Avertir le modérateur

20/03/2008

Une Révélation De Sylvie Pierre-Brossolette?

Dans l'hebdomadaire "Le Point" de la semaine, pendant que Jacques Marseille, prédicateur halluciné, somme le chef de l'Etat français de mettre le cap "à droite toute" (1), Sylvie Pierre-Brossolette, cheffe du service politique, pose la question suivante: Nicolas Sarkozy "peut-il changer?"

Elle ne (se) demande pas, tu l'imagines bien (on parle ici de "Le Point", et non d'une publication qui serait, fût-ce de très loin, hostile au régime) - elle ne (se) demande pas, disais-je, si le chef de l'Etat français pourrait changer de politique, mais bien plutôt s'il pourrait modifier un peu son comportement, comme le (lui) suggèrent ses communiquants.

Genre, s'il pourrait par exemple cesser de distribuer au passant du casse-toi pauvre con.

La droite, ces derniers jours, ça ne t'a pas échappé, veille à focaliser l'attention de l'opinion sur le (prétendu) nouveau "style" du chef de l'Etat français - à la seule fin de la détourner un peu mieux de la réalité de son règne, inchangée, elle, et qui se résume comme tu sais à chourer dans les poches des pauvres de quoi remplir celles des riches.

En d'autres termes: Sarkozy va, évidemment, continuer, de plus belle, à déchiqueter nos liens sociaux, mais du moins enlèvera-t-il dorénavant ses Ray-Ban, avant de nous mettre à mal - et n'est-ce pas le plus important?

C'est le message, rassurant, que l'Elysée veut faire passer dans le grand public au lendemain de la très grosse branlée municipale des 9 et 16 mars, et que Sylvie Pierre-Brossolette, observant que l'intéressé "revient à l'orthodoxie", répercute gentiment (pendant que Jacques Marseille te confirme comme je te disais, dans le même hebdomadaire, que pour ce qui est du fond, un grand bond à droite s'impose).

Et de tout ça, de ces coutumières scansions de la presse décomplexée, je suis assez d'accord avec toi, camarade: nous n'avons que foutre.

Ah ben ouais, te dis-tu, mais pourquoi tu nous en parles, du papier de Pierre-Brossolette, si on s'en fout si fort?

Bonne question.

Merci de l'avoir posée, ami(e).

Ce qui me fait marrer, dans ce papier, je t'explique: c'est le passage où l'auteure, soucieuse d'illustrer que Sarko change un peu, observe que ce changement "s'accompagne du retour en force", dans son entourage (très) proche, "des fidèles de longue date".

Notamment: "Claude Guéant, (...) sacré homme fort de l'Elysée".

Ou encore: "Franck Louvrier", qui "pilotera le pôle communication" de Sarkozy "dans son ensemble".

Ou enfin: "Catherine Pégard", qui "chapeautera une cellule politique" - et que tu vois ici accompagnant un homme dont je ne prononce plus jamais le (marti)nom, de peur de succomber encore à une crise d'intarissable hilarité.

9c1d9fae0cdea98c5aef26d1c12c8507.jpg


Et c'est là que c'est drôle, si tu relis attentivement.

Voire: cocasse.

Parce que, tu m'arrêtes si je me trompe, mais si mes souvenirs sont bons, Claude Guéant et Franck Louvrier sont en effet dans la besace de Sarkozy depuis des siècles - "de longue date", par conséquent.

Mais Catherine Pégard?

Ca fait même pas un an qu'elle bosse avec le chef de l'Etat français.

Juste avant, qu'est-ce qu'elle faisait?

Elle était cheffe du service politique à "Le Point"!

Pégard, "fidèle de longue date"?

Je n'y crois évidemment pas - tu penses bien que s'il y avait (eu) à "Le Point" des ami(e)s de Sarkozy, le patron de "Le Point", l'impérialissime FOG, nous l'aurait dit: le gars est cramponné à la déontolomachin comme une moule à son rocher.













(1) Je suppose que j'y reviendrai un de ces jours!

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu