Avertir le modérateur

15/10/2007

Fatalitas!

medium_logo-liberation.jpg


Tiens: le nouveau "Libé".

Plutôt réussi, faut reconnaître.

Entendons-nous: ça reste un quotidien néo-patronal (barbichu), mais pas désagréable à regarder.

Ce qui est un peu dommage, c'est qu'une grosse coquille est venue se glisser page 4, fatalitas, au beau milieu du (burlesque) billet où Laurent Joffrin présente, justement, le nouveau "Libé".

Le texte publié dit ceci: "Une chose étrange s'est produite dans la dernière décennie: les libéraux ont réussi à dérober à la gauche l'idée de progrès".

Et voici, pour ceux qui, tôt le matin, n'auraient pas eu le réflexe de corriger par eux-mêmes, ce qui aurait dû être imprimé: "Une chose étrange s'est produite dans la dernière décennie: Laurent Joffrin a réussi à dérober à la gauche l'idée de progrès".

(Ca ne fait qu'une minuscule différence, je suis d'accord.)

Faites Passer

"UCIJ – RESF – CSP

Uni(e)s contre l’immigration jetable - Réseau Education sans Frontière - Collectifs de Sans Papiers d’Ile de France

Journée Nationale de Mobilisation samedi 20 octobre 2007

MANIFESTATION départ Belleville à 14h30

La loi Hortefeux est une atteinte à la dignité de tous !

En cinq ans, nous aurons eu droit à quatre lois, à de multiples décrets et circulaires, à tout un arsenal d’inspiration xénophobe et raciste, à une inacceptable atteinte aux -déjà faibles- droits des étrangers.

Demain, une nième Loi, où s’illustre Brice Hortefeux, à la tête du sinistre ministère de l’identité nationale, de l’immigration et du codéveloppement sera soumise à l’avis du Conseil Constitutionnel.

Contre cette loi, radicalement contraire aux principes d’égalité et de non-discrimination de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (ratifiée par la France), de la Convention Internationale des migrants, de la Convention de l’ONU...

Test ADN, proposition d’exclusion de l’hébergement d’urgence...

Réagissons !

Nous qui sommes riches de nos multiples résistances et solidarités, des parrainages «hors la loi !» des sans-papiers ! aux mobilisations dans les écoles contre les innommables expulsions des familles, de la résistance spontanée des passants et militants lors des rafles aux positions des chercheurs et des universitaires, à celles des syndicats solidaires des initiatives de tant de professions (assistantes sociales, personnel enseignant, inspecteurs du travail, personnels hospitaliers, pilotes de ligne, avocats, magistrats), nous disons non !

Le 20 octobre manifestons notre soutien à tous ceux qui sont poursuivis pour le délit de solidarité, comme l’instituteur Florimond Guimard en procès à Aix le 22 octobre.

Le 20 octobre manifestons notre volonté de voir appliquer une autre politique respectueuse cette fois des familles, des enfants, des travailleurs immigrés !

Expulsions Rafles - Lois Hortefeux / Sarkozy NON !
Solidarités - Résistance OUI !

Informations et analyses de la loi : contreimmigrationjetable.org, educationsansfrontieres.org"

14/10/2007

A Donf

medium_amaraboutin1.2.jpg

Fadelamara, "secrétaire d'Etat chargée de la Politique de la ville" au sein du gouvernement de guerre (de classe(s)) où le colonel (de réserve) Brice Hortefeux se charge quant à lui de vider "la ville" de son trop-plein d'immigrés, répond ce matin aux fines questions d'une paire de journaleux du "Parisien".

Je ne vous cache pas que chacune des considérations dominicales que Fadelamara développe en cette occasion pourrait fonder le socle d'un ambitieux programme de recherche universitaire sur le foutage du gueule.

Par exemple, quand la paire du "Parisien" pose à Fadelamara cette question hyper-intelligente: "Quand vous employez un langage cru - du type "glandouille" ou "dégueulasse" - est-ce spontané ou n'y a-t-il pas du calcul?"

Fadelamara, tranquillement, répond: "Le fait d'utiliser au sein même du Conseil des ministres le verlan "à donf" (NDLR: à fond), c'est délibéré".

(Instruction n° 2007-25/b, du colonel Brice Hortefeux au corps préfectoral: "Pécho les reunois, pécho les rebeus, take no prisoners".

Non, je rigole.)

Fadelamara, lancée, affûte sa réponse: "Il est important, même si ça en choque certains, de rappeler, à travers ces mots, la réalité de la violence sociale qui existe dans notre pays".

Et je vous demande ici un peu d'attention, car il n'est pas si courant que l'extrême tartuferie se donne si libre cours.

En 26 mots, pas un de plus, pas un de moins, Fadelamara établit qu'en effet, elle a définitivement fait le choix de nous prendre pour des imbéciles.

Parce que bien sûr, dans la vraie vie, Fadelamara est secrétaire d'Etat au sein, justement, du gouvernement de guerre (de classe(s)) qui jour après jour nous accable de cette "violence sociale" dont elle fait ce matin semblant de s'offusquer.

Parce que bien sûr, dans la vraie vie, Fadelamara bosse pour la vieille droite haineuse et revancharde qui depuis six mois et sous le couvert dégueulasse de la "réforme", s'acharne au burin sur tout ce qui pourrait, de près ou de loin, ressembler à des garanties sociales.

Parce qu'enfin on voit mal en quoi il serait "important (...) de rappeler" dans un verlan de pacotille que cette violence fait quotidiennement des victimes - sauf bien sûr à vouloir suggérer, dans un accès de crasse démagogie à deux balles, que ces victimes ne comprennent que le dur langage de la rue, man; option qui, dans le meilleur des cas, puerait si fort le mépris de classe, qu'elle en deviendrait franchement gerbante.

Fadelamara, cependant, n'en démord pas: "On a des personnes qui souffrent depuis trop longtemps, avec un profond sentiment d'abandon" - et qui manifestement ont très envie qu'on leur porte secours, non en cessant de casser l'Etat social, car ce n'est pas (du tout) pour ça que Nicolas Sarkozy et Fadelamara sont au pouvoir, mais en "parlant d'eux" en verlan, jusqu'au "sein" même "du Conseil des ministres".

Souriez, miséreux: vous êtes sauvés.

Fadelamara conclut par ces mots sa docte réponse: "Avoir recours au coeur du pouvoir au parler-banlieue, c'est une manière de dire: "Ils sont là, ils existent, nous parlons d'eux"".

(Pour ma part, je ne serai que (très) moyennement étonné, la prochaine fois qu'à force d'être si ouvertement moqués les jeunes (et moins jeunes) ressortissants de nos départements et territoires d'outre-périphérique (DOP-TOP) ajouteront le brûler-banlieue au "parler-banlieue".)

Je vous passe les autres grotesques réponses de Fadelamara: elles sont du même tonneau.

Et j'en arrive à cette question, grave, que lui pose la paire du "Parisien": "Comment réagit-on dans les quartiers?"

J'aime ce que cette interrogation révèle de l'univers mental de nos compétents journaleux.

Je vous prie: mobilisez vos souvenirs.

Je vous prie: essayez de vous remémorer, disons, les dernières déclarations de François Fillon sur la "relance de la croissance".

Ou les derniers appels de Xavier Bertrand à "reboucher le trou (sans fin) de la Sécu".

Et dites-moi.

Est-ce qu'un seul de nos dignes encartés de presse a demandé à François Fillon ou Xavier Bertrand comment on réagissait "dans les quartiers" à leurs divagations?

Non, bien sûr.

Dans l'imaginaire collectif de ces mecs-là, ça fait des (looooongues) années que ça dure, "les quartiers" sont un espace fantasmatique, peuplé, non de gens qui vivent (et pensent) comme vous et moi, oh ben non alors, on le saurait, mais de primitives peuplades foncées de peau, qui n'ont probablement aucune idée, même imprécise, de ce que pourraient bien être la "Sécu" ou la "croissance"; mais qui, par contre, doivent nécessairement donner leur avis sur Fadelamara - sous réserve, bien sûr, que la question leur soit posée en verlan, histoire de se mettre à leur niveau.

(Les journaleux expérimentés laissent même, pour les remercier, un peu de menue verroterie aux natifs des "quartiers" qui ont accepté de ne pas les faire bouillir dans leurs grandes marmites.)

Les mêmes pousseront des petits cris apeurés, quand "les quartiers" s'enflammeront.

Les mêmes convoqueront, comme d'hab, leurs minables experts, "sociologues" de médias, pour commenter l'embrasement.

Les mêmes négligeront, comme d'hab, de se regarder pour ce qu'ils sont - emmurés dans leur perception totalement paranoïaque de la réalité.



Bon, j'arrête: ça me fait trop chier.



(Cependant retenez que le mot de la fin revient ce matin au "Journal du dimanche", qui observe, non sans perspicacité, que: "Fadela Amara rentre dans le rang".

L'autre jour, elle avait, rappelez-vous, agité ses petits poings en criant: "Le jour où ça sera vraiment trop insupportable, je partirai (du gouvernement)".

Depuis, elle rétropédale: "Hier, la secrétaire d'Etat a catégoriquement exclu de démissionner, même en cas d'adoption des tests ADN".

Elle trouve ça carrément supportable, Fadelamara, les tests ADN.

Elle est à donf.)

13/10/2007

Lécher Bernard (Mais Faire Semblant De Ne Pas (Trop) Lécher Bernard)

medium_hp_scanDS_710138435711.jpg

Maurice Szafran, big boss de "Marianne", est comme Nicolas Sarkozy: totalement décomplexé.

Comprendre que ça ne le gêne absolument pas, Maurice, de nous prendre pour des neuneus de niveau 8.

Ce matin, par exemple, "Marianne" offre à BHL, pour la promotion de son nouveau bouquin, huit pages que Maurice commente ainsi, dans un encadré furieusement déontologique: "Des lecteurs, et quelques observateurs pointilleux des médias, ne manqueront sans doute pas de s'étonner que nous consacrions, à l'instar de la plupart de nos confrères, autant de place à Bernard-Henri Lévy".

Ca fait pas vingt secondes que Maurice nous parle, que, déjà, il erre.

D'abord, ce n'est pas "la plupart" des "confrères" de Maurice qui fait depuis dix jours une épaisse haie d'honneur à BHL: c'est l'ensemble des médias (qui mentent), journaux, magazines, radios, télés, qui l'acclame, jugeant que BHL est formidablement nouveau, quand il énonce gravement que la gauche va devoir se réformer pour se moderniser, puis que la gauche va devoir se moderniser pour se réformer, puis, au passage, que Nicolas Sarkozy "n'est pas raciste".

(Quand déboule un (traditionnel) pensum de BHL, c'est devenu un théorème, nos journaleux battent des mains, ravis de se (et de nous) donner l'impression d'être assez intelligents pour assimiler une "pensée" dont l'extrême complexité va jusqu'à postuler que le capitalisme fait la joie des familles - mais quand paraît un livre sur BHL qui démontre, preuves à l'appui, que ces lècheries fondent "une imposture française", les mêmes ferment très soigneusement leur gueule à double tour, et décrochent leur téléphone pour demander aux attaché(e)s de presse de chez Grasset quand sera publié le prochain BHL, car un bon léchage de c** se prépare longtemps à l'avance.)

Ensuite, personne, évidemment, ne va s'étonner que "Marianne" consacre "autant de place" à BHL, pour la simple et bonne raison que ça fait des années que ça dure, et qu'à chaque fois que nous arrive un clownesque essai de l'ex-nouveau philosophe, "Marianne" lui passe au fondement une langue chargée de flagornerie.

(Je crois me rappeler par exemple, mais je peux me tromper (et j'ai la flemme de vérifier), que c'est Maurice lui-même qui a naguère salué par un long feulement amoureux la publication du "romanquête" halluciné de BHL sur Daniel Pearl - qui a consterné les neuf dixièmes (et demi) de la planète.)

Maurice, pourtant, veut marquer sa différence: "Nous nous intéressons non pas à la star BHL, mais à son livre, aux idées qu'il y défend, à la continuité historique et théorique que ces pages mettent en perspective".

Explique-t-il - et c'est beau comme un éditorial savant de "Philosophie Magazine".

Concrètement, ça donne un long papier où "Marianne" soutient notamment que "le nouvel ouvrage de BHL a le mérite de renvoyer à des interrogations sur la gauche qu'on ne saurait éluder": c'est, presque au mot près, ce qui depuis une dizaine de jours s'énonce partout dans la presse qui ment - et qui fait semblant de ne pas voir que les "interrogations" de BHL sont dans le meilleur des cas la millionième déclinaison des (graves) questions que les benêts "socialistes" nous posent depuis grosso modo vingt ans, et qui peuvent se résumer comme suit: "Pour aller à droite, c'est par où?"

Maurice, nonobstant, n'en démord pas: il est un (gros) cran au-dessus de ses confrères.

Si Maurice déroule devant BHL un moelleux tapis rouge, ce n'est pas (du tout) parce que Maurice aurait le goût de promotionner de burlesques bouquins: c'est parce que "l'hypocrisie a des limites".

(Je suis complètement d'accord.)

Maurice: "Nous nous plaignons sans cesse, avec amertume, avec rage, dans cet hebdomadaire et dans tous les autres journaux, que le débat et la réflexion sur la gauche, ses évolutions, sa place dans la société française et européenne, soient évités, contournés, interdits (...)".

Or: "Lévy, au moins, a le mérite de s'intéresser aux idées, de les triturer, de les malaxer, de les retourner, de construire un corps de doctrine, d'ouvrir des perspectives, de donner du sens".

Et ça, n'est-ce pas, c'est quand même assez rare.

(S'il vous plaît, arrêtez de ricaner bêtement, je n'arrive plus à me concentrer.)

Dès lors, Maurice pouvait-il faire le choix (douloureux) de ne pas consacrer un long dossier promotionnel au bouquin de BHL?

Non, bien sûr.

Car: "Ce livre fait réfléchir".

(A la différence, par exemple, de "Oui-Oui, chauffeur de taxi", qui est plus directement tourné vers le seul divertissement.)

Mieux même: "Ce livre permettra à coup sûr de débattre, de polémiquer, et, surtout, de réfléchir".

Evidemment, il se publie chaque jour, dans ce pays, des livres qui font "réfléchir" - mais dont Maurice jamais ne parlera.

Tenez.

Au hasard.

(Non, je rigole.)

Prenez le catalogue de La Découverte, et dites-moi s'il vous plaît quand Maurice a dédié huit pages à la promotion de l'une de ses moindres productions?

Ne cherchez pas: ça n'existe pas.

"Réfléchir"?

"Débattre"?

Avec plaisir.

Mais entre amis - parce que bon: l'hypocrisie a des limites.

12/10/2007

Perfide Albion!

medium_hp_scanDS_7101217582558.jpg

Un spectre, évidemment hideux, hante nos caisses primaires d'assurance maladie, et ce n'est pas (du tout), comme on pourrait le craindre sur la foi de présupposés laidement josébovistes, celui de la droite haineuse et revancharde qui ces temps-ci bousille tout ce qui peut ressembler à des parapets sociaux - mais bien plutôt celui de la cohorte immense des "faux chômeurs, faux malades" et autres gueux parasitaires qui ourdissent contre nous de gigantesques "fraudes sociales".

Ainsi que le relève dans son nouveau numéro, et sur la foi, notamment, du "livre choc d'un flic", l'hebdomadaire "L'Express".

Ce n'est pas nouveau - loin s'en faut.

C'est à intervalle régulier que nos vaillants médias nous suggèrent que les pauvres, ces guenilleux allocataires, sont aussi des fraudeurs, et je ne vais pas revenir sur ce que véhiculent ces mises en garde réitérées: nous avons tou(te)s compris qu'elles comblaient d'aise "les casseurs de l'Etat social" - comme dit Michel Husson dans un livre éponyme, paru je ne sais plus quand chez La Découverte, et que vous devriez lire, si vous avez trois minutes.

Ce qui cette fois-ci est original, c'est que "L'Express", où l'on a la bosse des maths, avance une estimation, chiffrée, du préjudice que nous infligent les fraudeurs (sociaux) - pendant que les nanti(e)s font de la philanthropie.

Estimation terrifiante: "19 milliards d'euros détournés" - chaque année.

On lit ça, on enrage - salauds de pauvres, salauds de fraudeurs, vous avez intérêt à rendre l'argent.

Salauds.

Mais.

Quand on s'intéresse aux calculs (savants) qui ont permis à "L'Express" d'arriver à ces 19 milliards d'euros, on bascule dans la dimension, mal connue encore, d'un journalisme iconoclaste - qui, lorsqu'il manque chez nous (en France) d'éléments pour documenter ses cris d'alarme, n'hésite plus à les chercher ailleurs.

En Grande-Bretagne, dans ce cas précis.

Vous allez voir: c'est magique.

"L'Express", dans un encadré parfumé à la transparence, pose pour nous la question: "Comment "L'Express" a-t-il pu estimer la fraude à 19 milliards d'euros?"

(Oui: comment?)

Réponse: "L'Express" fonde sa "démonstration" (les guillemets sont de moi) "sur deux rapports".

Le premier de ces deux rapports, "publié en mars 2007 par le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO), concerne les cotisations".

D'après ce document, "le montant de la fraude aux cotisations sociales★ oscillerait entre 8 et 15 milliards d'euros par an".

Jusque là, tout va bien.

(Même si, personnellement, je trouve ces mecs du CPO un peu légers, de se ménager dans leurs calculs une marge d'erreur de presque 100%...)

C'est juste après que ça devient totalement sidérant, quand on apprend que le second "rapport" consulté par "L'Express" est "un audit du National Audit Office (NAO), la Cour des comptes britannique, datant de juillet 2006", qui "s'intéresse, lui, aux prestations" - et non plus aux cotisations.

Quoi???

La Cour des comptes britannique a enquêté sur des prestations versées en France???

Non, justement.

(Je me disais, aussi, non mais de quoi se mêlent encore ces foutus Anglais?)

La Cour des comptes britannique a enquêté en Grande-Bretagne, et le résultat de son investigation a été que "2,3 % des prestations sociales versées en Grande-Bretagne chaque année seraient détournées".

(Retenez le conditionnel.)

De sorte que, j'y insiste un peu lourdement pour que vous compreniez bien ce qui se passe, le rapport de la Cour des comptes britannique ne nous apprend absolument rien de ce qui se passe en France.

Mais ce minuscule détail, trois fois rien en vérité, n'a pas (du tout) arrêté les journaleux de "L'Express" - les gars ne sont pas du genre à s'emmerder pour si peu.

Tranquillement, ils ont "appliqué aux 500 milliards d'allocations distribuées en France" le taux (2,3 %) relevé outre-Manche par la Cour des comptes britannique - pour "chiffrer à 11 milliards d'euros les escroqueries probables".

(Retenez le "probables", ajoutez-le au conditionnel de tout à l'heure: ça commence à faire beaucoup, hein?)

"L'Express", évidemment, prend soin de préciser que ce taux britannique appliqué à notre cher et vieux pays est "jugé crédible par tous les experts nationaux" - dont nous devinons que "L'Express", pour être aussi affirmatif, les a tous consultés; mais qui cependant ne sont pas nommés.

Je veux bien.

Mais ça reste, me semble-t-il, un peu gênant, pour le dire gentiment, que "ce chiffre" (qui, ajouté "au bas de la fourchette de l'estimation du CPO", donne "un total de 19 milliards") n'ait aucune espèce de véritable valeur, puisqu'il ne concerne tout simplement pas ce qui se passe chez nous.

En même temps, positivons: cette nouvelle façon de faire du journalisme est pleine de promesses.

Il me revient, par exemple, que nous ne savons guère mesurer chez nous l'implantation réelle de la mafia - et soudain ce n'est plus un problème: regardons ce qui se passe en Italie, appliquons à nos marches sudistes les taux relevés en Calabre, et le tour sera joué.

"L'Express" pourra titrer: "MAFIA. UNE VERITE ATROCE, QUI FOUT GRAVEMENT LES JETONS".






★ Fraude "essentiellement due au travail au noir et aux emplois sous-déclarés" - donc, si je comprends bien, au patronat.

Eric Z. Contre Le Komintern (Dans Un Pays Ravagé Par Les Haines "Ethniques")

medium_komintern.jpg

"Le Monde" publie ce soir, dans ses pages "Débats", une "réplique" du "journaliste et essayiste" Eric Zemmour "au président de SOS-Racisme", qui l'avait dans ces mêmes pages qualifié quelques jours auparavant de "réactionnaire".

Je vous épargne le début de cette burlesque tribune, où Zemmour, qui écrit dans "Le Figaro" et se produit le samedi chez Ruquier, se pose en victime d'une police "de la pensée".

Voyez plutôt le moment où, fièrement, il revendique d'avoir, en homme de goût, "lu Pierre-André Taguieff" (arrêtez de vous marrer, c'est chiant), et d'avoir dès lors "compris que le progressisme antiraciste n'était que le successeur du communisme, avec les mêmes méthodes totalitaires mises au point par le Komintern dans les années 1930".

Je ne vais bien sûr pas commenter cette ineptie: j'ai l'intuition que la mémoire des victimes du totalitarisme soviétique mérite mieux que ça.

Mais retenez je vous prie, pour ce que cela nous révèle de leur sens de l'équité, que ce sont les mêmes gros penseurs, qui poussent des cris d'orfraie sitôt qu'on a le malheur de les trouver réacs - mais qui de leur côté n'hésitent jamais à traiter celles et ceux qui ont le front de ne pas se plier à leurs (petites) vues de "staliniens"; exactement comme s'ils ne savaient pas ce qu'a réellement été le stalinisme★.

Calomnie, obsessive, dont la fonction, il va de soi, est de salir, en l'assimilant inlassablement à l'un des régimes les plus criminels de l'histoire de l'humanité, ce que Zemmour, après Taguieff et tellement d'autres, nomme "le progressisme antiraciste" - incarnation, dans l'esprit de ces menus clercs, du mal absolu.

Ce fin subterfuge, où se reconnaît une rare subtilité conceptuelle (et stratégique), ouvre, à peu de frais, une brèche où ces gens, régulièrement, prétendent, comme dit joliment Zemmour, "réintrodui(re) le réel dans le débat récent autour de l'immigration" - et c'est un festival.

(Relevons d'ailleurs, et dès l'abord, que cette réintroduction commence, au cas précis, par un gigantesque bobard, puisque aussi bien "le débat autour de l'immigration" est tout, sauf "récent".)

Zemmour, dans "Le Monde", se fait d'abord statisticien, pour nous révéler que: "Selon le ministère des affaires étrangères, 30 % à 80 % des actes d'état civil sont frauduleux en Afrique".

(30 %, 80 %: du point de vue de notre comptable, c'est du pareil au même.)

En quoi ce pourcentage africain nous concerne-t-il?

Zemmour nous l'explique: "Les mariages entre Français et étrangers représentent désormais près de 30 % des mariages transcrits dans notre état-civil; la moitié de ces 90 700 mariages ont été célébrés à l'étranger en 2005; la progression en dix ans des mariages de Français au Maghreb et en Turquie a explosé de 731 %".

Est-ce tout?

Non.

Ce n'est pas tout.

Zemmour précise encore "En 1994, ils étaient 1 129 ressortissants algériens à épouser un Français".

Or: "En 2005, ils sont 12 457".

Soit: "Onze fois plus".

Mon Dieu.

C'est une invasion.

Les Algériens, comme les Turcs, ont une arme secrète, pour nous étouffer sous le(ur) nombre: ils nous marient, par milliers.

Ils sont très forts.

Zemmour, après avoir ainsi quantifié un péril (maghrébin) qui se multiplie quand même par onze tous les onze ans (quand on y réfléchit c'est hyper-flippant), ôte sa blouse de mathématicien amateur, et se lance dans une espèce d'imprécation hallucinée, d'où il ressort, notamment, je vous jure que je n'invente rien, que: "Dans les cours de récréation de nos écoles, les enfants se regroupent par clans ethniques qui s'ignorent ou se détestent: "Les rebeus, les reunois, les feujs, les noichs ou les çaifrans"".

Et de préciser: "L'insulte suprême est: "Sale Français!"".

(Avec un point d'exclamation!)

Et c'est vrai que, là encore, ça fout gravement les jetons.

Sauf que.

Si je vérifie près de chez moi.

Dans les cours de récré de mes enfants, pleines de "rebeus" et de "reunois" et de "feujs" et de "noichs", etc, on signale si peu de clanismes "ethniques", voyez-vous, qu'on n'en signale même pas du tout.

"Les rebeus, les reunois, les feujs, les noichs et les çaifrans" jouent ensemble - et, parfois, se foutent ensemble sur la gueule, ainsi qu'il arrive, hélas, dans les cours de récré.

"Les rebeus, les reunois, les feujs, les noichs", sont même, tenez-vous bien, des Français comme les autres.

De sorte que l'insulte suprême n'est pas (du tout): "Sale Français!"

(Avec un point d'exclamation.)

Mais je n'espère plus que Zemmour puisse même envisager d'envisager une réalité si emblématique d'un "multiculturalisme" qu'il exècre - car il tient, manifestement, à détecter partout des haines "ethniques".

Ainsi, posément, il énonce que: "Des bandes ethniques s'affrontent à la gare du Nord".

(S'il vous plaît, retenez-le: une baston entre noirs dans une gare parisienne est l'affrontement de "bandes ethniques", alors qu'une bagarre entre blancs dans une fête villageoise, non.)

Puis, Zemmour lâche, dans un ahurissant débondage, que: "Lors de la présidentielle, on a vu à l'oeuvre un terrifiant vote ethnique".

Ah ouais?

Ah ouais.

Vraiment?

Vraiment.

La preuve - selon notre journaliste: "94 % des électeurs qui se disent musulmans ont voté Ségolène Royal; 77 % de ceux qui se disent catholiques pratiquants ont voté Nicolas Sarkozy".

Pof.

Pof.

Pof.

J'ai lu ça, je me suis d'abord dit, ah, tiens, c'est la première fois qu'on me suggère d'envisager comme une ethnie les "catholiques pratiquants", c'est marrant, ça change, ça met de la nouveauté dans ma vie.

Puis j'ai pensé, attends, sous la plume du gars qui vient de nous effrayer avec du Maghrébin épouseur?

Sous la plume du gars qui vient de fustiger les "bandes ethniques" de la gare du Nord - mais qui manifestement ne considère pas leurs affrontements comme des guerres de religions?

Sous la plume de ce gars, ai-je conclu, cette invitation à ethniciser les "catholiques pratiquants" et les "musulmans" après "les rebeus, les reunois, les feujs, les noichs ou les çaifrans" doit signifier quelque chose de très particulier.

Mais quoi?




★ Le prochain bouquin de Taguieff s'appelle ainsi, je crois: "La stalinisation des esprits".
Afin, j'imagine, de mieux poser que si tu n'applaudis pas frénétiquement au spectacle d'un fier intellectuel égrenant à la télé des odes à Sarkozy, c'est parce que, d'évidence, tu as les mains tâchées du sang de millions de koulaks.

11/10/2007

Oooooh, Le Jolivre!

Oh, oooh, oooooh, le jolivre!

Me dit-on.

Et je suis absolument d'accord.

La couverture, en particulier, me ravit★.

medium_hp_scanDS_710916123649.jpg


C'est la première fois qu'un de mes bouquins est republié au format de poche (dans une version, il va de soi, revue, corrigée, actualisée) - et ça me comble d'aise, à un point que vous n'imaginez pas.

Ce jolivre coûte sept euros.

(Si vous êtes un milliard et demi à l'acheter, ma banquière m'appelle Monsieur Jean D'Ormesson, et je me tire aux Seychelles.)

Vous le trouverez dans n'importe quelle épicerie de quartier, mais vous pouvez, aussi, le commander chez www.editionslibertalia.com - sans frais de port.

(Eric Le Boucher, chroniqueur néolibéral au "Monde", le relevait la semaine dernière: "Libertalia écrase les prix".)

Pour autant, je ne voudrais pas non plus que vous pensiez vous en tirer pour une poignée d'euros: ce n'est pas ce qui va se passer.

Du tout.

Ca va pas être possible.

Du tout.

Quand vous serez chez www.editionslibertalia.com, vous allez en effet profiter du voyage pour commander, aussi, le jolivre de Thierry Pelletier, "La petite maison dans la zermi", d'abord parce que c'est un bouquin absolument formidable, ensuite parce que ça me ferait de la peine, comme je dis souvent, de m'attaquer à votre animal de compagnie.

Et c'est pas fini.

Vous ne pouvez pas le savoir, mais "La position du penseur couché" ne se lit qu'en écoutant le dernier disque de Fred Alpi: "Se reposer ou être libre".

Qui se commande chez www.fredalpi.com.

(Extrait: "J'entendais encore ce matin un intellectueur à gages, qui étalait à la radio le contenu de son bagage. Il justifiait, oui il cautionnait, l'ignorance et la misère - il se croyait nouveau, ce laveur de cerveau, il n'était que réactionnaire".)

Ce disque, un philosophe de renom, qui n'a pourtant pas la réputation d'aimer le rock'n'roll dégénéré, l'a entendu - par hasard.

Et voyez l'effet que ça lui a fait★.

medium_hp_scanDS_7109161511.2.jpg


Bon.

Je fais les comptes.

Mon jolivre, sept euros.

Le jolivre de Pelletier, dix euros.

Le disque d'Alpi, douze euros.

J'arrondis, et ça vous fait une journée à trente euros: je sais que c'est beaucoup, mais dites-vous bien que je penserai très fort à vous - aux Seychelles.




★ Merci qui?
Merci Bruno.
Allez, d'urgence, faire un tour chez Bruno: http://nono-le-hools.com.




(D'aucun(e)s, mesquin(e)s, me signalent, quelques heures après la mise en ligne de ce billet abusivement autopromotionnel, que: "Tant qu'à fourguer ta production maraîchère, ça serait aussi bien que tu apprennes à insérer dans tes réclames des liens sur lesquels on aurait juste à cliquer - au lieu que de se faire sauvagement ch*** à recopier d'interminables adresses".
J'entends, mais je n'ai jamais su faire ça.
Jamais.
Rien que d'y penser, j'ai des frissons d'angoisse.
Des suées.
Raaah.)

10/10/2007

Pascal (Bruckner) A Signé La Pétition De Philippe (Val)

medium_hp_scanDS_710101242056.jpg

Un copain, l'autre jour, m'expliquait, en substance: "Moi, tu comprends, je l'ai signée, la pétition de "Charlie Hebdo" contre les tests ADN, parce que là, tu comprends, il ne s'agit pas de signer "pour" Philippe Val et ses potes, mais "contre" une loi dégueulasse".

Oui, mais non.

C'est pas comme ça que ça marche.

Du tout.

Ca, c'est un raisonnement à la Philippe Val, du type, à signataire donné, on ne regarde pas le pedigree.

Mais dans la vraie vie, c'est quand même un peu compliqué de pétitionner avec des gens qui n'ont de cesse que de nous signifier qu'un immigré, ça va encore (à l'expresse condition bien sûr, qu'il ne vienne pas en plus nous réclamer de nous repentir d'avoir construit à ses primitifs grands-parents des routes goudronnées), mais que trois immigrés, bonjour les dégâts: ces gens-là on le sait consomment beaucoup d'allocations, et pour tout dire ôtent "parfois" le pain de la bouche de nos petits blancs.

Quand je découvre, par exemple, ce matin, que Pascal Bruckner a signé la pétition de "Charlie Hebdo", et que "Charlie Hebdo" se gargarise en couverture de cette contribution, je me dis que la machine à nous prendre pour des neuneus oublieux tourne à plein régime.

Parce que moi, je suis désolé, mais quand je l'entends parler de l'immigration, Pascal Bruckner, s'il y a bien une chose dont je n'ai pas envie, c'est de signer une pétition avec lui - merci, je crois que je vais passer mon tour.

Pascal Bruckner est le monsieur qui a, "Libération" l'avait relevé, "défendu" au mois d'octobre 2006, "dans une interview à l'édition dominicale du "Matin" de Lausanne, (...) le durcissement des lois suisses sur l'immigration, (...) qui met pratiquement fin à toute possibilité de regroupement familial et verrouille le droit d'asile".

Pascal Bruckner, essayiste fameux, avait alors déclaré, avec beaucoup de cette inimitable dignité qui souvent caractérise les intellectuels de médias: "La Suisse montre la voie à l'Europe, c'est une question de bon sens★, commençons par intégrer nos immigrés, par en faire de vrais Suisses, de vrais Français ou de vrais Espagnols, avant d'en laisser entrer d'autres".

(Comme je disais, un immigré, ça va, mais dès qu'ils sont un peu nombreux, ça devient difficile d'en "faire de vrais Français"...)

Plus récemment, Pascal Bruckner a posément précisé, dans la revue de "Bernard"(-Henri Lévy), qui a signé lui aussi la pétition de "Charlie Hebdo", que: "Seul l'Etat-providence, par les allocations qu'il nous fournit, nous rappelle que nous sommes encore d'un lieu, d'une administration".

Mais que: "L'Etat-providence, précisément, n'est pas extensible à l'infini, ses ressources sont limitées et le filet de sécurité qu'il tend autour des plus démunis ne peut s'étendre à tous sans craquer".

Et que de surplus: "Il suppose un équilibre démographique délicat qu'un afflux massif de personnes peut rompre sans peine".

(Comme je disais: l'immigré consomme beaucoup d'allocations et pourrait bien, s'il affluait massivement, ôter complètement le pain de la bouche de nos petits blancs.

Dites.

Ca ne vous rappelle rien?

Vous n'avez pas l'impression d'avoir déjà entendu ça?)

Pascal Bruckner, évidemment, est libre, après avoir ainsi théorisé la nécessaire imperméabilisation de nos frontières, de parapher le vibrant appel de "Charlie Hebdo", au motif, noble, qu'"on ne sélectionne pas les individus sur des critères génétiques" - ainsi que la pétition le stipule.

Mais une fois que t'auras enlevé du paysage les tests ADN (qui de fait seront probablement escamotés, Sarko serait bien sot de ne pas s'offrir à si peu de frais ce petit supplément d'humanité), questions.

Est-ce que les rafles cesseront?

Est-ce que les Noiches vont arrêter de se défenestrer?

Ben non - puisque les pétitionnaires de "Charlie Hebdo" sont tou(te)s d'accord, ou presque, pour considérer que, "certes", il faut "trouver les moyens de maîtriser l'immigration" - ainsi que l'exigeait Philippe Val dans son éditorial de la semaine dernière.

La sélection des individus sur des critères génétiques donne des nausées à nos signataires, mais enlevez les critères génétiques et maintenez la sélection - et les voilà qui tout soudain se rappellent qu'ils ont un dîner hyper-important, et que non, désolé, ils ne pourront pas manifester avec vous contre une loi qui, au fond, n'était le navrant "détail" des tests ADN, n'est pas si choquante, allons, allons, vous ne voudriez tout de même pas qu'un "afflux massif de personnes" interrompe le versement de vos allocations?

Philippe Val: "Bien sûr, la loi Hortefeux pose des problèmes, qui eux aussi ont fait l'objet de débats parlementaires".

Mais l'amendement ADN "touche à un principe".

Philippe Val pétitionne contre les tests ADN, mais pour le reste, s'en remet, confiant, au Parlement, où la (vraie) gauche est, comme on sait, massivement représentée.

Question de principe.

Ce que Philippe Val ne dit pas, c'est que le contrôle des flux migratoires, qu'il appelle de ses voeux, se fait au faciès.

Le régime n'a rien trouvé de mieux, pour expulser chaque année 25.000 "clandestins" foncés de peau, que de contrôler dans nos rues tout ce qui, de près ou de loin, peut ressembler à un basané - c'est pas moi qui le dis: ce sont les syndicats de policiers, qui ne sont pas exactement les pires adversaires politiques du chef de l'Etat.

Les maîtriseux (des flux migratoires) me gonflent, quand ils circonscrivent méticuleusement leur protestation à une pétition de principe contre les tests ADN.

J'aurais préféré quelque chose de plus vaste, genre, on ne traque pas les enfants "clandestins", ni leurs parents, et on cesse de pousser les sans-papiers au désespoir abominable qui les fait se défenestrer.

Mais ça, évidemment, les pétitionnaires ne l'exigent pas du tout - puisque, rappelez-vous, je viens encore de vous le répéter, ils souhaitent, comme Sarkozy, comme Hortefeux, se prémunir contre un "afflux massif" de gueux dépenaillés.

Comme si, dans la vraie vie, les cadeaux somptuaires dont le régime abreuve quotidiennement les nantis n'étaient pas foutrement plus coûteux que 25.000 immigrés par an...

Pétition?

Piège à c***.



★ Ah, le "bon sens"...
Le bon gros "bon sens"...

09/10/2007

Fadelarienvu, Fadelarienentendu, Fadelatendanceànousprendrepourdesbenêts

medium_amaraboutin1.jpg

A mon avis, quand Sarkozy en campagne braconnait au printemps dernier dans les marécages, Fadelamara était à l'autre bout du monde, au trou du cul d'un trou perdu, sans radio, sans télé, sans journaux.

Sans quoi, Fadelamara aurait forcément eu vent de ce que le rodomont décomplexé dégorgeait à traits continus.

Fadelamara aurait entendu Sarkozy, quand Sarkozy fustigeait les immigrés qui dans leurs crades baignoires décapitent force moutons.

Fadelamara aurait entendu Sarkozy, quand Sarkozy brandissait pour sa promotion la menace (fantôme) de 400 millions d'Africains, jeunes et déterminés à nous fondre sur.

Fadelamara aurait entendu Sarkozy, quand Sarkozy promettait, non pas une, aaaaapprochez, non pas deux, aaaaapprochez, non pas trois, venez, venez, venez, mais tout plein de lois sur (et contre) l'immigration.

A mon avis, depuis l'été, Fadelamara se bouche les yeux, les oreilles et le nez - sans quoi, nécessairement, elle aurait, fût-ce de ses hauteurs boutiniques, vu (un peu de) ce qui se passe dans nos rues ces temps-ci.

Elle aurait vu les rafles, Fadelamara.

Elle aurait vu les contrôles au faciès, Fadelamara.

Elle aurait entendu le hurlement du Russe qui tombe d'une corniche.

Elle aurait entendu le craquement que fait le crâne d'une Chinoise qui se défenestre.

Elle aurait pris la mesure de ce que devient la vie, au pays de la liberté, de l'égalité, de la fraternité.

Mais Fadelamara n'a rien vu, rien entendu, rien perçu.

Et la voilà qui soudain fait mine de se rendre compte qu'il y a dans le fond de l'air quelque chose de pourri - et qui s'offusque, la pauvrette: "Y en a marre qu'on instrumentalise à chaque fois l'immigration".

Et la voilà qui agite ses tout petits poings sous le nez de Brice Hortefeux: "Le jour vraiment où ce sera trop insupportable, le jour où ce sera trop dur, (...) je partirai!"

Mais là, pour le moment, ça va: il n'est après tout question que de rafles, et de tests ADN, et ça, franchement, ça n'a rien que de (très) supportable, hein, Fadelamara?

Je veux dire: tu vas pas "partir" pour si peu?



(Sur le même sujet, voyez aussi: http://olivierbonnet.canalblog.com/)

Lécher Sarko

medium_arton2819.2.jpg

Hier, dans "Le Parisien", Bernard-Henri Lévy, aka BHL, soudain lâche l'une des crânes apostrophes qui font dire à ses proches que "Bernard" a des, je cite, "c******* de taureau".

Au détour d'une divagation évidemment burlesque, "Bernard" lance en effet, à la manière d'un Steven Seagal révélant naguère qu'il était le cuisinier du bord: "Moi, j'emmerde Chevènement".

Aussitôt, l'UNESCO se réunit, et stipule que le "gigantesque courage" de "Bernard" sera désormais "inscrit au patrimoine mondial de l'humanité" - car il faut, justifient les big bosses de cette vénérable institution, "des c******* phénoménales, pour oser affronter seul, au mois d'octobre 2007, quelqu'un d'aussi incroyablement puissant que Jean-Pierre Chevènement".

Je ne suis pas d'un avis différent, et je trouve cette reconnaissance d'autant plus méritée, que BHL, gentilhomme accompli, n'est pas seulement le héros poilu qui emmerde Jean-Pierre Chevènement: il sait aussi voler au secours de ceux que la vie a brisés.

Dans "Le Parisien" toujours, il observe ainsi que le chétif Nicolas Sarkozy est un garçon hyper-sympa.

BHL se lève, se trémousse, et chante, sur l'air de "Kirikou": "Sarkozy est petit, mais il est gentil, Sarkozy est petit, mais il est joli, Sarkozy est petit, mais c'est mon ami".

Tout "Bernard" est dans ce contraste: en même temps qu'il fustige (brutalement) Jean-Pierre Chevènement, qui n'est plus rien, il passe au verso de Nicolas Sarkozy, qui est une espèce de pénible totalité, une langue chargée de flagornerie sucrée.

Y a toujours eu comme ça, dans les cours de récré, de ces navrants brasseurs - qui moquent le petit binocleux maigrichon planqué sous son platane, pour mieux s'inféoder aux caïds à balles cent.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu