Avertir le modérateur

17/01/2008

Abracadabra!

920a1d4f8d2825623bff7f6445cc8b5a.jpg


Dans l'art, difficile, de la prestidigitation, vazi que je te sors un lapin du chapeau, un homme excelle, et il s'agit, en effet, de Nicolas Sarkozy.

Du temps qu'il faisait campagne, il proclamait, rappelle-toi, qu'il serait "le président du pouvoir d'achat".

Viens chez moi, je te raserai gratis.

Une fois élu, est-ce qu'il te confirme l'heureuse nouvelle?

Du tout.

Le voilà, au contraire, qui te balance, dans le cours d'une conférence de presse, que, ton pouvoir d'achat?

Tu te le prends, tu te le roules, et tu t'en fais une sonde anale - vu que, n'est-ce pas, mâme Chabot, y a pus d'argent dans les caisses.

A ce moment-là, dans tes rêves, un journaleux se lève, et gueule, ben tu m'étonnes, que t'as plus un rond pour le pain des pauvres, Louis XVI: tu viens de balancer 15 milliards d'euros pour les brioches de tes nanti(e)s ami(e)s.

Dans la vraie vie, cependant, ça ne se passe pas comme dans tes rêves.

Dans la vraie vie, les journaleux ferment leurs gueules, et passent à la question suivante.

Nobstant, l'homme de la rue, certes moins veule que les gens de presse, commence à la trouver saumâtre: ça le fait quand même un peu chier, d'avoir voté pour Pinocchio.

Résultat numéro 1: la popularité sondagière du chef de l'Etat commence à ressembler d'assez près à une vue aérienne de La Nouvelle-Orléans, juste après Katrina.

Résultat numéro 2: l'intéressé corrige le tir, et te jure ses grands dieux que, lorsqu'il t'a suggéré que tu pouvais te rouler serré ton pouvoir d'achat, évidemment que ça ne voulait pas du tout dire que tu pouvais te rouler serré ton pouvoir d'achat - c'est quand même ahurissant que tu prennes tout au pied de la lettre, alors quoi, on peut même plus déconner?

Et le voilà qui t'explique, décomplexé comme jamais, que finalement, si, y a du pognon dans les caisses - mais que tu vas devoir aller le chercher avec les dents, non mais qu'est-ce que tu crois?

Il dit, précisément: "Il n'y a pas de création de richesses, pas de redistribution possible, pas de pouvoir d'achat sans travail".

Pas de mains?

Pas de chocolat.

Il précise - car il ose toujours tout: "Lorsque certains font croire aux Français qu'il serait possible de distribuer du pouvoir d'achat tout de suite, sans travail et sans réformes, je reconnais la démagogie qui a fait tant de mal à notre pays depuis trois décennies".

(Mais attends - rappelle-moi: c'était qui, "le président du pouvoir d'achat"?)

NouvelObs.com résume assez bien ce nouveau message présidentiel: "Pas d'augmentation "sans contrepartie"".

Et ça, n'est-ce pas, on connaît.

En sarkozique vernaculaire, ça se dit: "Travailler plus pour gagner plus".

Naturellement, ça n'a aucune espèce de rapport, même très lointain, avec l'augmentation promise de ton pouvoir d'achat: c'est juste le moins que tu puisses attendre, parce que n'est-ce pas, tu ne vas pas non plus travailler plus pour gagner la même chose, t'es pas là non plus, faut pas exagérer, pour faire des cadeaux à ton pansu patron, que Sarkozy déjà ne cesse de gaver.

Si je résume: le gars te fait la promesse que tes heures sup te seront payées - et te présente ça comme une espèce de révolution dans l'histoire du pouvoir d'achat.

C'est vachement sympa de sa part - mais à ce rythme-là faudra pas que tu t'étonnes, s'il t'annonce la semaine prochaine qu'il a gentiment décidé de ne pas te faire payer l'air que tu respires.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu