Avertir le modérateur

22/12/2007

Fidèle Ridet!

7cce6b5ddcb8e248d36175dc0a71a03c.jpg


Tu pensais, naïvement, que la soudaine irruption d'une chanteuse de variété(s) dans la proche proximité du chef de l'Etat français avait pour fonction première de nous faire vite oublier Kadhafi?

Je le croyais aussi, non moins naïvement.

Mais j'ai pour toi une triste nouvelle: nous avions tout faux.

Car, un homme (de bien) se lève et nous le révèle enfin: il n'y avait (absolument) rien de prémédité, dans cette apparition.

Cet homme, c'est un journaliste du "Monde": le fidèle (Philippe) Ridet.

(Un vieux dicton berrichon prétend que "dès que Sarko éprouve un souci un peu lourd, le fidèle Ridet lui porte un prompt secours": c'est pour ça que j'aime tant la poésie populaire de nos marches rurales.)

Dans "Le Monde", ce soir, le fidèle Ridet pose d'abord la question qui taraude l'humanité: "L'Elysée a-t-il volontairement intercalé la "séquence" Carla Bruni" entre la visite de Kadhafi à Paris et celle que le chef de l'Etat a rendue au pape Benoît XVI pour faire oublier les critiques virulentes provoquées par la présence du "Guide" libyen dans la capitale?"

Question à laquelle nous avons, toi et moi, répondu (naïvement) "oui", comme je disais.

Alors qu'il fallait, naturellement, répondre "non" - comme le démontre le fidèle Ridet (au terme d'une exceptionnelle investigation).

Ainsi: "Dans l'entourage de M. Sarkozy, on réfute tout soupçon d'avoir voulu chasser un cyclone médiatique par un autre".

C'est, déjà, un indice (très) important.

(Parce que si l'entourage de M. Sarkozy avait la moindre tendance à nous enfumer, on le saurait, depuis le temps, pas vrai?)

Mais ce n'est pas le seul.

En effet: "Les photographes présents sur le site de Disneyland Paris où M. Sarkozy s'est montré en compagnie de sa nouvelle amie, dimanche 16 décembre, démentent catégoriquement avoir été "incités" par l'Elysée à immortaliser cette scène".

Et je ne sais pas ce que tu en penses, mais de mon point de vue, quand des paparazzi, connus pour leur totale intransigeance déontologique, entérinent une réfutation élyséenne, ça nous fait quand même un solide faisceau de présomptions.

(Je t'avais prévenu(e) qu'on avait là une investigation de (très) gros niveau.)

Mais ce n'est pas tout.

Sherlock Ridet observe encore que: "Cette version d'un "scoop naturel" paraît confirmée à la lecture de "Paris Match" du 19 décembre, qui consacre au chef de l'Etat un reportage photo de seize pages réalisé par Bettina Rheims".

Car, tiens-toi bien: le "message implicite de ce reportage" est qu'"à l'approche des fêtes, le président de la République est un coeur à prendre".

C'est pas une preuve, ça, dis-moi?

Le fidèle Ridet, au terme de la rigoureuse enquête qui l'a mené de l'Elysée à "Paris Match", conclut, et comme on le comprend, que: "Dans ces circonstances, la "séquence" consacrée à l'apparition de Carla Bruni dans la vie du chef de l'Etat prend des allures d'un "accident" dans l'univers médiatique bien huilé du président de la République".

Elémentaire, mon cher Martinon.

D'ailleurs, "un proche du chef de l'Etat", évidemment impartial (comme source objective, on peut difficilement rêver mieux), le confirme au fidèle Ridet: "Il ne s'agit pas d'une mise en scène".

Tu as compris le principe de base: "Paris Match" confirme le message de l'Elysée, puis l'Elysée confirme le message de "Paris Match".

C'est rond, c'est chaud, c'est passionnant, et, n'est-ce pas: indépendamment de son extrême rigueur journalistique, ce genre de papier a ceci de commode qu'il fixe notre attention ailleurs que sur la guerre sociale que nous mène le gouvernement.

C'est toujours ça de pris.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu