Avertir le modérateur

24/11/2007

"L'Humanité" Lave L'Honneur De La Police

Avec le Parti communiste français (PCF), au moins, tu sais où tu es.

55dd0b8469e62a14e5c19e00b3d670ff.jpg


Que tu prennes ces mecs-là en 1936, ou en 1950, ou juste là, en novembre 2007?

Au fond, c'est les mêmes: toujours prêts à bouffer du révolutionnaire.

(Toujours prêts, aussi, à nouer sous le sceau de "l'engagement" des pactes singuliers.)

Naturellement, la répression stalinienne, qui avait ceci de commode qu'elle ne s'embarrassait pas d'excessives délicatesses, est passée de mode.

(Faut s'adapter, ma bonne dame: le droit-de-l'hommisme fait des ravages.)

Mais le Parti, grâce à Dieu le (petit) père, dispose toujours, pour exprimer ses haines recuites (sur le feu, tout de même, depuis neuf décennies), de son organe central: "L'Humanité", c'est son nom, a certes perdu sa faucille et son marteau, mais n'a pas renoncé au style qui a toujours fait son charme, dans les moments de (grands) procès.

Ainsi, de la grande manif parisienne du 20 novembre, "L'Humanité" a retenu que: "Quand la CFDT diffuse sur sa sono la musique du Gendarme de Saint-Tropez à quelques mètres des manifestants du syndicat de policiers Alliance, c'est de l'ordre du clin d'oeil qui détend l'atmosphère".

(Je ne commente pas: je sais que vous allez tou(te)s recopier cette impérissable maxime sur vos calepins, afin que de vous la raconter aux longues soirées d'hiver).

Mais "L'Humanité" retient aussi (et surtout) que: "Quand les militants de la CNT croisent ceux du Syndicat général de la police (SGP) FO, c'est le dérapage assuré".

Et qui "dérape"?

"Les militants de la CNT", bien sûr.

(On sait que ces gens-là ne respectent rien: quel dommage qu'on n'ait pas définitivement soldé leur cas en Espagne, quel dommage que "le grand Staline" n'ait pas complètement fini le boulot...)

"Les militants de la CNT" ont, tenez-vous bien, lancé, au passage du SGP, de hideux cris, genre: "A bas l'Etat, les flics et les patrons!"

Voire, plus odieux encore: "Police partout, justice nulle part!"

Ulcéré par tant d'effronterie, le journaleux de "L'Humanité", soucieux de laver l'honneur de la police, fustige alors (courageusement): "Un façon bien singulière de saluer l'engagement des fonctionnaires de police dans le mouvement social".

Pauvre, pauvre, pauvre journaleux de "L'Humanité", pauvre travailleur exploité: enchaîné à son clavier, il n'a pas vraiment eu le temps de regarder ce qui se passait dans nos rues, depuis quelques décennies.

Sans quoi il aurait forcément observé que "l'engagement des fonctionnaires de police dans le mouvement social" est vachement protéiforme.

Le 20 novembre, par exemple, pendant que certains "fonctionnaires de police" échangaient dans la manif (et sous les applaudissements nourris de "L'Humanité") des clins d'oeil complices avec la CFDT, d'autres "fonctionnaires de police", non moins nombreux, se déployaient alentour, sans banderoles ni fumigènes, mais avec, en revanche, l'arsenal coutumier de leur "engagement dans le mouvement social" - boucliers, casques, tonfas, et caetera.

Mettons que tu essaies de convaincre l'étudiant(e) gréviste qui la semaine dernière à Nanterre a mangé la semelle d'un "fonctionnaire de police" du haut niveau d'"engagement des fonctionnaires de police dans le mouvement social"?

Mettons que tu lui dises, mais attends, c'est "L'Humanité" qui le dit, ça doit être vrai?

A mon avis: tu vas te faire jeter.

Parce que dans la vraie vie, "l'engagement des fonctionnaires de police" dans les mouvements sociaux n'est pas aussi évident que dans les belles histoires de "L'Humanité".

Vois, d'un angle un peu différent de celui que choisit "L'Humanité", cet aspect (moins directement fédérateur) de "l'engagement des fonctionnaires de police dans le mouvement social":

327663f9a9546c087a302037b39676b7.jpeg


Vois:

f69342e68496ac5d7f6496db8f9ed64e.jpg


Vois:

651a7b9680acdce2bfbbd95942278812.jpg


Dans la vraie vie, les "fonctionnaires de police" dont l'organe central du PCF salue bien bas "l'engagement dans le mouvement social" sont les mêmes qui s'acquittent jour après jour des menus travaux répressifs que leur confie Sarko - avec ce résultat que les sans-papiers, par exemple, ont sur "l'engagement des fonctionnaires de police dans le mouvement social" un point de vue assez différent de celui de "L'Humanité".

Mais ce minuscule détail échappe à "L'Humanité", qui, pour finir, préfère expliquer à son lectorat, dans un style tout stalinien, que les militants de la CNT (et de la Fédération anarchiste) sont, tenez-vous bien, les amis de Sarkozy.

Comment "L'Humanité" en arrive-telle à cette gigantesque énormité?

C'est tout simple.

Il y avait, à la manif, sur "une camionnette", des affiches barrées de "slogans bien peu respectueux des luttes en cours".

Comme, par exemple: "La retraite à vingt ans, pour baiser il faut du temps".

Et ça, n'est-ce pas: "L'Humanité" ne l'a pas (du tout) supporté.

(Car le Parti communiste français n'a aucune espèce d'humour, comme disait Georges Guingouin, et sue par tous ses pores la tristesse grise des machineries bureaucratiques.)

Conclusion de "L'Humanité" - qui se reconnaît à ce qu'elle ose tout: "Avec de tels comportements, le sarkozysme a de beaux jours devant lui".

Alors que le PCF, lui, fait, comme chacun(e) sait, trembler le régime (1)...


(Merci, Nico.)

(1) Mise à jour, 14.15: l'amie Anne me signale, et comme elle a raison, que "le maire communiste sait toutefois se montrer ferme avec la gueusaille sans papiers, comme nous l'a récemment prouvé (le cas) d'Aubervilliers".

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu