Avertir le modérateur

12/03/2008

J'Aime Très Fort Toulon, Mâme Chabot

250a812b38a4387d696eda3c08e84c92.jpg

Voulez-vous que je vous dise, mâme Chabot?

Ces galas en province, y a pas: ça me fait un bien fou.

Hier, j'étais à Toulon.

Faut que vous sachiez que j'aime bien Toulon.

J'y ai de bons souvenirs.

C'est là qu'en février 2007, quand je battais la campagne, quand je promettais que je serais le président-du-pouvoir-d'achat, c'est là, disais-je, Arlette, que j'avais notamment annoncé qu'on allait arrêter de se faire des noeuds au cerveau avec la colonisation, vu que: "La plupart de ceux qui partirent dans le Sud n'étaient ni des monstres ni des exploiteurs" - mais bien plutôt des "hommes qui ont pensé de bonne foi servir un idéal de civilisation".

(Comment que c'était beau, mâme Chabot.

Comment que c'était couillu.

Remember, mâme Chabot, le fauve chuintement des rotors, le soir au-dessus des Aurès.

Remember les mâles chants de marche des paras léopards qui sécurisaient les djebels - au péril de leur vie.

Remember les crânes guerriers, qui dans la Casbah recueillaient fièrement du renseignement - mais vas-tu parler, fellagha, ou si je te replonge dans ta baignoire?

C'était un idéal de civilisation, mâme Chabot.

Et maintenant, je veux une politique du même nom.)

Même "Le Monde" (qui à l'époque ne s'illustrait pas exactement par un trop-plein d'animosité à mon endroit) l'avait relevé: je "débauchais sans complexe les électeurs de Jean-Marie Le Pen".

J'aime bien Toulon, mâme Chabot.

C'est pour ça qu'hier, c'était si bien: j'étais là, peinard, décomplexé à donf, avec mon fidèle Brice - et qu'est-ce que j'ai fait?

J'ai fait ce que je fais toujours, quand l'électeur me boude: j'ai braconné velu dans les marécages du Pen.

J'ai intimidé le sans-papiers.

Presque j'ai bouté l'immigré.

Ca marche toujours, avec les cons, et tu sais quoi?

J'aime ça, au fond.

J'aime flatter le populo dans le sens de ses phobies.

C'est moi que j'ai ramené le facho dans le giron de la République: n'oubliez jamais ça.

Plus à gauche que moi?

Tu meurs.

C'est pas moi qui le dis, hein?

C'est André Glucksmann.

Le penseur.

Quand le pouvoir d'achat du Français de souche baisse, règle numéro 1: lui suggérer que c'est la faute à Mamadou, plutôt qu'à Nicolas, qui avait pourtant promis d'être comme je disais le président-du-pouvoir-d'achat.

Toulon?

C'était bien, mâme Chabot.

Je suis allé aussi vers quelques prolétaires.

(Ces gens-là sentent fort, entre nous.

Ne me dites quand même pas qu'ils n'ont pas les moyens de s'acheter du Narta?)

Je m'approche, "Libération" le rapporte ce matin, d'une "travailleuse sociale", et je lui demande: "Les familles viennent d'où?"

Elle me répond: "Du quartier".

J'insiste: "Mais... L'origine?"

J'entends ricaner Brice: on pense la même chose, lui et moi.

On a du mal à concevoir que des individus foncés de peau puissent venir "du quartier" (1).

C'est pour ça, mâme Chabot, qu'on a un peu envie de leur dire, quand on les croise: "Casse-toi, pauvre con".

Mais, il va de soi: on ne le dit pas.

On n'est pas du genre à se laisser dominer par la vulgarité.

Oooooh, ben non, Arlette.

On les prévient juste que: "Tous ceux qui n'ont pas de papiers ont vocation à "être reconduits chez eux"" (2).

Et qu'on ne va évidemment pas laisser "ouvrir de nouvelles filières d'immigration clandestine" (3).

C'est du simple bon sens, pas vrai?

Puis ça gagne des voix, espère - alors pourquoi qu'on se gênerait?

D'ailleurs, mon pote Laurent Joffrin, le patron barbichu de "Libé", l'a gentiment écrit ce matin: il n'y avait "nul extrémisme dans mes propos" (4).

Merci qui, mâme Chabot?

Merci, Laurent Joffrin.






(1) En décembre 2007, "Le Canard enchaîné" a raconté que Brice Hortefeux avait "fait un tabac" devant "les membres (...) d'un réseau de promotion de la diversité dont fait notamment partie Rama Yade", en racontant ce drolatique souvenir: "Cet été, sur une aire d'autoroute, je rencontre cinq personnes noires. Comme elles ont l'air de me reconnaître, je vais vers elles pour les saluer et je leur demande: Vous êtes d'où? - De Caen. - Oui, d'accord, mais vous êtes d'où? - Ben... De Caen. Heureusement, j'ai compris à temps et je n'ai pas insisté. C'est là que j'ai compris toute la profondeur de ma mission".
(2) "Libé", ce matin.
(3) Idem.
(4) Idem.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu