Avertir le modérateur

10/10/2007

Pascal (Bruckner) A Signé La Pétition De Philippe (Val)

medium_hp_scanDS_710101242056.jpg

Un copain, l'autre jour, m'expliquait, en substance: "Moi, tu comprends, je l'ai signée, la pétition de "Charlie Hebdo" contre les tests ADN, parce que là, tu comprends, il ne s'agit pas de signer "pour" Philippe Val et ses potes, mais "contre" une loi dégueulasse".

Oui, mais non.

C'est pas comme ça que ça marche.

Du tout.

Ca, c'est un raisonnement à la Philippe Val, du type, à signataire donné, on ne regarde pas le pedigree.

Mais dans la vraie vie, c'est quand même un peu compliqué de pétitionner avec des gens qui n'ont de cesse que de nous signifier qu'un immigré, ça va encore (à l'expresse condition bien sûr, qu'il ne vienne pas en plus nous réclamer de nous repentir d'avoir construit à ses primitifs grands-parents des routes goudronnées), mais que trois immigrés, bonjour les dégâts: ces gens-là on le sait consomment beaucoup d'allocations, et pour tout dire ôtent "parfois" le pain de la bouche de nos petits blancs.

Quand je découvre, par exemple, ce matin, que Pascal Bruckner a signé la pétition de "Charlie Hebdo", et que "Charlie Hebdo" se gargarise en couverture de cette contribution, je me dis que la machine à nous prendre pour des neuneus oublieux tourne à plein régime.

Parce que moi, je suis désolé, mais quand je l'entends parler de l'immigration, Pascal Bruckner, s'il y a bien une chose dont je n'ai pas envie, c'est de signer une pétition avec lui - merci, je crois que je vais passer mon tour.

Pascal Bruckner est le monsieur qui a, "Libération" l'avait relevé, "défendu" au mois d'octobre 2006, "dans une interview à l'édition dominicale du "Matin" de Lausanne, (...) le durcissement des lois suisses sur l'immigration, (...) qui met pratiquement fin à toute possibilité de regroupement familial et verrouille le droit d'asile".

Pascal Bruckner, essayiste fameux, avait alors déclaré, avec beaucoup de cette inimitable dignité qui souvent caractérise les intellectuels de médias: "La Suisse montre la voie à l'Europe, c'est une question de bon sens★, commençons par intégrer nos immigrés, par en faire de vrais Suisses, de vrais Français ou de vrais Espagnols, avant d'en laisser entrer d'autres".

(Comme je disais, un immigré, ça va, mais dès qu'ils sont un peu nombreux, ça devient difficile d'en "faire de vrais Français"...)

Plus récemment, Pascal Bruckner a posément précisé, dans la revue de "Bernard"(-Henri Lévy), qui a signé lui aussi la pétition de "Charlie Hebdo", que: "Seul l'Etat-providence, par les allocations qu'il nous fournit, nous rappelle que nous sommes encore d'un lieu, d'une administration".

Mais que: "L'Etat-providence, précisément, n'est pas extensible à l'infini, ses ressources sont limitées et le filet de sécurité qu'il tend autour des plus démunis ne peut s'étendre à tous sans craquer".

Et que de surplus: "Il suppose un équilibre démographique délicat qu'un afflux massif de personnes peut rompre sans peine".

(Comme je disais: l'immigré consomme beaucoup d'allocations et pourrait bien, s'il affluait massivement, ôter complètement le pain de la bouche de nos petits blancs.

Dites.

Ca ne vous rappelle rien?

Vous n'avez pas l'impression d'avoir déjà entendu ça?)

Pascal Bruckner, évidemment, est libre, après avoir ainsi théorisé la nécessaire imperméabilisation de nos frontières, de parapher le vibrant appel de "Charlie Hebdo", au motif, noble, qu'"on ne sélectionne pas les individus sur des critères génétiques" - ainsi que la pétition le stipule.

Mais une fois que t'auras enlevé du paysage les tests ADN (qui de fait seront probablement escamotés, Sarko serait bien sot de ne pas s'offrir à si peu de frais ce petit supplément d'humanité), questions.

Est-ce que les rafles cesseront?

Est-ce que les Noiches vont arrêter de se défenestrer?

Ben non - puisque les pétitionnaires de "Charlie Hebdo" sont tou(te)s d'accord, ou presque, pour considérer que, "certes", il faut "trouver les moyens de maîtriser l'immigration" - ainsi que l'exigeait Philippe Val dans son éditorial de la semaine dernière.

La sélection des individus sur des critères génétiques donne des nausées à nos signataires, mais enlevez les critères génétiques et maintenez la sélection - et les voilà qui tout soudain se rappellent qu'ils ont un dîner hyper-important, et que non, désolé, ils ne pourront pas manifester avec vous contre une loi qui, au fond, n'était le navrant "détail" des tests ADN, n'est pas si choquante, allons, allons, vous ne voudriez tout de même pas qu'un "afflux massif de personnes" interrompe le versement de vos allocations?

Philippe Val: "Bien sûr, la loi Hortefeux pose des problèmes, qui eux aussi ont fait l'objet de débats parlementaires".

Mais l'amendement ADN "touche à un principe".

Philippe Val pétitionne contre les tests ADN, mais pour le reste, s'en remet, confiant, au Parlement, où la (vraie) gauche est, comme on sait, massivement représentée.

Question de principe.

Ce que Philippe Val ne dit pas, c'est que le contrôle des flux migratoires, qu'il appelle de ses voeux, se fait au faciès.

Le régime n'a rien trouvé de mieux, pour expulser chaque année 25.000 "clandestins" foncés de peau, que de contrôler dans nos rues tout ce qui, de près ou de loin, peut ressembler à un basané - c'est pas moi qui le dis: ce sont les syndicats de policiers, qui ne sont pas exactement les pires adversaires politiques du chef de l'Etat.

Les maîtriseux (des flux migratoires) me gonflent, quand ils circonscrivent méticuleusement leur protestation à une pétition de principe contre les tests ADN.

J'aurais préféré quelque chose de plus vaste, genre, on ne traque pas les enfants "clandestins", ni leurs parents, et on cesse de pousser les sans-papiers au désespoir abominable qui les fait se défenestrer.

Mais ça, évidemment, les pétitionnaires ne l'exigent pas du tout - puisque, rappelez-vous, je viens encore de vous le répéter, ils souhaitent, comme Sarkozy, comme Hortefeux, se prémunir contre un "afflux massif" de gueux dépenaillés.

Comme si, dans la vraie vie, les cadeaux somptuaires dont le régime abreuve quotidiennement les nantis n'étaient pas foutrement plus coûteux que 25.000 immigrés par an...

Pétition?

Piège à c***.



★ Ah, le "bon sens"...
Le bon gros "bon sens"...

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu