Avertir le modérateur

01/07/2007

Arbeit Macht Frei (Dit-Il)

medium_sarkozy1bu8.jpg

Nicolas Sarkozy l'a de nouveau psalmodié vendredi, avec sa mâle forfanterie de meilleur copain du grand patronat (golden) parachutiste: le travail "libère".

(En allemand: "Arbeit macht frei".)

C'est son incantation fétiche.

Le fondement de son humanisme.

C'est, bien sûr, une gigantesque menterie.

Dans la vraie vie, le travail est, bien évidemment, cette monstrueuse aliénation où tu te vends pour un "salaire" qui ne restera jamais qu'une infinitésimale fraction, indétectable à l'oeil nu, du revenu moyen des ami(e)s stock opté(e) de Nicolas Sarkozy.

D'où vient que Nicolas Sarkozy continue à présenter ce triste servage comme une émancipation?

De ce que Nicolas Sarkozy et ses potes ont grand besoin d'esclaves salariés quotidiennement ravagés par la trouille, abjecte, de n'avoir pas de quoi finir le mois - mais inconscients de leur triste sort, et persuadés d'être si follement libres, qu'y en a même qui disent qu'ils les ont vus voler.

A Vincent Bolloré, Nicolas Sarkozy n'a rien à promettre - si ce n'est de lui rendre son yacht dans l'état où il l'a trouvé, ou de faire comme si Vincent Bolloré n'avait jamais travaillé avec le ministère de l'Intérieur quand Nicolas Sarkozy était ministre de l'Intérieur.

Aux salariés, Nicolas Sarkozy peut en revanche concéder, avec sa mine doucereuse de chef d'une antique guerre de classes, une augmentation d'une poignée d'euros par mois - s'ils font l'effort, cela va de soi, de travailler plus pour les gagner (bougez-vous le cul, les pauvres): de quoi mettre du beurre dans leurs coquillettes.

Si tu y mets du tien, tu pourras manger à ta faim.

Comme disait Bernie Bonvoisin, poète français de renom, du temps qu'il ne faisait pas (encore) klaxon bayriste: "T'as bien raison de bosser huit heures, ton salaire, c'est le salaire de la peur".

Trimez, smicard(e)s - et grâce au Chef Suprême, vous pourrez même, qui sait, vous acheter à crédit un nouvel écran plat, histoire de vous divertir chez Bouygues de vos repas de pâtes.

Dans "1984", le Parti affirme que: "La liberté c'est l'esclavage".

Sarkozy 2007 scande, lui, que: "Le travail libère".

C'est pour mieux t'asservir, mon enfant.




(Spéciale dédicace au camarade Pescade.)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu