Avertir le modérateur

25/03/2008

Allons-Nous Tolérer Longtemps L'Arrogance Inouïe De Ces Roumain(e)s?

404c44e67b2e3d03d43f9a8529daa717.jpg

Les gueux ces temps-ci deviennent, je suppose que tu l'as noté, dangereusement irrévérencieux.

Je dirais même qu'on ne les tient plus, et toi, je ne sais pas, mais pour ce qui me concerne, j'escompte que le patronat les matera, parce que j'en ai un peu ras le cul de cette plèbe geignarde qui se prend pour le centre du monde - et refuse d'envisager que ses légitimes propriétaires puissent eux aussi passer par les affres des fins de mois difficultueuses.

Je pense, naturellement, aux salarié(e)s de l'usine (Renault-)Dacia de Pitesti, Roumanie, dont l'âpreté au gain a quand même quelque chose de profondément répugnant.

Voilà des gens qui, au sortir du (long) règne de Nicolae Sark... Ceaucescu, n'étaient rien.

Mais ce qui s'appelle: rien.

Voilà des gens qui ressemblaient d'assez près à des merdes post-communistes, infoutues de se prendre en main et qui, mollement avachies au coin du ballast, regardaient passer le train festif de la mondialisation sans même que l'idée les effleure de se faire une place dans le wagon de queue.

Des branleurs, quoi - recroquevillés sur leurs avantages acquis et totalement hermétiques aux joies saines du Capital.

Arrive (Renault-)Dacia, qui leur offre, excusez du peu, de retrouver leur dignité - sous la forme d'un salaire de folie de, tiens-toi bien, 285 euros mensuels.

Byzance.

(Je vois monter à tes yeux des larmes, et comme je te comprends: moi aussi, je pleure de joie, à chaque fois que m'est donné de mesurer concrètement la joliesse du libéralisme.)

285 euros bruts, naturellement - faut pas non plus exagérer, trop de subite luxuriance aurait tué à coup sûr le salariat désoviétisé.

Bon, (Renault-)Dacia les sort du caniveau dégueulasse où ils cuvaient leur communisme.

(Renault-)Dacia fait de ces loqueteux assistés des libres citoyens du Marché du même nom.

(Renault-)Dacia les ouvre, comme on ferait d'une huître, aux Beautés de la Concurrence.

(Renault-)Dacia leur allonge tous les mois une petite fortune.

Et que font ces bâtards?

Est-ce que tu crois qu'ils remercient (Renault-)Dacia?

Est-ce que tu crois qu'ils vont rendant, comme nous aurions fait, toi et moi, mille et mille grâces à leur si généreux mécène?

Peeeeenses-tu!

Les voilà qui se mettent en grève!

Générale, de surcroît!

Ils réclament - t'es assis(e)?

Une "augmentation"!

Et voilà comment ces gens sont (tu changeras pas le prolétariat): tu leur donnes ça, ils te chient dessus et réclament ça.

Tu leur donnes le doigt - le majeur, dûment vaseliné - mais naturellement: les voilà qui au bout d'à peine quelques années d'esclav... De salariat te bouffent le bras.

Ces tristes salauds, je te le dis, outre qu'ils puent l'alcool de prune (leur gigantesque émolument ne les a pas détournés de leurs sinistres habitudes alimentaires), sont littéralement obsédés par le fric.

Et les voilà qui tout soudain psalmodient le si laid refrain de chevet de la racaille altermondialiste, partageons-les-richesses, partageons-les-profits, toutes ces conneries obscurantistes.

Et les voilà qui vagissent, avec leur sale accent de créatures des Carpates: "Aaaaah, oui, mais (Rrrrrenault-)Dacia fairrrrre grrrrrâce à nous grrrrros bénéfices, avoirrrrr gagné 150 millions eurrrrros cette année, mais nous pas voirrrrr couleurrrrr arrrrrgent".

Mais attends, sale petit salaud égoïste, (Renault-)Dacia te file 285 euros bruts à la fin de chaque mois, PLUS des "réductions dans les transports en commun" (1), et tu oses encore ouvrir ta gueule?

Ah, putain, ça me fout en rogne.

Reusement: les big bosses de (Renault-)Dacia ont réagi avec toute la vigueur nécessaire.

Si tu crois qu'on est du genre à négocier avec des preneurs d'otages, ont-ils expliqué en substance, tu te mets le doigt dans l'oeil jusqu'à l'épaule (et t'as qu'à en profiter pour te chatouiller un peu l'intestin grêle).

Ton augmentation, tu te la prends, tu te la roules, et tu t'en fais une sonde.

Noutre, si tu n'es pas content: je délocalise vite fait la fabrication de ma Logan en Tamoulie orientale.

Et tu vas me dire: oui mais, si demain les Tamouls orientaux à leur tour te font chier à grands coups de revendications ouvertement staliniennes?

Ben tu vois, je m'en cogne, agade comment que je m'en tamponne: je délocaliserai ailleurs.

Et quand la Terre entière fera grève: j'irai m'installer sur Vénus.

Là-bas les miséreux ont le sens du travail bien fait, je devrais m'en tirer pour 17 euros par mois - et il va de soi une réduction sur le transport.

J'en ai rien à foutre, mon gars, de tes pleurnicheries.

Pour que ceux qui ont tout continuent de s'empiffrer?

Faut que ceux qui n'ont rien continuent d'avoir faim.

C'est la juste loi de la nature.

Tant que t'auras pas compris ça?

Nous deux, ça n'ira pas.






(1) "Libération".

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu