Avertir le modérateur

30/08/2007

Je Suis Pas Antisémite, Hein? J'En Ai Juste Marre De La Bien-Pensance Politiquement Correcte...

medium_2007-08-25T053208Z_01_NOOTR_RTRIDSP_2_OFRTP-FRANCE-BARRE-DECES-20070825-1.jpg

Je dois dire que les commentaires qui saluent dans la presse la mémoire de Raymond Barre me trouent quelque peu le fondement, si vous me passez l'expression.

Raymond Barre était, je le rappelle ici pour qui l'aurait oublié, ce digne prosateur qui avait posément dénoncé en 1980, après l'attentat contre la synagogue de la rue Copernic: "Un attentat odieux qui voulait frapper les Juifs de cette synagogue et qui a frappé des Français innocents".

Raymond Barre établissait donc, avec une mâle assurance, une distinction, marquée, entre, d'une part, les "Juifs", et, de l'autre, les "Français".

Maréchal, nous revoilà.

Raymond Barre dénonçait aussi les manoeuvres, nécessairement sournoises, du "lobby juif".

Raymond Barre voyait en Maurice Papon - le Maurice Papon de la déportation et des ratonnades - un "grand commis de l'Etat".

(Raymond aimait assez Maurice.)

Raymond Barre, en outre, avait quelque chose comme de la sympathie pour le bon monsieur Gollnisch, qui trouve que les chambres à gaz, oui, d'accord, mais que bon, faudrait quand même que les historiens puissent en discuter.

Je sais pas vous: moi, je trouve que ça fait beaucoup, pour un seul homme.

Imaginons que n'importe quel sombre taré se mette soudain à vomir que c'est quand même dommage qu'un attentat visant des Juifs tue des Français (innocents), que Papon était un mec plutôt fréquentable, etc?

On dirait: mais que voilà une belle crapule.

Et comme on dirait vrai.

Or, là?

Non.

Raymond B. a, c'est vrai, craché des ignominies - mais la presse nous rappelle que c'était un très bon gars.

Dans "Le Point", ce matin, Sylvie Pierre-Brossolette, émue, nous rappelle que "le "barrisme"" était un (goûteux) "cocktail de rigueur et de courage".

Elle se réjouit: "Aujourd'hui, bien sûr, Barre ne reçoit que des hommages".

Bien sûr.

(Car il était, ne l'oublions pas, strictement libéral - et cette orthodoxie vaut bien qu'on ferme les yeux sur ses menus errements.)

D'ailleurs: "C'est à peine si l'on rappelle ses quelques dérapages "antisémites", dus au grand âge et à l'obstination d'avoir toujours raison contre ces "lobbys juifs" qui ne l'ont pas épargné depuis sa phrase malheureuse sur les "Français innocents" piégés rue Copernic".

Ajoute Sylvie Pierre-Brossolette.

Relisez lentement, je vous prie, ces derniers propos.

Notez notamment, je vous prie, les guillemets à "antisémites".

Notez aussi, je vous prie, comme ces "lobbys juifs" ont quasiment persécuté le bon Raymond...

Dans "L'Express" de ce matin, Christophe Barbier se fend, lui aussi, de son petit compliment: le bon Raymond, "esprit libre, aura accompli un parcours exceptionnel".

Barbier, c'est vrai, concède "quelques dérapages verbaux" - comme le commentaire du bon Raymond sur les "Français innocents" de la rue Copernic.

Barbier déplore, gentiment, "la blessante maladresse du propos, si ce n'est l'énormité du raisonnement".

Dites, les ami(e)s.

"Dérapages"???

"Phrase malheureuse"???

"Maladresse du propos"???

Est-ce que je rêve, ou est-ce que nos vaillants journaleux tortillent salement du cul, au moment d'appréhender les saillies dégueulasses du bon Raymond?

Les mêmes (grosso modo) sont, notez-le, toujours prêts à détecter partout de la "judéophobie" - quand elle peut les aider à mieux régurgiter les discours dominants.

Les mêmes nous suggèrent à longueur de temps que si t'aimes pas George W., c'est que t'es antisémite.

Que si tu penses que les Palestiniens ont aussi quelques droits, c'est que t'es antisémite.

Que si tu espères qu'un autre monde est possible, si possible délivré des bréviaires libéraux de l'excellent Raymond et de ses continuateurs, c'est que t'es antisémite.

Et caetera.

Mais là, quand tout d'un coup ils se trouvent confrontés à un cas d'antisémitisme caractérisé, les voilà qui soudain lèvent le petit doigt: ce ne sont finalement que de bénins "dérapages", d'une "maladresse" presque émouvante...

D'où vient cette curieuse pusillanimité?

C'est dans "Le Nouvel Observateur" de ce matin, sous la plume de l'amusant Jacques Julliard, que j'ai trouvé l'explication.

D'après Julliard, le bon Raymond était, ça ne mange pas de pain, "de l'étoffe des hommes d'Etat".

Mais surtout, il était, je vous le donne en mille: "Anticonformiste".

Et même: "Très anticonformiste".

C'était Raymond l'iconoclaste.

Raymond, le briseur de tabous.

Quasiment un punk-rocker.

Et là, bien sûr, tout s'éclaire.

Julliard écrit, sans honte: "C'est à cet anticonformisme systématique et au refus de faire amende honorable que j'attribue les deux accès d'antisémitisme q'on lui reproche avec raison".

Le racisme ne serait donc au fond, c'est dommage qu'on n'y ait pas songé plus tôt, un anticonformisme...

Observez d'ailleurs la tournure de l'hommage: le petit Raymond a succombé à deux poussées d'antisémitisme, un peu comme il aurait pu choper la varicelle - mais il n'était pas méchant.

Du tout.

Julliard, d'ailleurs, l'absout, d'une phrase que je m'en vais recopier sur mon petit carnet, afin que de ne jamais l'oublier: "Barre n'est pas antisémite, mais il déteste le politiquement correct sous toutes ses formes".

Ne vous pincez pas: je n'invente rien.

Et nous y voilà donc.

Ca fait des années que la triste clique des pontifieurs médiatiques nous les brise avec son courageux combat contre le "politiquement correct".

Avec sa résistance à la tyrannie de la bien-pensance.

Et finalement, et naturellement, voilà que ce qui devait arriver arrive.

Leur anticonformisme à deux balles, désormais, peut aussi justifier l'antisémitisme, présenté, non comme du racisme, pensez, mais comme de l'originalité...

Le gars qui distingue les Juifs des Français (innocents) n'est pas antisémite - puisqu'on vous le dit.

C'est vrai qu'il "dérape" un peu.

C'est vrai qu'il est un peu "maladroit".

Mais c'est pour une bonne cause: l'anticonformisme.

Tristes clowns.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu