Avertir le modérateur

19/03/2008

Mens Sana Incorporated

c25760275311aa1145b266fafe8a90e4.jpg

Tu les as vus, qui ces jours-ci tortillent sauvagement du cul au rythme du (traditionnel) "débat" sur faut-y-que-je-boycotte-les-JO-de-monsieur-Jiabao-du-Parti-communiste-chinois-qui-durant-qu'il-me-caresse-le-fondement-hache-du-Tibétain-ou-faut-y-que-j'assume-de-n'avoir-que-foutre-du-sort-de-quelques-bonzes-de-merde?

Tu les entends, sans déconner, touiller leurs états d'âmes?

Dans ce bal des faux-derches, Bernard Kouchner, évidemment, se déhanche grave sous les sunlights, et te fait savoir, du haut de sa gigantesque expérience de riziculteur humaniste, comme le signale ce matin "Libération", que l'hypothèse d'un boycott "ne rencontre pas le soutien du gouvernement français", mais qu'"il n'est pas exclu que l'Europe "se concerte"".

(Et rien, en effet, n'interdit que "l'Europe" se pignole pendant que les Tibétains crèvent.)

Au-delà de la sphère des intellectuels de renom, le gros des tortilleurs vient naturellement des "athlètes" qui énoncent gravement, comme au terme d'une longue et difficultueuse réflexion, que "ce n'est pas aux sportifs d'assumer le choix de Pékin", passe-moi le Ponce je te passerai le Pilate, et que nous, hein, ne pas se tromper, on fait pas de politique, tu as d'un côté le sport et ses nobles valeurs, et tu as de l'autre côté ce hachis de moines bouddhistes - bon, tu le constates: aucun rapport, merci de ne pas tout mélanger, on est là pour tomber du record.

(Pour te prendre un exemple ancien, c'est vrai que ce monsieur Hitler était un peu rugueux, mais pouvions-nous, en conscience, renoncer à sauter de la haie au motif, très politicien, qu'il exterminait ça et là?)

Tu les as entendus?

J'aimerais juste qu'ils cessent de nous prendre pour des con(ne)s - et qu'ils arrêtent, notamment, de nous fourguer long comme le bras les joies saines du sport(-de-haut-niveau), qui transcende les clivages et brise les frontières.

(Et autres noeuderies du même style.)

Tout le monde sait, jusqu'au dernier des sous-connards, que les JO n'ont plus aucune espèce de rapport, même lointain, même très, très, très lointain, avec l'heureuse-émulation-de-la-compétition.

Tout le monde sait que nous "découvrirons", comme à chaque fois, sitôt éteinte la foutue flamme olympique, que d'élégants sportifs (apolitiques évidemment) s'étaient chargés le sang de substances dont l'ADN filerait des nausées à un junkie terminal - si tu veux sauter haut, tu bouffes de l'EPO, comme dit le vieux dicton.

Tout le monde sait, en vérité, que les JO sont, de leur début à leur fin, une affaire de trèèèèès gros pognon: l'un de ces moments où s'épanouit le capitalisme dans toute sa fière décomplexion; l'un de ces moments où de pansus possédants, soucieux de toujours se gaver (fût-ce au prix du massacre d'une poignée d'indépendantistes), entrepreneurs, politiciens, follement épris ça va de soi des beautés-de-la-démocratie, passent leurs mielleuses langues aux fesses des pires tyrans de l'univers - tuez du bouddheux, mon cher, mon très, très cher ami, éliminez vos résidus, mais faites-moi la grâce, de grâce, de me confier ce marché que vous me promîtes avant-hier.

Tout le monde sait que le Très Saint Fric, autrement plus vénérable que les cocasses bondieuseries du Dalaï et de sa "clique", vaut largement le sacrifice de quelques gueux du trou du monde.

Un peu de pudeur, commerçants: cessez de verser des larmes sur les misères du Tibet en vous caressant le portefeuille.

0abe611961fea4c6e0203ed99e818c34.jpg

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu