Avertir le modérateur

29/06/2007

Alain Minc: "Trop De Démocratie Tuerait La Démocratie"

medium_313780.jpg

Le conseil de surveillance du "Monde" votait hier pour désigner son nouveau président.

Ce fut un grand moment de liberté participative.

Alain Minc, biographe célèbre (de Baruch Spinoza) et candidat sortant, devait statutairement recueillir, au minimum, 11 voix sur 20, pour gagner sa réélection.

Il s'est lamentablement vautré, avec 10 votes favorables seulement (ceux des "actionnaires externes"), contre "7 voix contre et 3 abstentions (le camp des actionnaires internes)".

(Source: "Libé".)

En d'autres termes: les journalistes en ont ras-le-c** de voir Minc traînasser dans leurs parages, alors que les capitalistes qui financent le quotidien vespéral des marchés sont plutôt contents qu'il soit contrôlé par l'ami (Alain Minc) de l'ami (Vincent Bolloré) de Nicolas Sarkozy.

Battu, Minc a aussitôt été proclamé grand vainqueur du scrutin par l'excellent Claude Perdriel (par ailleurs big boss du "Nouvel Observateur"), qui présidait la séance.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais j'ai quand même l'impression qu'il faut des cojones de toro espagnol, pour oser ainsi déclarer, en dehors des frontières de la Corée du Nord, que le gars qui vient de manger la moquette a été brillamment réélu.

Abasourdis, "les actionnaires internes (Société des rédacteurs du "Monde", personnels des Publications de la Vie catholique, journalistes du "Midi Libre", employés et cadres du "Monde")" ont (bravement) essayé de suggérer à Minc et Perdriel que "les statuts" du conseil de surveillance "sont très clairs", et qu'il fallait à Minc "11 voix, et pas 10".

Ulcéré, l'ami de l'ami du chef de l'Etat leur a craché: "Vous n'êtes pas d'accord? Le tribunal tranchera".

Un vote n'a de valeur, au "Monde", que dans la mesure où son résultat est conforme à ce qu'en attendait le président sortant.

(Bon: c'est vrai que ça fait un peu république bananière, mais quand on aime, compte-t-on?)

Voter, c'est bien, c'est vachement cool, mais à condition d'élire Alain Minc.

Si la démocratie revient à voter contre Alain Minc, Alain Minc n'hésite pas: il saisit "le tribunal".

Humaniste raffiné, Alain Minc estime cependant, comme Claude Perdriel, que trop de démocratie tuerait à coup sûr la démocratie, parce que franchement, c'est pas pour dire, mais si la populace commence à faire sa loi, où on va, sans déconner?

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu