Avertir le modérateur

07/10/2007

Lécher "Bernard"

medium_arton2819.jpg

A chaque fois que paraît un bouquin de "Bernard", des "journalistes" lui font une haie (d'honneur), pâmé(e)s.

Serge Halimi les a un jour appelé(e)s, si mes souvenirs sont bons, "la brigade d'acclamation", et, fichtre, que c'était bien trouvé.

("Bernard", c'est, vous l'avez reconnu, Bernard-Henri Lévy, aka BHL - klaxon décolleté d'une vieille ""Nouvelle philosophie" dont il a été suffisamment dit et répété partout qu'elle n'avait rien ni de nouveau ni de philosophique pour qu'il soit utile de s'y attarder ici"★

Ce sont ses proches potes qui l'appellent "Bernard"', sans doute pour ce que cela permet de rimes riches - du style, "Bernard est un fêtard".)

Démonstration: "Bernard" vient de commettre un désolant pensum, trente-quatrième du genre, et, comme d'hab, ses journaleux de chevet, dont l'appendice caudal frétille à chaque fois qu'ils se trouvent une occasion de lécher, glapissent qu'il est beau - avant que de se recoucher.

Dans "Charlie Hebdo", hebdomadaire caustique, le taulier, Philippe Val, observe ainsi, dans une rare dépense de salive, qu'il s'agit d'"un livre intime et dense", qui "révèle des convictions, une vigilance et une réflexion (...)"

(Puis Philippe Val, concentré, se replonge dans la rédaction de sa biographie de Noam Chomsky, sobrement titrée "Le fils caché d'Adolf Hitler", en quoi "Bernard", espère-t-il, ne manquera pas de saluer, rendant lècherie pour lècherie, "un livre dense et fort, et qui fait vachement réfléchir".)

De son côté, "Le Nouvel Observateur", organe semainier de liaison de la gauche montres★★, consacre sa couverture, puis vingt pages d'un mièvre dossier, puis bien évidemment l'éditorial du Chef Suprême (Jean "Pontife" Daniel) à un "livre" qui "relance le débat".

Et en effet: une controverse de gros niveau, comme oncques n'en vîmes depuis celle qui opposa jadis Bouvard à Pécuchet, met aux prises, aux pages 18 à 22, "Bernard" et "Alain" (Finkielkraut) - d'où il ressort, j'en suis retourné, que "les clivages ont encore un sens".

Enfilez vos K-Way: il pleut dru du concept.

Est-ce tout?

Du tout.

Chacun(e), dans la presse (qui ment), veut s'acquitter ces jours-ci de sa contribution, forcément désintéressée, à la promotion d'un ouvrage si follement subversif, que même Laurent Joffrin en a eu dit-on le souffle "coupé".

Ce matin, dans "Le Journal du Dimanche", (JDD), une certaine Pascale Amaudric passe au verso du penseur une langue chargée d'un taux si dangereusement élevé de flagornerie, que les autorités parlent de "menace toxique" (et dépêchent le commissaire Steven S.).

Contre "l'islamisme", par exemple, "face auquel la gauche pèche par tolérance et dans lequel l'extrême gauche "se compromet"★★★, BHL propose une arme radicale: la laïcité".

S'extasie Pascale Amaudric.

Comme c'est radical, en effet.

Comme c'est nouveau.

Pascale Amaudric en tire la seule conclusion possible: "Ce (que BHL) aime avant tout, c'est installer les controverses autour de ses propres combats, tous urgents, tous fondamentaux".

Car - je vous jure que je n'invente rien: "Ses combats sont réels, "réellement réels"".

(Hhhhhhhhhh...)

Il est vrai que "Bernard" ne se laisse guère de choix: "Sa vigilance ne permet pas le répit tant les pestes brune, rouge et verte (l'islamisme) sont toujours à nos portes, voire déjà, par "une dangereuse contamination virale", dans les esprits"...

Les divisions de choc du Pacte de Varsovie s'apprêtent, une fois encore, à nous fondre sur, mais un philosophe se lève - et c'est, Pascale Amaudric nous le révèle: "Un jeune homme libre".

Soyons justes: ce n'est pas faux.

Il n'est pas faux d'affirmer que "Bernard" est "libre".

"Bernard" est libre, en effet, de "corriger, voire (d') empêcher", en défenseur cohérent de la liberté d'expression, "la parution d'articles qui lui déplaisent".

Fort de son incroyable "impunité médiatique", il "se permet" aussi "beaucoup de liberté dans ses "enquêtes" au Pakistan, en Afghanistan, en Algérie".

(Etc.)

Cela, deux pénibles empêcheurs de flatter en rond, Nicolas Beau et Olivier Toscer l'ont formellement établi (et documenté) au terme de leur propre "enquête", parue l'an dernier★★★★, "au coeur des réseaux médiatiques français, avec leurs arrangements et leurs petites lâchetés, sur les traces de leur plus belle imposture: Bernard-Henri Lévy".

Ce que narre ce livre est absolument accablant.

Mais la presse (qui ment) l'efface de la photo, comme la "Pravda" faisait jadis - car il nuit, gravement, à l'image du "jeune homme libre" qu'elle ne finit jamais de pourlécher, le cul solidement calé sur un ultime vestige de sa dignité passée: la déontologie.







★ "D'une révolution conservatrice, et de ses effets sur la gauche française", par Didier Eribon, éd. Léo Scheer, 2007.
★★ "Une Rolex sinon rien", exige-t-il ce jeudi.
★★★ Vous n'avez rien contre une petite calomnie, en passant?
★★★★ "Une imposture française", éd. les arènes, 2006.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu