires" et les histoires d'égo ( et quand on parle de celles de la gauche on fait comme si la droite en était exempte, bordel!) laisse au moins place à la discussion.

Alors les révolutionnaires de tout bord prompts à critiquer le PS qui comme tout parti est une machine mais au moins un peu plus démocratique que l'UMP, vous voulez quoi au juste?
Un monde meilleur cela s'entend, mais l'élection n'en est pas le lieu. Il va falloir trouver d'autres terrains pour améliorer le sort des travailleurs mais ça ne s'est encore jamais joué aux présidentielles. Ni en France ni ailleurs. (ou Chavez peut-être?)
Par contre pour détruire le peu d'acquis sociaux qu'il reste très rapidement on sait qui il faut élire.
Et ça vous laissera tout le champs pour pondre de jolis commentaires dans les blogs si leur accès reste gratuit.

Écrit par : antibla | 07/03/2007

Et, effectivement, comme le rappelle Sébastien, on eu droit au grand couplet social-patriote, ou national-républicain, Julien D.uvivier (cheville ouvrière de MSR s'il en est) qui réclamait l'union sacrée contre "une guerilla urbaine d'un genre nouveau" et son élève Delphine Batho (vigile expert de MSR) qui craignait une "reddition de la république".

Écrit par : Pescade | 07/03/2007

1) qu'est -ce que le MSR ?

2)"vous voulez quoi au juste? "
tout, tout de suite

Écrit par : Gyhelle | 07/03/2007

Merci antibia de nous confirmer cette vérité première, "le sort des travailleurs ne se joue pas lors de l'élection présidentielle".
Merci antibia de dénoncer l'imposture des "socialistes" qui essaient de nous faire croire l'inverse pour serrer les rangs autour de sa candidate.

Écrit par : Pescade | 07/03/2007

Sébastien

Je crois que cela serait bien que tu laisse ouvert les commentaires du billet précédent ton billet du jour.

Cela permettrait au fil de discussion qui s'y est engagé de se terminer là où il a commencé.

Et à celui qui devrait commencer à propos de ton billet du jour de débuter sans interférence.

Mais bon, je dis ça et tu fais comme tu veux bien sûr.
On ne t'enverra pas le Big Red One pour te ramener à la raison ;0)


Sinon, pour compter les morts d'Irak, il ya ça (trouvé initialement chez Grabuge dont on est toujours sans nouvelles depuis longtemps d'ailleurs) : http://www.iraqbodycount.org/

A l'heure où j'écris -mercredi 7 mars 2007 à 14h00 :
Civilians reported killed by military intervention in Iraq
Min 58 022
Max 63 800

A comparer aux morts militaires américains!
Et personne ne compte les mercenaires morts ou bléssés (rappel: une partie de la guerre est pri-va-ti-sée!!)

Zgur

Écrit par : Zgur | 07/03/2007

La semaine derniere :

Interrogée sur la question des détenus à Guantanamo, la Haute Commissaire aux Droits de l'Homme, Louise Arbour s'est déclarée "très préoccupée de voir que la détention de personnes par les Etats-Unis sans accusation d'aucune sorte" se poursuivait sans aucun contrôle de la Justice, ni réaction internationale.

"J'espère que le système judiciaire américain se montrera à la hauteur de sa longue tradition de défense des droits de l'homme", a-t-elle dit.

Interrogée par ailleurs sur les "exécutions extra-judicaires" en Israël, elle a estimé ensuire que si le droit à la sécurité de la population d'Israël, "est parfaitement légitime", il ne saurait aucunement "conduire à des mesures imposant un tel poids à la population palestinienne, ni aucun assassinat". "Un assassinat est un assassinat, quel que soit celui qui le commet, il commet un crime"

Ben tout le monde n'est pas convaincu que l'axe du Bien fasse vraiment le bien partout...

Écrit par : Bruno Lamothe | 07/03/2007

Et ca ? (bon c'est vieux, ca date de decembre) :

"La vie est pire que sous Saddam Hussein [...] Ils avaient un dictateur brutal, mais ils avaient leurs rues, ils pouvaient sortir, leurs enfants pouvaient aller à l’école et en revenir sans que leurs parents ne se demandent : Vais-je revoir mon enfant ?"

Koffi Annan in "Le Figaro" (05/12/06)


Ahhhh oui, beau bilan, vraiment...

Écrit par : Bruno Lamothe | 07/03/2007

NOUUUUUVEAU BILLET!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 07/03/2007

Au fait, le patron n'avait pas dit qu'on pourrait reparler d'Aussaresses ?

Non, parce que niveau "Etat de droit", nous, en France, on a fait fort, aussi, il fut un temps...

Écrit par : Bruno Lamothe | 07/03/2007

Ouais, ouais, on va en reparler sous peu.
Chaque chose en son temps!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 07/03/2007

Dans Charlie, j'ai lu bien d'autres articles intéressants : celui de Biard, déjà mentionné dans la note précédente sans que personne ne réagisse, celui de Venner sur Moubarak l'embastilleur de blogueur (qui a au moins un point commun avec Val, il n'aime pas internet), la double page de Bou avec Elisabeth Roudinesco, les chroniques de Lançon et Cavanna

Donc, je continue à lire Charlie, et n'ai pas l'intention de me mettre à lire Le Figaro.

j3m, si vous êtes "surpris de ne pas trouver d'allusion à l'islam" dans le dernier Charlie, lisez le texte de Biard. Si vous ne voulez pas acheter Charlie, je peux le scanner et le mettre ici. Plus rapide, allez, je me cite citant Biard qui commente le jugement faux-cul de la Cour Internationale de Justice de La Haye avec 7000 musulmans massacrés, oubliés par les Occidentaux qui « via la justice internationale, ont raté une occasion de respecter vraiment les musulmans » (« vraiment », en italique dans le texte de Biard).

Écrit par : PMB | 07/03/2007

C'est quand même mieux de se faire buter par les gentils ? Non ?

Si on me disait : "Je vais te faire sortir les entrailles du bide, mais c'est au nom de la démocratie !", je le vivrais mieux si on me disait : "Je vais faire dégueuler tes tripes par les oreilles, mais c'est au nom de Allah !". Déjà parce que la démocratie, on est sûr que ça existe... Ca existe hein ?

Écrit par : Lulu | 07/03/2007

Les commentaires sont rouverts, faut en profiter ;0))

J'avais vu il y a plusieurs mois un dessin de presse étatsunien qui montrait une famille irakienne apeurée et tapie dans sa cave et qui sentait sa maison au dessus d'elle et le sol trembler aux rythme des "BOOM BOOM BOOM" des bombardements étatsuniens et le père de famille disant tristement " Entendez vous la démocratie qui arrive ?".

Dommage que je n'arrive pas à le retrouver.

Zgur

Écrit par : Zgur | 07/03/2007

"Glucksmann emballe l'UMP sur la Défense
L'ex-maoïste rallié à Sarkozy a remporté un gros succès devant les auditeurs de la convention de l'UMP consacrée à la Défense nationale •
Par Alain Auffray
LIBERATION.FR : mercredi 7 mars 2007

Pierre Lellouche n'a pas caché sa très grande satisfaction, mercredi matin en accueillant André Glucksmann à la tribune de la convention de l'UM consacrée à la Défense nationale. Le député UMP se délecte encore de l tempête provoquée, dans le «Landerneau germanopratin», par le ralliemen sarkozyste de l’ex-jeune maoïste

Devant un public de militaires encivilés et de militants UMP, le philosophe a détaillé tout ce qu'on avait à craindre, selon lui, d¹une «weimarisation» d¹une planète bientôt incapable de faire face à la «mondialisation de la violence». Il invite à la critique rétrospective de la dissuasion. Car si l'on croit aux vertus de l¹équilibre de la terreur, on en vient logiquement à penser «qu¹après tout, les Iraniens seront peut-être plus sages avec que sans la bombe».

Nous vivons, poursuit Glucksmann, dans un monde débarrassé du «double tabou qui arrête l¹ultraguerre: Hiroshima et Auschwitz». Sur cette planète, il convient de «ne pas se tromper d¹alliance» et, comme De Gaulle en 1940, de se tourner vers l’Ouest: «Nous ne pouvons pas nous payer le luxe d’un anti-américanisme primaire».

Les auditeurs ont dû sagement attendre la fin du long et laborieux discours de la ministre de la défense Michèle Alliot-Marie pour pouvoir féliciter le philosophe. Glucksmann a poliment reçu les hommages. Un conseiller municipal de Neuilly l’a trouvé «sublime»: «J’étais de ceux qui ont voté pour Sarkozy en 1983 lors de l’élection du maire» a précisé l’élu, pas peu fier d’avoir ainsi contribué à la carrière du candidat de l¹UMP.

A midi, le philosophe, apparemment pressé de prendre l’air, n¹a pas souhaité participer au déjeuner auquel l’invitait, en compagnie d¹une poignée de parlementaires, le Sénateur Serge Dassault, président de la Fédération professionnelle des métiers de la Défense."

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 08/03/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu