Avertir le modérateur

10/11/2007

"Aymeric Et Ses Camarades" Ne Sont "Absolument Pas Politisés"

Ca va être, ces jours-ci, la nouvelle pulsion de nos journaleux couchés.

Maintenant que Valérie Pécresse, ministre UMP de l'Enseignement supérieur, a déclaré que le mouvement étudiant était "politique" et "noyauté par des groupes d'extrême gauche", la presse va, évidemment, nous balancer long comme le bras du carabin de bonne volonté, empêché de travailler par une minuscule minorité fanatisée.

J'ouvre ainsi "Le Parisien" du jour, et je découvre, à la page 9, que: "Les étudiants antiblocages sortent du silence".

medium_hp_scanDS_711101772951.jpg


Six mots, et, déjà, un mensonge, car dans la vraie vie, évidemment, les "antiblocages" (dont nul(le) ne sait au juste combien ils sont) ne sont pas du tout silencieux: les télés, qui n'aiment rien tant que lécher le fondement du gouvernement, se sont même fait une priorité absolue de leur tendre leurs puants micros - ainsi qu'elles font désormais, en tout temps et tout lieu, avec n'importe quel(le) pauvre con(ne) de passant(e) "pris en otage" par des salauds de grévistes.

Mais ce minuscule détail n'empêche absolument pas "Le Parisien" de faire comme si une "majorité silencieuse" de "milliers d'étudiants mécontents d'être privés de cours" était aussi privée de tout moyen de communication.

"Le Parisien" a donc "donné" ce matin "la parole" à ces milliers de vrais-faux sans-voix.

Pour ce faire, "Le Parisien" a rencontré, à Jussieu, "Aymeric et ses camarades" - soit, tout de même, six témoins.

(Quand "Le Parisien", affirme que des milliers d'étudiants sortent du silence, qu'est-ce que ça veut dire, par conséquent?

Ca veut dire que six étudiants ont répondu aux questions d'un (courageux) envoyé spécial du "Parisien".

C'est un peu comme si je demandais l'heure à Patrick Devdejian, pour pouvoir annoncer ensuite à la cantonnade qu'une immense majorité de responsables sarkozystes pense qu'il est cinq heures et demie.

Le journalisme d'investigation, coco, reste un métier hyper-exigeant.)

"Le Parisien" l'affirme: Aymeric et ses potes "sont des étudiants de 20 ans "absolument pas politisés"".

Or, tu le sais, ami(e): quand un mec se pointe, et te balance crânement qu'il n'est pas (du tout) politisé, il s'agit, soit d'un pauvre neuneu égocentré, soit d'un admirateur (plus ou moins) caché du régime qui veut privatiser les facs.

(Il peut aussi être l'un et l'autre.)

Là, par exemple?

"Le Parisien", je le répète, nous assure qu'Aymeric et ses copains ne sont absolument pas politisés.

Penses-tu.

Mais si tu regardes bien ce qu'ils disent, tu réalises qu'ils mettent leurs pas dans les pas de Valérie Pécresse (et des médias qui mentent), et caquètent, au mot près, que le gréviste moyen est une "caricature" de "gaucho".

D'ailleurs, "Le Parisien" finit par cracher le morceau - sans même réaliser, je le crains, que ces quelques mots trahissent un foutage de gueule de très gros niveau: "Les six amis comprennent d'autant moins les blocages prévus qu'ils n'ont rien contre la loi Pécresse".

Et en effet, non seulement ils n'ont rien contre, mais ils seraient même plutôt pour, estimant que: "Si elle peut encourager les entreprises privées à investir chez nous (à Jussieu), c'est une bonne chose".

Voilà donc des gens qui parlent exactement comme le régime, qui disent tout haut ce que Valérie Pécresse (et le MEDEF) disent tout haut - mais "Le Parisien", où l'on doit quand même nous prendre pour des gros(ses) débiles, nous promet qu'ils ne sont pas du tout politisés.

Ca porte un nom: c'est de l'intoxication.

Et bien évidemment, elle a une fonction: elle vise à entériner le discours officiel d'un régime qui a finalement compris que l'automne serait chaud pour sa gueule, et qui essaie, de toutes ses forces, de minimiser l'ampleur d'un mouvement social qui ne cesse de gagner en puissance.

D'un régime qui met partout son idéologie dégueulasse, mais qui veut nous faire croire que l'enfer idéologique, c'est les autres, les grévistes.

D'un régime qui sait pouvoir compter, pour klaxonner partout cette propagande éhontée, sur ses fidèles journaleux de chevet.

medium_La-voix-de-son-maitre.jpg

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu