Avertir le modérateur

18/12/2007

Sarkozy = Manouchian

f70c4b5af30ed9a452fa97b0899c8ea0.jpg


Dans le nouveau numéro de la burlesque revue "Médias", il y a, aux pages 90 à 97, une looo(ooo)oongue interview de Max Gallo, "historien, romancier, journaliste, chroniqueur, responsable politique, (...) élu récemment à l'Académie française", d'où ressort, notamment, que Nicolas Sarkozy est quelque chose comme le Missak Manouchian des années 2000.

Dans l'obscénité comme dans tout: passées les bornes, y a plus de limite(s).

Max Gallo part d'assez loin, pour nous révéler que Sarkozy est un FTP-MOI.

Max Gallo explique, d'abord: "Ce qui m'a frappé durant la campagne - et qui me frappe encore -, c'est la violence des attaques formulées à l'égard de Nicolas Sarkozy".

Max Gallo pense, particulièrement, aux attaques formulées par "Eric Besson, aujourd'hui secrétaire d'Etat, écrivant un petit pamphlet xénophobe contre Nicolas Sarkozy".

Naturellement, Eric Besson, dans la vraie vie, n'a pas du tout écrit de petit pamphlet xénophobe contre Nicolas Sarkozy.

Il a rédigé l'an dernier, pour le Parti "socialiste", une brochure consacrée aux inclinations bushophiles de Nicolas Sarkozy.

Mais dans cette brochure, Besson a dit que Sarkozy était "un néo-conservateur américain avec un passeport français".

Et ça, tu vois: Max Gallo "considère" que c'est "de la xénophobie subliminale".

(Hhhhh...)

Sacré Max Gallo.

A l'Académie française, il côtoie dans la joie et la bonne humeur l'excellente Hélène Carrère d'Encausse, qui trouve qu'il y a trop de Noirs polygames dans nos banlieues et qu'on devrait pouvoir compter librement les Noirs et les Juifs à la télé sans se laisser emmerder par les hooligans antiracistes - et qui se désole qu'on ne puisse pas tout dire sur la Seconde guerre mondiale.

(Qu'est-ce qu'on ne peut pas dire, sur la Seconde guerre mondiale?

C'est ce que la chère femme oublie de préciser.)

Mais rien de tout ça ne scandalise Max Gallo, qui n'a jamais considéré que c'était de la xénophobie - le gars est galant, ce n'est pas comme s'il avait l'intention d'empêcher une vieille dame de cracher son fiel.

En revanche, si tu dis que Nicolas Sarkozy a quelque chose en lui de Tennessee, alors là, oui, t'es carrément xénophobe.

Subliminal, certes.

Mais xénophobe.

Max Gallo, il va de soi, n'invente rien: la dernière fois que Max Gallo a développé une idée neuve, c'était juste avant Azincourt.

Un autre penseur de gros niveau a déjà considéré que la formule d'Eric Besson était "un lapsus fasciste": c'était, rappelle-toi, Finkielkraut.

Voilà deux "intellos" d'altitude que n'ont jamais offusqués les saillies salement islamophobes de Nicolas Sarkozy, et qui d'ailleurs sont étroitement spécialisés dans l'anti-antifascisme et l'anti-antiracisme compulsionnels, mais qui, tout d'un coup, se découvrent une fibre antifasciste et / ou antiraciste si tu as l'outrecuidance de relever que Nicolas Sarkozy aime serrer dans ses bras le Pinocchio de Washington (1).

Ce n'est bien sûr pas (du tout) anodin: ça leur permet de poser Nicolas Sarkozy, qui n'a cessé de flatter les pulsions xénophobes de son électorat, en victime du racisme.

Plus c'est gros, plus ça passe - car ces dignes clercs ont parfaitement retenu la rude leçon orwelienne de "1984", et s'emploient, de toutes leurs petites forces, à substituer leurs villages Potemkine à la réalité.

Max Gallo, par exemple, expose, très sérieusement, que les (mauvaises) gens qui ont lancé contre Nicolas Sarkozy de violentes attaques le considèrent comme "un usurpateur".

Max Gallo développe ce ravissant raisonnement: "Je crois que dans le comportement et dans l'attitude, plus ou moins consciente, d'un certain nombre de Français, hostiles à Nicolas Sarkozy pour de nombreuses raisons légitimes, la dimension supplémentaire, l'aigu de leur haine ou de leur ressentiment vient de ce que ce président n'est ni de Montboudif, ni de Cognac, ni de l'Auvergne".

Ca se précise, et tu commences à entrevoir que du point de vue de Max Gallo, si nous n'avons que peu de passion, toi et moi, pour le chef de l'Etat, c'est parce qu'au fond nous sommes un peu racistes.

Ah ben oui, me répondras-tu, mais moi, tu vois, justement, je ne suis pas du tout raciste.

Et je le crois bien volontiers - mais tu auras noté que le bon docteur Gallo, psychiatre amateur décidé à te faire du bien, a pris soin de préciser que ton racisme était "plus ou moins conscient".

Max Gallo, comme Alain Finkielkraut évoquant un "lapsus fasciste", savent très bien que s'ils s'en tiennent aux faits, à la réalité, leurs "démonstrations" apparaissent pour ce qu'elles sont: de sinistres foutages de gueule.

Dès lors, ils se penchent sur ton inconscient, pour te dire que tu es raciste même si tu n'es pas raciste - et que tu es, par exemple, antisémite.

Car, Max Gallo te l'explique avec beaucoup de componction: Nicolas Sarkozy "est un Hongrois, un peu juif de Salonique".

Par conséquent, si tu ne l'aimes pas, c'est bien la preuve que, fût-ce inconsciemment, tu n'aimes ni les Hongrois, ni les Juifs de Salonique - et que tu es donc un foutu xénophobe, et qu'il serait temps que tu ailles te faire soigner.

Il suffit de l'énoncer clairement, et tout devient plus simple - comme dans ces dictatures où le régime psychiatrise l'opposition: et ça permet, au passage, de taire que, dans la vraie vie, c'est un certain Nicolas Sarkozy, qui ne cesse de stigmatiser des "usurpateurs" - rappelle-toi les moutons et les baignoires.

Dès lors, Max Gallo peut finalement déclarer, en majesté, que Nicolas Sarkozy, qui a organisé la chasse aux sans-papiers, la traque, les mouchardages, les rafles, "aurait pu être sur une affiche rouge aux côtés de Rachida Dati, Fadela Amara et Rama Yade".

Après tout il est bien "normal" qu'après avoir annexé Guy Môquet, "ils" récupèrent aujourd'hui l'Affiche rouge - dans un effacement général des pudeurs et de la dignité: dans leur esprit, l'Histoire, fût-ce dans ses heures les plus noires, est manifestement devenue un grand crachoir.




(1) Evidemment, on pourrait, juste pour déconner deux minutes, adopter le point de vue de Finkie et Gallo - et relever que Sarkozy n'a eu de cesse (que) d'embaucher dans sa campagne, entre tous les "socialistes", précisément le xénophobe subliminal qui avait fait un lapsus fasciste...

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu