Avertir le modérateur

07/05/2007

Franz-Olivier Giesbert Inaugure "Le Boulevard Sarkozy"

medium_images-10.jpg

Je me fais, je ne vous le cache pas, un peu de souci pour Franz-Olivier Giesbert, patron de "Le Point".

J'ai peur qu'il se fasse mal, à force de lécher Nicolas Sarkozy.

Rien de plus douloureux qu'une luxation du palais mou.

Vous me direz: il s'est (très) longuement échauffé.

Vous me direz: il a derrière lui de longs mois d'entraînement.

Vous me direz: pour ce qui est de lécher Nicolas Sarkozy, le gars est plutôt pourvu d'une confortable avance - alors même que la compétition est acharnée.

Et je n'en disconviens pas.

Mais son édito de ce matin me fait tout de même craindre qu'il n'ait présumé de ses forces.

Jugez plutôt.

"C'est encore Sisyphe qui a gagné" - commence-t-il.

Comprendre: Nicolas Sarkozy.

"Le plus persévérant. Le plus increvable. Le plus couturé de cicatrices en tout genre".

(Le mot est de l'intéressé, qui avait très sérieusement déclaré l'autre jour dans "Le Parisien": "J'ai des cicatrices partout".

Quand Nicolas Sarkozy dit quelque chose, Franz-Olivier Giesbert ouvre son petit calepin et le note avec application, afin que de le recopier dans un prochain éditorial.)

Giesbert continue, crescendo: "Sarkozy-Sisyphe a vaincu les éléments".

Ce n'est déjà pas rien - mais le plus admirable est que "par défi, il s'était mis de gros boulets aux pieds".

Et quels boulets!

"D'abord, il était resté au gouvernement plus tard que de raison".

Vous mesurez, je pense, l'héroïsme total de la démarche.

Mais surtout: "Il faisait la course en tête depuis cinq ans, pratiquement sans interruption, alors que les challengers font généralement de la chair à pâté des favoris".

Quel courage, ce Nicolas Sarkozy!

(Nous tenons-là, retenez-le, un exemple parfait de giesbertisme.

Le giesbertisme est le procédé rhétorique par quoi un éditorialiste arrive à prodiguer deux coups de langue en un seul.

Ici: Nicolas Sarkozy a surmonté, pour gagner, une gigantesque difficulté - premier coup de langue.

La difficulté en question, horriblement difficultueuse, était d'avoir "fait la course en tête" - second passage.)

Giesbert écrit alors, très logiquement: "C'est dire le mérite de la performance".

Bravo, Nicolas Sarkozy!

Giesbert continue: "Ajoutez à cela que Sarkozy a été l'objet d'une campagne négative comme on n'en avait pas vu en France depuis longtemps" - et vous comprendrez que Nicolas Sarkozy est le héros que la France attendait.

Puisque aussi bien il s'est qualifié, par la seule force de sa volonté, contre "une désinformation frénétique qui a réussi à bourrer bien des crânes".

Franz-Olivier Giesbert doit, lorsqu'il parle "désinformation", être attentivement écouté: il est, on se le rappelle, l'homme qui a crânement énoncé que, oui, tout à fait, on a quand même tout à fait le droit, quand on est un patron de presse décomplexé, de publier des papiers complaisants - quitte à rectifier le tir, si besoin était.

(Mais besoin, fort heureusement, n'est que rarement.)

On ne demandera pas ici à Franz-Olivier Giesbert de nous donner quelques exemples de manifestations de la "désinformation frénétique" dont Nicolas Sarkozy aurait ainsi fait les frais: ça serait pas de jeu.

Ca serait trop facile.

(Franz-Olivier Giesbert?

Vous auriez quelques exemples un tant soit peu documentés de cette soi-disant "désinformation"?)

Le boss du "Point" conclut alors "que plane sur l'élection de Nicolas Sarkozy quelque chose qu'il faut bien qualifier d'historique" - et qui n'est pas l'épais nuage que fait en s'évaporant la salive sucrée dont maint journaliste lui a lesté les fonds de pantalons.

Giesbert applaudit, aussi frénétique dans la flagornerie que la désinformation susévoquée: "Pourvu d'une légitimité en acier, après un tel taux de participation, (Nicolas Sarkozy) a un boulevard devant lui, le boulevard Sarkozy".

(Ex-avenue des Champs-Elysées.)

Puis de conclure: "Il reste maintenant au nouvel élu à prouver qu'il est un homme d'Etat que le peuple suit".

Le peuple, je sais pas.

Mais la presse libre et indépendante a déjà sa place dans le cortège.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu