Avertir le modérateur

30/11/2007

La Somme De Toutes Les Haines

1.
Hier.

(Soir.)

A la télévision.

Le chef de l'Etat.

Nicolas Sarkozy.

Dans une intervention marquée par la "fermeté" qui fait dire en Italie que:

8a1a1c748ee96fe9a2bc1cabafdac7e0.jpg


A tout de même tenu quelques minutes, avant de lâcher "l'immigration" dans son commentaire du bref embrasement qui a suivi dans le Val-d'Oise la mort atroce de Larami et Moushin.

La presse, évidemment, fait ce matin comme si elle n'avait pas (du tout) entendu ce raccourci - comme si elle avait du mal à bien admettre cette récitation, à une heure de grande écoute, et par "le président de tous les Français", de ce gros et gras morceau de traditionnelle démagogie.

Les jours se suivent à Sarkoland - mais se ressemblent moins qu'on ne pourrait le supposer: les haines vont crescendo, et vont s'additionnant, et finalement font un pays de haines et de ségrégation(s).

Et en effet: ça glace les sangs.

Mais du moins savons-nous désormais où nous en sommes: nous avons, d'un côté, la réalité de la vraie vie - facilement documentable.

Et de l'autre côté, une "France" décomplexée qui nie cette réalité, pour mieux l'assujettir au quotidien à son dessein.

Au temps pour les neuneus ravis qui depuis tant de temps prédisaient un effacement des clivages politiques: la droite est là, et bien là, versaillaise plus que jamais - prête, pour assurer son règne, à tous les boniments, à toutes les surenchères, à toutes les provocations.

La droite: la même, toujours - qui met toujours, au début comme à la fin de sa logorrhée nationale, de la xénophobie.

La même qui trouve toujours, aujourd'hui comme hier, des fautes à l'étranger - fût-il de l'intérieur.

La droite qui chasse et traque - au faciès, naturellement: de Charonne à Charonne, fidèle à ses "pincipes".

La droite où se réfugient les cauteleux pétochards qui ont toujours eu besoin de boucs-émissaires, et qui se sont toujours vengés sur les plus faibles qu'eux de leurs mauvaises trouilles.



2.
Voici de la réalité.

Vue par "la directrice de la Mission Locale Val-d'Oise-Est, Marie-Michelle Pisani" (1).

(Sûrement une gauchiste.)

Elle dit qu'à Villiers-le-Bel, "rien n'a été fait pour les jeunes depuis l'explosion des banlieues en 2005".

Elle dit qu'elle n'est pas "étonnée par les violences".

Que "ça fait très longtemps qu'(elle) sent que ça va exploser: il y a une telle désespérance, le sentiment que l'avenir est bouché".

Elle dit qu'elle est quotidiennement confrontée "à des situations gravissimes, (...) où la dimension de la souffrance qui s'exprime est énorme".

Que "le taux de chômage des jeunes actifs français s'élève à 22 % en moyenne", mais qu'à Villiers-le-Bel, c'est du 30 %, "et certainement plus encore".

Que "les jeunes se radient d'eux-mêmes de l'ANPE", alors même que "lorsque les entreprises viennent faire des opérations de recrutement, elles les trouvent très bien, très motivés".

Elle dit que "dans cette ville, plus du tiers (34 %) d'une génération d'enfants arrive au collège déjà en retard scolaire" - nonobstant "l'excellent travail de l'éducation nationale".

Elle dit que "depuis 2005, on (lui) avait annoncé un "plan Marshall" pour les banlieues, mais (qu'elle) n'a vu aucun changement" - si ce n'est que "de nombreuses associations qui entretenaient le lien social dans les quartiers ont vu leur financement diminuer".

Elle répète enfin: "Vous ne pouvez pas mesurer la dimension de désespérance, ici".

(Oh, si...)



3.
Voici de la réalité, vue par les Nations unies.

(Encore des gauchistes.)

"De retour d'une mission de 10 jours en France, l'émissaire de l'ONU Gay Mac Dougall a déclaré, vendredi 28 septembre (2007), qu'un racisme pernicieux perdure en France, où des minorités sont reléguées dans des "ghettos" sans espoir de promotion sociale" (2).

Gay Mac Dougall s'est "rendu compte que le racisme était un sentiment pernicieux dans la société" française.

Elle a relevé, "dans des banlieues défavorisées de Paris, Marseille et Strasbourg", que: "Des personnes qui ont beaucoup travaillé, qui ont respecté toutes les règles du jeu et qui croient sincèrement aux principes de la République française se retrouvent piégées dans des ghettos urbains où le taux de chômage dans certains cas peut dépasser 40 %".

Elle a noté que les jeunes d'origine immigrée "se sentent discriminés et rejetés par une conception rigide de l'identité nationale française qui ne leur convient pas"".

Elle a enfin regretté "l'ambiguïté" de certaines mesures et déclarations des responsables politiques français sur l'immigration, citant notamment le débat sur l'introduction de tests ADN pour les candidats au regroupement familial et la mise en avant systématique de la notion d'"identité nationale".



4.
Tu as donc, d'un côté, cette réalité-là.

(Chiffrée: le taux de chômage dans certaines banlieues et la rageuse amputation, dans les mêmes endroits, des budgets dévolus à l'aide sociale font des statistiques difficilement contestables.

Documentée: non par des Sherlock Holmes communistes libertaires, mais par des enquêteurs de l'ONU.)



5.
Et tu as, de l'autre côté, la France qui la nie.

La France qui, par le choeur des voix de Fadelamara et de son chef (de l'Etat), va répétant qu'il n'y a pas de "crise sociale" - et d'ailleurs pas de social du tout, puisque aussi bien cette France, qui débloquait l'autre jour 15 (gros) milliards d'euros de "paquet fiscal" pour une poignée de nanti(e)s, n'en trouve que 18 (petits) pour les millions d'habitants de ces banlieues où Sarkozy n'a certes pas l'intention d'"organiser des matches de foot" (et encore moins, n'est-ce pas, de sauteries au Fouquet's), ou de faire des "relations publiques" (fût-ce à bord de l'esquif d'un copain milliardaire).

La France qui promet, aux banlieues, d'abord de la répression, puis, juste après, de la répression, puis, enfin, de la répression - mais qui détourne le regard quand passe dans son alentour, chargé de liasses de black de quelques centaines de milliers d'euros, un boss de la métallurgie.

La France qui fustige crânement la "voyoucratie" des banlieues, mais qui fait le tour du monde avec dans ses bagages tel maire, lui aussi de banlieue (mais d'autres latitudes), qui a posément pioché naguère dans les caisses de sa commune - mais pourquoi se gêner, puisque pour de tels cas la culture de l'excuse est une seconde nature?

La France, pétrie d'impunités, qui pardonne tout quand ce tout vient de ses marches patronales (et politiques aussi bien), mais qui t'entretient, gravement, de la nécessité, surtout, de ne pas succomber dans les banlieues à "l'angélisme".

Et puis, bien sûr: la France qui depuis des années, t'assène, obsessive, car elle tient de la Corée du Nord qu'un slogan mille fois répété finit par faire une vérité, que ses problèmes sont "ethnico-religieux" (3).

La France qui a très peur de la réalité - parce que la réalité la donne pour ce qu'elle est: une France de tous les ressentiments, qui divise pour mieux régner.



6.
Vois cette France qui, toujours, cherche l'affrontement - et qui par conséquent jamais ne cessera de provoquer les gueux.

Cette France qui rêve de mener sur son territoire des guerres à la terreur qu'elle entérine ailleurs.

Cette France qui n'a que la répression de ses "classes laborieuses, classes dangereuses", pour nous dissimuler qu'elle est partout minable.

Cette France qui déploie au-delà du périphérique parisien des compagnies républicaines plutôt que des subventions, pour te faire oublier qu'elle vend du nucléaire à Kadhafi.

Cette France qui montre en Seine-Saint-Denis qu'elle a des muscles, pour te faire oublier qu'elle ne déteste pas flatter le fondement des voyous infâmes du Parti communiste chinois.

Cette France dévoyée, qui partout abdique sa dignité pour du pognon, qui se vend à des bourreaux si les bourreaux sont riches - mais qui cependant ose encore te balancer long comme le bras du principe républicain.

Cette France qui jour après jour attise les tensions et les braises.

Mais qui, naturellement, trouvera aux prochains retours de flammes, ainsi qu'elle fait souvent, le double motif de l'ethnie et de la religion, puisque, n'oublie pas: "Il n'y a pas de crise(s) sociale(s)".








(1) 20minutes.fr, 27 novembre 2007.
(2) Nouvelobs.com, 28 septembre 2007.
(3) "Le Figaro", 30 novembre 2007 - "bloc-notes" d'Ivan Rioufol.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu