Avertir le modérateur

16/11/2007

Versailles

0950059d123e775ad8f98991f5e58dbb.jpg

On sait que les Versaillais, non moins haineux et revanchards qu'à leur accoutumée, ont (re)pris (tous) le(s) pouvoir(s), au soir du 6 mai dernier.

Il manquait un scribe à cette restauration: nous l'avons.

Alain Duhamel, c'est son nom, se lance en effet, dans le nouveau numéro du "Point" (où la décomplexion culmine vers des sommets), dans la réhabilitation (courageuse) d'un "mal-aimé" dont le nom tinte agréablement à l'oreille de la réaction, puisqu'il s'agit, tenez-vous bien, de: "Monsieur Thiers".

Hhhhh...

Il n'est certes pas nouveau que la droite récrit son histoire, et plus généralement l'Histoire - mais, n'est-ce pas, on a quand même le souffle qui soudain se raccourcit quand elle donne du "monsieur" à la phénoménale ordure qui fit hacher les Communards dans l'une de nos pires boucheries...

Mais la pudeur n'éblouit pas les yeux des journaleux, et "monsieur" Duhamel, dans son éditorial, ose d'abord ceci, qui déjà en dit long: "Dans la mythologie de la gauche, Adolphe Thiers incarne l'une des figures les plus détestables du XIXe siècle français".

J'ouvre mon dictionnaire, et j'y trouve qu'une mythologie est un "ensemble" de "mythes" et de "légendes" - cependant qu'un mythe est "un récit fabuleux", ou une "pure construction de l'esprit", ou une "image simplifiée, souvent illusoire"...

Retenez le choix de ce mot: dans ce "mythologie", déjà, pointe l'idée, nouvelle, que dans la véritable vie, Thiers n'était pas le mauvais bougre - et qu'il y a loin, du mythe, quand le mythe vient de la gauche, à la réalité.

Notez aussi, mais cela va de soi, que cette "mythologie de la gauche" n'est pas celle d'Alain Duhamel - qui a, lui, nonobstant ses diverses rugosités, quelque chose comme de la tendresse pour: "Monsieur Thiers".

Certes, concède Alain Duhamel: "Il est vrai que Thiers a beaucoup à se faire pardonner".

Certes, il y a dans ce beaucoup: "Les terribles massacres de la Commune".

(Terribles, en effet.)

Certes, par conséquent, "Thiers n'est pas une belle âme" - et Thiers "constitue donc", je vous prie de lire très lentement ces quelques mots: "Une cible trop vulnérable pour les nostalgiques de toutes les révolutions".

Je vous prie: un peu d'attention.

Nous venons d'entrer, ensemble, dans une dimension mal connue, où l'un des pires criminels de l'histoire de l'humanité, par la grâce d'une poignée de mots, devient: "Une cible trop vulnérable"...

Dès lors, Alain Duhamel, qui n'a certes pas la nostalgie de toutes les révolutions (puisque aussi bien l'acmé de la subversion est pour lui de balancer dans "Libération" de burlesques éditoriaux) peut (enfin) lâcher le gros MAIS qui lui démangeait le clavier.

"Il est vrai que Thiers a beaucoup à se faire pardonner", MAIS.

"Cependant".

(Hhhhh...)

Thiers.

"Ce mal-aimé éternel, aussi vilipendé durant sa vie que depuis sa mort".

(Hhhhh...)

"Est aussi un authentique homme d'Etat".

Et non le moindre, puisque "la multiplicité de ses talents impressionne"...

(Ainsi: "Eût-il été écouté que la guerre de 1870, l'humiliation nationale et l'irrésistible ascension de l'Allemagne bismarckienne n'auraient peut-être pas eu lieu"...

Hhhhh...)

Je n'entre pas dans le détail, vous avez compris le message: de la même façon que les pires bourreaux ont de l'affection pour les petits nenfants et se montrent joueurs avec leurs animaux de compagnie, Adolphe Thiers, massacreur hideux, avait de belles qualités secrètes - et la gauche se grandirait à les lui reconnaître, au lieu que de se vautrer dans la "mythologie".

Je ne doute pas (du tout) que nous lirons bientôt, et au prétexte d'une biographie publiée ces jours-ci, d'autres hommages à "monsieur Thiers", et ça se passe naturellement de trop de commentaire(s) - mais tout de même, notez, je vous prie, comme, par une progression évidemment logique, après avoir, hier, corrigé la Révolution française, "on" refait aujourd'hui une beauté à Versailles.

Notez comme, lentement, "on" avance d'un siècle vers l'autre - et prenons date, s'il vous plaît: car je ne doute pas qu'un jour prochain, "on" nous entretiendra, par-delà de "terribles" moments, des vertus méconnues de certain maréchal...


NB: Par ailleurs, mais vous allez voir qu'on reste au fond dans le sujet versaillais, allez jeter un coup d'oeil à ça, qui vaut son pesant de vilenie: http://www.lepost.fr/article/2007/11/16/1052911_sans-papiers-bougez-avec-la-poste.html

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu