Avertir le modérateur

15/11/2007

"Trop De Musulmans", Dit-Il: Mais La Presse Fait Comme Si Elle N'Avait Pas Entendu...

9a6127efcf5a83400583cd2c34b81e3c.jpg


Jean Quatremer est journaliste à "Libération", où il "couvre", depuis 1990, "l’actualité européenne".

Il a d'abord été (1) "responsable (d')un supplément hebdomadaire de huit pages consacré à la construction communautaire": il est aujourd'hui "correspondant auprès de l’Union".

Le mec, a priori, n'a par conséquent pas le profil du rigolo qui va lâcher des ragots sur le Net pour se déconstiper les doigts.

(Après ça, tu penses absolument ce que tu veux de ses convictions, mais tu dois quand même reconnaître qu'après avoir passé 17 ans sur le sujet, il doit être un peu mieux informé des petits (et moins petits) secrets de l'Europe institutionnelle que, disons, ta voisine d'en face, qui travaille dans la boulange.)

Pourquoi je vous raconte ça?

Parce que Jean Quatremer a justement balancé hier, sur son blog (2), "l'histoire" qui, affirme-t-il, "se raconte dans les chancelleries européennes", et que voici: "Nicolas Sarkozy, recevant le Premier ministre irlandais, Bertie Ahern, le 21 septembre, puis suédois, Fredrik Reinfeldt, le 3 octobre, se serait livré à une véritable diatribe anti-musulmane devant ses invités".

Jean Quatremer met dans son récit de la retenue: il ne survend pas son info, mais suggère que les témoignages qu'il a recueillis sont dignes de foi - et ce qu'il narre est hallucinant.

Il écrit: "Selon mes sources, le chef de l’Etat s’est lancé dans une diatribe confuse d’une vingtaine de minutes, "dans un langage très dur, très familier, choquant pour tout dire", contre le "trop grand nombre de musulmans présents en Europe" et leurs difficultés d’intégration".

Au passage, Sarkozy "a aussi décrit de façon apocalyptique le "choc de civilisation" qui oppose les musulmans à l’occident - le tout, manifestement, pour justifier son opposition à l’adhésion de la Turquie à l’Union".

Jean Quatremer précise, avec toujours de la retenue: "Ses interlocuteurs, qui n’en sont toujours pas revenus, ne sont même pas sûrs de l’avoir bien compris, tant le discours était décousu et surtout hors de propos avec l'objet de ces rencontres, la préparation du Sommet de Lisbonne des 18 et 19 octobre".

Mais "ils en ont, en tout cas, retiré la désagréable sensation que Sarkozy, non seulement avait un sérieux problème avec les musulmans, mais avait du mal à maîtriser ses nerfs".

Bon.

Ce que nous avons là, répétons-le, c'est un récit fondé sur le seul témoignage de "sources" évidemment anonymes (dont Jean Quatremer précise qu'elles sont "très, très bonnes"): les "premiers ministres irlandais et suédois ont oublié d'enregistrer l'entretien".

Ce récit est-il crédible?

Force est de constater qu'au lendemain de sa mise en ligne, aucun démenti n'a été publié par l'Elysée.

D'autre part, Jean Quatremer le rappelle avec beaucoup d'à-propos: "Cette idée du "choc des civilisations" a déjà été développée, de façon plus policée, par le chef de l'Etat, dans une indifférence assez étonnante, le 27 août dernier, dans son discours aux ambassadeurs".

Sarkozy avait alors estimé que le "premier défi, sans doute l'un des plus importants" auquel doit faire face la France est: "Comment prévenir une confrontation entre l'Islam et l'Occident?"

Sarkozy avait ajouté: "Ce n'est pas la peine d'employer la langue de bois: cette confrontation est voulue par les groupes extrémistes tels qu'Al Qaeda qui rêvent d'instaurer, de l'Indonésie au Nigéria, un khalifat rejetant toute ouverture, toute modernité, toute idée même de diversité".

Sarkozy avait rajouté: "Si ces forces devaient atteindre leur sinistre objectif, nul doute que le XXIe siècle serait pire encore que le précédent, pourtant marqué par un affrontement sans merci entre les idéologies".

Sarkozy avait conclu: "Nous aurions tort de sous estimer la possibilité (...) d'une confrontation, entre l'Islam et l'Occident: (...) l'affaire des caricatures en a été un signe avant-coureur".

(Applaudissements nourris de la droite bushiste.)

On sait, par ailleurs, que le candidat Sarkozy a durement fustigé, du temps qu'il faisait campagne dans les marécages, les musulmans-qui-au-fond-de-leurs-baignoires-égorgent-des-moutons: et si on fait la somme de ces divers signaux, le récit de Jean Quatremer sonne vrai - ô combien.

Dès lors, évidemment, une (grave) question se pose: pourquoi une "histoire" de ce calibre est-elle cantonnée à un blog - si lu soit-il?

Comment se fait-il que nulle part elle n'est reprise, après avoir été, naturellement, recoupée?

Comment se fait-il qu'elle n'est pas dans "Libé"?

Comment se fait-il qu'elle n'est pas dans "Le Monde"?

Mettons que je sois Laurent Joffrin, et que je découvre un truc aussi énorme sur le blog de mon correspondant auprès de l'Union?

Je sonne le branle-bas, nom de Dieu, et je balance long comme le bras de la bonne grosse enquête sur ce qui ressemble d'assez près à de l'islamophobie galopante au plus haut sommet de l'Etat!

Mettons que je sois l'un des bosses du "Monde"?

Je lâche mes limiers aux basques de Bertie Ahern et Fredrik Reinfeldt, sur le thème: "Est-ce que c'est vrai, ce qu'on raconte?"

Mais là: rien.

Dans "Libé", hier, il y avait bien, en page 17, un papier de Jean Quatremer, stipulant que Sarkozy avait, la veille, "parlé" de la Turquie "durant une rencontre à huis-clos".

Mais pas un mot de ce que Jean Quatremer, dans le même temps, évoquait sur son blog.

Et c'est quand même vachement étrange, parce que si vous réfléchissez, le hobby de nos journaleux (et de leurs bosses), depuis l'élection de Sarkozy, est de lui coller de si près au train, que le moindre de ses propos leur fait dégorger d'interminables exégèses (d'où il ressort généralement que oui, mais non, mais oui): son divorce, rappelez-vous, les a même rendus fous!

Et voilà que Sarkozy dévisse, et se déboutonnant récite, à ce qu'on raconte, le bréviaire pénique du trop-de-musulmans - et là, qu'est-ce qui se passe?

Rien!

Mais rrrrrien!

Les mêmes, qui n'hésitent jamais à nous infliger dru du feuillet sur ce que Sarkozy a dit à cinquante marins pêcheurs de la Bretagne, soudain se désintéressent du sujet Sarkozy, quand le sujet Sarkozy semble avoir fustigé des millions de ses concitoyens - les trouvant "trop nombreux"!

D'où vient-ce?

D'où vient que cette islamophobie, totalement décomplexée, n'est vérifiée nulle part?

Serait-ce, je n'ose y croire, que les mêmes journaleux qui à dates fixes, et entre deux critiques (sans tabou) de l'islam, se demandent gravement si on peut critiquer l'islam - serait-ce qu'au fond d'eux-mêmes eux aussi considèrent qu'en effet il y a quand même beaucoup de musulmans dans leurs entourages?

Comme je disais: je n'ose y croire!



(1) http://bruxelles.blogs.liberation.fr/about.html
(2) Là: http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2007/11/sarkozy-et-les-.html

(Merci, Pescade!)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu