Avertir le modérateur

23/10/2007

57.000 Euros? Seulement? Putain, Mais C'Est Donné!

medium_crocodil.gif

"Le Monde" est, comme on sait, notre "journal de référence".

(C'est "Le Monde" qui le dit: ça doit être vrai.)

C'est pas rien, saperjeu, et je sais que ça fait des gros jaloux, du côté, notamment, d'un éditorialiste barbichu dont par charité je tairai le nom - mais je trouve, quant à moi, qu'en effet "Le Monde" est, peu ou prou, un canard sérieux, déontologique, et tout, et tout.

(Un peu moins déontologique, peut-être, depuis le départ de Jean-Marie Colombani - mais je n'en suis même pas sûr.)

Tant de talent(s) dans si peu de centimètres carrés, c'est pas donné à tout le monde, et je comprends que Laurent Joffrin soit un peu envieux.

(Ah merde, j'avais dit que je tairais son nom.)

Hier après-midi, par exemple.

J'ouvre "Le Monde".

Vous savez, provinciaux arriérés, que nous autres, Parisiens, recevons "Le Monde" l'après-midi, cependant que vous devez dans vos ruralités pourries attendre le matin pour vous informer sérieusement: bien fait pour vos gueules, n'aviez qu'à pas vous enterrer aux trous du cul du monde.

Donc, hier, j'ouvre "Le Monde", et je tombe, à la page 29, sur la rubrique: "Vous".

C'est à dire: nous.

(J'espère que vous suivez.)

C'est une page où l'on s'intéresse, ai-je cru deviner, à nos "modes de vie", et que généralement je ne lis pas, mais là: si.

(Je sens que mon histoire commence à vous galoper sur les parties génitales, vous êtes à deux doigts de vous faire chier, où veut-il en venir ce con - mais ne partez pas, s'il vous plaît.)

Je lis, donc, et j'apprends, gros titre, que: "Les hommes s'entichent du croco, malgré son prix".

Et qu'ainsi: "En sacs, chaussures, mais aussi en vestes et blousons, la garde-robe masculine s'enrichit".

Foutre: ça ne m'avait pas (du tout) frappé.

Aucun de mes potes ne s'habille en croco, je suis formel, et pour ce qui me concerne, la dernière fois que je me suis acheté des "chaussures", c'était une paire de "Panther" à trois bandes en rat musqué retourné (54 euros).

Intéressé, je continue ma lecture, en me disant que "Le Monde", journal de référence, va me révéler, comme dans une chanson de Patrick Juvet, où sont les hommes en croco.

Or: non.

En fait de scoop(s) sur la ruée vers "ce cuir précieux", je tombe sur un hallucinant publireportage, qui nulle part n'est signalé comme tel - mais qui pour le coup en dit long sur la vision que "Le Monde" se fait du monde.

J'apprends ainsi que "la précieuse peau de reptile est très présente cet hiver, dans les boutiques de luxe de prêt-à-porter pour homme", où, par exemple, "Hermès propose un blouson mat bleu tempête composé de sept peaux".

Un vêtement "d'une souplesse inouïe, grâce à des passages répétés au foulon, une machine servant à assouplir les cuirs".

Une "pièce rare", qui "a nécessité quarante heures de labeur".

(Il se dit que les attaché(e)s de presse de chez Hermès ont poussé, en découvrant cette ahurissante lècherie, de longs gémissements de plaisir, et je le crois volontiers, car il n'est pas si courant qu'un "journal de référence" prenne ainsi l'apparence d'un communiqué publicitaire.)

Voyez comme, sous ce nouvel éclairage, l'info soudain s'affine: quand "Le Monde" affirme que "les hommes s'entichent du croco", il s'agit, dans la vraie vie, des hommes-qui-ont-les-moyens-de-s'habiller-dans-les-boutiques-de-luxe-de-prêt-à-porter-pour-hommes.

"Le Monde", cependant, continue à caresser la maison Hermès, rappelant que: "Ce n'est pas la première fois que Véronique Nichanian travaille le croco au masculin".

(Hhhhh...)

Qui est, me demanderez-vous, cette Véronique Nichanian?

"La créatrice des lignes homme pour la maison du Faubourg Saint-Honoré".

(Hermès, donc.)

Déjà, Véronique Nichanian, "Le Monde" nous le révèle, "avait, il y a une dizaine d'années, coupé des gilets dans ce cuir précieux".

(Hhhhh...)

La beauté, naturellement, a un prix: "57.000 euros pour le modèle de l'hiver".

(Le blouson mat bleu tempête composé de sept peaux dont les hommes s'entichent.)

"Le Monde" signale (tout de même) que c'est "astronomique": je ne trouve pas.

57.000 euros seulement?

57 fois le SMIC?

C'est tout?

Je crois que je vais en acheter deux: justement, j'ai là 114.000 euros à dépenser.

Entendons-nous, je vous prie.

Je sais parfaitement (je suis de gauche) que vous n'avez pas tous 114.000 euros d'économies, et que cette menue facilité fait de moi un privilégié: il paraît (je me suis documenté) qu'il y a des gens qui ne sont pas aussi à l'aise que moi dans leurs comptes en banque (numérotés) - et je trouve ça dommage, parce que bon, à quoi sert de voter pour la droite haineuse et revancharde qui ne v(o)it que par le fric, si on reste un salaud de pauvre - mais d'un autre côté ça explique sans doute pourquoi je ne croise, dans les rues de Paris, aucun des hommes dont "Le Monde" assure qu'il se ruent sur le croco.

Plus sérieusement, je ne voudrais pas non plus désespérer Billancourt, et je m'empresse de préciser que "Le Monde" propose, pour les radins qui n'auraient pas, là, tout de suite, 57.000 euros à investir dans des peaux de qualité, quelques modèles plus directement accessibles à n'importe quel chômeur un peu économe.

Je pense, notamment, à ce qui se fait cette année chez "Dolce&Gabbana" (longs gémissements de plaisir chez Dolce&Gabbana), où "le crocodile reste une des matières fétiches de Roberto Cavalli, qui le travaille en ceintures et sacs, vendus jusqu'à... 10.625 euros".

(Notez les points de suspension, que "Le Monde" met là pour nous signifier que "Le Monde" sait compatir à la misère du monde...)

10.625 euros, franchement: qui s'en priverait?

Qui oserait encore, à ce prix-là, ne pas s'enticher?

Personne, mais bon: pour les méga-rapiats, je signale quand même que "Testoni associe croco et iguane ou croco et cuir pour ses modèles derbys".

C'est, "Le Monde" le relève, "une façon de réduire le coût", et de fait, ça nous met "le tout-reptile" à 2.490 euros, et "la version mixte cuir-croco" à, tenez-vous bien, 610 euros.

Alors évidemment, vous aurez toujours un pauvre tue-la-joie de RMIste pour venir vous les briser avec de hideuses jérémiades, genre, ouiiiii, mais tu comprends, c'est vrai que 610 euros, c'est pas cher du tout, ça met de la démocratie dans la godasse, mais bon, tu comprends, ça fait quand même une fois et demie mon revenu mensuel.

Et alors, pauvre mec?

C'est de ma faute à moi, si tu te donnes pas les moyens de t'enticher?

C'est de ma faute à moi, si tu refuses, obstinément, de travailler plus?

Au large, assisté: retourne chez Tati.



(Vous savez ce que répondent généralement les sinistres provocateurs qui osent nous entretenir, dans leurs canards, des nouveautés à 57.000 euros de chez Hermès - quand vous leur suggérez de revenir à plus de pudeur.

Ah ben oui, disent-ils, mais les riches ont quand même le droit de vivre - ou si t'es un bandit bolchevique?

Les mêmes, quand la rue brûlera, feront dans l'étonnement naïf, non mais regarde-moi ce con, il m'a escarbillé mon blouson mat bleu tempête composé de sept peaux.)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu