Avertir le modérateur

05/09/2007

Conformisme De L'Anticonformisme: Rions Un Peu Avec Jean-Pierre Elkabbach

medium_Sarkozy_-_189.2.jpg

On sait, naturellement, que le système dominant se maintient par des mensonges.

C'est ainsi, par exemple, que ses chiens de garde les plus serviles vont partout proclamant leur indépendance, et le cas échéant leur iconoclasme, et de toute façon leur ferme refus des convenances convenues - quand tout, dans leur(s) vie(s) et leur(s) oeuvre(s), marque leur veule soumission au sarkozysme.

Bourdieu écrivait: "Il s'agit de retourner la représentation dominante (pour) montrer que le conformisme est du côté de l'avant-garde", et que "la vraie audace appartient à ceux qui ont le courage de défier le conformisme de l'anticonformisme".

Pourquoi je vous (re)parle de ça?

Parce que je lis dans "Le Monde" un "entretien avec Jean-Pierre Elkabbach, président d'Europe 1" qui annonce, très calmement: "Nous entrons cette année dans une phase d'anticonformisme".

Je me frotte les yeux, mais ce mec est, de toute évidence, dramatiquement sérieux...

Pour bien savourer le truc, il faut se rappeler deux, trois minuscules détails - sans même remonter à l'exceptionnel "anticonformisme" dont Jean-Pierre Elkabbach faisait preuve, quand Jean-Pierre Elkabbach faisait campagne pour un grand "OUI" acclamatoire à l'Europe libérale du bon Estaing.

Il faut se rappeler, par exemple, que le proprio d'Europe 1, qui tous les mois verse à Jean-Pierre Elkabbach de conséquents émoluments, est un certain Arnaud Lagardère, qui se définit lui-même comme le "frère" de Nicolas Sarkozy.

Ou que Jean-Pierre Elkabbach, envisageant il y a peu l'embauche d'un(e) journaliste politique, a cru devoir consulter Nicolas Sarkozy - avant de se récrier: "Ben quoi, bordel, c'est quand même normal de prendre l'avis d'un spécialiste, oui ou merde?"

(Mais Jean-Pierre Elkabbach, que l'on sache, n'a pas consulté José Bové, ni Olivier Besancenot.)

Dans sa navrante hagiographie de rentrée, "L'aube le soir ou la nuit", Yasmina Reza raconte une rencontre, en Algérie, entre Abdelaziz Bouteflika et Nicolas Sarkozy - et signale qu'il n'y a "pas de journaliste, excepté Jean-Pierre Elkabbach qui est là en tant qu'amical témoin".

C'est ce témoin amical qui se flatte aujourd'hui, et pourquoi se gênerait-il, d'avoir trouvé, pour sa "grille de rentrée", quelques "symboles de l'anticonformisme".

Des gens comme "Laurent Baffie" - pour qui le fin du fin de la transgression consiste à demander à Raymond Barre si ça marche avec les meufs.

Ou comme: "Jacques Attali" - qui vient justement d'être chargé par Nicolas Sarkozy d'une (délicate) mission où son légendaire anticonformisme fera évidemment des merveilles.

Le monde est petit, chez les rebelles.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu