Avertir le modérateur

12/10/2007

Eric Z. Contre Le Komintern (Dans Un Pays Ravagé Par Les Haines "Ethniques")

medium_komintern.jpg

"Le Monde" publie ce soir, dans ses pages "Débats", une "réplique" du "journaliste et essayiste" Eric Zemmour "au président de SOS-Racisme", qui l'avait dans ces mêmes pages qualifié quelques jours auparavant de "réactionnaire".

Je vous épargne le début de cette burlesque tribune, où Zemmour, qui écrit dans "Le Figaro" et se produit le samedi chez Ruquier, se pose en victime d'une police "de la pensée".

Voyez plutôt le moment où, fièrement, il revendique d'avoir, en homme de goût, "lu Pierre-André Taguieff" (arrêtez de vous marrer, c'est chiant), et d'avoir dès lors "compris que le progressisme antiraciste n'était que le successeur du communisme, avec les mêmes méthodes totalitaires mises au point par le Komintern dans les années 1930".

Je ne vais bien sûr pas commenter cette ineptie: j'ai l'intuition que la mémoire des victimes du totalitarisme soviétique mérite mieux que ça.

Mais retenez je vous prie, pour ce que cela nous révèle de leur sens de l'équité, que ce sont les mêmes gros penseurs, qui poussent des cris d'orfraie sitôt qu'on a le malheur de les trouver réacs - mais qui de leur côté n'hésitent jamais à traiter celles et ceux qui ont le front de ne pas se plier à leurs (petites) vues de "staliniens"; exactement comme s'ils ne savaient pas ce qu'a réellement été le stalinisme★.

Calomnie, obsessive, dont la fonction, il va de soi, est de salir, en l'assimilant inlassablement à l'un des régimes les plus criminels de l'histoire de l'humanité, ce que Zemmour, après Taguieff et tellement d'autres, nomme "le progressisme antiraciste" - incarnation, dans l'esprit de ces menus clercs, du mal absolu.

Ce fin subterfuge, où se reconnaît une rare subtilité conceptuelle (et stratégique), ouvre, à peu de frais, une brèche où ces gens, régulièrement, prétendent, comme dit joliment Zemmour, "réintrodui(re) le réel dans le débat récent autour de l'immigration" - et c'est un festival.

(Relevons d'ailleurs, et dès l'abord, que cette réintroduction commence, au cas précis, par un gigantesque bobard, puisque aussi bien "le débat autour de l'immigration" est tout, sauf "récent".)

Zemmour, dans "Le Monde", se fait d'abord statisticien, pour nous révéler que: "Selon le ministère des affaires étrangères, 30 % à 80 % des actes d'état civil sont frauduleux en Afrique".

(30 %, 80 %: du point de vue de notre comptable, c'est du pareil au même.)

En quoi ce pourcentage africain nous concerne-t-il?

Zemmour nous l'explique: "Les mariages entre Français et étrangers représentent désormais près de 30 % des mariages transcrits dans notre état-civil; la moitié de ces 90 700 mariages ont été célébrés à l'étranger en 2005; la progression en dix ans des mariages de Français au Maghreb et en Turquie a explosé de 731 %".

Est-ce tout?

Non.

Ce n'est pas tout.

Zemmour précise encore "En 1994, ils étaient 1 129 ressortissants algériens à épouser un Français".

Or: "En 2005, ils sont 12 457".

Soit: "Onze fois plus".

Mon Dieu.

C'est une invasion.

Les Algériens, comme les Turcs, ont une arme secrète, pour nous étouffer sous le(ur) nombre: ils nous marient, par milliers.

Ils sont très forts.

Zemmour, après avoir ainsi quantifié un péril (maghrébin) qui se multiplie quand même par onze tous les onze ans (quand on y réfléchit c'est hyper-flippant), ôte sa blouse de mathématicien amateur, et se lance dans une espèce d'imprécation hallucinée, d'où il ressort, notamment, je vous jure que je n'invente rien, que: "Dans les cours de récréation de nos écoles, les enfants se regroupent par clans ethniques qui s'ignorent ou se détestent: "Les rebeus, les reunois, les feujs, les noichs ou les çaifrans"".

Et de préciser: "L'insulte suprême est: "Sale Français!"".

(Avec un point d'exclamation!)

Et c'est vrai que, là encore, ça fout gravement les jetons.

Sauf que.

Si je vérifie près de chez moi.

Dans les cours de récré de mes enfants, pleines de "rebeus" et de "reunois" et de "feujs" et de "noichs", etc, on signale si peu de clanismes "ethniques", voyez-vous, qu'on n'en signale même pas du tout.

"Les rebeus, les reunois, les feujs, les noichs et les çaifrans" jouent ensemble - et, parfois, se foutent ensemble sur la gueule, ainsi qu'il arrive, hélas, dans les cours de récré.

"Les rebeus, les reunois, les feujs, les noichs", sont même, tenez-vous bien, des Français comme les autres.

De sorte que l'insulte suprême n'est pas (du tout): "Sale Français!"

(Avec un point d'exclamation.)

Mais je n'espère plus que Zemmour puisse même envisager d'envisager une réalité si emblématique d'un "multiculturalisme" qu'il exècre - car il tient, manifestement, à détecter partout des haines "ethniques".

Ainsi, posément, il énonce que: "Des bandes ethniques s'affrontent à la gare du Nord".

(S'il vous plaît, retenez-le: une baston entre noirs dans une gare parisienne est l'affrontement de "bandes ethniques", alors qu'une bagarre entre blancs dans une fête villageoise, non.)

Puis, Zemmour lâche, dans un ahurissant débondage, que: "Lors de la présidentielle, on a vu à l'oeuvre un terrifiant vote ethnique".

Ah ouais?

Ah ouais.

Vraiment?

Vraiment.

La preuve - selon notre journaliste: "94 % des électeurs qui se disent musulmans ont voté Ségolène Royal; 77 % de ceux qui se disent catholiques pratiquants ont voté Nicolas Sarkozy".

Pof.

Pof.

Pof.

J'ai lu ça, je me suis d'abord dit, ah, tiens, c'est la première fois qu'on me suggère d'envisager comme une ethnie les "catholiques pratiquants", c'est marrant, ça change, ça met de la nouveauté dans ma vie.

Puis j'ai pensé, attends, sous la plume du gars qui vient de nous effrayer avec du Maghrébin épouseur?

Sous la plume du gars qui vient de fustiger les "bandes ethniques" de la gare du Nord - mais qui manifestement ne considère pas leurs affrontements comme des guerres de religions?

Sous la plume de ce gars, ai-je conclu, cette invitation à ethniciser les "catholiques pratiquants" et les "musulmans" après "les rebeus, les reunois, les feujs, les noichs ou les çaifrans" doit signifier quelque chose de très particulier.

Mais quoi?




★ Le prochain bouquin de Taguieff s'appelle ainsi, je crois: "La stalinisation des esprits".
Afin, j'imagine, de mieux poser que si tu n'applaudis pas frénétiquement au spectacle d'un fier intellectuel égrenant à la télé des odes à Sarkozy, c'est parce que, d'évidence, tu as les mains tâchées du sang de millions de koulaks.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu